Équipe du Maroc de football

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Équipe du Maroc
Écusson de l' Équipe du Maroc
Généralités
Confédération CAF
Emblème La couronne royale alaouite
Couleurs Rouge et vert
Surnom أسود الأطلس
ⵉⵣⵎⴰⵡⵏ ⵏ ⵡⴰⵟ ⵍⴰⵚ
(Les Lions de l'Atlas)
Stade principal Stade Mohammed-V
Classement FIFA en augmentation 22e (23 juin 2022)[1]
Personnalités
Sélectionneur Walid Regragui
Plus sélectionné Noureddine Naybet (115)
Meilleur buteur Ahmed Faras (45)
Rencontres officielles historiques
Premier match Maroc 3 - 3 Irak
()
Plus large victoire Maroc 13 - 1 Arabie saoudite
(Casablanca )
Plus large défaite Maroc 0 - 6 Hongrie ().
Palmarès
Coupe du monde de football Phases finales : 6
Huitième de finaliste en 1986
Coupe d'Afrique des nations Phases finales : 18
Médaille d'or, Afrique Vainqueur en 1976
Jeux olympiques Quart de finale en 1972

Maillots

Kit left arm mar22h.png
Kit body mar22h.png
Kit right arm mar22h.png
Kit shorts mar22h.png
Kit socks mar22hl.png

Domicile
Kit left arm mar22a.png
Kit body mar22a.png
Kit right arm mar22a.png
Kit shorts mar22a.png
Kit socks mar22al.png

Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Équipe du Maroc de football à la Coupe du monde 2022

L'équipe du Maroc de football, surnommée « les Lions de l'Atlas », représente le Maroc dans les compétitions internationales masculines de football. Elle a été créée en 1916 et son premier match officiel a eu lieu en contre l’équipe d’Irak (score : 3-3).

Elle a participé à 18 phases finales de la Coupe d'Afrique des nations, qu'elle a pu remporter qu’une seule fois en 1976 . Elle est arrivée en finale en 2004 et a été classée 3e en 1980. En coupe du monde 1986, l’équipe du Maroc a pu se qualifier au premier tour après s’être qualifié en phases de poule sur une prestation digne des plus grands. En rencontrant l’Allemagne au premier tour, le Maroc s'incline 1-0, à la suite d'une erreur de placement du mur lors d’un coup franc fatal à la fin du match. Depuis cet exploit, le Maroc a été l’un des seuls pays arabes et nord africains à atteindre ce stade du tournoi.

Au niveau mondial, l'équipe a participé à six phases finales de la Coupe du monde de football, son meilleur résultat étant d'atteindre les huitièmes de finale (défaite 0-1 contre l'Allemagne en 1986).

Histoire

Sélection de la LMFA (1922-1955)

La sélection marocaine a été créée en 1928 et disputa donc son premier match lors de cette année, le face l'équipe B de France. La sélection marocaine s'est inclinée pour son premier match par une défaite sur le score de deux buts à un au Maroc. Cette sélection se composait des meilleurs joueurs de la LMFA ou Ligue du Maroc qu'il soient colons ou indigènes. Elle était en effet la formation qui représentait la Ligue du Maroc lors de certaines rencontres : face aux formations des autres ligues nord-africaines que sont celles d'Alger, d'Oran, de Constantine et de Tunisie qui représentaient elles aussi leurs ligues respectives puisque chaque année se déroulait un tournoi des ligues nord-africaines que le Maroc a remporté à plusieurs reprises notamment lors de la saison 1948-1949. Mis à part les rencontres du tournoi des ligues nord-africaines, la sélection de la LMFA affronta également quelques clubs de football tel que le club croate du NK Lokomotiva Zagreb le que relate l'Union des anciens joueurs nord-africains de football (UDAFAN). L'équipe du Maroc affronta également les équipes de France A et B avec par exemple le match nul arraché en 1941 face à l'équipe de France A à Casablanca sur le score d'un but partout ce qui est un exploit pour l'époque.

Larbi Benbarek, surnommé la perle noire est considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire. Pelé a dit ainsi : « Si je suis le roi du Football, alors Ben Barek en est le Dieu. »

Le , un tremblement de terre secoue la région d'Orléansville en Algérie qui provoque la destruction de la ville et la mort de plus de 1 400 personnes. Lors d'un accord entre Français et Maghrébins, la Fédération française de football organise un match de charité le pour venir en aide aux familles des victimes. Ce match oppose une sélection composée de Marocains, d'Algériens et d'un Tunisien face à l'équipe nationale de France au Parc des Princes. La sélection de l'Afrique du Nord menée par Larbi Benbarek dit la perle noire réussit à battre les Français sur le score de 3-2 un mois avant les attentats de la Toussaint rouge perpétrés en par le Front de libération nationale qui marqueront le début de la guerre d'Algérie[2].

Après l'indépendance (1957-1963)

La FRMF est créée en 1955 et a pris la place de la LMFA, à la fin du Protectorat français du Maroc qui était en place depuis 1912. L'équipe nationale marocaine dispute son premier match officiel en tant que pays indépendant contre l'Irak le , dans le cadre des Jeux Panarabes au Liban, match disputée dans la Cité sportive Camille-Chamoun, et qui se termine sur le score de trois buts partout[3]. Toujours dans la même compétition, l'équipe remporte sa première victoire face à la Libye par un score fleuve de cinq buts à un[4], et affronte ensuite la Tunisie et réussit à la battre, ce qui lui permet de se qualifiée en demi-finale grâce à une victoire par 3-1. Le Maroc termine premier du groupe 1 de la compétition[5]. Son parcours lors de sa première compétition, prend fin en demi-finale face à l'équipe de Syrie le . Bien que la rencontre se soit terminée par un match nul sur le score d'un but partout, ce sont les Syriens qui accèdent en finale dans cette compétition[6]. Le Maroc se retire de la compétition peu avant le match de classement face au pays hôte et finit à la quatrième place.

Entre 1957 et 1958, le Maroc dispute plusieurs rencontres amicales dont l'une face à l'équipe du FLN, équipe algérienne d'avant indépendance en 1958. Cette fameuse rencontre se termine ainsi à l'avantage des Algériens[7]. À partir de 1959, le Maroc a la possibilité de participer à sa première compétition internationale. Il débute les éliminatoires des Jeux Olympiques d'été de 1960. Dans un groupe composé de trois équipes, les lions de l'Atlas se classent 2e tout juste derrière les Tunisiens avec le même nombre de points, mais dont la règle de la différence de buts disqualifie l'équipe marocaine[8]. Durant cette même année, la fédération royale marocaine est définitivement affiliée à la FIFA[9].

L'année suivante en 1960, les Marocains participent également pour la première fois aux éliminatoires de la Coupe du monde de 1962. Le Maroc est placé dans le groupe 2 de ces éliminatoires et doit affronter l'équipe nationale tunisienne. Après deux matchs nuls se terminant par deux buts à un en faveur des Marocains à l'aller, puis le même score lors du retour pour les Tunisiens, un match barrage est ensuite prévu pour [10],[11]. Lors de cette même année, le Maroc affronte pour la première fois de son histoire, deux équipes européennes que sont la Yougoslavie et l'équipe de RDA. Ces deux rencontres amicales se terminent par des défaites[12],[13]. Pour le compte du match barrage qui se déroule face à la Tunisie le , le Maroc se déplace à Palerme en Italie tout comme les aigles de Carthage. Le match se termine encore une fois par un nul. Pour départager les deux équipes, un tirage au sort a lieu et tourne à l'avantage du Maroc qui gagne le droit de pouvoir continuer sa course pour la qualification[14],[15]. Le Maroc enchaîne sa course dans un groupe final, où les lions de l'Atlas réussissent à décrocher un ticket au détriment du Ghana pour affronter l'Espagne, dernière étape pour une qualification[16]. L'équipe du Maroc est finalement battue à la suite de deux défaites successives face aux Espagnols par 1-0[17], puis 3-2[18].

Stade d'honneur de Casablanca, futur Stade Mohammed V durant les Jeux panarabes de 1961.
Mohamed Massoun entraîneur de l'équipe du Maroc aux années soixante.

Durant cette même année toujours en 1961, le Maroc organise les Jeux panarabes de 1961 qui se déroulent à Casablanca sous la forme d'un championnat avec six équipes participantes. La Maroc sort vainqueur de la compétition où il réalise sa plus large victoire contre l’Arabie saoudite le par 13 buts à 1[19]. Il remporte également pour la première fois de son histoire, deux victoires face à une équipe nationale européenne : la RDA sur les scores de 2 buts à 1[20], et 2 buts à zéro[21]. En 1963, l'équipe rate la qualification à la CAN puisqu'elle est défaite par la Tunisie lors du match aller à Tunis sur le score de 4-1 tandis que lors du match retour elle réussit à se surpasser en infligeant aux Tunisiens une défaite par 4-2, qui n'est suffisant pour la qualification[22],[23],[24]. Elle dispute également les Jeux méditerranéens de 1963 où elle prend la quatrième place après une défaite lors de la petite finale face à l'équipe réserve d'Espagne par 2-1[25].

Premières apparitions internationales et continentales (1963-1976)

Pays-Bas vs Maroc, match amical en à Amsterdam.

Le Maroc participe à sa première compétition internationale dans le cadre des Jeux olympiques d'été de 1964 se déroulant dans la ville de Tokyo au Japon, grâce à des éliminatoires menées haut la main par la sélection[26]. Lors de ces jeux sous la houlette de Mohamed Massoun, l'équipe du Maroc dans un groupe composé de seulement trois équipes à la suite du forfait de la Corée du Nord, enregistre deux défaites successives sur les deux matchs disputés, tout d'abord face la Hongrie sur le score de 6 buts à 0 où de nos jours, cette défaite est la plus sévère qu'a connu le Maroc[27], puis face à la Yougoslavie par 3-1 malgré l'ouverture du score par les Marocains à la 2e minute de jeu par l'intermédiaire d'Ali Bouachra[28]. La fédération royale marocaine s'affilie en 1966, à la Confédération africaine de football, ce qui permet à sa sélection de participer à des compétitions africaines[29]. L'année suivante, les Marocains participent aux Jeux méditerranéens de 1967, largement ratés[30]. Le Maroc réussit les éliminatoires aux Jeux olympiques d'été de 1968 lors du tour final au détriment du Ghana[31], sans pour autant y participer devant son refus de jouer contre Israël[32].

Les années 1968 et 1969 sont consacrées aux éliminatoires à la Coupe du monde de 1970. Dans ceux-ci, le Maroc débute très bien ces éliminatoires par une première victoire face au Sénégal sur le score d'un but à zéro. Les Marocains poursuivent les qualifications en éliminant les Tunisiens par tirage au sort à la suite de trois matchs nuls. Le Maroc se qualifie ainsi pour la poule finale des éliminatoires aux côtés du Soudan et du Nigeria. Cette poule qui se déroule sous la forme d'un tournoi triangulaire, tourne finalement à l'avantage du Maroc qui réussit à prendre la tête du classement avec 5 points tout juste devant le Nigeria, ce qui permet au Maroc de participer à sa première coupe du monde[33]. Entre-temps, l'Algérie barre la route aux Marocains en aller-retour pour la CAN 1970[34],[35].

Après une qualification difficile en Coupe du monde, le Maroc devient donc le second pays africain de l'histoire à se qualifier pour une Coupe du monde puisque le premier à y avoir participé était l’Égypte en 1934 mais sans pour autant participer à un tournoi préliminaire[36]. La qualification face aux tunisiens durant ces éliminatoires, a été drôlement dure puisque après deux matchs nuls se terminant par zéro but partout[37],[38], les deux équipes maghrébines se sont opposés à Marseille et la rencontre s'étant terminé par 2-2[39], un tirage au sort a eu lieu et ce sont les Marocains qui passent au tour final.

"Juanito", la mascotte du Mondial de 1970

Le Maroc dispute donc sa première Coupe du monde en tant que deuxième nation africaine qualifiée sous la houlette du yougoslave Blagoje Vidinić, avec une équipe composée exclusivement de joueurs évoluant au championnat local dont Driss Bamous et Ahmed Faras[L 1],[40]. Lors du premier match disputé le face à l'équipe de RFA devant 12 942 spectateurs, le Maroc crée la surprise en ouvrant le score à la 21e minute par l'intermédiaire de Houmane Jarir. Menant à la mi-temps 1-0, les Allemands reprennent rapidement l'avantage grâce des réalisations de Uwe Seeler et Gerd Müller et remportent le match par 2-1[41]. Les Lions de l'Atlas affrontent ensuite le Pérou devant plus de 13 537 spectateurs. Cette fois-ci le Maroc ne réussit pas à inscrire le moindre but, et après avoir tenu plus d'une heure, la sélection marocaine est écrasée et concède 3 buts aux Péruviens en 10 minutes de jeu[42],[36]. À la suite de cette défaite la qualification au tour suivant est définitivement impossible. Pour le dernier match face à la Bulgarie qui a lieu le , l'équipe du Maroc arrache le nul par 1-1 après l'ouverture du score par les bulgares lors de la 40e minute, Maouhoub Ghazouani égalise à la 60e minute, ce qui permet au Maroc d'obtenir le premier point africain dans la compétition[43],[36].

Lors de cette même année en 1970 après la Coupe du monde, les Lions de l'Atlas réussissent à barrer la route à l'Algérie lors du 1er tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique 1972[44]. Puis pour le 2e tour, le Maroc se voit affronté les pharaons d'Égypte. Après un match aller se terminant en faveur du Maroc sur le score de 3 buts à 0[45], les égyptiens remportent le match retour par 3-2 et de ce fait[46], c'est le Maroc qui se qualifie à la Coupe d'Afrique des nations de football 1972 pour la première fois de son histoire[47]. Durant cette première participation, le Maroc ne réussira à remporter aucune victoire sans en perdre une seule rencontre. Accompagné du Congo, du Soudan et du Zaïre, les Lions de l'Atlas inscriront 3 buts tous inscrit par Ahmed Faras en encaissant le même nombre puisque les trois rencontres du Maroc se sont terminés sur le score d'un but partout chacun[48],[49].

Après la CAN, le Maroc débute ensuite les éliminatoires aux jeux olympiques de 1972 et après deux victoires et deux matchs nuls, les Lions de l'Atlas se qualifient pour ces jeux. Débutant dans le groupe A du 1er tour au côté des équipes des États-Unis, d'Allemagne de l'Ouest et de la Malaisie. Les marocains débutent par une médiocre prestation puisqu'ils sont tenus en échec par les Américains sur le score de 0-0. Le Maroc subit ensuite une lourde défaite face aux allemands sur le score de trois buts à zéro avant de remporter son ticket de qualification au 2e tour grâce à une victoire face à la Malaisie sur le score fleuve de 6 buts à zéro avec notamment un triplé de l'attaquant de pointe Ahmed Faras. Toutefois, le Maroc perdra tous ces matchs lors du 2e tour face à l'Union soviétique par 3-0, le Danemark par 3-1 puis contre la Pologne sur le score de 5-0.

En 1973, le Maroc frôle de peu la qualification à la Coupe du monde 1974 en dépassant les trois premiers tours préliminaires permettant la qualification au groupe final en compagnie de la Zambie et du Zaïre. Mais les Lions de l'Atlas débuteront mal les qualifications avec une humiliante défaite à l'extérieur sur le score de 4-0 face à la Zambie. Le Maroc se reprend ensuite au deuxième match à domicile, remporté face à cette même équipe sur le score de 2-0 au Stade Saniat Rmel de Tétouan. Le Zaïre enchaînera de son côté deux autres victoires face à la Zambie avant de devoir rencontrer le Maroc. Cette rencontre qui permettra de savoir si le Zaïre se qualifiera directement en Coupe du monde se terminera par une grosse défaite marocaine sur le score de 3-0. L'équipe qui avait tenu le nul lors de la première mi-temps verra son capitaine et attaquant fétiche, Ahmed Faras, blessé à la mi-temps. Et ainsi après le départ de celui-ci, la formation marocaine va être complètement détruite par le Zaïre. L'équipe marocaine qui tentera de refaire jouer le match déclarera forfait lors de son dernier match à domicile face au même adversaire pour protester contre la FIFA et ne participera pas pour la même raison à la phase éliminatoire de la Coupe d'Afrique des nations. Entretemps, la FIFA avait attribué au Zaire une victoire sur le score de 2-0 sur tapis vert.

Durant l'année 1974, le Maroc dispute seulement deux matchs à la suite de son forfait envers la FIFA, les deux matchs se sont disputés face à l'Algérie : le premier au Maroc se termine par une victoire sur le score de 2-0 puis le second prend fin sur un score vierge et nul. Toutefois, après 1974, le Maroc reprend normalement les compétitions au sein de la FIFA et de la CAF, les Lions de l'Atlas réussissent donc la qualification à la CAN 1976 en éliminant de peu au dernier le tour le Ghana. Malgré cette qualification à la CAN, le Nigeria barrera la route au Maroc pour les Jeux Olympiques de 1976.

Entre succès et échecs : Première CAN (1976-1986)

Avec comme entraîneur le Roumain Gheorghe Mărdărescu, le Maroc emmené par son capitaine Ahmed Faras entame sa seconde participation en Coupe d'Afrique cette fois-ci disputée en Éthiopie. Lors de cette édition, la CAF décida d'adopter une nouvelle formule: Les deux premiers des groupes A et B se qualifient pour la poule finale. Ainsi les matchs à élimination directe à l'issue de la phase des groupes a complètement disparu cette année pour laisser place à un mini-championnat de quatre équipes dans lequel le premier est sacré champion d'Afrique. Un format similaire fût adopté lors de la coupe du monde 1950 au Brésil.

Le Maroc est versé au sein du groupe B, aux côtés du Soudan, du Zaïre et du Nigeria. Le Maroc affronte pour son premier match les Soudanais et fait un match nul sur le score de 2-2. Les Lions de l'Atlas affrontent ensuite le Zaïre et remportent la rencontre grâce à une réalisation de Abdelâali Zahraoui à la 80e minute permettant aux Marocains d'empocher les deux points de la victoire. Pour le dernier match du 1er tour, le Maroc se voit affronter les Super Eagles. La rencontre débute très mal pour le Maroc puisque les Nigérians ouvrent le score à la 5e minute sur pénalty. Mais la riposte marocaine ne se fait pas attendre et Ahmed Faras capitaine des Lions de l'Atlas égalisent à la 8e minute de jeu. Abdallah Tazi inscrit ensuite le second but pour le Maroc lors de la 19e minute avant les Lions de l'Atlas ne tuent le match par un troisième but inscrit à la 81e minute.

Grâce à cette victoire, le Maroc finit 1er de sa poule et se qualifie pour la poule finale accompagné des Nigérians. Le Maroc affronte pour son premier match l’Égypte dans le cadre d'un derby nord-africain. Cette rencontre se termine en faveur des Marocains qui ont d'abord ouvert le score par l'intermédiaire d'Ahmed Faras avant que les Égyptiens n'égalisent et que le Maroc reprenne l'avantage par un but de Abdelâali Zahraoui en fin de match. Les Marocains se confrontent ensuite une nouvelle fois aux Nigérians qu'ils avaient déjà battus 3-1 lors du premier tour. Cette rencontre a connu le même scénario, avec l'ouverture du score des Nigérians avant que les Marocains ne se réveillent et inscrivent deux buts par Ahmed Faras et Redouane Guezzar.

En tête du groupe avec 4 points, avant son dernier match décisif face à la Guinée deuxième avec 3 points. Une victoire des Guinéens serait fatale pour le Maroc qui peut se contenter d'un match nul. Mais la finale tournera rapidement à l'avantage du Sily National qui marque le premier but à la 33ème minute. Les Marocains qui semblaient s'éloigner du prestigieux trophée continental égalisent de justesse à la 86e minute grâce à Baba qui offre donc le premier et jusqu'á présent seul titre africain au Maroc.

Le Maroc frôla à deux reprises en 1974 et en 1982 la participation à la Coupe du monde, perdant devant le seul pays africain qualifié en 1974, le Zaïre, et en 1982 contre le Cameroun. À la CAN 1978, il ne confirma pas sa prestation de 1976, éliminé au premier tour.

En 1980, il prit la troisième place, battant l’Égypte sur le score de 2 buts à 0. À domicile en 1983, il remporta les Jeux Méditerranéens. Il ne se qualifia ni pour la CAN 1982, ni pour celle de 1984. À la CAN 1986, l’équipe du Maroc prend la quatrième place, battue par la Côte d’Ivoire sur le score de 3-2 avec des buts de Ghiati et de Sahil.

Génération dorée (1986-2004)

Le premier coup d'éclat en phases finales de Coupe du monde a eu lieu au Mexique en 1986. Après une première participation à la phase finale en 1970 au Mexique soldée par une élimination au premier tour, les Marocains entraînés à l'époque par le brésilien José Faria se qualifient à nouveau pour la Coupe du monde 1986 (toujours au Mexique). Emmené par des joueurs comme Aziz Bouderbala, Merry Krimau, Mohamed Timoumi et le légendaire Abdelmajid Dolmi, le Maroc devient le premier pays africain à passer le premier tour d'une Coupe du monde, après 2 matches nuls 0-0 contre l'Angleterre et la Pologne et une victoire 3-1 (doublé d’Abderrazak Khairi et but d’Abdelkrim Merry Krimau) contre le Portugal. Il fit aussi impression en sortant en tête d'un des groupes les moins inspirés devant l'Angleterre et la Pologne. En huitième de finale, l’équipe du Maroc perd de justesse (0-1) contre la RFA par un but à la 89e minute de Lothar Matthäus.

Lors de la CAN 1988, à domicile, le Maroc termine premier de son groupe, mais est battu par le Cameroun en demi, et prend la quatrième place en s’inclinant 1-1 tab 4-3 contre l’Algérie.

Il fut éliminé au premier tour de la CAN 1992. Il ne participa pas aux éditions de la CAN 1994 et 1996.

Après avoir manqué l'édition de la Coupe du monde de football 1990, les marocains se qualifient pour deux nouvelles phases finales, en 1994 et 1998. Si leur élimination au premier tour en 1994 est logique (3 défaites (0-1 contre la Belgique, 1-2 contre l’Arabie saoudite, but de Mohammed Chaouch et 1-2 contre les Pays-Bas, but de Hassan Nader), celle de 1998 est cruelle.

Après un match nul contre la Norvège (2-2, buts de Mustapha Hadji et d’Abdeljalil Hadda) et une défaite contre le Brésil (0-3), le Maroc entraîné par Henri Michel bat nettement (3-0, but d’Abdeljalil Hadda et doublé de Salaheddine Bassir) l'Écosse lors de son 3e match à Saint-Étienne mais se fait dépasser au classement par la Norvège qui l'emporte dans les dernières minutes de son match (et dans la polémique d'un penalty suspect) face à un Brésil déjà qualifié (2-1).

À la CAN 1998, après avoir fini premier du groupe, le Maroc fut éliminé en quarts par l’Afrique du Sud (1-2). Il remporta les 4e Jeux de la Francophonie en 2001. Pour la Coupe du monde 2002, il frôla la qualification à quelques buts près mais c’est le Sénégal qui se qualifia.

Des Lions de l'Atlas qui peinent à confirmer (2000-2006)

Plus récemment, après deux premiers tours en 2000 et 2002, le Maroc a refait parler de lui en atteignant la finale de la CAN 2004, mais sera battu par le pays organisateur, la Tunisie de Roger Lemerre (1-2, but de Youssef Mokhtari).

Deux ans plus tard, c'est encore la Tunisie qui lui barre la route du Mondial 2006, de même à la CAN 2006 où le Maroc fut éliminé au premier tour. Le , l’équipe du Maroc joue son premier match au Stade de France, contre la France, le match s'est soldé par un match nul (2-2, buts de Tarik Sektioui et de Youssef Mokhtari)[50].

Après la CAN, l'équipe du Maroc débute les éliminatoires combinés de la Coupe d'Afrique et de la Coupe du monde 2006 dans le groupe 5. Le Maroc est présent lors de ces éliminatoires au côté de la Tunisie qui lors de la CAN précédente a éliminé en finale les Lions de l'Atlas par 2-1, ensuite se trouvent les sélections du Malawi, du Kenya, de Guinée, du Burkina Faso puis du Botswana. La qualification pour la Coupe du monde est réservée au premier de chaque groupe tandis que pour la CAN, ce sont les trois premiers de chaque poules qui se qualifient à la compétition.

Le Maroc enchaîne rapidement plusieurs victoires et matchs nuls dont l'on notera les victoires face au Burkina Faso par 4-0[51], face au Kenya sur le score de 5-1[52], puis face au Malawi par 4-1[53]. Mais pour le dernier match se tenant en Tunisie le , le Maroc qui est classé 2e de son groupe tout juste derrière les tunisiens qui possèdent seulement un point de plus et qui n'a encore perdu aucun match doit absolument remporté la victoire pour se qualifier immédiatement en Coupe du monde.

L'équipe du Maroc en 2009 lors du match contre le Cameroun.

Les Lions de l'Atlas qui avaient cédé un nul à domicile face aux Aigles de Carthage lors du match aller se doivent à tout prix de remporter une victoire[54],[55]. Dès le début de la rencontre à la 3e minute les marocains ouvrent le score par l'intermédiaire de Marouane Chamakh. Les tunisiens égalisent ensuite par penalty lors de la 18e minute avant que le Maroc se ressaisit et inscrit le second but grâce à Talal El Karkouri à la 42e minute de jeu. Mais malheureusement au cours d'une action chanceuse sur centre du joueur tunisien Adel Chedli à la 69e minute, le ballon lobe le gardien Nadir Lamyaghri et rentre dans les cages de celui-ci[56]. La Tunisie est qualifié au détriment du Maroc alors que le Maroc n'avait perdu aucun match avec sous sa houlette, l’entraîneur marocain Badou Zaki[L 2].

Toutefois grâce à sa 2e place lors des éliminatoires, le Maroc est qualifié pour la Coupe d'Afrique 2006. Le tirage au sort verse les marocains dans le groupe A aux côtés de l'Égypte, pays organisateur, de la Côte d'Ivoire et de la Libye. Pour son premier match face aux Éléphants de Côte d'Ivoire, le Maroc est battu sur le score d'un but à zéro à la suite d'un penalty de Didier Drogba. Le match suivant l'oppose à l'Égypte devant son public, les marocains arrachent le nul puis pareil face à la Libye. L'équipe termine 3e avec deux points tout juste devant la Libye.

Des lendemains difficiles (2006-2012)

Le , le Maroc affronte pour la 5e fois de son histoire, l'équipe de France et de plus, c'est la première rencontre entre eux qui se déroule au Stade de France. Le Maroc parvient à match nul par 2-2. Lors de cette même année, l'équipe du Maroc parvient à se qualifier à l'édition 2008 de la Coupe d'Afrique des nations. Le Maroc comme lors des deux dernières éditions est versé dans le groupe du pays organisateur qu'est le Ghana accompagné de la Guinée et de la Namibie. Les Lions de l'Atlas débuteront avec les chapeaux de roue la compétition en écrasant la Namibie sur le score de 5-1 grâce notamment à un triplé de Soufiane Alloudi. Malheureusement, la blessure de Alloudi durant la rencontre privera l'équipe marocaine de son principaux atout et perdra ensuite ces deux matchs suivants : défaite sur le score de 3-2 face à la Guinée, et défaite face au pays organisateur, le Ghana sur le score de 2-0.

Maroc-Niger lors d'un match amical en 2011

L'équipe marocaine participe ensuite aux éliminatoires combinés de la Coupe d'Afrique et de la Coupe du monde 2010. Avec Fathi Jamal à la tête de la sélection par intérim, le Maroc domine le premier tour des qualifications avec 3 victoires et une défaite au terme du mois de juin 2008. La victoire face à l'Ethiopie sera finalement annulée à la suite de son exclusion par la FIFA. Ceci ne prive cependant pas le Maroc maintenant sous la houlette du Français Roger Lemerre nommé entraîneur du Maroc le de finir premier du groupe avec 9 points, avec à la clé une victoire lors de la dernière rencontre face à la Mauritanie sur le score de 4-1. Mais à partir de 2009, après la défaite face au Gabon lors de la première journée comptant du dernier tour sur le score de 2-1 à domicile le . Le général Hosni Benslimane, président de la FRMF depuis 1995 démissionne à la suite des mauvais résultats. Il est remplacé par Ali Fassi Fihri le .

Malgré ce changement de président, le Maroc ne parvient toujours pas à gagner et cède deux matchs nuls face au Cameroun à l’extérieur et puis contre le Togo pourtant privé de son attaquant fétiche Emmanuel Adebayor à domicile, avec notamment un pénalty raté de Mounir El Hamdaoui. Le , Roger Lemerre est remercié par FRMF, Hassan Moumen prend le relais aidé par 3 adjoints. Toutefois malgré ce changement d’entraîneur, le Maroc enchaîne un autre match nul face au Togo cette fois-ci à l’extérieur. Adel Taarabt égalisant en toute fin de rencontre. Puis, les Marocains finiront la dernière ligne droite par une campagne de qualification catastrophique avec deux autres défaites sur le score de 3-1 face au Gabon à l’extérieur puis 2-0 contre le Cameroun à Fès. Le Maroc finit dernier de son groupe et ne se qualifie à aucune compétition.

En 2010, l'équipe ne dispute que très peu de matchs sous la houlette de Dominique Cuperly, entraîneur par intérim et futur entraîneur adjoint en attendant la nomination le du Belge Eric Gerets qui redonne un nouveau souffle à une équipe qui avait chuté à la 95ème place au classement FIFA en septembre 2010, le pire de l'histoire de la sélection marocaine. En effet sous la houlette de Gerets, le Maroc réussit la qualification à la Coupe d'Afrique des nations 2012 en remportant le dernier match décisif face à la Tanzanie sur le score de 3-1. Lors de ces éliminatoires, l'Algérie qui avait battu le Maroc lors du match aller à Annaba sur le score de 1-0, va être écrasée lors du match retour à Marrakech sur le score de 4-0.

El Hamdaoui (centre) contre deux défenseurs Angolais à la Coupe d'Afrique des nations de football 2013.

Toujours sous la houlette Eric Gerets, l'équipe du Maroc dispute sa 14e CAN de son histoire lors de l'édition 2012 de la Coupe d'Afrique des nations. Comme depuis 2004, l'équipe se trouve dans le groupe d'un des pays organisateur, le Gabon. Mis à part le Gabon, la Tunisie ainsi que le Niger sont présents dans le groupe. L'équipe débutera très mal la compétition avec une première défaite face à la Tunisie sur le score de 2-1. Le Maroc doit ensuite affronter le pays organisateur, cette rencontre se termine à l'avantage des Gabonais qui remportent la rencontre sur le score de 3-2 malgré l'ouverture du score par les Marocains par Houssine Kharja auteur d'un doublé. Le Maroc est ainsi éliminé et bat lors de son dernier match l'équipe du Niger sur le score d'un but à zéro.

Toutefois malgré cette médiocre prestation au niveau continental, le Maroc participe à la coupe arabe des nations de football avec une équipe composée entièrement de joueurs marocains évoluant au championnat national. L'équipe prend la première place lors des phases de groupe devant la Libye. La qualification aux demi-finales assurée, le Maroc se voit ensuite affronter l'Irak qui n'a pas pris part à la compétition depuis bien longtemps. La rencontre tourne à l'avantage des Marocains qui inscrivent deux buts contre un pour l'Irak. La Libye de son côté réussit à se défaire du pays organisateur, l'Arabie saoudite et doit donc affronter en finale les Lions de l'Atlas. La compétition est finalement remportée par les marocains le grâce à la victoire lors des tirs au but après un match nul sur le score d'un but partout.

Pires années sombres (2013-2015)

À la suite de la défaite face au Mozambique 2-0 en match aller comptant des éliminatoires de la CAN 2013, le sélectionneur belge Eric Gerets sera limogé pour laisser place à Rachid Taoussi. L'entraîneur établira ses plans pour construire une nouvelle équipe nationale marocaine, composé en partie de joueurs évoluant dans le championnat marocain et d'autres joueurs issus des championnats étrangers. Lors de son premier match en tant que sélectionneur, le Maroc renverse la vapeur en écrasant le Mozambique 4-0 au match retour au Stade de Marrakech permettant aux Lions de l'Atlas de se qualifier pour la phase finale de la CAN 2013.

À l'occasion de la CAN 2013 ayant lieu en Afrique du Sud, le Maroc tombe dans un groupe avec le pays organisateur, le Cap-Vert ainsi que l'Angola. Le sélectionneur décide entretemps début 2013 d'effacer de sa liste certains joueurs clés de l'effectif marocain. Ainsi, des joueurs tels Marouane Chamakh, Mbark Boussoufa et notamment Houssine Kharja buteur de la précédente CAN avec trois buts seront par conséquent les principaux absents. Le Maroc fait match nul lors de ses trois rencontres. Cependant, il rate de peu la qualification pour les quarts de finale. Lors de la dernière rencontre à Durban face au pays hôte. Le Maroc mène à la marque à deux reprises dont un but à la 81ème minute par Abdelilah Hafidi, avant d'être rejoint par les Sud-Africains. Les Marocains tiennent leur qualification jusqu'à la 90ème minute, où dans l'autre rencontre, le Cap Vert réussit à inscrire le but de la victoire face à l'Angola, privant les Lions de l'Atlas des quarts de finale.

Rachid Taoussi restera aux commandes de l'équipe nationale lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Le Maroc ne réussit pas à cette occasion à se hisser au dernier tour en terminant deuxième du groupe derrière la Côte d'Ivoire. Son contrat ne sera pas renouvelé et il quitte son poste en octobre 2013 juste après la rencontre amicale l'opposant à l'Afrique du Sud au Stade Adrar à Agadir. Le Maroc reste pendant quelques mois sans sélectionneur, avant la nomination du coach de l'équipe locale du Maroc Hassan Benabicha pour assurer l'intérim lors de la rencontre amicale opposant le Maroc au Gabon à Marrakech en mars 2014 (match nul 1-1) en attendant la venue d'un nouveau sélectionneur.

En , Badou Zaki, ancien sélectionneur du Maroc lors de la CAN 2004, est nommé nouveau sélectionneur des Lions de l'Atlas. Le sélectionneur comptera sur les talents européens pour reconstruire totalement l'équipe du Maroc, avec des joueurs principaux gardés spécialement pour leur expérience, notamment Mehdi Benatia, Karim El Ahmadi ou encore Nordin Amrabat. Badou Zaki sera à l'origine de la venue de la pépite néerlando-marocaine Hakim Ziyech en sélection marocaine, âgé alors seulement de 22 ans, le gardien Munir Mohand Mohamedi ainsi que Hachim Mastour. Afin de préparer la future compétition CAN 2015 qui se déroule cette fois-ci au Maroc, Badou Zaki décide avec la FRMF d'effectuer un stage de préparation au Portugal avec à la clé deux matchs amicaux face au Mozambique (victoire 4-0) et l'Angola (défaite 2-0) ainsi qu'une troisième rencontre à Moscou face à la Russie (défaite 2-0). Les Marocains enchaînent alors avec une série de rencontres amicales fin 2014 où l'équipe fait bonne figure avec 5 victoires et un nul face au Qatar.

Un grand nombre de binationaux optent pour une carrière internationale avec le Maroc (depuis 2015).
Pays-Bas France Espagne

À quelques mois de la compétition, alors que la maladie Ebola fait des milliers de morts en Afrique, la fédération marocaine de football décide d'annuler la compétition afin de garder la sécurité au citoyen marocain. Le président de la Confédération africaine de football décide de pénaliser le Maroc en l'excluant de la compétition qui a finalement été déplacée en Guinée équatoriale. Le Maroc affronte ensuite en amical l'équipe d'Uruguay en mars 2015. A cette occasion, le coach impressionne en alignant une toute nouvelle composition avec notamment le retour de Marouane Chamakh et de Houssine Kharja. La rencontre s'est soldée par une défaite des Marocains sur un pénalty transformé par Edinson Cavani.

Privé dans un premier temps par la CAF de deux CAN consécutives à la suite de l'épisode de la CAN 2015. Le Maroc obtiendra gain de cause auprès du Tribunal arbitral du sport qui annule cette sanction. Le Maroc se retrouve donc en compagnie du Cap Vert, de la Libye et du Sao Tomé et Principe dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017. Le Maroc entame à merveille sa campagne qualificative, en disposant de la Libye 1-0 à domicile et du Sao Tomé 3-0 à l'extérieur. Entretemps, les Lions de l'Atlas réussissent à se hisser difficilement à la phase des groupes des éliminatoires de la coupe du monde 2018 en prenant le meilleur sur la Guinée équatoriale 2-1 en score cumulé.

L'ère Hervé Renard (2016-2019)

CAN 2017 et les qualifications au Mondial 2018

En , Hervé Renard est officiellement nouveau sélectionneur du Maroc. Le Français décide alors de se passer de plusieurs joueurs cadre pour de jeunes joueurs évoluant en Europe et en Botola Pro. Avec une équipe nationale dont une moitié est née en France et l'autre soit aux Pays-Bas soit dans d'autres pays, Renard se servira de Mbark Boussoufa pour traduire les consignes du français au néerlandais pour les Marocains néerlandophones. Avec une équipe très soudée et dotée de beaucoup de talents tels que Hakim Ziyech, Sofiane Boufal ou encore Achraf Hakimi, l'équipe se qualifiera rapidement à la CAN 2017 qui a lieu au Gabon.

En , la CAN débute pour le Maroc par une défaite face à la République Démocratique du Congo. Après ce mauvais début de compétition, l'équipe marocaine enchaîne par une rencontre face au Togo. L'équipe togolaise marque le premier but. C'est alors une grande déception pour les supporters marocains avant que les Lions de l'Atlas ne se reprennent et finissent par l'emporter sur un score final de 3-1. Le troisième match a lieu le face à la Côte d'Ivoire. Avec un grand nombre de joueurs soit forfaits soit blessés, Hervé Renard fait confiance aux jeunes talents formés au Maroc, notamment Youssef En-Nesyri et Hamza Mendyl pour faire face à la 'grande' équipe de Côte d'Ivoire. À la 64e minute, Rachid Alioui marque un but légendaire qui qualifiera les Lions de l'Atlas en quarts de finale de la Coupe d'Afrique 2017.

Les quarts de finale se jouent le face à l'Égypte qui figure traditionnellement parmi les favoris de la compétition. Après une rencontre largement dominée par le Maroc, un corner est sifflé à la 87e minute en faveur des Egyptiens. Une erreur défensive de Mehdi Benatia met alors un terme à la CAN 2017 pour le Maroc qui est défait 0-1. Depuis 2004, les Marocains n'avaient plus jamais joué de quarts de finale d'une Coupe d'Afrique des Nations.

Le , les Lions de l'Atlas mettent un terme à 20 ans d'absence en Coupe du monde. Ils se qualifient sur une victoire de 2-0 face à la Côte d'Ivoire à Abidjan sur des buts de Nabil Dirar et Mehdi Benatia. Le Maroc boucle sa campagne de qualification pour le Mondial 2018 avec un bilan de trois victoires et trois nuls dont un retentissant 6-0 à domicile face au Mali et en n'encaissant aucun but. Chose qu'aucune nation qualifiée pour ce mondial n'a réalisé lors de ses éliminatoires. La qualification a été fêtée dans plusieurs villes au Maroc ainsi qu'à Paris, Amsterdam et Bruxelles.

En , la sélection marocaine des joueurs locaux emporte pour la première fois le Championnat d'Afrique des nations de football. L'édition 2018, cinquième édition du Championnat d’Afrique des Nations, a lieu au Maroc et a donc été emportée par le Maroc grâce à une victoire en finale face au Nigeria par quatre buts à zéro au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca[57]. Le Maroc est à ce jour, le seul pays hôte à avoir remporté cette compétition.

Coupe du monde 2018

Match de l'équipe du Maroc face à l'Espagne (2-2) en Coupe du monde 2018

Le tirage au sort de la phase finale est effectué le à Moscou. Le Maroc est placé dans le groupe B en compagnie du Portugal (Championne d'Europe en titre), de l'Espagne (Championne du monde en 2010) et de l'Iran (premier qualifié de la zone asiatique)

Hervé Renard sélectionne les 23 joueurs dont 8 joueurs formés en France, 5 aux Pays-Bas et 5 au Maroc. Le premier match des Lions de l'Atlas, considéré comme étant le match le plus décisif du groupe B avec l'Espagne et le Portugal prendra énormément d'ampleur au sein du groupe. Le Maroc jouera son premier match avec un nombre de 62 548 spectateurs dans les tribunes russes de Saint-Pétersbourg. L'équipe de l'Iran décidera de fermer les couloirs tout au long du match dans un jeu très fermé. À la 76e minute, Sofyan Amrabat entrera en jeu à la place de son frère Nordin Amrabat, victime d'une commotion cérébrale en plein match à la suite d'un choc avec un joueur iranien. Malgré la possession de jeu forte dominante en faveur des marocains, le match tournera tardivement au cauchemar à la 90 +5e minute où Sofyan Amrabat qui provoquera une faute pas loin de la surface de son propre camp en faveur des Iraniens. Étant la dernière action du match, Aziz Bouhaddouz, cherchant à pousser la balle en dehors des limites, fera l'erreur de pousser la balle dans son camp à la dernière minute du match. Le match se soldera alors sur une défaite d'un but à zéro en faveur des Iraniens, un scénario très inattendu par les supporters marocains. Le joueur formé en Allemagne recevra un tas de messages de soutien de la part du monde de football[58], afin de stimuler les Lions de l'Atlas pour leurs deux prochains matchs également décisifs. Le jeune joueur Amine Harit sera désigné homme du match par la FIFA[59].

Avec le retour de blessure de Nabil Dirar, Hervé Renard décidera de changer la charnière de la défense centrale Mehdi Benatia - Romain Saïss en titularisant Manuel da Costa à la place de Romain. Ce dernier n'a pas pu arrêter le rapide Cristiano Ronaldo qui marque d'un coup de tête le but à la 4e minute. Avec l'obligation de gagner le match sous peine de se faire éliminer de la compétition, les Marocains domineront le jeu et verront une dizaine d'occasions s'envoler en leur faveur, généralement par le capitaine Mehdi Benatia. À la 95e minute, le Maroc sera finalement éliminé de la compétition après le coup de sifflet final de l'arbitre Mark Geiger. Malgré un match étonnant de la part de Nordin Amrabat[60], revenu étonnement il y a 5 jours d'une commotion cérébrale, la FIFA décidera de nommer Cristiano Ronaldo homme du match. D'énormes polémiques feront surface le lendemain du match, notamment le but de Cristiano Ronaldo à la 4e minute où Pepe fait une faute sur Khalid Boutaïb ou encore une main dans la surface portugaise[61]. Nordin Amrabat critiquera vivement l'arbitre américain[62]. Ce dernier entraînera la FIFA à une enquête de courte durée sur l'arbitre américain qui s'en sortira sans problèmes[63].

Éliminé de la compétition, les Marocains feront preuve d'honneur dans le troisième match face à l'Espagne, considérés à cette période comme adversaire favori du groupe B. Mis sur le banc avant le début de la rencontre[64], Mehdi Benatia laissera son brassard au deuxième capitaine du Maroc, Mbark Boussoufa. Pressés et dominés dans le premier quart d'heure, Khalid Boutaïb profitera d'une perte de balle de Sergio Ramos dans le milieu de terrain pour aller marquer le premier but du Maroc dans la compétition dans un 1 contre 1 face à David De Gea à la 14e minute. La Roja fera très vite parler sa compétitivité en égalisant à la 19e minute sur un but d'Isco. Les Lions de l'Atlas seront largement dominés en première mi-temps sur le score de 1-1. En deuxième mi-temps, Hervé Renard fera rentrer Fayçal Fajr à la 63e minute. Ce dernier délivrera une passe décisive sur corner à Youssef En-Nesyri, également entré en jeu à la 72e minute, qui mettra le Maroc en avant sur le score de 1-2 à la 81e minute. Comme face à l'Iran, à la dernière minute, Iago Aspas égalisera la mise sur un but sifflé hors-jeu par l'arbitre Ravshan Irmatov avant que l'assistance vidéo VAR[65] voit les ralentis, et décide de valider le but espagnol[66]. Considéré comme le match le plus agité des phases de poules avec 6 cartons jaunes en faveur des Marocains, l'arbitrage sera à nouveau pris pour cible par beaucoup d'internautes et des joueurs également[67]. En effet, le 2e but espagnol n'était pas valable. Le but vient en effet d'un corner concédé à gauche mais qui est joué à droite. Cet erreur d'arbitrage prive le Maroc d'une victoire de prestige sur l'Espagne[68].Le Maroc peut sortir la tête haute en réussissant à marquer 2 buts, mais pourra nourrir quelques regrets.

Quelques jours après l'élimination du Maroc au Mondial 2018, la FIFA décidera de sanctionner sévèrement la FRMF, les condamnant à verser une amende de 65 650 dollars, soit près de 622 300 dirhams pour le comportement de Nordin Amrabat mais également de certains membres du staff[69].

CAN 2019 et démission d'Hervé Renard

En , après 41 mois à la tête de la sélection et une élimination du Maroc en huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations CAN 2019, Hervé Renard annonce sa démission[70],[71].

Le , Fouzi Lekjaa, président de la Fédération marocaine de football, officialise le recrutement de Vahid Halilhodžić qui fut notamment sélectionneur de l’Algérie et de la Côte d’Ivoire[72].

Parvenant à qualifier le Maroc à la CAN 2021, Les Lions de l'Atlas parviennent également sous sa houlette à remporter 18 points sur 18 (6 victoires) dans les qualifications de la coupe du monde 2022 dans un groupe composé de la Guinée, de la Guinée-Bissau et du Soudan, propulsant le Maroc dans les barrages.

En février 2021, le Maroc a remporté son deuxième titre du CHAN après une victoire 2-0 contre le Mali en finale au Cameroun sous Houcine Ammouta. Soufiane Rahimi reçoit la distinction du meilleur footballeur de la compétition et Anas Zniti du meilleur gardien.

Tenues, emblème et symboles de l'équipe du Maroc

Équipementier

De 2012 à 2019, l'équipementier de l'équipe du Maroc est Adidas succédant ainsi à Puma[73].

Cependant, en , à la suite d'un contrat de quatre ans signé avec la Fédération royale marocaine de football, la marque allemande redevient l'équipementier officiel de l'équipe de football marocaine[74].

Principaux maillots utilisés par l'équipe du Maroc
Kit left arm mar-historical.png
Kit body mar-historical.png
Kit right arm mar-historical.png
Kit shorts.png
Kit socks green top.png

Domicile historique
Kit left arm nam1012h.png
Kit body egy1012h.png
Kit right arm nam1012h.png
Kit shorts nam1012h.png
Kit socks whitehorizontal.png

Domicile 2010-2011
Kit left arm mar1012a.png
Kit body mar1012a.png
Kit right arm mar1012a.png
Kit shorts nam1012h.png
Kit socks redhorizontal2.png

Extérieur 2010-2011
Kit left arm thinwhiteborder.png
Kit body hsv1112T.png
Kit right arm thinwhiteborder.png
Kit shorts stoke1112H.png
Kit socks 3 stripes white.png

Domicile 2011-2012
Kit left arm thinredborder.png
Kit body aberdeen1112a.png
Kit right arm thinredborder.png
Kit shorts adidasonwhite2011.png
Kit socks 3 stripes red.png

Extérieur 2011-2012
Kit left arm mar2013h.png
Kit body mar2013h.png
Kit right arm mar2013h.png
Kit shorts mar2013a.png
Kit socks mar2013h.png

Domicile 2012-2013
Kit left arm mar2013a.png
Kit body mar2013a.png
Kit right arm mar2013a.png
Kit shorts mar2013a.png
Kit socks mar2013a.png

Extérieur 2012-2013

Palmarès

Palmarès de la 1re équipe du Maroc en compétitions officielles
Compétitions internationales Compétitions régionales

Trophées divers

Personnalités de l'équipe du Maroc

Équipe actuelle

Effectif et encadrement de l'équipe du Maroc au .
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
Gardiens
1 G Bono, YassineYassine Bono  (31 ans) 46 0 Séville FC 2012
12 G Munir, Munir  (33 ans) 44 0 Al-Wehda FC 2015
22 G Tagnaouti, RedaReda Tagnaouti  (26 ans) 3 0 Wydad AC 2017
Défenseurs
2 D Hakimi, AchrafAchraf Hakimi  (24 ans) 56 8 Paris Saint-Germain 2016
3 D Mazraoui, NoussairNoussair Mazraoui  (25 ans) 17 2 Bayern Munich 2018
5 D Aguerd, NayefNayef Aguerd  (26 ans) 24 1 West Ham United 2016
6 D Saïss, RomainRomain Saïss Capitaine  (32 ans) 68 1 Beşiktaş JK 2012
18 D El Yamiq, JawadJawad El Yamiq  (30 ans) 13 2 Real Valladolid 2017
20 D Dari, AchrafAchraf Dari  (23 ans) 3 0 Stade brestois 2022
24 D Benoun, BadrBadr Benoun  (29 ans) 3 0 Qatar SC 2016
25 D Attiatallah, YahyaYahya Attiatallah  (27 ans) 6 0 Wydad AC 2022
Milieux
4 M Amrabat, SofyanSofyan Amrabat  (26 ans) 41 0 AC Fiorentina 2017
8 M Ounahi, AzzedineAzzedine Ounahi  (22 ans) 12 2 Angers SCO 2021
10 M Zaroury, AnassAnass Zaroury  (22 ans) 1 0 Burnley FC 2022
11 M Sabiri, AbdelhamidAbdelhamid Sabiri  (26 ans) 4 2 UC Sampdoria 2022
13 M Chair, IliasIlias Chair  (25 ans) 11 1 QP Rangers 2021
15 M Amallah, SelimSelim Amallah  (26 ans) 26 4 Standard de Liège 2019
16 M Abde, EzEz Abde  (20 ans) 3 0 CA Osasuna 2022
23 M El Khannouss, BilalBilal El Khannouss  (18 ans) 0 0 KRC Genk 2022
26 M Jabrane, YahyaYahya Jabrane  (31 ans) 6 0 Wydad AC 2021
Attaquants
7 A Ziyech, HakimHakim Ziyech  (29 ans) 45 18 Chelsea FC 2015
9 A Hamdallah, Hamdallah  (31 ans) 20 6 Ittihad FC 2012
14 A Aboukhlal, ZakariaZakaria Aboukhlal  (22 ans) 14 3 Toulouse FC 2020
17 A Boufal, SofianeSofiane Boufal  (29 ans) 33 6 Angers SCO 2016
19 A En-Nesyri, YoussefYoussef En-Nesyri  (25 ans) 50 15 Séville FC 2016
21 A Cheddira, WalidWalid Cheddira  (24 ans) 2 0 SSC Bari 2022
999 , ForfaitForfait
999 999
10 M Harit, AmineAmine Harit  (25 ans) 16 0 Olympique de Marseille 2017
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Edu González
  • Salaheddine Lahlou
Entraîneur(s) des gardiens
  • Omar Harrak
Kinésithérapeute(s)
  • Alaa El Hajjar

Masseur(s):

  • Franck Garnier
Médecin(s)
  • Said Zakini
  • Abderrazak Hifti

Analyste vidéo

  • Moussa Elhabchi
  • Harrison Kingston

Staff(s)

  • Mohamed Amine Mazzen
  • Taoufiq Abdenasser
  • Tarek Najem
  • Jelloul Ainouch

Directeur technique

  • Chris Van Puyvelde

Légende


Appelés récemment

Les joueurs suivants ne font pas partie du dernier groupe appelé mais ont été retenus en équipe nationale lors des 6 derniers mois.

Les joueurs qui comportent le signe Injury icon 2.svg, sont blessés au moment de la dernière convocation. Les joueurs qui comportent le signe Red card icon.svg, sont suspendus au moment de la dernière convocation.

Pos. Nom Date de Naissance Sél. Buts Club Dernier appel
DF Samy Mmaee Injury icon 2.svg (26 ans) 10 0 Ferencváros TC vs Paraguay,
AT Ryan Mmaee (25 ans) 12 4 Ferencváros TC vs Paraguay,
AT Munir El Haddadi (27 ans) 11 2 Getafe CF vs Paraguay,
DF Hamza El Moussaoui Injury icon 2.svg (29 ans) 0 0 RS Berkane vs Paraguay,
ML Younès Belhanda (32 ans) 59 5 Adana Demirspor vs Paraguay,
G Anas Zniti (34 ans) 5 0 Raja CA vs Chili,
AT Ayoub El Kaabi (29 ans) 23 8 Hatayspor vs Chili,
DF Fahd Moufi (26 ans) 0 0 Portimonense SC vs Chili,
AT Soufiane Rahimi (26 ans) 6 0 Al-Aïn FC vs Chili,
AT Ismael Saibari (21 ans) 0 0 PSV Eindhoven vs Madagascar,
ML Benjamin Bouchouari (21 ans) 0 0 AS Saint-Étienne vs Madagascar,
DF Adam Masina Injury icon 2.svg (28 ans) 16 0 Udinese Calcio vs États-Unis,
ML Aymen Barkok (24 ans) 17 1 FSV Mayence vs États-Unis,
ML Adel Taarabt (33 ans) 30 4 Al Nasr SC vs États-Unis,
AT Tarik Tissoudali Injury icon 2.svg (29 ans) 7 2 KAA La Gantoise vs États-Unis,

Diaspora marocaine en Europe

Hakim Ziyech a choisi de représenter l'équipe du Maroc.
Marouane Fellaini a choisi de représenter l'équipe de Belgique.

Avec une diaspora d'environ cinq millions de personnes à travers le monde[réf. nécessaire], le Maroc peut compter sur un important contingent de joueurs binationaux sélectionnables. Cependant, dans la majorité des cas, les binationaux sont confrontés à un choix : jouer pour leur pays natal (très souvent en Europe) ou leur pays d'origine, le Maroc. Certains joueurs comme Hakim Ziyech ont choisi leur pays d'origine, le Maroc, alors que d'autres comme Marouane Fellaini ont choisi leur pays de naissance.

La question des binationaux a énormément fait parler aux Pays-Bas entre les années 2015 et 2019, notamment après le choix d'Hakim Ziyech, considéré aux Pays-Bas comme la future vedette de la sélection néerlandaise, de jouer en faveur du Maroc[80].

Le cas inverse s'est également produit aux Pays-Bas, avec Dries Boussatta qui a choisi de jouer avec les « Oranjes », ce qui a provoqué la colère d'une partie des supporters marocains. En effet, alors qu'en 1997 il est titularisé pour la première fois avec les Pays-Bas contre le Maroc et qu'il devient par la même occasion le premier footballeur international néerlandais d'origine marocaine, ce dernier est sifflé, insulté et menacé par des membres de la communauté marocaine des Pays-Bas qui sont présents dans les tribunes ce soir-là à Arnhem[81]. Ce fut aussi le cas pour le Néerlando-Marocain Mohamed Ihattaren qui a pose en photo le 9 octobre 2019 avec le sélectionneur des Pays-Bas Ronald Koeman[82]. Le jeune joueur âgé alors de dix-sept ans est harcelé par un groupe de supporters marocains à l'aéroport d'Eindhoven à la veille d'un match de Ligue Europa avec le PSV Eindhoven[83].


Il existe aussi des cas particuliers comme celui de Munir El Haddadi qui a changé de nationalité sportive au cours de sa carrière. En effet, ce dernier a joué un match officiel avec l'Espagne avant de jouer avec le Maroc. Le fait de ne pas être convoqué par le sélectionneur Albert Celades pour disputer avec l'Espagne le championnat d'Europe espoirs en 2017 pousse Munir El Haddadi à vouloir changer de nationalité sportive. S'ensuit une saga juridique menée par le président de la FRMF Fouzi Lekjaa jusqu'au , où après une modification de son règlement, la FIFA autorise Munir El Haddadi à jouer pour le Maroc[84].

Statistiques individuelles

Joueurs les plus sélectionnés[85]
Matchs Joueur Période Buts
115 Noureddine Naybet 1990-2006 4
94 Ahmed Faras 1966-1979 36
79 Youssef Safri 1999-2009 9
78 Houssine Kharja 2004-2015 12
78 Badou Zaki 1979-1992 0
76 Abdelmajid Dolmy 1973-1988 2
73 Youssef Chippo 1996-2006 9
73 Hamid Hazzaz 1969-1979 0
72 Abdelkrim El Hadrioui 1992-2001 4
Meilleurs buteurs[85]
Buts Joueur Période Matchs
36 Ahmed Faras 1966-1979 94
27 Salaheddine Bassir 1994-2002 59
19 Camacho 1995-2002 48
18 Hassan Amcharrat 1971-1979 39
17 Marouane Chamakh 2003-2014 65
17 Abdeslam Laghrissi 1984-1995 35
17 Hakim Ziyech 2015-0000 40
16 Youssef El-Arabi 2010-0000 46
16 Youssouf Hadji 2003-2012 64

Marocains ballons d'or d'Afrique ou Joueurs africains de l'année

Mustapha Hadji est l'international marocain le plus récent à avoir décroché le Ballon d'or africain.

Les Ballons d'or et Joueur africain de l'année marocains sont:

Sélectionneurs

Rang Nom Période
1 Larbi Benbarek 1957-1958
2 Mohamed Khamiri 1958-1959
3 Abdelkader Lokhmiri 1959
4 Larbi Benbarek 1959-1960
5 Abdelkader Firoud 1961
6 Mohamed Massoun 1961-1963
7 Abderrahman Mahjoub 1963-1967
8 Guy Cluseau 1968-1969
9 Abdellah Settati 1969-1970
10 Blagoja Vidinić 1970-1971
11 Sabino Barinaga 1971-1972
12 Abderrahman Mahjoub 1972-1973
13 Gheorghe Mărdărescu 1974-1978
14 Abdellah El Ammari 1978-1979
15 Guy Cluseau 1979
Rang Nom Période
16 Just Fontaine 1980-1981
17 Abdellah El Ammari 1981-1982
18 José Faria 1983-1988
19 Jaime Valente 1988-1989
20 Antonio Angelillo 1989-1990
21 Abdellah Blinda 1990
22 Werner Olk 1990-1992
23 Abdelkhalek Louzani 1992-1993
24 Abdellah Blinda 1993-1994
25 Mohamed Lamari 1994-1995
26 Gilson Nunes 1995
27 Henri Michel 1995-2000
28 Henryk Kasperczak 2000
29 Mustapha Madih 2000
30 Humberto Coelho 2000-2002
Rang Nom Période
31 Badou Zaki 2002-2005
32 Philippe Troussier 2005-2006
33 Mhamed Fakhir 2006-2007
34 Henri Michel 2007-2008
35 Fathi Jamal 2008
36 Roger Lemerre 2008-2009
37 Hassan Moumen 2009-2010
38 Eric Gerets 2010-2012
39 Rachid Taoussi 2012-2013
40 Hassan Benabicha 2014[86]
41 Badou Zaki 2014[87]-2016
42 Hervé Renard 2016-2019
43 Vahid Halilhodžić 2019-2022
44 Walid Regragui 2022-

Quarante-trois sélectionneurs ont exercé la fonction d’entraîneur de l'équipe nationale depuis 1957, dont certains d'entre eux ont occupé plusieurs fois ce poste. Le record de longévité est détenu par Abderrahman Mahjoub et Mohamed Massoun, qui, au début des années 1960, vont gérer la sélection ensemble de 1963 à 1967 soit pendant quatre ans bien qu'avant cette période, Massoun dirigea l'équipe nationale de 1961 à 1963. Plus tard, Abderrahman Mahjoub reprendra son poste de sélectionneur sans Massoun en 1972.

Le 1er sélectionneur de l'équipe du Maroc après l'indépendance est Larbi Benbarek qui dirigea l'équipe de 1957 à 1958 avant de reprendre sa fonction lors de la saison 1959-1960. Larbi Benbarek est un ancien sélectionné d'équipe nationale d'Empire chérifien. Il est l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du football, on le surnommait la perle noire pour son élégance de jeu. Évoluant dans l'USM de Casablanca avant son départ à l'Olympique de Marseille lors de la saison 1938-1939, Larbi rejoindra plusieurs autres clubs européens mis à part l'équipe marseillaise tel que le Stade français avec lequel il marquera 43 buts et l'Atlético Madrid où il inscrira 56 buts. Benbarek fut également sélectionné à dix-neuf reprise en équipe de France avec lequel il inscrira 3 buts. Guy Cluseau, est le premier entraîneur européen et étranger du Maroc mis à part Abdelkader Firoud, algérien et français qui fut sélectionneur du Maroc qu'à une reprise tout en continuant à l'aider en tant qu'adjoint. Cluseau entraînera l'équipe du Maroc entre 1968 et 1969 puis en 1979.

Le roumain Gheorghe Mărdărescu est l’entraîneur le plus performant qu'a connu le Maroc du fait qu'il est le seul à avoir remporté la CAN 1976. Il entraîna ainsi la sélection des Lions de l'Atlas de 1974 à 1978. Un autre entraîneur très connu au Maroc qui n'est que le brésilien José Faria, sélectionneur du Maroc entre 1983 et 1988. Faria durant son passage au Maroc se convertit à l'islam et depuis, les marocains l'appellent Mehdi Faria. Il est l'entraîneur marocain à avoir permis d'atteindre le stade des huitièmes de finale en 1986 permettant ainsi au Maroc d'être le premier pays africain passant la phase de poules.

Infrastructures

À l'époque d'Empire chérifien, le stade Philip était le plus grand stade marocain. Sa capacité était de 25 000 places, Jusqu'au où le stade Marcel Cerdan est inauguré tout juste après la fin du Protectorat français au Maroc et est devenu le plus grand stade marocain. Sa capacité était de 30 000 places. Ces deux stades était utilisés par l'équipe du Maroc ainsi que par les deux clubs principaux de Casablanca : le Wydad AC et l'US Marocaine. Après l'indépendance du pays, ce dernier change de nom pour s'appeler Stade d'Honneur de Casablanca (surnommé « Donor » par les Casablancais). Le stade va principalement être utilisé par l'équipe du Maroc ainsi que par les deux clubs principaux de Casablanca : Wydad Athletic Club et Raja de Casablanca. Le stade connaît ensuite une grande rénovation en vue de pouvoir accueillir les Jeux Méditerranéens 1983 à Casablanca vers la fin des années 1970. Il rouvre en 1983 sous son nom actuel, Stade Mohammed V, et dispose alors de 80 000 places avant de se limiter à 67 000 places à la suite d'une nouvelle rénovation en vue de la candidature du Maroc à l'organisation de la Coupe du monde en 2000[88]. Entre 2016 et 2019, le stade Mohammed V subit de grands travaux de rénovation et de modernisation[89]. Sa capacité est à nouveau réduite et aujourd'hui, le stade dispose de 45 891 places toutes assises.

Le Grand Complexe de Rabat a quant à lui été inauguré en 1983 sous le nom de Complexe sportif Moulay-Abdallah. L'équipe nationale y dispute également plusieurs matchs. Le stade de Rabat peut alors accueillir 65 000 spectateurs[90] mais il est surtout utilisé par les deux équipes locales du FAR de Rabat et du FUS de Rabat. Sa capacité est réduite 53 000 places en 2000 puis à 45 800 places assises en 2020[91]. C'est actuellement le stade de l'Équipe nationale du Maroc de football.

À partir de 2011, les Lions de l'Atlas disputent la majorité de leurs rencontres dans le nouveau Grand stade de Marrakech dont la capacité est de 45 240 places. Ce dernier est considéré comme porter chance à l'équipe du Maroc qui y remporte plusieurs rencontres importantes devant un public venu nombreux[92], en battant notamment pour les qualifications à la Coupe d'Afrique des nations de football 2012, l'Algérie par 4-0[93], et la Tanzanie par 3-1 permettant au Maroc la qualification[94], puis une autre rencontre importante face au Mozambique se terminant par une écrasante victoire sur le score de 4-0, permettant cette fois-ci, la qualification à la Coupe d'Afrique des nations de football 2013[95].

Le Maroc dispose également d'autres grands stades construits dans les années 2000 tel que le celui de Fès qui dispose de 45 000 places et qui accueille les deux clubs de la ville : le MAS et le Wydad de Fès[96], ou encore ceux de Tanger[97], et d'Agadir[98] ouverts depuis les années 2010 et qui offrent eux aussi une capacité de 45 000 places.

Casablanca Rabat Marrakech
Complexe sportif Mohammed V Stade Moulay Abdallah Stade de Marrakech
Capacité : 67 000 Capacité : 52 000 Capacité : 45 240
Stade Mohamed V, Casablanca.jpg Stade Prince Moulay Abdellah.jpg Stade de marrakech.jpg
Tanger Agadir Fès
Stade Ibn Batouta Stade Adrar Complexe sportif de Fès
Capacité : 45 000 Capacité : 45 080 Capacité : 45 000
Stade Ibn Batuta, Tanger.jpg Panoramica stade Agadir.jpg Complexe sportif de Fès.jpg

Résultats

Parcours en Coupe du monde

Parcours de l'équipe du Maroc en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau du Mexique 1970 1er tour Drapeau de la Corée du Sud Drapeau du Japon 2002 Tour préliminaire
Drapeau de l'Italie 1934 Non inscrit Drapeau de l'Allemagne 1974 Tour préliminaire Drapeau de l'Allemagne 2006 Tour préliminaire
Drapeau de la France 1938 Non inscrit Drapeau de l'Argentine 1978 Tour préliminaire Drapeau d'Afrique du Sud 2010 Tour préliminaire
Drapeau du Brésil 1950 Non inscrit Drapeau de l'Espagne 1982 Tour préliminaire Drapeau du Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau de la Suisse 1954 Non inscrit Drapeau du Mexique 1986 Huitième de finale Drapeau de la Russie 2018 1er tour
Drapeau de la Suède 1958 Non inscrit Drapeau de l'Italie 1990 Tour préliminaire Drapeau du Qatar 2022 À venir
Drapeau du Chili 1962 Tour préliminaire Drapeau des États-Unis 1994 1er tour Drapeau du Canada Drapeau des États-Unis Drapeau du Mexique 2026 À venir
Drapeau de l'Angleterre 1966 Non qualifiée[99] Drapeau de la France 1998 1er tour 2030 A venir

Parcours en Coupe d'Afrique

Parcours de l'équipe du Maroc en Coupe d'Afrique des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau du Soudan 1957 Non inscrit Drapeau de la Libye 1982 Tour préliminaire Drapeau de l'Égypte 2006 1er tour
Drapeau de la République arabe unie 1959 Non inscrit Drapeau de la Côte d'Ivoire 1984 Tour préliminaire Drapeau du Ghana 2008 1er tour
Drapeau de l'Éthiopie 1962 Non inscrit Drapeau de l'Égypte 1986 Demi-finale (4e) Drapeau de l'Angola 2010 Tour préliminaire
Drapeau du Ghana 1963 Non inscrit Drapeau du Maroc 1988 Demi-finale (4e) Drapeau du Gabon Drapeau de la Guinée équatoriale 2012 1er tour
Drapeau de la Tunisie 1965 Non inscrit Drapeau de l'Algérie 1990 Tour préliminaire Drapeau d'Afrique du Sud 2013 1er tour
Drapeau de l'Éthiopie 1968 Non inscrit Drapeau du Sénégal 1992 1er tour Drapeau de la Guinée équatoriale 2015 Disqualifié[100]
Drapeau du Soudan 1970 Tour préliminaire Drapeau de la Tunisie 1994 Tour préliminaire Drapeau du Gabon 2017 Quart de finale
Drapeau du Cameroun 1972 1er tour Drapeau d'Afrique du Sud 1996 Tour préliminaire Drapeau de l'Égypte 2019 Huitième de finale
Drapeau de l'Égypte 1974 Non inscrit Drapeau du Burkina Faso 1998 Quart de finale Drapeau du Cameroun 2021 Quart de finale
Drapeau de l'Éthiopie 1976 Vainqueur Drapeau du GhanaDrapeau du Nigeria 2000 1er tour Drapeau de la Côte d'Ivoire 2023 À venir
Drapeau du Ghana 1978 1er tour Drapeau du Mali 2002 1er tour Drapeau de la Guinée 2025 À venir
Drapeau du Nigeria 1980 Troisième (3e) Drapeau de la Tunisie 2004 Finaliste

Parcours aux Jeux Olympiques

Football aux Jeux olympiques
Apparitions: 7
Année Tour Position J G N P Bp Bc
Drapeau de la France 1900 à Drapeau de l'Italie 1960 Non inscrit - - - - - - -
Drapeau du Japon 1964 1er tour - 3 1 0 2 3 6
Drapeau du Mexique 1968 Forfait - - - - - - -
Drapeau : Allemagne de l'Ouest 1972 2e tour - 4 1 1 2 7 6
Drapeau du Canada 1976 à Drapeau de l'URSS 1980 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau des États-Unis 1984 1er tour - 3 1 0 2 1 4
Drapeau de la Corée du Sud 1988 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau de l'Espagne 1992 1er tour - 3 0 1 2 2 8
Drapeau des États-Unis 1996 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau de l'Australie 2000 1er tour - 3 0 0 3 1 7
Drapeau de la Grèce 2004 1er tour - 3 1 1 1 3 3
Drapeau de la République populaire de Chine 2008 Non qualifié - - - - - - -
Drapeau du Royaume-Uni 2012 1er tour - 3 0 2 1 2 3
Drapeau du Brésil 2016 Non qualifié - - - - - - -
Total 7/25 2e tour 22 4 6 12 20 37

Parcours aux Jeux Méditerranéens

Jeux méditerranéens
Titres : 2 - Participations : 14
Année Position Année Position
Drapeau de l'Égypte 1951 Non inscrit Drapeau de la Grèce 1991 Médaille de bronze, Afrique Troisième
Flag of Spain (1945–1977).svg 1955 Non inscrit Drapeau de la France 1993 Premier tour
Drapeau du Liban 1959 Ne participe pas Drapeau de l'Italie 1997 Premier tour
Drapeau de l'Italie 1963 Quatrième Drapeau de la Tunisie 2001 Premier tour
Drapeau de la Tunisie 1967 Premier tour Drapeau de l'Espagne 2005 Quatrième
Drapeau de la Turquie 1971 Premier tour Drapeau de l'Italie 2007 Retiré
Drapeau de l'Algérie 1975 Quatrième Drapeau de la Turquie 2013 Médaille d'or, Afrique Vainqueur
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie 1979 Premier tour Drapeau de l'Espagne 2018 Médaille de bronze, Afrique Troisième
Drapeau du Maroc 1983 Médaille d'or, Afrique Vainqueur Drapeau de l'Algérie 2022 Médaille de bronze, Afrique Troisième
Drapeau de la Syrie 1987 Premier tour
En rouge encadré et en gras italique, l'édition des Jeux méditerranéens de football que le Maroc a accueilli.

Parcours aux Jeux de la Francophonie

Jeux de la Francophonie
Titres : 2 - Participations : 6
Année Tour Position J G N P Bp Bc
Drapeau du Maroc 1989 Médaille d'argent, Afrique Finaliste 5 4 0 1 10 5
Drapeau de la France 1994 Quatrième place 4 2 0 2 5 6
Drapeau de Madagascar 1997 Non inscrit - - - - - -
Drapeau du Canada 2001 Médaille d'or, Afrique Vainqueur 6 4 2 0 12 3
Drapeau du Niger 2005 Premier tour 3 1 0 2 4 4
Drapeau du Liban 2009 Médaille de bronze, Afrique Troisième place 4 3 0 1 6 3
Drapeau de la France 2013 Médaille d'argent, Afrique Finaliste 4 2 0 2 4 4
Drapeau de la Côte d'Ivoire 2017 Médaille d'or, AfriqueVainqueur 5 4 1 0 13 1
Total 5/6 Vainqueur 31 20 3 8 54 26
En rouge encadré et en gras italique, l'édition des Jeux de la Francophonie que le Maroc a accueilli.

Parcours en Championnat d'Afrique des nations de football

Championnat d'Afrique des nations de football
Titres : 2 - Participations : 4
Année Position
Drapeau de la Côte d'Ivoire 2009 Tour préliminaire
Drapeau du Soudan 2011 Tour préliminaire
Drapeau d'Afrique du Sud 2014 Quart-de-finale
Drapeau du Rwanda 2016 Premier tour
Drapeau du Maroc 2018 Vainqueur
Drapeau du Cameroun 2020 Vainqueur
Drapeau de l'Algérie 2022

Statistiques

Nations rencontrées

Maroc vs République Tchèque au Stade Mohammed-V en 2009.

Grâce à ses cinq participations en Coupe du monde mais aussi grâce au grand nombre de matchs amicaux disputés face à des clubs non-africain, le Maroc est l'un des pays africains à avoir affronté le plus d'équipes étrangères dont la France avec 5 matchs soit 2 nuls et 3 défaites, l'Allemagne et principalement la RFA avec 4 défaites notamment lors des huitièmes de finale de la Coupe du monde de 1986 se terminant par une défaite sur le score de 1-0, l'Angleterre dont un match nul et une défaite et même contre le Brésil dans lequel les Brésiliens sortent vainqueur des deux confrontations.

Pour ce qui est du niveau continental, le Maroc a principalement affronté ses voisins que sont l'Algérie, la Tunisie avec plus 50 rencontres, l'Égypte plus de 27 fois avec notamment 14 victoires et seulement 2 défaites, le Sénégal dans lequel plus de 36 rencontres se sont disputées. Le Maroc s'est confronté à la Libye plus de 14 fois dont l'on notera la victoire du Maroc en finale de la coupe arabe des nations de football grâce aux tirs au but face aux Chevaliers de la Méditerranée. Toutefois, les Lions de l'Atlas ont affronté très peu la Mauritanie qui fait lui aussi partie du Grand Maghreb. Ainsi les deux équipes se sont affrontés plus de 8 fois.

Les Lions de l'Atlas ont également affronté les grandes figures du football africain tel que le Nigeria au cours de 18 rencontres, le Mali 19 fois, le Cameroun 10 fois, la Côte d'Ivoire plus de 17 fois. Les Éléphants sont présents avec le Maroc, la Tanzanie et la Gambie dans le même groupe pour les éliminatoires de la Coupe du monde de football 2014. Les seules formations que le Maroc n'a toujours pas affronté sont le Tchad, Madagascar, le Soudan du Sud, le Lesotho, Djibouti, l'Eswatini, l'Érythrée. Au total sur les 53 équipes nationales membres de la FIFA, le Maroc a affronté 45 équipes différentes et donc seules huit équipes n'ont pas encore eu l'occasion de se confronter aux Lions de l'Atlas.

Rivalités

Bilan face aux sélections affrontées plus de dix fois
Adversaire Victoires Matchs nuls Défaites Total
Sénégal 17 6 7 30
Tunisie 10 22 5 37[101]
Mauritanie 7 3 0 10
Égypte 14 12 3 29
Drapeau de la Libye Libye 11 6 4 21
Côte d’Ivoire 7 7 6 21
Nigeria 8 4 6 18
Zambie 9 2 5 16
Mali 9 5 6 20
Ghana 6 3 3 12
Gabon 9 3 6 18
Cameroun 2 5 6 12

L'équipe du Maroc possède de nombreux rivaux notamment les pays du Maghreb et l'Égypte, mais également quelques-uns dans l'Afrique subsaharienne et enfin quelques pays en Europe et plus précisément les pays méditeranéens ainsi que l'Amérique du Sud.

Dans ces régions là, le Maroc possède de nombreuses rivalités dont l'Algérie avec qui la compétition est très rude. La Tunisie qui est un grand adversaire du Maroc dans l'historique des confrontations. Enfin, l'Égypte dominatrice en Afrique.

Un peu plus au Sud, le Maroc a de grandes rivalités footballistiques avec « Les Maîtres de l'Afrique » ; Le Sénégal, le Ghana, le Nigeria et la Côte d'Ivoire sont tous dominés, seul le Cameroun a un bilan positif face aux Lions de l'Atlas.

Après 11 rencontres, le Maroc bat le Cameroun pour la première fois en 2018.

Sur le continent européen, les plus grands rivaux du Maroc sont l'Espagne, la France, l'Allemagne et l'Angleterre.

Une rivalité est née en coupe du monde 1998 entre le Maroc et l'équipe nationale brésilienne. Lors de la dernière journée, le Maroc bat l'Écosse trois buts à zéro. Ils pensent être qualifiés, mais la Norvège crée la surprise en battant le Brésil, ce qui était inattendu par les marocains. Cette victoire déchaîne les médias car la Norvège obtient un penalty jugé inexistant par l'ensemble des médias. L'arbitre du match, l'américain Esfandiar Baharmast, est dans un premier temps vivement critiqué et de nombreuses voix s'élèvent pour réclamer l'arbitrage vidéo. Néanmoins, quelques jours plus tard, une vidéo prise d'un angle différent de celui du direct, réhabilite l'arbitre et démontre que la faute du défenseur brésilien Junior Baiano est bien réelle, la faute étant commise juste avant le début du ralenti diffusé en direct où l'on ne voit que la chute du joueur norvégien Tore André Flo, et pas le tirage de maillot qui précède et entraîne cette chute. Mais ce qui a créé cette rivalité est que les Marocains ont jugé que les brésiliens ont fait semblant de perdre pour éviter de rencontrer le Maroc.

Classements FIFA

Classement FIFA de l'Équipe du Maroc de 1993 à 2009
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Classement mondial[fifa 1] 30 33 38 27 15 10 24 28 36 35 38 33 36 39 39 41 67
Classement en Afrique[fifa 2] 5 8 8 5 1 1 1 3 3 5 6 4 6 9 7 7 12
Classement FIFA de l'Équipe du Maroc de 2010 à 2021
Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021
Classement mondial[fifa 1] 79 61 74 73 81 75 57 40 40 43 35 28
Classement en Afrique[fifa 2] 19 12 17 17 23 18 10 5 3 5 4 2

Légende du classement mondial :
Légende du classement africain :

  • de 1 à 29
  • de 1 à 3
  • de 30 à 50
  • de 4 à 10
  • de 51 à 90
  • de 11 à 25

Entre 1993 et 1996, le Maroc se place entre la 30e et 38e place au niveau mondial alors qu'au niveau continental, il occupe la 5e place puis deux fois de suite la 8e place. En 1997, les Marocains progressent au niveau mondial et atteignent la 27e place tandis qu'en Afrique, le Maroc reprend sa 5e place perdu en 1994. Entre 1997 et 1999, le Maroc est à son sommet puisqu'il atteint ainsi en la 13e place, ce qui est un exploit pour un pays africain.

Puis entre 1999 et 2004, le Maroc baisse progressivement tout en gardant une bonne place grâce notamment à la finale de perdue face à la Tunisie lors de la CAN 2004. Mais depuis 2004, le Maroc a connu un gros déclin puisqu'il n'a pas cessé de diminuer et d'atteindre fin 2012, la 74e place au niveau mondial et la 17e au niveau africain. Le Maroc termine l’année 2013, 73e place au niveau mondial et la 17e au niveau africain. Et fin 2014, la dégringolade continue puisque le Maroc atteint la 81e place au niveau mondial et à la 23e au niveau africain. Fin 2015, le Maroc atteint la 75e place au niveau mondial et à la 18e au niveau africain. Début 2021, le Maroc se trouve à la 28e place au niveau mondial et se trouve dans le podium des meilleures nations africaines de l'année en occupant la 2e au niveau africain.

Soutiens et image

Lions de l'Atlas

Lions de l'Atlas au parc zoologique de Rabat.

Le surnom de l'équipe nationale du Maroc de football « Les Lions de l'Atlas » fait référence au Lion de l'Atlas, grand prédateur qui sévissait autrefois dans le Haut-Atlas jusqu'à son extinction à l'état sauvage au XXe siècle.

Ces lions vivaient principalement dans les massifs montagneux de l'Atlas et il en existe encore environ 90 spécimens en captivité, dont une trentaine au Jardin zoologique national de Rabat.

Supporteurs

Supporters du match Maroc en 2011

Les supporteurs de l'équipe du Maroc sont présents dans toutes les régions du royaume et il ne cessent d'encourager leur équipe nationale, et on trouve au premier rang les groupes supporters du Raja qui ont à plusieurs reprises réaliser des Tifos pour la sélection. Ultras Lions d'Atlas fut créé en 2012, sont principalement composées des membres des plus grands groupes Ultras du pays : les Green Boys 05 et Ultras Eagles (Raja Club Athletic), Ultras Winners 05 (Wydad Athletic Club ), Ultras Hercules (Ittihad de Tanger), Ultras Helala Boys (KAC de Kénitra), Ultras Askary Rabat 05 et Black Army (FAR de Rabat), Ultras Fatal Tigers (MAS de Fès), Ultras Imazighen et Red Rebels (Hassania d'Agadir), Crazy Boys (Kawkab de Marrakech), Los Matadores et Siempre Paloma (Moghreb de Tetouan), Ultras Red Men (Club omnisports de Meknès)...

La grande majorité des supporteurs hors frontières sont présents en Europe dans la France, les Pays-Bas, l'Espagne, la Belgique et l'Italie. On les trouve aussi dans les pays du Golfe comme les Émirats arabes unis, Qatar et l'Arabie saoudite ou dans des pays africains tels que la Côte d'Ivoire, le Gabon et le Sénégal. On peut aussi trouver des Marocains qui résident en Amérique du Nord principalement aux États-Unis ou le Canada.

À l'occasion de la qualification du Maroc en Coupe du monde 2018 sur une victoire de 0-2 face à la Côte d'Ivoire, les supporteurs marocains de Belgique ont provoqué les Émeutes du 11 novembre 2017 à Bruxelles.

Entre Tifo, chansons et ambiance dans le stade, les supporteurs n’arrêtent pas d'encourager les « Lions de l'Atlas ». Les supporters marocains sont surtout composés de Jeunes mais également d'anciens footballeurs marocains comme Abdelmajid Dolmy ou encore Mustapha Hadji et Ahmed Bahja.

Notes et références

Sources bibliographiques

  1. Nzekoue 2011, p. 24.
  2. Bnou-Nouçair 2011, p. 197.

Références

  • Références
  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le ).
  2. « Sélection d'Afrique du Nord », sur nouvelobs.com (consulté le ).
  3. « Maroc - Irak », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  4. « Maroc - Libye », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  5. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  6. « Syrie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  7. « Maroc - Algérie », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  8. « Éliminatoires des Jeux Olympiques d'été de 1960 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  9. « Le football au Maroc », sur Storyfoot.com (consulté le ).
  10. « Éliminatoires de la Coupe du monde de 1962 - Groupe 2 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  11. « Matchs du Maroc en 1961 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  12. « Maroc - Yougoslavie », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  13. « Maroc - RDA », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  14. « Rencontres entre la Tunisie et le Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  15. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  16. « Éliminatoires de la Coupe du monde de 1962 - Groupe Final », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  17. « Maroc - Espagne », sur footballdatabase.eu (consulté le )
  18. « Espagne - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  19. « Jeux Panarabes 1961 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  20. « RDA - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  21. « Maroc - RDA », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  22. « African Nations Cup 1963 », sur rsssf.com (consulté le ).
  23. « Tunisie - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  24. « Maroc - Tunisie », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  25. « Espagne - Maroc », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  26. « Éliminatoires aux Jeux Olympiques d'été de 1964 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  27. « Hongrie - Maroc », sur fifa.com (consulté le ).
  28. « Yougoslavie - Maroc », sur fifa.com (consulté le ).
  29. « Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) », sur govpinion.com (consulté le ).
  30. « Jeux méditerranéens de 1967 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  31. « Éliminatoires aux Jeux Olympiques d'été de 1968 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  32. « JO 1968 : Grande Première pour le basketball », sur Marocolympique.org (consulté le ).
  33. « Éliminatoires à la Coupe du monde 1970 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  34. « Algérie - Maroc », sur DZFoot.com, (consulté le ).
  35. « Maroc - Algérie », sur DZFoot.com (consulté le ).
  36. a b et c « Coupe du monde 1970 : Maroc, un point c’est tout », sur afrik-foot.com (consulté le ).
  37. « Tunisie - Maroc 27/04/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  38. « Maroc - Tunisie 18/05/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  39. « Maroc - Tunisie 13/06/1969 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  40. « Équipe du Maroc lors de la Coupe du monde 1970 », sur fifa.com (consulté le )
  41. « RFA - Maroc 03/06/1970 », sur fifa.com (consulté le ).
  42. « Pérou - Maroc 06/06/1970 », sur fifa.com (consulté le ).
  43. « Bulgarie - Maroc 11/06/1970 », sur fifa.com (consulté le )
  44. « Matchs du Maroc en 1970 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  45. « Maroc - Égypte 13/10/1971 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  46. « Égypte - Maroc 27/10/1971 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  47. « Éliminatoires de la CAN 1972 », sur rsssf.com (consulté le )
  48. « African Nations Cup 1972 », sur rsssf.com (consulté le ).
  49. « Coupe d'Afrique des nations 1972 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  50. www.lequipe.fr.
  51. « Maroc - Burkina Faso 17/11/2004 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  52. « Maroc - Kenya 09/02/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  53. « Maroc - Malawi 04/06/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  54. « Maroc - Tunisie 04/09/2004 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  55. « Maroc-Tunisie : le dernier barrage pour le mondial », sur marocpluriel.hautetfort.com (consulté le ).
  56. « Tunisie - Maroc 08/10/2005 », sur footballdatabase.eu (consulté le ).
  57. « CHAN-2018: Les Lions de l'Atlas sur le toit de l’Afrique | Portail Menara.ma », sur www.menara.ma (consulté le ).
  58. « De retour sur les réseaux sociaux, Aziz Bouhaddouz remercie ses soutiens », Al HuffPost Maghreb,‎ (lire en ligne).
  59. « Maroc : Amine Harit, homme du match », L'Équipe,‎ (lire en ligne).
  60. (en) Ahlam Ben Saga, « Morocco vs Portugal: ‘Amrabat is Man of the Match, Not Cristiano Ronaldo’ », Morocco World News,‎ (lire en ligne).
  61. (nl) « Dit verwijt Hervé Renard aan de scheidsrechter van Marokko-Portugal », Bladna.nl,‎ (lire en ligne).
  62. (en) « Fifa denies US referee asked for Portugal shirt after World Cup match », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  63. (en) Jeff Carlisle, « FIFA rubbishes claim World Cup referee Mark Geiger asked for Portugal shirt », ESPN,‎ (lire en ligne).
  64. « Maroc : Benatia sur le banc contre l’Espagne », Afrik-foot.com,‎ (lire en ligne).
  65. (nl) Dennis van Bergen, « Marokko neemt waardig afscheid van WK », Algemeen Dagblad,‎ (lire en ligne).
  66. Alexandre Borde, « Coupe du monde 2018 : le Maroc tient tête à la Roja », Le Point,‎ (lire en ligne).
  67. « Mondial 2018 : le Maroc conteste l'arbitrage », British Broadcasting Corporation,‎ (lire en ligne).
  68. « Coupe du monde 2018 : l'égalisation de l'Espagne face au Maroc n’était pas valable », sur www.cnews.fr (consulté le ).
  69. « La FIFA sanctionne le Maroc pour l'attitude des joueurs et du staff au mondial », sur Beurfm.net (consulté le ).
  70. « Hervé Renard démissionne de son poste de sélectionneur national », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le ).
  71. « FRMF: "Hervé Renard n'a pas démissionné de son poste de sélectionneur national" », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le ).
  72. « Vahid Halilhodžić : "Entraîner l’équipe nationale du Maroc est un grand challenge pour moi" », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le ).
  73. « Equipes nationales de football : Puma remplace Adidas », sur Medias24 - Site d'information, (consulté le ).
  74. Romain Lantheaume, « Maroc : les Lions de l’Atlas passent chez Puma ! | Afrik-Foot » (consulté le ).
  75. http://www.rsssf.com/tablest/tripoli-tourn66.html.
  76. http://www.rsssf.com/tablesk/kuneitra74.html.
  77. http://www.rsssf.com/tablesm/merdeka.html.
  78. http://www.rsssf.com/tablesb/beijing-friend.html
  79. http://www.rsssf.com/tablesu/uae-friend-ov.html
  80. (nl) « Kiezen maar: Marokko of Oranje? », sur RTL Nieuws, (consulté le ).
  81. (nl) « Andere Tijden Sport - 3 jun 2018 (3.12 min) gemist? Kijk op npo3.nl », sur npo3.nl (consulté le ).
  82. (nl) Henk Hoijtink, « Ihattaren, een jongen van zeventien die de rust nog even bewaart », sur Trouw, (consulté le )
  83. (nl) « 'Mohamed Ihattaren uitgescholden voor 'verrader' op vliegveld Eindhoven' », sur www.soccernews.nl (consulté le )
  84. Officiel: Munir El Haddadi peut jouer pour les Lions de l'Atlas, www.sport.le360.ma, .
  85. a et b « Morocco - Record International Players », sur rsssf.com (consulté le )
  86. Maroc : Hassan Benabicha à la tête des Lions de l’Atlas contre le Gabon, www.rfi.fr, .
  87. Zaki nouveau sélectionneur, www.lequipe.fr, .
  88. « Stade Mohammed V », sur fifa.com (consulté le ).
  89. https://sport.le360.ma/football/le-nouveau-visage-du-stade-mohammed-v-64693
  90. « Stade Moulay Abdallah », sur tvtrip.fr (consulté le )
  91. https://panafricanfootball.com/fr/2020/10/24/coupe-caf-le-complexe-prince-moulay-abdellah-un-patrimoine-national/
  92. « Maroc - Mozambique au Stade de Marrakech », sur allafrica.com (consulté le ).
  93. « CAN 2012 : le Maroc corrige l’Algérie 4-0 », sur rfi.fr (consulté le ).
  94. « CAN 2012 : le Maroc est de retour en Coupe d’Afrique », sur rfi.fr (consulté le ).
  95. « Le Maroc est allé la chercher », sur footafrica365.fr (consulté le ).
  96. « Complexe de Fès », sur goalzz.com (consulté le ).
  97. « Stade de Tanger », sur goalzz.com (consulté le )
  98. « Stade d'Agadir », sur goalzz.com (consulté le )
  99. Forfait pour la phase préliminaire, comme la totalité des autres pays africains, en protestation contre le mode d'attribution des quotas qualificatifs par continent décidé par la FIFA.
  100. Malick Diawara, « CAN 2015 - La CAF frappe fort : le Maroc disqualifié », sur Le Point, (consulté le )
  101. « Football : Tunisie Maroc - Détails des confrontations », sur babnet.net, Babnet Tunisie, (consulté le ).
  • Classement FIFA
  1. a et b Classement mondial année par année (de 1993 à 2016) :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2014 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 03 déc. 2015 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 22 déc. 2016 », sur fr.fifa.com (consulté le ) .
  2. a et b Classement de la zone CAF (de 1993 à 2016) :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 18 déc. 2014 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 03 déc. 2015 », sur fr.fifa.com (consulté le )
    « Classement du 22 déc. 2016 », sur fr.fifa.com (consulté le ) .

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :