Francesco Moser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moser.
Francesco Moser
Image illustrative de l'article Francesco Moser
Francesco Moser lors du Tour d'Italie 2011
Informations
Nom Francesco Moser
Date de naissance (64 ans)
Giovo
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Équipes professionnelles
1973-1975
1976-1980
1981-1982
1983-1985
1986-1987
1988
Filotex
Sanson
Famcucine Campagnolo
Gis
Supermercati
Salotti Chateau D'Ax
Principales victoires
5 championnats

Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 1977
Jersey rainbow.svg Champion du monde de poursuite 1976
MaillotItalia.svg Champion d'Italie sur route 1975, 1979 et 1981
1 grand tour
Jersey pink.svg Tour d'Italie 1984
5 classements annexes de grands tours
Classements par points
Leader du classement par points Tour d'Italie 1976, 1977, 1978 et 1982
Classements du meilleur jeune
Leader du classement du meilleur jeune Tour de France 1975
27 étapes dans les grands tours
Tour d'Italie (23 étapes)
Tour de France (2 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)
10 classiques
Milan-San Remo 1984
Paris-Roubaix 1978, 1979 et 1980
Tour de Lombardie 1975 et 1978
Paris-Tours 1974
Flèche wallonne 1977
Championnat de Zurich 1977
Gand-Wevelgem 1979
3 courses par étapes
Tirreno-Adriatico 1980 et 1981

Tour de Catalogne 1978

Francesco Moser (né le à Giovo dans la province autonome de Trente dans le Trentin-Haut-Adige), est un ancien coureur cycliste italien, qui compte 250 victoires professionnelles à son palmarès, de 1973 à 1988.

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

Il débute en 1973 et remporte cette année-là une étape du Tour d'Italie. L'année suivante, il termine 2e de Paris-Roubaix derrière Roger De Vlaeminck et gagne Paris-Tours.

En 1975, il se classe 2e de Milan-San Remo en étant battu au sprint par Eddy Merckx. Vainqueur du Grand Prix du Midi libre et champion d'Italie, il participe pour la seule fois de sa carrière au Tour de France. Il bat Eddy Merckx dans le prologue, remporte une autre étape et termine finalement 7e en portant le maillot jaune une semaine et termine meilleur jeune. En fin de saison, il gagne le Tour de Lombardie.

En 1976, il cumule les places d'honneur : 2e du Tour des Flandres derrière Walter Planckaert , 2e de Paris-Roubaix derrière Marc Demeyer, 4e du Tour d'Italie et 2e des Championnats du monde, battu par Freddy Maertens.

En 1977, il remporte la Flèche wallonne suite au déclassement pour dopage de Freddy Maertens. Il semble sur le point de remporter le Tour d'Italie en raison de l'abandon du champion du monde, finalement il est battu par l'équipier de celui-ci, Michel Pollentier. Il devient en fin de saison champion du monde en battant Dietrich Thurau à San Cristóbal.

En 1978, il est associé à Roger De Vlaeminck dans l'équipe Sanson. Il profite de cette alliance pour remporter Paris-Roubaix en solitaire. Par la suite, il termine 3e du Tour d'Italie et 2e des championnats du monde à l'Hungaroring, battu par Gerrie Knetemann. En fin de saison, il remporte le Tour de Lombardie et gagne devant Bernard Hinault le Super Prestige Pernod (il est le seul coureur italien à l'avoir remporté).

En 1979, il remporte coup sur coup Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix. Grand favori du Tour d'Italie, il se fait battre par son jeune compatriote Giuseppe Saronni. La rivalité aiguë entre les deux hommes (Moser a pour surnom Il Cecco alors que celui de Saronni est Il Beppe) rappelle celle entre Fausto Coppi et Gino Bartali. Par la suite, Moser remporte son deuxième championnat d'Italie.

En 1980, il remporte Tirreno-Adriatico. Il termine 2e du Tour des Flandres derrière Michel Pollentier puis remporte son troisième Paris-Roubaix consécutifs égalant ainsi la performance d'Octave Lapize effectuée de 1909 à 1911. Il abandonne par la suite le Tour d'Italie remporté par Bernard Hinault.

En 1981, il remporte son second Tirreno-Adriatico consécutif. Il échoue à gagner un quatrième Paris-Roubaix d'affilée en étant battu au sprint par Bernard Hinault et Roger de Vlaeminck. Il ne termine que 21e du Tour d'Italie mais remporte par la suite un troisième championnat d'Italie.

En 1982, il ne termine que 8e du Tour d'Italie et en 1983, son seul fait d'armes notable est sa 3e place dans Paris-Roubaix (il totalise 7 podiums sur cette course).

En 1984, annoncé sur le déclin, il déclare, à la surprise générale de s'attaquer au record du monde de l'heure que détient Eddy Merckx depuis 1972 avec 49,43 km. Travaillant avec toute une équipe scientifique (dont le professeur Francesco Conconi), il utilise du nouveau matériel et porte le record à 50,81 km le 19 janvier puis à 51,515 km le 23 janvier à Mexico. Revigoré, il remporte par la suite Milan-San Remo. Au Tour d'Espagne, il se classe 10e en remportant deux étapes et portant le maillot de leader pendant sept jours. Il gagne le Tour d'Italie aux dépens de Laurent Fignon dans un climat délétère car Moser a été favorisé dans la course (l'étape du Stelvio a été annulée) alors que le Français a écopé de nombreuses pénalités. En fin de saison, il remporte avec Bernard Hinault le Trophée Baracchi en battant le record de vitesse de cette épreuve.

En 1985, il termine 2e du Tour d'Italie dernière Bernard Hinault et remporte de nouveau en fin de saison le Trophée Baracchi, cette fois accompagné de Hans-Henrik Ørsted. L'année suivante, il termine 3e du giro derrière Roberto Visentini et Giuseppe Saronni.

En 1987 et 1988, il ne fera que des apparitions épisodiques sur la route, se consacrant à la piste. Il prend sa retraite en fin d'année 1988.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien adepte de l'autotransfusion sanguine (qu'il reconnaît ouvertement en 1999), il préside l'association internationale des coureurs cyclistes (Cyclistes Professionnels Associés ou CPA) de 1999 à 2007. Sur le sujet du dopage, il déclare en août 2006 : « Le dopage libre dans le sport professionnel ? Ce serait peut-être mieux. Il faudrait trouver un moyen de mettre tous les sportifs sur le même plan. Si l'on ne réussit pas à garantir un principe d'équité entre tous les sports, alors la solution pourrait être la suivante : libéralisons le dopage. »[1].

Francesco Moser a acquis une grande célébrité par ses tentatives et réussites dans l'épreuve du Record de l'heure cycliste.

Son frère aîné Aldo Moser (né le 7 février 1934), remporta le Grand Prix des Nations en 1959, terminant second en 1960, troisième en 1957 et 1961, et quatrième en 1958. Ses deux autres frères, Enzo (1940 - 25 juillet 2008[2]) et Diego (1947 -), furent également coureurs professionnels.

Son neveu Moreno est professionnel dans l'équipe Cannondale. Un autre de ses neveux, Leonardo, a été professionnel de 2005 à 2009. Son fils, Ignazio, est professionnel, depuis 2013, avec l'équipe BMC Development Team.

Il est également le cousin de Gilberto Simoni, professionnel de 1994 à 2010[3].

Francesco Moser a par ailleurs fondé[Quand ?] une entreprise de fabrication de cadres de vélos de route, Ciclimoser, basée à Piove di Sacco[4].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Classements dans les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1973 : 15e, vainqueur de la 14e étape
  • 1974 : 7e
  • 1976 : 4e, Jersey red.svg vainqueur du classement par points et des 4e, 7e (contre-la-montre) et 14e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant un jour
  • 1977 : 2e, Jersey red.svg vainqueur du classement par points, Jersey pink.svg maillot rose pendant quinze jours
  • 1978 : 3e, Jersey red.svg vainqueur du classement par points et des 11eb, 13e, 14e (contre-la-montre) et 16e (contre-la-montre) étapes
  • 1979 : 2e, vainqueur du prologue et des 3e (contre-la-montre) et 17e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant huit jours
  • 1980 : abandon, vainqueur du prologue, Jersey pink.svg maillot rose pendant cinq jours
  • 1981 : 21e, vainqueur de la 14e étape, Jersey pink.svg maillot rose pendant quatre jours
  • 1982 : 8e, Jersey red.svg vainqueur du classement par points et des 7e et 20e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant cinq jours
  • 1983 : abandon
  • 1984 : Leader du classement général vainqueur du classement général, du prologue et des 6e, 15e (contre-la-montre) et 22e (contre-la-montre) étapes
  • 1985 : 2e, vainqueur du prologue et des 19e et 22e (contre-la-montre) étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant deux jours
  • 1986 : 3e, vainqueur de la 18e étape (contre-la-montre)

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1975 : 7e, Jersey white.svg vainqueur du classement du meilleur jeune, du prologue et de la 7e étape, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant sept jours.

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1984 : 10e, vainqueur du prologue et de la 11e étape, Jersey gold.svg maillot amarillo pendant sept jours

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

  • Record du monde de l'heure en plein air -600 mètres :
  • Record du monde de l'heure en plein air +600 mètres :
    • 50 km 808 : 19 janvier 1984, Mexico
    • 51 km 151 : 23 janvier 1984, Mexico
    • 51 km 840 : 15 janvier 1994, Mexico
  • Record du monde de l'heure sur piste couverte :
    • 48 km 637 : 10 octobre 1987, Moscou
    • 50 km 644 : 25 mai 1988, Stuttgart

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyclismag, le cyclisme à visage humain : magazine du cyclisme
  2. (it) [1]
  3. voir l'Équipe Magazine n°1098 du 07/06/2003
  4. Site officiel
  5. Il y a deux éditions des Six jours de Paris cette année-là.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :