Richard Carapaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carapaz Montenegro est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Carapaz ; le second, maternel, souvent omis, est Montenegro.
Richard Carapaz
GIRO0536 carapaz (48002197537).jpg
Richard Carapaz sur le podium final de la Vuelta de la Juventud 2015.
Informations
Nom de naissance
Richard António Carapaz MontenegroVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (26 ans)
TulcánVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2011Panavial-Coraje Carchense
2013RPM Ecuador
2014Panavial-GAD Carchi
2015Strongman-Campagnolo
04.2016-12.2016[n 1]Lizarte (es)
Équipes professionnelles
01.2016-03.2016[n 2]Strongman-Campagnolo-Wilier
08.2016-12.2016Movistar (stagiaire)
2017-2019Movistar
2020-Ineos
Principales victoires
1 grand tour
Leader du classement général Tour d'Italie 2019
3 étapes de grand tour
Tour d'Italie (3 étapes)

Richard António Carapaz Montenegro, né le à El Carmelo, dans la province de Carchi en Équateur, est un coureur cycliste professionnel, membre de l'équipe espagnole Movistar depuis 2016. Il est devenu le premier coureur équatorien à remporter l'un des trois grands tours après sa victoire sur le Tour d'Italie 2019, où il a aussi remporté deux étapes. Lors du Tour d'Italie 2018 qu'il a terminé en quatrième position, il était devenu le premier coureur de son pays à gagner une étape de grand tour.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Vue du paysage de Julio Andrade, province de Carchi.

Richard Carapaz est né à La Playa, paroisse d'El Carmelo, dans le canton de Tulcán, connue comme la capitale du cyclisme équatorien. Il est fils d'un transporteur, éleveur de vaches et de poules de Julio Andrade.

À cinq ans, il monte sur son premier vélo, que son père aurait trouvé dans une décharge[1]. Il commence le cyclisme en compétition à l'âge de quinze ans au sein de l'équipe Panavial-Coraje Carchense[2], après être tombé amoureux du Tour d'Italie, à travers les exploits de son idole Marco Pantani[1].

En 2013, il rejoint RPM Ecuador, une des rares équipe de son pays. En avril, il prend part au Tour du Guatemala, il termine deuxième de la 5e étape, battu au sprint par le futur vainqueur de l'épreuve, Óscar Sánchez[3]. Il finit neuvième et meilleur jeune de cette course[4]. Une semaine plus tard, il est sélectionné pour représenter son pays aux championnats panaméricains espoirs. Une attaque, dès le premier tour, du Brésilien Murilo Affonso décide, finalement, de l'issue de l'épreuve. Il emmène, avec lui, huit coureurs qui vont faire la course en tête, une bonne partie de l'après-midi. Sous l'effet de l'altitude et des efforts imposés par le parcours, le groupe va perdre des éléments et un trio va se détacher, composé de Carapaz, Bolívar et Affonso. Peu après, le Brésilien cède[5]. Puis Carapaz se débarrasse du Colombien, épuisé, pour aller conquérir le titre[6], devant le duo colombien composé d'Isaac Bolívar et de Félix Barón. Les écarts sont importants puisque le trio se disputant la médaille de bronze termine à dix minutes de l'Équatorien[7]. En juin, lors du Tour des Pays de Savoie, il achève dans les cinq premiers, les trois premières arrivées d'étape. Il se retrouve, ainsi, troisième au matin du dernier jour. Même s'il termine finalement neuvième de cette course, il fait forte impression. De nombreux observateurs le considèrent comme le plus grand espoir équatorien de ces vingt dernières années[8].

En 2015, il déménage en Colombie, où il court pour l'équipe colombienne Strongman-Campagnolo-Wilier. Il séjourne chez l'ancien professionnel Rafael Acevedo, également beau-père de Miguel Ángel López[1]. Carapaz devient le premier étranger à remporter le Tour de Colombie espoirs et gagne également une étape du Clásico RCN.

Ses performances sportives attirent l'attention des équipes européennes et fin mars 2016, il signe avec la formation Lizarte (es)[9], club de l'Élite amateure espagnole. Moins de quinze jours plus tard, il se distingue en terminant deuxième du Memorial Valenciaga[10], épreuve de la coupe d'Espagne de cyclisme. Fin avril, il gagne pour la première fois sous les couleurs roses du club navarrais. Il s'impose en solitaire dans la Lazkaoko Proba, épreuve du "Torneo Euskaldun 2016"[11]. En mai, il remporte une étape et le classement final du Tour de Navarre. Ses bons résultats sur les compétitions du calendrier amateur basque et navarrais lui valent, à compter d'août 2016, un contrat en tant que stagiaire au sein de l'équipe World Tour Movistar[12]. Il participe à plusieurs épreuves sur le circuit européen, en France et en Italie.

Richard Carapaz à l'arrivée de la quatrième étape du Tour de Colombie espoirs.

Depuis 2017 : carrière chez Movistar[modifier | modifier le code]

2017[modifier | modifier le code]

Confirmé par Movistar, il franchit officiellement le cap du professionnalisme au début de 2017. Pour sa première saison chez les professionnels, il se classe deuxième du Grand Prix de l'industrie et de l'artisanat de Larciano (battu par Adam Yates), troisième du Tour de Castille-et-León (après le déclassement pour dopage de Jaime Rosón[13]) et deuxième et meilleur jeune de la Route du Sud. En fin d'année, il participe au Tour d'Espagne, son premier grand tour, où il se classe 36e. Il devient également le premier cycliste équatorien à courir la Vuelta, où il participe à une longue échappée dans une étape de montagne[14]. En novembre, il est exclu de l'équipe cycliste équatorienne lors des Jeux bolivariens pour s'être saoulé le jour de l'ouverture des Jeux, en plus d'avoir commis diverses infractions disciplinaires liées à l'alcool[15]. Après l'événement, les trois cyclistes impliqués ont publiquement présenté leurs excuses[16].

2018 : victoire d'étape sur le Giro[modifier | modifier le code]

En 2018, après avoir terminé troisième de la Semaine internationale Coppi et Bartali, il remporte une étape et le général du Tour des Asturies, ses premières victoires chez les professionnels. En mai, il participe à son premier Tour d'Italie. Après la sixième étape au sommet de l'Etna, il prend le maillot blanc de meilleur jeune. Le lendemain, il remporte l'étape à Montevergine en attaquant à moins de deux kilomètres de l'arrivée. Il est alors le premier Équatorien à gagner une étape sur un grand tour. Il termine à la quatrième place au classement général, deuxième du classement des jeunes derrière Miguel Ángel López. Après le Giro, il participe sans résultats significatifs au Tour d'Espagne et aux championnats du monde à Innsbruck.

2019 : triomphe sur le Giro[modifier | modifier le code]

En 2019, après avoir débuté la saison en Amérique du Sud, il remporte une nouvelle fois une étape et le général du Tour des Asturies. Il participe ensuite au Tour d'Italie en tant que co-leader de l'équipe avec Mikel Landa, mais il n'est pas considéré comme l'un des favoris du podium final[17],[18],[19]. Carapaz démontre une bonne forme sur la course, où il remporte deux étapes, la quatrième à Frascati et la quatorzième à Courmayeur. Dans cette dernière, il profite du marquage entre Primož Roglič et Vincenzo Nibali pour prendre le maillot rose. Il le conserve jusqu'à l'arrivée finale à Vérone. Il devance sur le podium Vincenzo Nibali et Primož Roglič. Il devient le premier Équatorien à remporter un grand Tour. Cette victoire fait de lui un « héros » en Équateur. 5 000 spectateurs se sont réunis à l'Estadio Olímpico Atahualpa de Quito pour une retransmission publique de la dernière étape[20]. La victoire de Carapaz au Giro est l'une des plus importantes de l'histoire sportive du pays, aux côtés de la consécration d'Andrés Gómez aux Internationaux de France de tennis 1990, de l'or olympique sur 20 km marche de Jefferson Pérez en 1996 et du succès de LDU Quito lors de la Copa Libertadores 2008[21]. Dans la foulée, le président Lenín Moreno annonce qu'il supprime les taxes sur l'importation de vélos professionnels[22]. Carapaz fait son retour à la compétition en août en terminant troisième du Tour de Burgos. Annoncé comme l'un des favoris du Tour d'Espagne, il déclare forfait quelques jours avant le départ en raison d'une chute survenue lors d'un critérium aux Pays-Bas[23].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Tania et le couple a deux enfants[1]. Sa femme, qui tient commerce de chapeaux à Tulcán, est la fille de Juan Carlos Rosero (1962 - 2013), ancien coureur professionnel en Colombie, puis directeur d'une école de cyclisme, qui a découvert Carapaz.

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2015 2016 2017 2018
UCI America Tour 126e[24]
UCI Europe Tour 1 405e[25] 75e[26] 149e[27]
UCI World Tour 2 099e[28] 273e[29] 56e[30]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er avril au 31 décembre 2016
  2. Du 1er janvier 2016 au 31 mars 2016

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d L'Équipe du 3 juin 2019 : « Viva Carapaz ! »
  2. (es) « "¡Gracias, Richard!": Ecuador celebra el éxito del ciclista Carapaz », sur france24.com, (consulté le 2 juin 2018)
  3. (es) « Les classements officiels de la cinquième étape du Tour du Guatemala 2013 » [PDF], sur www.edosof.com, (consulté le 17 avril 2018)
  4. (es) (es) « Les classements officiels du Tour du Guatemala 2013 » [PDF], sur www.edosof.com, (consulté le 17 avril 2018)
  5. (pt) « Aplaudido, Murilo Ferraz conquista a sexta colocação Sub-23 no Pan-Americano de ciclismo », sur www.cbc.esp.br, (consulté le 8 décembre 2013)
  6. (es) « Panamericano de Ruta: Colombia con Plata y Bronce en la Sub 23 », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 8 décembre 2013)
  7. (es) « Les résultats officiels de la course en ligne de la catégorie Espoir masculine des championnats panaméricains de cyclisme sur route 2013 » [archive du ], sur www.federacionmexicanadeciclismo.com.mx, (consulté le 8 décembre 2013)
  8. « Les Espoirs d'Equateur visent le Tour de l'Avenir », sur www.directvelo.com, (consulté le 8 décembre 2013)
  9. (es) « El ecuatoriano Richard Carapaz ficha por el Lizarte español », sur www.esciclismo.com, (consulté le 11 avril 2016)
  10. (es) « Exhibición en Valenciaga », sur www.equipolizarte.com, (consulté le 11 avril 2016)
  11. (es) « Richard Carapaz dedica a Ecuador, su primera victoria en España », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 1er mai 2016)
  12. Richard Carapaz stagiaire chez Movistar
  13. Résultats UCI
  14. Tour d’Italie. Qui est Richard Carapaz ?
  15. (es) «Richard Carapaz, expulsado de los Juegos Bolivarianos». Zikloland
  16. (es) «Ciclistas se disculpan por falta y se acogen al silencio». Diario El Telégrafo
  17. Cyclisme - Giro : Alejandro Valverde (Movistar) déclare forfait - Sport 365
  18. Giro 2019 : dumoulin, yates, roglic... les principaux favoris passés au crible
  19. Verso il Giro d’Italia 2019: ecco i favoriti
  20. (es) 5 000 personas vieron el triunfo de Richard Carapaz en el estadio Atahualpa
  21. (en) Carapaz: It's incredible to say that I'm the winner of the Giro d'Italia
  22. (es) Lenín Moreno anuncia retiro de impuestos a la importación de bicicletas de competencia y condecoración a Carapaz
  23. Richard Carapaz forfait pour la Vuelta
  24. (en) « UCI America Tour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  26. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  27. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2018 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  30. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2018 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :