Roger Sperry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roger Wolcott Sperry (né à Hartford le 20 août 1913 et mort à Pasadena le 17 avril 1994) est un neurophysiologiste américain reconnu par ses travaux sur les connexions entre les hémisphères cérébraux, qui lui ont valu un Prix Lasker en 1979 et le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1981, ce dernier étant partagé avec Torsten Wiesel et David Hunter Hubel.

Travaux[modifier | modifier le code]

Il décrit notamment le rôle singulier de chaque hémisphère cérébral dans la perception du langage et de l'espace, dans la reconnaissance des visages, les jugements de valeurs, le raisonnement ou l'affectivité. Il va jusqu'à formuler l'hypothèse que chaque hémisphère disposerait de fonctions propres, voire d'une conscience propre.

Si son œuvre est incontournable en psychobiologie, l'implication qu'elle entraîne dans les liens entre le physique et le psychique font que ses positions philosophiques ont choqué.

On peut citer parmi les notions de bases de ses travaux :

  • La plasticité physiologique extrême du cerveau
  • Le cerveau générateur d'émergence
  • La conscience, comme entité globale, opérationnelle et fonctionnelle
  • La conscience modèle le cerveau et non le contraire

Expérience sur l'asymétrie cérébrale[modifier | modifier le code]

Dans ses recherches au sujet de l'asymétrie cérébrale, il met en évidence la capacité de chaque hémisphère à formuler une réponse indépendamment de l'autre[1]: Il fait passer des tests à une personne dont les hémisphères cérébraux sont séparés. Le procédé utilisé permet d'adresser deux images distinctes, une à chaque hémisphère. En l'occurrence il s'agit de l'image d'un couteau proposée au cerveau gauche (donc présentée à droite) et de celle d'une fourchette présentée au cerveau droit (donc présentée à gauche).

  • Si on demande "au cerveau gauche" d'identifier ce qu'il a vu, il répond un couteau (on lui demande de le dire car l'aire de la parole est située dans le cerveau gauche).
  • Si on demande "au cerveau droit" ce qu'il a vu il va identifier une fourchette. (On lui demande d'identifier l'objet à l'aveugle et avec la main gauche, qui est liée au cerveau droit).

Cette expérience prouve que chaque hémisphère a réussi le test, sans que la personne soit consciente qu'il ne s'agit pas du même objet. D'ailleurs si on lui demande de nommer la fourchette qu'il a choisie avec la main gauche il va dire un couteau tout en faisant non de la tête.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. source : Le test de Sperry (sur cerveaudroit.ouvaton.org)