Stanley Prusiner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stanley Prusiner

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Prusiner en 2007

Naissance 28 mai 1942 (72 ans)
Des Moines (États-Unis)
Nationalité Drapeau : États-Unis américaine
Champs Neurologie, biochimie
Institutions Université de Californie à San Francisco
Diplôme Université de Pennsylvanie
Renommé pour Explication de l'encéphalopathie spongiforme bovine et la description des prions
Distinctions Prix Gairdner 1993
Prix Lasker 1994
Prix Paul-Ehrlich-et-Ludwig-Darmstaedter1995
Prix Nobel de physiologie ou médecine 1997

Stanley Ben Prusiner, né le 28 mai 1942 à Des Moines dans l'Iowa aux États-Unis, est un médecin neurologue américain. Il reçoit le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1997 pour ses travaux sur les prions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stanley Prusiner grandit à Des Moines et Cincinnati, avant de faire ses études à l'Université de Pennsylvanie où il reçoit son Master de science et à l'University of Pennsylvania School of Medicine pour sa thèse de médecine en neurologie. Il fait son internat à l'Université de Californie à San Francisco (UCSF) puis part en post-doc au National Institutes of Health travailler dans le laboratoire de Earl Stadtman. Il retourne faire son clinicat à UCSF jusqu'en 1974, date à laquelle il intègre le service de neurologie de l'hôpital.

En 1997, il reçoit le Prix Nobel de physiologie ou médecine pour ses travaux sur l'encéphalopathie spongiforme bovine et la découverte des prions.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Stanley Prusiner a travaillé à l'identification de l'agent infectieux responsable de la tremblante du mouton dès 1977 en collaboration avec Richard Race[1]. L'apport essentiel de Stanley Prusiner est d'avoir démontré fin 1981 le rôle central des protéines PrP-c sous forme de PrP-sc (avec un autre repliement) ou prion comme la cause de cette pathologie ovine[2],[3] puis en 1985 de les avoir également identifiées dans les cerveaux de patients atteints de la maladie de Creutzfeldt-Jakob[4] ou des encéphalopathies spongiformes humaines et animales. Cette découverte fut cruciale et provoqua de nombreuses controverses, car elle s'opposait au paradigme scientifique selon lequel il n'y a que trois types d'agents infectieux (virus, bactéries, parasites) et ainsi une simple protéine ne pouvait être infectieuse. Stanley Prusiner a donc fait évoluer ce paradigme en démontrant l'existence d'un nouveau type d'agents infectieux.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sedimentation properties of the scrapie agent par S B Prusiner, W J Hadlow, C M Eklund, et R E Race dans PNAS 1977, 74(10): 4656–4660.
  2. Reversible chemical modification of the scrapie agent par McKinley MP, Masiarz FR, Prusiner SB dans Science du 11 décembre 1981, 214(4526):1259-61
  3. Novel proteinaceous infectious particles cause scrapie, Prusiner SB dans Science du 9 avril 1982;216(4542):136-44.
  4. Creutzfeldt-Jakob disease prion proteins in human brains par Bockman JM, Kingsbury DT, McKinley MP, Bendheim PE, Prusiner SB dans The New England Journal of Medicine du 10 janvier 1985, 312(2):73-8.