Pierre II de Bretagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre II
Sceau du duc en 1454
Sceau du duc en 1454
Titre
Duc de Bretagne
14501457
Prédécesseur François Ier
Successeur Arthur III
Comte de Montfort
14501457
Monarque Pierre Ier
Prédécesseur François Ier
Successeur Arthur III de Bretagne
Biographie
Titre complet Duc de Bretagne
Comte de Montfort
Comte de Guingamp
Dynastie Maison capétienne de Montfort
Nom de naissance Pêr a Vreizh
Date de naissance 7 juillet 1418
Date de décès 22 septembre 1457 (à 39 ans)
Lieu de décès Nantes
Père Jean V
Mère Jeanne de France
Conjoint Françoise d'Amboise

Pierre II de Bretagne
Duc de Bretagne

Pierre II dit le Simple, né le 7 juillet 1418, mort le 22 septembre 1457 à Nantes, duc de Bretagne de 1450 à 1457, fils de Jean V, duc de Bretagne, et de Jeanne de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierre II de Bretagne en prière devant la Vierge à l'Enfant (livre d'heures de Pierre II de Bretagne)
Tombeau de Pierre II et de Françoise d'Amboise

Comte de Guingamp[modifier | modifier le code]

Nommé comte de Guingamp par son père, il combat contre les Anglais en Normandie en 1449 et en 1450 avec son frère le duc François Ier de Bretagne, et son oncle le connétable de Richemont et prend plusieurs villes, parmi lesquelles Coutances, Saint-Lô et dans les marches bretonnes Fougères.

Règne[modifier | modifier le code]

Pierre II devient duc, à la mort de François Ier. Celui-ci n'ayant pas de fils, suivant les dispositions du premier traité de Guérande (1365) qui exclue ses filles de la succession, il désigne son frère Pierre de préférence à Marguerite et Marie, pour lui succéder par une déclaration du 16 juillet 1450. Le nouveau duc rend l'Hommage féodal au roi de France le 3 novembre 1450 à Montbazon près de Tours[1].

Sous l'influence de son oncle le Arthur connétable de Richemont, Pierre II fait poursuivre les assassins de son autre frère, Gilles. L'exécutant Olivier de Méel est jugé par les États de Bretagne réunis à Vannes le 24 mai 1451 et il est décapité le 8 juin suivant. Ses acolytes sont suppliciés par la sénéchaussée de la ville. Quand à l'instigateur du meurtre Arthur de Montauban il réussit à s'échapper et à se cacher dans le couvent des Célestins de Paris où il demeure jusqu'au règne de Louis XI de France.

C'est sous le règne de Pierre II qu'est formalisée l'invention de l'institution des « Neuf anciennes baronnies de Bretagne » censées faire le pendant aux neuf évêchés de Bretagne. Lors des États de 1451 il est donc ainsi procédé à la création de trois nouvelles baronnies en faveur de Jean de Derval le 19 mai, Jean IV Raguenel, baron de Malestroit le 22 mai et Tristan du Perrier, baron de Quintin le 23 mai. Ces créations complétaient les quatre baronnies contrôlées par la Maison de Laval (Vitré, Châteaubriant, Retz et la Roche-Bernard) ainsi que celles d'Ancenis détenue par le sire de Rieux et de Léon par les Rohan[2].

En 1453 le duc Pierre II envoie une troupe de 1.500 chevaliers en Guyenne sous le commandement nominal de son cousin-germain François comte d'Étampes et la direction effective des sires de Montauban et de la Hunaudaie qui participent à la bataille de Castillon et à l'expulsion définitive des anglais de France[3] Le duc doit ensuite arbitrer le conflit de préséance qui oppose Perrine du Feu abbesse de Saint-Georges de Rennes à l'abbé de Saint-Melaine soutenu par l'évêque de Rennes. Malgré une bulle du Pape Nicolas V du 7 novembre 1453 condamnant les prétentions de l'abbesse, Pierre II doit intervenir par ordonnance lors de l'intronisation du nouvel évêque de Rennes Jacques d'Espinay le 10 avril 1454 et contraindre l'abbesse récalcitrante[4]

Préparation de sa succession[modifier | modifier le code]

En 1455, il devient évident que Pierre II et son épouse, la bienheureuse Françoise d'Amboise, ne peuvent avoir de descendance. Avec les problèmes de santé de Pierre II, se pose la question de sa succession car son oncle et successeur désigné le Connétable Arthur de Richemont âgé de 62 ans est lui même sans enfant après trois mariages.

Pour éviter d'éventuelles contestations ultérieures, le duc décide de marier sa nièce, Marguerite de Bretagne, fille ainée de son frère ainé François Ier, à son cousin, François de Bretagne, comte d'Étampes, et second dans l'ordre de succession agnatique. Pour sceller cette union, le duc convoque les États de Bretagne à Vannes, lesquels s’y réunissent le jeudi 13 novembre 1455, dans la salle haute de la Cohue. S’y rassemblent les principaux seigneurs bretons, ainsi que les évêques, les abbés et les représentants des villes. Tous approuvent l’union matrimoniale voulue par Pierre II. Les noces débutent le 16 novembre par une grande messe en la cathédrale Saint-Pierre de Vannes, présidée par l’évêque de Nantes, Guillaume de Malestroit. S'ensuit des banquets et des danses au château de l’Hermine, les joutes animent la place des Lices.

« Au disner, le duc mena la dame nouvelle espousée en la salle de l’Hermine,où elle prit place au milieu du dais… Le duc disna dans la chambre à parer avec les principaux seigneurs… Le duc avait le marié près de lui, sous son dais… Après le disner, environ quatre heures commencèrent les danses aux haults menestriers. Le duc mena Madame de Malestroit, Monsieur de Laval mena la duchesse, les autres seigneurs les autres dames, et continuèrent les danses jusqu’à la nuit… Le lendemain commencèrent les joutes, qui durèrent quatre jours ; et après que les seigneurs les eurent passé en grande joie, festes et esbatemens, ils quittèrent Vennes. »

— Pierre Le Baud

Dernières années[modifier | modifier le code]

L'année 1455 est également marquée par la visite du duc Pierre II de Bretagne à la cour du roi de France. Pierre II répond à une invitation de Charles VII et part de Redon à la mi juillet 1455 il est reçu à Mehun-sur-Yèvre avec amitiés et magnificence avant d'atteindre Tours. Il est de retour à Redon le 20 septembre 1455. Cette même année voit également l'accomplissement d'un grand projet de Pierre II la canonisation de Vincent Ferrier pour laquelle une enquête canonique avait été engagé par le Pape Nicolas V le 18 octobre 1451. C'est finalement Calixte III, le successeur du pontife lui aussi originaire de Valence, qui adresse au duc la bulle solennelle du 14 juillet 1455 qui notifie la canonisation du prédicateur. Les premières cérémonies en son honneur interviennent en Bretagne le 4 avril 1456 devant le tombeau du nouveau saint à Vannes en présence du Cardinal de Alain IV de Coëtivy évêque de Dol[5]

Le règne relativement court de ce duc n'a pas marqué l'histoire. Ses contemporains ont décrit Pierre II « le Simple » , bien conseillé par sa femme, mais peu fait pour la fonction ducale, lourd d'esprit comme de corps, sujet à des sautes d'humeur et timide [6]A sa mort son oncle sexagénaire Arthur de Richemont lui succéde sous le nom d'Arthur III.

Pierre II s'était fait édifier de son vivant, alors qu'il était encore seulement comte de Guingamp, un tombeau sculpté dans la collégiale Notre-Dame de Nantes, disparu à la Révolution et dans son testament du 5 septembre 1457 il confirme sa volonté d'y être inhumé. Une légende raconte qu'à l'ouverture de son tombeau (peut-être par les révolutionnaires), on ne découvrit à l'intérieur qu'un mannequin. Le mystère sur la véritable destinée de ce duc naquit alors. Avait-il organisé sa fausse mort pour s'échapper ?[7]

Union[modifier | modifier le code]

Il épouse en juin 1441 Françoise (1427-1485), fille de Louis d'Amboise, vicomte de Thouars et prince de Talmont, à qui l'église accordera la qualité de "bienheureuse". Mais il n'y eut pas d'enfant de ce mariage.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur de la Borderie Histoire de Bretagne Tome quatrième p. 364-365
  2. Arthur de la Borderie Op.cit p. 386-392
  3. Arthur de la Borderie Op.cit p. 368-369.
  4. Arthur de la Borderie Op.cit p. 370-371.
  5. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé Les Papes et les Ducs de Bretagne COOP Breizh Spézet (2000) (ISBN 284346 0778). « Calixte III et les ducs Pierre II et Arthur III » p. 495-540.
  6. Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532 Ouest-France Université Rennes (1982) (ISBN 285882309X) p. 166.
  7. Pierre II sur le site Infobretagne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur de La Borderie Histoire de Bretagne Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1975, Tome quatrième (1364-1515).
  • Jean-Pierre Leguay & Hervé Martin Fastes et malheurs de la Bretagne ducale 1213-1532 Ouest-France Université Rennes (1982) (ISBN 285882309X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Château de Pierre II

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]