Hervé Renard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renard (homonymie).

Hervé Renard
image illustrative de l’article Hervé Renard
Hervé Renard en juin 2018.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Maroc Maroc (sélectionneur)
Biographie
Nom Hervé Renard
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (49 ans)
Lieu Aix-les-Bains (France)
Taille 1,84 m (6 0)
Période pro. 1983-1998
Poste Défenseur puis Entraîneur
Parcours senior1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1983-1990Drapeau : France AS Cannes087 0(0)
1991-1997Drapeau : France Stade de Vallauris105 0(2)
1997-1998Drapeau : France SC Draguignan023 0(1)
Total215 0(3)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1999-2001Drapeau : France SC Draguignan
2004Drapeau : Angleterre Cambridge United04v 07n 14d
2005-2007Drapeau : France AS Cherbourg22v 31n 28d
2008-2010Drapeau : Zambie Zambie15v 07n 11d
2010-2011Drapeau : Angola Angola02v 00n 03d
2011Drapeau : Algérie USM Alger09v 08n 06d
2011-2013Drapeau : Zambie Zambie17v 13n 06d
2013-2014Drapeau : France FC Sochaux11v 08n 13d
2014-2015Drapeau : Côte d'Ivoire Côte d’Ivoire09v 05n 04d
2015Drapeau : France LOSC Lille03v 07n 04d
2016-Drapeau : Maroc Maroc18v 07n 07d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 25 juin 2018

Hervé Renard, né le à Aix-les-Bains (Savoie), est un footballeur français devenu entraîneur.

Il a remporté deux Coupes d'Afrique des nations avec la Zambie en 2012 et avec la Côte d'Ivoire en 2015, devenant ainsi le premier entraîneur à remporter deux Coupes d'Afrique avec deux sélections différentes.

Il a disputé en 2018 sa première Coupe du Monde en tant qu'entraîneur avec la sélection du Maroc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Hervé Renard, joueur modeste, a joué à l'AS Cannes (1983-1990), au stade de Vallauris (1991-1997), et au SC Draguignan (1997-1998)[1]. Peu exposé au haut niveau, il ne compte dans sa carrière de joueur qu'un seul match de D1, joué contre le Matra Racing lors de la saison 1988-1989, sous les ordres de Jean Fernandez.

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Après sa carrière de joueur, il décide très vite de passer ses diplômes d'entraineur. Il entraîne alors le club qu'il a quitté quelques années auparavant : le SC Draguignan. Durant deux saisons, il fait progresser le club, passant de la DH au CFA. En 2001, le globe-trotteur Claude Le Roy, vainqueur de la CAN 1988 avec le Cameroun et en quête d'un adjoint, le contacte pour un poste au Guizhou Renhe. Après une courte escale à Nam Dinh, au Vietnam, Hervé Renard rejoint son mentor Claude Leroy à Cambridge United, pensionnaire de la 4e division anglaise. Le 1er juillet 2004, il devient entraîneur de Cambridge, succédant à Claude Le Roy. Le 12 décembre 2004, après huit défaites lors des neuf derniers matches des U's, il est limogé[2]. Il se retrouve au chômage après cet échec sportif et accepte en National la proposition de Cherbourg, qu'il entraîne deux saisons. Après cette expérience, il se retrouve une fois encore adjoint de Le Roy avec le Ghana, qu'il réussit à mener à la troisième place du championnat d'Afrique des nations. Puis, il est nommé le 7 mai 2008 à la tête de l'équipe de Zambie. Il réussit également l'exploit d'atteindre les quarts de finale de la CAN 2010, une première depuis quatorze ans.

En avril 2010, il décide de se retirer de la sélection de Zambie. Le 8 avril 2010, Hervé Renard est officiellement nommé sélectionneur de l'Angola pour deux ans[3]. Non payé et en difficulté pour obtenir un visa de travail, il décide de démissionner en octobre, six mois seulement après sa nomination[4].

Il s'engage avec l'USM Alger en janvier 2011 pour deux ans et demi. Une clause dans son contrat lui permet de partir s'il est sollicité par une sélection nationale[5], il retrouve en novembre 2011 son poste de sélectionneur de l'équipe de Zambie. Il reprend donc une sélection qui vient de se qualifier à la CAN 2012. À la surprise générale et après un exploit collectif, la Zambie remporte la finale face à la Côte d'Ivoire durant les tirs aux buts sur un score de 8-7 (0-0 au terme du temps réglementaire). Il permet ainsi à la Zambie de remporter la toute première CAN de son histoire[6].

Il rejoint officiellement le FC Sochaux Montbéliard le 7 octobre 2013 après la démission d'Éric Hély à la suite des mauvais résultats de l'équipe[7]. Ses débuts sont peu concluants et Sochaux termine la première partie de la saison, avant-dernier du championnat malgré un 8e de finale de Coupe de la Ligue. Emmanuel Mayuka, Nathan Sinkala et Stoppila Sunzu retrouvent leur ancien sélectionneur en venant à Sochaux lors du mercato hivernal. À partir de là commencent les bons résultats pour Sochaux. Au soir de la 29e journée, Sochaux obtient une cinquième victoire en six matchs de rang à domicile. Le 17 mai 2014, Sochaux est cependant relégué en Ligue 2 après sa défaite 0-3 face à Évian, terminant 18e du championnat avec 40 points. Sochaux termine 5e sur la phase retour du championnat. Toutefois, Hervé Renard reste très apprécié par les supporters sochaliens.

Lors du match Maroc-Portugal à la Coupe du monde 2018.

Le , il retourne en Afrique et devient le nouveau sélectionneur de la Côte d'Ivoire, en remplacement de Sabri Lamouchi, qui a démissionné de son poste à la suite de l'élimination des « Éléphants » au 1er tour de la Coupe du monde 2014. Le , il remporte sa deuxième Coupe d'Afrique des nations comme entraîneur en battant le Ghana en finale de la CAN 2015 aux tirs au but (0-0 a.p, 9:8 t.a.b.)[8].

Le 25 mai 2015, Hervé Renard signe avec le LOSC pour une durée de trois ans, en remplacement de René Girard. Six mois plus tard, le 11 novembre, le LOSC met fin à ses fonctions : l'équipe ne compte que deux victoires et son attaque, avec seulement 7 buts, est la deuxième plus mauvaise du championnat.

Le 16 février 2016, Hervé Renard est de retour en Afrique et devient sélectionneur du Maroc, en succédant Badou Zaki[9]. Il réussit ses débuts avec deux victoires consécutives face au Cap-Vert, qualifiant ainsi le Maroc pour la CAN-2017.

Lors de cette compétition, disputée au Gabon, le Maroc impressionne bien qu'il soit privé de nombreux blessés (Boufal, Belhanda, Amrabat, Taarabt..) en battant le tenant du titre, la Côte d'Ivoire, ce qui permet aux Lions de l'Atlas de passer en quart de finale, après un peu plus de dix ans de malédictions. Ils sont finalement battus par l'Égypte 1-0 en toute fin de match malgré une bonne prestation.

Le 11 novembre 2017, Renard qualifie le Maroc à la Coupe du Monde 2018 grâce à une victoire 2-0 contre la Côte d’Ivoire.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Hervé Renard est en couple avec Viviane Dièye[10], l'ex femme du sélectionneur Bruno Metsu, et a aussi une fille Candide Renard avec une autre femme dont il est séparé.

Matchs en tant que sélectionneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En sélection[modifier | modifier le code]

Hervé Renard à la CAN 2015 lors du match Côte d'Ivoire-Algérie.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Décorations officielles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Renard. Chenapan, Libération.
  2. Cambridge dismiss manager Renard, www.bb.co.uk, 12 décembre 2004.
  3. « Renard pour deux ans en Angola », sur afrik-foot.com, (consulté le 31 janvier 2016).
  4. Angola: Hervé Renard se retire, www.rfi.fr, 1er octobre 2010.
  5. « Docteur Hervé, Mister Renard », sur francefootball.fr (consulté le 13 février 2012).
  6. « La Zambie sacrée championne d'Afrique », sur opl.fr (consulté le 13 février 2012).
  7. « Hervé Renard nommé », sur lequipe.fr, (consulté le 7 octobre 2013).
  8. « La Côte d'Ivoire sacrée contre le Ghana », sur L'Équipe.fr, (consulté le 8 février 2015).
  9. Hervé Renard nouveau sélectionneur du Maroc sur L'Équipe, 16 février 2016.
  10. « Hervé Renard et Viviane Dièye, la veuve de Metsu, la nouvelle romance », sur leral.net,
  11. Yaya Touré couronné pour la deuxième année consécutive
  12. Aubameyang et Mbwana Samatta en or.
  13. « CAN 2015 : jackpot pour les vainqueurs ivoiriens », sur lepoint.fr, (consulté le 10 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]