Équipe du Togo de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Drapeau : Togo Équipe du Togo
Généralités
Confédération CAF
Couleurs Vert et Jaune
Surnom Les Éperviers
Stade principal Stade de Kégué
Classement FIFA en diminution 126e (28 novembre 2019)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : France Claude Le Roy
Capitaine Emmanuel Adebayor
Plus sélectionné Emmanuel Adebayor
Mohamed Kader (87)
Meilleur buteur Emmanuel Adebayor (32)
Rencontres officielles historiques
Premier match Togoland Drapeau : Togo 1 - 1 Drapeau : Côte-de-l'Or Côte-de-l'Or
()
Plus large victoire Togo Drapeau : Togo 6 - 0 Drapeau : Eswatini Eswatini
()
Plus large défaite Maroc Drapeau : Maroc 7 - 0 Drapeau : Togo Togo
()
Tunisie Drapeau : Tunisie 7 - 0 Drapeau : Togo Togo
()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 1
1er tour en 2006
Coupe d'Afrique Phases finales : 8
Quart de finale en 2013
Championnat d'Afrique des nations Phases finales : 0

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
Coupe d'Afrique des nations de football 2017

L'équipe du Togo de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs togolais sous l'égide de la Fédération togolaise de football.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts du Togo jusqu’en 1972[modifier | modifier le code]

L'équipe du Togo de football est constituée par une sélection des meilleurs joueurs togolais sous l'égide de la Fédération togolaise de football. Le premier match officiel du Togo fut joué à domicile contre le Ghana, le . Cela se solda par un score de 1 – 1. Le match fut joué alors que le pays n’était pas encore indépendant vis-à-vis de la France (, date de l’indépendance). Avant la fondation de la Fédération Togolaise, le football togolais était géré par le District Territorial de Football du Togo. C'est depuis l'indépendance du pays qu'a été fondée la Fédération togolaise de football le . Elle est affiliée à la FIFA depuis 1962 et est membre de la CAF depuis 1963.

De 1972 à 1996[modifier | modifier le code]

Le Togo participe aux éliminatoires de la Coupe du monde pour l’édition de 1974 en RFA, où il fut éliminé au premier tour par le seul représentant africain en 1974, le Zaïre. De 1972 à 1996, le Togo n’a participé qu’à deux CAN, en 1972 et en 1984. À la CAN 1972, il ne prit que deux points (deux matchs nuls contre le Kenya et le Mali). Edmond « Dr Kaolo » Apéti marqua 4 buts dans ce tournoi. Pour la Coupe du monde 1978, il fut éliminé au deuxième tour par la Guinée. Une des plus larges défaites du Togo furent enregistrées le , au Maroc contre le Maroc, cela se solda par un score sans appel de 7 buts à 0. Pour la Coupe du monde 1982, il fut éliminé au deuxième tour par le Niger. À la CAN 1984, il ne prit qu’un point contre l’Égypte, et marqua un seul but contre le Cameroun (1-4, but de Rafiou Moutairou). Pour la Coupe du monde 1986, il déclara forfait. De même en 1990. En 1994, l’équipe du Togo de football fut éliminée au deuxième tour terminant dernier derrière le Zimbabwe, l’Angola et l’Égypte.

De 1996 à 2006[modifier | modifier le code]

Pour la Coupe du monde 1998, le Togo est éliminé au second tour, terminant dernier. À la CAN 1998, il termine dernier malgré une victoire contre le Ghana (2-1). Une des plus larges défaites de l’équipe du Togo de football fut enregistrée le , à Tunis, contre la Tunisie, sur le score de 7 buts à 0. À la CAN 2000, il frôla de peu la qualification pour les quarts, avec une égalité parfaite entre les 4 équipes (Cameroun, Ghana, Togo et Côte d’Ivoire) mais la différence de buts a permis au Cameroun et au Ghana de passer. Pour la Coupe du monde de football 2002, le Togo passe le premier tour en éliminant la Guinée-Bissau, mais fut classé quatrième sur cinq, dans la poule du Cameroun, de la Zambie, de la Libye et l’Angola. À la CAN 2002, il termina troisième du groupe, composé de la Côte d’Ivoire, de la RD Congo et du Cameroun. Pour la CAN 2004, il termine deuxième du groupe composé de la Mauritanie, du Cap-Vert et du Kenya, mais il n’est pas classé dans les deux meilleurs seconds, donc ne participe pas. À la CAN 2006, il tomba contre le Cameroun, la RD Congo et l’Angola. Il perd ses trois matchs, ne marquant que deux buts par l’intermédiaire de Mohamed Abdel Kader Coubadja Touré et de Mamam Cherif Touré contre l’Angola (2-3).

Le Togo et la Coupe du monde 2006[modifier | modifier le code]

Lors de la phase qualificative de la zone Afrique, le Togo a éliminé difficilement la Guinée Équatoriale (0-1 ; 2-0) au premier tour. Lors du second tour, L’équipe du Togo de football se retrouve dans le groupe 1 avec le Sénégal, le Congo, le Mali, la Zambie et le Libéria. Les Togolais, qui ne sont pas favoris, finissent premiers et se qualifient pour la Coupe du monde 2006, en gagnant tous les matchs à domicile, et en ne perdant qu’une seule fois contre la Zambie (1-2). Emmanuel Adebayor a été l'un des principaux artisans de la qualification de l'équipe du Togo pour la Coupe du monde de football 2006 en marquant 11 buts lors des éliminatoires. Stephen Keshi est aussi un des artisans de cette qualification mais après l'échec de le CAN 2006, il est remplacé en par l'allemand Otto Pfister. Lors de la coupe du monde 2006, les éperviers du Togo, se retrouvent dans le Groupe G avec la France, la Corée du Sud et la Suisse. Le à Francfort, le Togo affronte la Corée du Sud, et cela se solde par une défaite 2 buts à 1. Le à Dortmund, le Togo ne peut rien faire contre la Suisse qui gagne 2 buts à 0. Le à Cologne, le Togo perd contre la France 2 buts à 0. Jean-Paul Abalo est le premier joueur togolais expulsé en Coupe du monde et Mohamed Abdel Kader Coubadja Touré est le seul buteur togolais en Coupe du monde. Le bilan est de 3 défaites pour 1 but marqué et 6 encaissés. On relèvera de cette équipe qu'elle fut combative et prometteuse pour l'avenir. Son manque d'expérience à ce niveau de la compétition ne lui a pas permis de ramener le moindre point. En août 2006, le Togo a atteint sa meilleure position au Classement FIFA, avec la 46e place.

L'après Coupe du monde 2006[modifier | modifier le code]

L'équipe nationale en 2006.

La plus large victoire des éperviers fut enregistrée le , à Accra (Ghana) contre le Swaziland, qui se solda par un 6 buts à 0. Pourquoi à Accra ? Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) réuni à Accra au Ghana en prélude au tirage au sort de la coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2008 a suspendu jusqu’à nouvel ordre le Stade de Kégué, à Lomé. « Le stade est suspendu jusqu’à ce que le comité de discipline de la CAF se réunisse pour se prononcer » selon une source proche de la CAF. Cette décision fait suite aux incidents qui ont eu lieu la semaine précédente à Lomé lors du match Togo-Mali (0-2). Des supporters togolais furieux après la défaite des Éperviers avaient envahi la pelouse du stade de Kégué et s’en étaient pris aux joueurs et supporters maliens. Selon un bilan établi par la Fédération togolaise de football, il y a eu 71 Maliens blessés et 12 Togolais. Pour la CAN 2008, l’équipe du Togo de football termina troisième sur quatre dans le groupe 9, composé du Mali, du Bénin et de la Sierra Leone, avec trois victoires et trois défaites, 7 buts marqués contre 9 encaissés. À la suite de l'échec de la qualification pour la CAN 2008 au Ghana, le contrat de Stephen Keshi n'est pas renouvelé et c'est Henri Stambouli qui a été nommé entraîneur du Togo fin avril 2008 pour qualifier le Togo à la Coupe du monde 2010. Il a disputé son 1er match contre la Zambie le (victoire 1-0 à Accra, but d’Adékambi Olufadé (La Gantoise). Avec des joueurs comme Emmanuel Adebayor (Manchester City), Thomas Dossevi (FC Nantes), Alaixys Romao (Grenoble Foot 38), Kossi Agassa (Stade de Reims), le Togo peut s'affirmer sur le plan continental.

Coupe d'Afrique des Nations 2010 : l'attentat[modifier | modifier le code]

Le vendredi , alors que l'équipe se rend en Angola, son bus est mitraillé à la frontière angolaise par des rebelles de l'enclave de Cabinda[2]. Deux personnes de la délégation togolaise à bord du bus ont été tuées par balle : Amélété Abalo, adjoint du sélectionneur, et Stanilas Ocloo, attaché de presse de la sélection. Le chauffeur du bus togolais, d'abord annoncé mort sur le coup, est en réalité vivant d'après le Premier ministre togolais Gilbert Houngbo[3]. Le site de L'Équipe annonce aussi que le chauffeur du bus togolais et le gardien du GSI Pontivy Kodjovi Dodji Obilalé sont encore vivants, mais qu'ils sont placés aux soins intensifs en Afrique du Sud entre la vie et la mort[4]. Cet attentat est revendiqué par les indépendantistes du FLEC-Position Militaire[5].

Le premier ministre togolais a également décrété trois jours de deuil national. Après avoir été rappelée par son gouvernement, la sélection du Togo renonce finalement à prendre part à la compétition malgré la volonté des joueurs de jouer en l'honneur de leurs camarades[3].

Le 30 janvier, le président de la Confédération africaine (CAF), Issa Hayatou déclare qu'en raison d'« interférences gouvernementales » ayant abouti au retrait de l'équipe togolaise de la CAN-2010, le Togo est suspendu pour les deux prochaines Coupes d'Afrique des nations et de 50 000 $ d'amende pour avoir été victime d'un attentat dans le pays organisateur de la CAN-2010.

En avril 2010, Emmanuel Adebayor, encore choqué par l'attentat, annonce sa retraite internationale[6].

En , le Comité exécutif de la CAF décide de lever les sanctions qui interdisaient au Togo de disputer les deux prochaines CAN (Coupe d'Afrique des Nations)[7].

Affaire Bahreïn-Togo[modifier | modifier le code]

En septembre 2010, l'équipe de Bahreïn reçoit le Togo pour un match amical et gagne aisément la partie 3 à 0[8]. Après la partie, il est révélé que l'équipe togolaise ne comprenait pas de « vrais » joueurs reconnus par la fédération et peut-être même des joueurs non togolais[8]. Selon les premiers éléments de l'enquête, un agent de joueurs aurait arrangé le match à son profit[8].

L'après Cabinda et la nomination de Didier Six[modifier | modifier le code]

Après un bref passage de Thierry Froger et de Stephen Keshi à la tête de la sélection, le Français Didier Six est appelé par la Fédération pour les deux matches contre la Guinée-Bissau comptant pour le tour préliminaire des qualifications au Mondial 2014. Le , il est nommé officiellement sélectionneur de l'équipe du Togo après avoir paraphé un contrat de deux ans. La fédération espère de Didier Six une qualification pour la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2013. L'équipe du Togo remplit cet objectif après s'être imposé contre le Gabon à l'aller (0-1) et au retour (2-1). Malgré la qualification, certains joueurs, notamment Emmanuel Adebayor et le gardien Kossi Agassa rendent incertaine leur participation à la compétition, préférant tourner la page après le drame de Cabinda. Mais Six parvient à les convaincre de garder leur place au sein du groupe.

Coupe d'Afrique des Nations 2013[modifier | modifier le code]

Le Togo se trouve dans le groupe D dit "groupe de la mort" en raison du niveau relevé des équipes qui le composent qui sont : la Côte d'Ivoire, la Tunisie et l'Algérie. Le premier match du groupe D commence avec la rencontre Togo - Côte d'Ivoire le . Malgré une défaite de 2-1 (dont un but de Nibombé refusé), le Togo, qui partait largement dé-favori pour plusieurs observateurs, arrive à surprendre, frôlant d'ailleurs un match nul avec les Ivoiriens. Les Togolais parviennent à gagner leur match contre l'Algérie le 2-0 à l'issue d'un match où 10 minutes de temps additionnel ont été ajoutés en fin de rencontre à cause des cages du gardien côté togolais qui ont été endommagés accidentellement par un joueur algérien et qui a vue la rencontre s'interrompre durant plusieurs minutes.

Les Éperviers parviennent à créer l'exploit en se qualifiant pour la première fois de leur histoire à une phase de quart de finale d'une Coupe d'Afrique des Nations, ayant parvenu à faire un match nul contre la Tunisie (1-1) et sauver par un pénalty contestable raté par les Tunisiens. La Côte d'Ivoire et le Togo sont donc les deux qualifiés du groupe D pour les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2013.

Le Togo rencontre le Burkina Faso pour leur premier match de quart de finale et se fait éliminer durant les prolongations sur un but de Pitroipa (1-0).

Cette Coupe d'Afrique des Nations reste marquée comme l'une des meilleures prestations qu'a offert le Togo jusqu'à présent durant une CAN.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Participation aux Jeux Africains de Brazzaville en 1965 (Congo).

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe d'Afrique[modifier | modifier le code]

  • 1957 : Non inscrit
  • 1959 : Non inscrit
  • 1962 : Non inscrit
  • 1963 : Tour préliminaire
  • 1965 : Non inscrit
  • 1968 : Tour préliminaire
  • 1970 : Tour préliminaire
  • 1972 : 1er tour
  • 1974 : Tour préliminaire
  • 1976 : Tour préliminaire
  • 1978 : Tour préliminaire
  • 1980 : Tour préliminaire
  • 1982 : Tour préliminaire
  • 1984 : 1er tour
  • 1986 : Tour préliminaire
  • 1988 : Tour préliminaire
  • 1990 : Tour préliminaire
  • 1992 : Tour préliminaire
  • 1994 : Tour préliminaire
  • 1996 : Tour préliminaire
  • 1998 : 1er tour
  • 2000 : 1er tour
  • 2002 : 1er tour
  • 2004 : Tour préliminaire
  • 2006 : 1er tour
  • 2008 : Tour préliminaire
  • 2010 : 1er tour - Disqualifié[9]
  • 2012 : Tour préliminaire
  • 2013 : Quarts de finale
  • 2015 : Tour préliminaire
  • 2017 : 1er tour
  • 2019 :"Tour préliminaire"

Les sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Progression et régression FIFA[modifier | modifier le code]

Au classement FIFA, tous les records se passèrent dans le dernier trimestre de 2014. 87e, le Togo tombe à plusieurs reprises contre la Guinée alors 48e, et contre le Ghana, alors 33e. Ses deux victoires contre les 84èmes Ougandais ne les empêchent pas de toucher le fond. Ils sont alors 125èmes. Mais le Togo se reprend aussitôt, à tel point qu'il pointe en à la 53e place, atomisant l'avance du Japon qui était de 77 places. Mais le Japon s'accroche à son avance car, vainqueur de la Jamaïque 1-0, du Honduras 6-0 et de l'Australie 2-1, il évite de justesse l'humiliation que le Brésil a failli lui infliger par sa victoire 0-4.

Classement FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'équipe du Togo
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement mondial 113 86 92 87 78 68 87 81 71 86 94 89 56 60 72 86 71 103 101 71 72 62 96 91 122 123

Sélection actuelle[modifier | modifier le code]

Effectif et encadrement de l'équipe du Togo au 18 novembre 2019
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Abotchi, DovéDové Abotchi 10 188 20/9/1992 (27 ans) 0 0 Drapeau : Afrique du Sud JDR Stars -
16 G Barcola, MalcolmMalcolm Barcola 7 761 14/5/1999 (21 ans) 5 0 Drapeau : France Olympique lyonnais B 2019
23 G Aïgba, Abdoul MoubarakAbdoul Moubarak Aïgba 8 408 5/8/1997 (23 ans) 4 0 Drapeau : Togo AS OTR 2019
3 D Akakpo, WilsonWilson Akakpo 10 168 10/10/1992 (27 ans) 2 0 Drapeau : Égypte Al-Ittihad Alexandrie 2018
4 D Bodé, AbdoulAbdoul Bodé 9 334 22/1/1995 (25 ans) 4 0 Drapeau : Togo ASKO Kara 2019
5 D Ouro-Sama, HakimHakim Ouro-Sama 8 263 28/12/1997 (22 ans) 23 1 Drapeau : France LOSC Lille B 2016
6 D Gbegnon, SimonSimon Gbegnon 10 151 27/10/1992 (27 ans) 11 0 Drapeau : Géorgie FC Dinamo Tbilissi 2017
14 D Lawson, SteveSteve Lawson 9 501 8/8/1994 (26 ans) 17 0 Drapeau : Écosse Livingston FC 2017
20 D Amatchoutchoui, KangniviKangnivi Amatchoutchoui 9 573 28/5/1994 (26 ans) 0 0 Drapeau : Togo AS Gbohloé-su des Lacs -
21 D Dakonam, DjenéDjené Dakonam 10 452 31/12/1991 (28 ans) 51 0 Drapeau : Espagne Getafe CF 2012
22 D Olufade, AdewaleAdewale Olufade 9 488 21/8/1994 (25 ans) 8 0 Drapeau : Cameroun Union Douala 2018
2 M Atchou, FrancoFranco Atchou 9 019 3/12/1995 (24 ans) 22 1 Drapeau : Danemark Fremad Amager 2015
9 M Adjahli, MoïseMoïse Adjahli 8 886 14/4/1996 (24 ans) 1 0 Drapeau : Togo Gomido FC 2019
10 M Nane, YendoutieYendoutie Nane 9 182 23/6/1995 (25 ans) 4 2 Drapeau : Togo ASKO Kara 2019
15 M Amédédjisso, KossiviKossivi Amédédjisso 6 799 31/12/2001 (18 ans) 1 0 Drapeau : Allemagne RB Leipzig -19 ans 2019
7 A Dossevi, MatthieuMatthieu Dossevi 11 870 12/2/1988 (32 ans) 34 5 Drapeau : France Toulouse FC 2014
8 A Denkey, KévinKévin Denkey 7 195 30/11/2000 (19 ans) 10 1 Drapeau : France Nîmes Olympique 2018
11 A Sunu, GillesGilles Sunu 10 728 30/3/1991 (29 ans) 8 1 Drapeau : France LB Châteauroux 2018
12 A Henen, DavidDavid Henen 8 881 19/4/1996 (24 ans) 2 0 Drapeau : Belgique Charleroi SC 2019
9 A Adebayor, EmmanuelEmmanuel Adebayor 12 586 26/2/1986 (34 ans) 87 32 Drapeau : Paraguay Club Olimpia 2000
17 A Mlapa, PenielPeniel Mlapa 10 766 20/2/1991 (29 ans) 13 0 Drapeau : Émirats arabes unis Al-Ittihad Kalba SC 2017
18 A Atakora, LalawéléLalawélé Atakora 10 869 9/11/1990 (29 ans) 46 2 Drapeau : Koweït Kazma SC 2011
19 A Fo-Doh Laba, KodjoKodjo Fo-Doh Laba 10 425 27/1/1992 (28 ans) 30 12 Drapeau : Émirats arabes unis Al-Aïn FC 2016
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Inconnu
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : Inconnu

Médecin(s):

  • Drapeau : Inconnu

Kinésithérapeute(s):

  • Drapeau : Inconnu



Légende


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 28 novembre 2019).
  2. « Le car togolaos mitraillé », sur le site de L'Équipe, 8 janvier 2010 (page consultée le 11 janvier 2010).
  3. a et b « Le Togo renonce (officiel) », sur le site de L'Équipe, 10 janvier 2010 (page consultée le 11 janvier 2010).
  4. « Incertitudes sur la mort d'Obilalé », sur le site de RMC, 9 janvier 2010 (page consultée le 11 janvier 2010).
  5. « Décès d'un adjoint de Velud », sur le site de L'Équipe, 9 janvier 2010 (page consultée le 11 janvier 2010).
  6. Dépêche du Monde
  7. « CAN-Togo : sanction levée », sur eurosport.fr, (consulté le 5 décembre 2012)
  8. a b et c « Togo - Bahreïn: Le scandale des faux joueurs », sur fr.sports.yahoo.com, (consulté le 7 octobre 2010)
  9. « Le Togo disqualifié (officiel) », sur le site de L'Équipe, 11 janvier 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]