Néchepso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Néchepso
Période IIIe période intermédiaire
Dynastie XXVe dynastie
Fonction roi « gouverneur » de Saïs
Prédécesseur Stephinates
Dates de fonction -688 à -672
Successeur Néchao Ier (XXVIe dynastie)

Nekauba ou Néchepso est le nom que donne l'historien antique Manéthon au roi « gouverneur » (ou régent) qui gouverne Saïs de -688 à -672[1] sous les XXIVe et XXVe dynasties égyptiennes.

Néchepso soutient un mouvement de rébellion contre les Nubiens (XXVe dynastie) et dans le même temps Taharqa est repoussé une première fois par les Assyriens et regagne Napata, annonçant les prémices de la future dynastie saïte. On voit l'apparition d'une renaissance artistique inspirée de l'Ancien Empire. Il est le dernier souverain que l'on appelle « Proto-Saïte ».

Généalogie[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Pseudo-Néchepso[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Néchepso ou de Néchepso-Pétosiris circulent des textes revenant à un Pseudo-Néchepso ou à un Pseudo-Pétosiris. Ces textes écrits en grec traitent d'astrologie, de numérologie ; ils ont été rassemblés par E. Riess en 1891-1893 (Nechepsonis a Petosiridis fragmenta)[2]. Le titre est souvent : Astrologoumena. La date fait l'objet de débats : -80/-60 selon E. Riess, -150 selon J. Kroll[3] ; ils sont cités dès Thrasylle, astrologue de l'époque de Tibère (empereur de 14 à 37). Néchepso est présenté comme un pharaon et Pétosiris comme un prêtre à son service, alors que le Pétosiris historique vivait vers -300 et le Néchepso historique plus anciennement encore (peut-être Nekauba, roi gouverneur de Saïs, de -688 à -672, sous la XXVIe dynastie saïte).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon K. A. Kitchen
  2. E. Riess, Nechepsonis et Petosiridis fragmenta magica in Philologus, Supplementband 6 (1892), p. 327–394. Ajouter : "Un fragment de Néchepso" sur des formules apotropaïques pour chasser des maladies par les esprits du mal : Papyri in honorem Johannis Bingen octogenarii, Louvain, 2000, p. 61-71.
  3. W. Kroll, Aus der Geschichte der Astrologie in Neue Jahrbücher für das Klassische Altertum, Geschichte und Deutsche Literatur, 7 (1901), p. 559–577. W. Kroll in Pauly-Wissoa’s Real-Encyclopadie der classischen Altertumswissenschaft, vol. 16 (1935), cols. 2160–2167 ; vol. 19 (1938), col. 1165. F. Cumont, L'Égypte des astrologues, Bruxelles, 1937, rééd. 1982, 254 p. Dictionnaire des philosophes antiques, CNRS, t. IV, p. 601-615.