Sydney Brenner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brenner.
E. Lederberg (en), G. Stent (en), S. Brenner et J. Lederberg en 1965

Sydney Brenner, né le 13 janvier 1927 à Germiston en Afrique du Sud, est un biologiste sud-africain qui a obtenu le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2002[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père est d’origine lituanienne et sa mère lettone. Il étudie à l’école locale puis à l’université du Witwatersrand et obtient son doctorat au collège d'Exeter de l'université d'Oxford.

Après un court séjour en Afrique du Sud, Brenner retourne en Angleterre au laboratoire Cavendish pour y rejoindre l’unité de recherche du Medical Research Council (MRC) qui deviendra le laboratoire de biologie moléculaire et dont Brenner est directeur de 1979 à 1986. De 1986 à 1991, toujours à Cambridge, il dirige l’unité de génétique moléculaire du MRC.

Brenner fonde le Molecular Sciences Institute en 1996 à La Jolla qu’il dirige depuis cette date. Il travaille aussi pour le Salk Institute for Biological Studies à La Jolla depuis 2001.

Recherche[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, Brenner effectue d’importantes contributions dans le champ alors émergeant de la biologie moléculaire, en particulier par l’élucidation en 1961 du codage par triplet utilisé par la traduction génétique. L’expérience de Crick, Brenner et al. a permis la découverte des mutations décalantes.

Brenner se tourne ensuite vers l’étude d’un organisme simple, Caenorhabditis elegans, comme organisme modèle pour tenter de relier le code génétique aux mécanismes biologiques de plus haut niveau, le développement des cellules. Brenner choisit cet organisme pour sa simplicité et sa facilité d’élevage[2]. Ses travaux sur cet organisme lui valent le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2002 avec John E. Sulston et Robert Horvitz pour « Leurs découvertes concernant la régulation génétique du développement d’un organisme et la programmation de la mort cellulaire » ou apoptose, mort cellulaire génétiquement programmée, à distinguer de la nécrose. Une espèce, Caenorhabditis brenneri a été nommée en 2007 pour rappeler le rôle de Brenner dans l’étude de C. elegans.

Prix et honneurs[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Encyclopedia of Genetics, Sydney Brenner, Jeffrey K. Miller, Academic Press, 2001 (ISBN 978-0-12-227080-2)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Sydney Brenner lors de son Prix Nobel en 2002
  2. (en) Le choix d’un organisme modèle comme sujet d’étude, Sydney Brenner 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]