Nikolaas Tinbergen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tinbergen.
Niko Tinbergen (1973)
Nikolaas Tinbergen (gauche) et Konrad Lorenz (droite), 1978

Nikolaas Tinbergen ( à La Haye - à Oxford) est le fondateur de l'éthologie comparative, c’est-à-dire de l'étude comparative du comportement des animaux. Il posa l'hypothèse d'une hiérarchisation des instincts qui amène à les comprendre d'un point de vue énergétique. Cette théorie est aujourd'hui controversée[Par qui ?].

Très proche et ami de Konrad Lorenz, ils ont longtemps travaillé ensemble durant l'entre-deux-guerres, cependant le comportement de Lorenz durant la Seconde Guerre mondiale les ont progressivement éloignés, malgré les efforts de Tinbergen qui voyait leur association comme essentielle pour l'avenir de l'éthologie. Cette perception semble avoir évité une rupture définitive entre ces deux grands naturalistes. De nationalité hollandaise, il démissionna de sa chaire en signe de protestation face à la volonté de "nettoyage" de l'université par les nazis. Ses expériences simples et claires mais cruciales ont posé les bases de l'ensemble des sciences comportementalistes actuelles.

Il a posé les quatre questions fondamentales de l'éthologie[1] dans son article paru, en hommage à Lorenz, dans la revue Zeitschrift für Tierpsychologie[2] sous le titre On aims and methods of Ethology (1963) :

  • Quelles sont les causes proximales du comportement ? En d'autres termes, quels sont les facteurs qui déclenchent un comportement ?
  • Quelles sont les causes ultimes du comportement ? En d'autres termes, quelle est la fonction d'un comportement donné, à quoi sert-il ?
  • Quelle est l'ontogénèse des comportements ? C'est-à-dire comment un comportement apparaît-il au cours de la vie d'un individu ?
  • Quelle est la phylogénèse des comportements ? Comment un comportement est apparu au cours de l'évolution ?

Il reçoit la médaille Elliott Coues décerné par l'American Ornithologists' Union en 1972 et, l'année suivante, le prix Nobel de médecine.

Publications (liste partielle)[modifier | modifier le code]

  • Tinbergen N. (1953) The Herring Gull's World. Collins, London.
  • Tinbergen N. (1967) La vie sociale des animaux. Introduction à la sociologie animale. Payot. Paris, 186 p.
  • Tinbergen N. (1971) L'Etude de l'instinct. Payot, Paris.
  • Tinbergen N. (1975) L'Univers du goéland argenté. Elsevier Séquoia, Paris, Bruxelles, 224 p.

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Johan J. Bolhuis et Simon Verhulst (dir.) (2009). Tinbergen's Legacy: Function and Mechanism in Behavioral Biology, Cambridge University Press (Cambridge) : 262 p. (ISBN 0521697557)
  • Richard Wellington Burkhardt, Jr. (2004). Patterns of Behavior: Konrad Lorenz, Niko Tinbergen, and the Founding of Ethology, University of Chicago Press (Chicago) : xii + 636 p. (ISBN 978-0-226-08090-1)
  • Hans Kruuk (2004). Niko's Nature: The Life of Niko Tinbergen and His Science of Animal Behaviour, Oxford University Press (Oxford) : 408 p. (ISBN 0198515588)
  • D. René Röell (2000). The World of Instinct: Niko Tinbergen and the Rise of Ethology in the Netherlands (1920-1950), Van Gorcum (Assen, Pays-Bas) : 242 p. (ISBN 90-232-3559-2)

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Les quatre questions de Tinbergen", par Mathieu Amy, article paru dans la révue LINX, numéro 54 : "La cause : approche pluridisciplinaire", 2006, p.27-33
  2. On aims and methods of ethology, Zeitschrift für Tierpsychologie, 20, 410-433