Elizabeth Blackburn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blackburn (homonymie).

Elizabeth Blackburn

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Elizabeth Blackburn en 2001

Naissance 26 novembre 1948 (65 ans)
Hobart, Tasmanie (Drapeau : Australie Australie)
Nationalité Drapeau : Australie australienne et Drapeau : États-Unis américaine
Champs Biologie moléculaire
Institutions Université de Californie à San Francisco
Diplôme Université de Melbourne
Université de Cambridge
Renommé pour Travaux sur les télomérases
Distinctions Prix Lasker 2006
Prix Louisa Gross Horwitz 2007
Prix Nobel de physiologie ou médecine 2009

Elizabeth H. Blackburn, née le 26 novembre 1948 à Hobart en Tasmanie, est une biologiste moléculaire américaine d'origine australienne. Chercheuse à l'Université de Californie, à San Francisco, son travail porte sur l'étude des fonctions des télomères qui sont des structures dynamiques présentes à l'extrémité des chromosomes et jouent un rôle de protection. Elle est codécouvreuse de la télomérase, l'enzyme qui régule la longueur des télomères. Elle a également travaillé sur l'éthique médicale, et a été la présidente, révoquée par George W. Bush, du conseil présidentiel sur la bioéthique (President's Council on Bioethics).

Le 4 octobre 2009, elle est devenue corécipiendaire du prix Nobel de physiologie ou médecine 2009 avec Carol Greider et Jack Szostak[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elizabeth Blackburn est née à Hobart, en Tasmanie. Ses parents, Harold et Marcia Blackburn, étaient tous deux médecins. Après ses études secondaires à Launceston, en Tasmanie, et à Melbourne, elle entre à l'université de Melbourne où elle obtient son baccalauréat ès sciences en 1970 puis sa maîtrise en 1972. Elle poursuit ses études au Darwin College en Angleterre où elle obtient son doctorat (1975) de l'université de Cambridge. Elle réalise un postdoctorat en biologie moléculaire et cellulaire à l'université Yale, dans le Connecticut, de 1975 à 1977.

En 1978, elle rejoint le corps professoral de l'Université de Californie à Berkeley, dans le département de biologie moléculaire. En 1990, elle traverse la baie de San Francisco pour rejoindre le département de microbiologie et d'immunologie de l'Université de Californie à San Francisco (UCSF), où elle a occupé le poste de directrice du département de 1993 à 1999. Elle est actuellement professeur titulaire de la chaire de biologie et physiologie Morris-Herzstein de l'UCSF et membre temporaire du Salk Institute.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Avec Carol Greider, elle publie en 1985 l'identification d'une enzyme, la télomérase, possédant la propriété de rallonger les télomères des chromosomes[2]. Ces recherches ont permis de montrer que la télomérase joue un rôle crucial dans le vieillissement cellulaire. Les connaissances sur la télomérase sont d'une grande importance pour la compréhension des mécanismes de développement des cancers et de la mort cellulaire. Cette découverte leur vaudra le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2009.

Principaux prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2007, elle a été classée par le Time Magazine parmi les 100 personnes les plus influentes dans le monde[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]