Paul Ehrlich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ehrlich.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Paul R. Ehrlich.

Paul Ehrlich

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait

Naissance 14 mars 1854
Strehlen (Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse)
Décès 20 août 1915 (à 61 ans)
Bad Homburg vor der Höhe (Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand)
Nationalité Allemande
Institutions Université de Berlin
Diplôme Université de Rostock
Renommé pour Ses travaux sur l'hématologie et l'immunologie
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1908

Paul Ehrlich (14 mars 1854 à Strehlen, Royaume de Prusse - 20 août 1915 à Bad Homburg vor der Höhe, Hesse, Empire allemand) est un scientifique allemand. Connu pour ses travaux en hématologie et en immunologie, il est considéré comme le père de la chimiothérapie. Il est avec Ilya Ilitch Metchnikov colauréat du Prix Nobel de physiologie ou médecine de 1908[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Ehrlich poursuit ses études secondaires au Maria-Magdalenen-Gymnasium de Breslau. Après des études à Breslau, Strasbourg et Leipzig, il obtient en 1878 un doctorat en médecine, à la suite d’une thèse sur la coloration des tissus animaux. Il poursuit ses travaux sur les colorants et démontre qu'ils peuvent être classés en trois catégories : basophiles, neutrophiles et acidophiles. Il montre en outre que ces colorants ont des affinités en fonction des tissus ou des micro-organismes avec lesquels ils sont mis en présence. Ainsi, par exemple, le bleu de méthylène colore le tissu nerveux.

En 1882, il découvre une méthode de coloration du bacille de Koch, responsable de la tuberculose, grâce à la fuchsine. Cette méthode de diagnostic de la tuberculose est devenue classique.

En 1887, il est nommé professeur à la faculté de médecine à Berlin. Il s'intéresse par la suite aux problèmes d’immunité et développe une théorie de la réponse immunitaire centrée sur l’interaction entre les antigènes et les anticorps. Par ailleurs, sachant que certains colorants tuent les micro-organismes, il poursuit ses recherches afin d’utiliser ces colorants à des fins thérapeutiques. Il met également au point une méthode de standardisation des sérums antidiphtériques.

En 1908, il est colauréat avec Ilya Ilitch Metchnikov du prix Nobel de physiologie ou médecine « en reconnaissance de leurs travaux sur l'immunité[1] ». Il est élu membre étranger de la Royal Society en 1910. En 1911, il obtient la médaille Liebig.

En 1909, étudiant chez Bayer les dérivés de l'atoxyl de Béchamp, il met au point un arsenical actif contre la syphilis, l'arsphénamine, ou 606, premier médicament de synthèse véritablement efficace qu'il commercialise sous le nom de Salvarsan et qu'il perfectionne par la suite en Néosalvarsan[2]. Isolé au début des années 1920, l'élément actif de l'arsphénamine sera mis au point en 1936 par Tatum et Cooper et lancé sur le marché sous le nom de Mapharsen. Il sera remplacé à partir de 1945 par la pénicilline. La découverte du Salvarsan vaut à Paul Ehrlich d'être considéré par beaucoup comme « le père de la chimiothérapie ».

En 1914, il est l'un des signataires du Manifeste des 93.

En 1940, Edward G. Robinson incarne Paul Ehrlich dans un film de William Dieterle, La Balle magique du Docteur Ehrlich (Dr. Ehrlich's Magic Bullet), qui retrace son œuvre scientifique, en particulier la mise au point du 606.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « in recognition of their work on immunity » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1908 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 21 novembre 2010
  2. Christine Debue-Barazer, « À l’origine de la chimie thérapeutique française : La Chimiothérapie allemande », dans « Les Implications scientifiques et industrielles du succès de la Stovaïne : Ernest Fourneau (1872-1949) et la chimie des médicaments en France », dans Gesnerus, vol. 64, n° 1-2, 2007, pp. 40-46. (Texte intégral. Consulté le 22 janvier 2012.)

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]