Oyem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une localité du Gabon
Cet article est une ébauche concernant une localité du Gabon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Oyem
Image illustrative de l'article Oyem
Administration
Pays Drapeau du Gabon Gabon
Province Woleu-Ntem
Département Woleu
Maire
Mandat
Vincent Essono Mengué[1]
4 ans
Démographie
Gentilé Oyémois(e)
Population 60 000 hab.
Densité 1,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 1° 37′ 00″ Nord, 11° 35′ 00″ Est
Altitude 650 m
Superficie 3 846 500 ha = 38 465 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte administrative du Gabon
City locator 14.svg
Oyem

Géolocalisation sur la carte : Gabon

Voir la carte topographique du Gabon
City locator 14.svg
Oyem

Oyem est une ville du Gabon, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem et chef-lieu du département de la Woleu. Avec une agglomération de 60 000 habitants, c'est la quatrième ville du pays après Libreville, Port-Gentil et Franceville en terme démographique. La surface de la commune est 38 465 km2[2].

Située à 650 m d'altitude, Oyem bénéficie d'un climat plus frais que Libreville.

Carrefour entre le Cameroun, le Gabon et la Guinée équatoriale, la ville est tournée vers le commerce et dominée par les échanges avec les pays voisins, Guinée équatoriale et Cameroun.

C'est la capitale régionale du Nord et le centre du pays fang qui s'étend du pays Ewondo (Yaoundé au Cameroun) jusqu'à Libreville. Elle est principalement habitée par des Fangs mais comprend aussi une très forte communauté d'éleveurs et commerçants haoussas, de culture et de religion musulmanes.

Akouakam est le plus grand quartier de la ville et aussi le plus populaire avec son stade de football et sa population diversifiée (fang, haoussa, peul, bamiléké) communiquant et échangeant en langue fang.

La ville est signataire d'un accord de partenariat avec Clermont-Ferrand depuis le 12 avril 2006[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le peuplement de la ville est relativement récent. Si l'on peut penser que d'autres peuples ont séjourné dans la zone jusqu'au début du XIXe siècle, il n'en demeure pas moins que les Fang qui l'habitent sont arrivés et se sont installés définitivement vers les années 1810 avec la fondation d'un des tout premiers villages, Angone, par le patriarche Mbeng Mintsa.

Le clan Nkodjeign a certainement initié ce peuplement. Venant du Cameroun et passant par la Guinée équatoriale, les Nkodjeign se sont d'abord installés dans les collines du Mont Miyele où ils exploitaient l'arachide comme ils le faisait sur les collines de Yaoundé.

Angone, fondé vers 1810, va entraîner la fondation d'autres villages dans lesquels évoluera la grande famille Nkodjeign. Akoakam est fondé par Ndong Owono vers 1830, Methuign vers 1840 par Atomo Ndong, Adjougou vers 1845, Meka'a vers 1850 par Ekoga Ndong. Ce sont les principaux villages qui vont constituer l'essentiel de la communauté qui va se développer et devenir un comptoir allemand en 1903 avec Weber. En 1915, Oyem qui fait alors partie du Neu Kamerun et donc de l'empire allemand, est repris par les Français lors de la bataille de Mimbeng.

Le nom Oyem viendrait d'un gigantesque arbre qui se dressait à quelques mètres de la tribune officielle et qui fut coupé au début des années 1990. En fait c'est le grand village Akoakam qui s'étendait jusqu'à l'actuelle tribune qui s'appelait Oyem (c'est un arbre). Oyem fut confondu avec la petite ville naissante. Oyem est devenue commune de moyen exercice en 1958 et son premier maire fut Bernard Obiang 'Ekour'andiè' qui avait pour grand adversaire politique Edouard Evouna d'Akoakam. C'est le père de ce dernier qui d'ailleurs offrit aux Haoussas en 1899 son hospitalité et leur permit de s'installer.

La zone d'Oyem est peuplée de plusieurs clans ou lignages : les Nkodjeign qui occupent la quasi-totalité de la commune (Angone, Adjougou, Meka'a, Methuign, Keng Alo'o, Ako'o barrage, Essong, Mfoul, Adzabilone, Ewormekok…), Odzip, Yenguin, Yeffa (canton Kyè dont Anguia et Essomo Yeffa), Essangui et un seul village Eba'a (Abam Eba, dans le canton Kyè).

Transports, économie, éducation et fonction militaire[modifier | modifier le code]

Oyem dispose d'un aéroport situé à Ewormekok, qui permet de rejoindre Libreville en moins d'une heure par avion, d'un hôpital régional construit par les Canadiens et d'un lycée d'État qui accueille des élèves de toute la région.

Il existe également un collège catholique à Angone, un collège protestant à Mfoul, un collège privé Ondo & Fils. L'ancien CES public est devenu le lycée d'excellence qui va accueillir les meilleurs élèves de la région avec une classe préparatoire.

À Angone, à quelques kilomètres du centre ville, se situe l'École de Développement Rural, appelé anciennement école des cadres Ruraux. On y trouve aussi la société Sobraga qui brasse et embouteille la fameuse bière Régab et Castel ainsi que d'autres boissons gazeuses (Coca-Cola, Fanta, Top, etc.).

Oyem est aussi la deuxième région militaire du Gabon et le siège de la légion de gendarmerie Nord (Woleu-Ntem et Ogooué-Ivindo).

C'est la capitale d'une région frontalière avec trois pays, le Cameroun au nord, la Guinée équatoriale à l'ouest et la République du Congo à l'est ; elle est ainsi au centre d'une activité commerciale transfrontalière[5].

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des évêques d'Oyem.

Oyem est le siège d'un évêché catholique créé le 29 mai 1969.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • La romancière gabonaise Justine Mintsa est née à Oyem, en 1957.
  • Pierre Claver Zeng, né à Oyem en 1953, est un artiste et un homme politique ; il est mort en 2010.
  • Daniel Ona Ondo, homme politique né en 1945 est devenu Premier ministre du gouvernement le 27 janvier 2014.
  • le philosophe universitaire et mvettologue Grégoire Biyogo est natif d'Oyem.
  • Paulin Obiang Ndong (né en 1951), homme politique gabonais

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Vincent Essono Mengue élu maire d’Oyem », sur gabonactu.com,‎
  2. « Gabon: Oyem: une ville entre deux frontières »
  3. « Oyem (Gabon) », sur international.clermont-ferrand.fr (consulté le 29 mars 2016)
  4. « Jumelages », sur http://international.clermont-ferrand.fr (consulté le 29 mars 2016)
  5. Serge Loungou, « La frontière nord du Gabon : une brève étude de géographie politique », Espace, populations, sociétés, vol. 17, no 3,‎ , p. 439-449 (p. 445) (lire en ligne [PDF])

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Félix Befene-Bibang, Étude urbaine d'Oyem, ville du nord-Gabon, Université Bordeaux 3, , 652 p., 2 vol. — Thèse de géographie
  • Mylène Rémy, « Oyem  », dans Le Gabon aujourd'hui, Paris, Éd. du Jaguar, (ISBN 978-2-86950-395-3), p. 197-198
  • Casimir Alain Ndhong Mba, Sur la piste des Fang. Racines, us et coutumes, L'Harmattan, coll. « Études africaines », , 168 p.
  • PNUD, Document de marketing, province du Woleu-Ntem, (lire en ligne [PDF])