Fabio Aru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ARU.
Fabio Aru
Fabio Aru - Vuelta a España 2015.png

Fabio Aru lors du Tour d'Espagne 2015.

Informations
Surnom
Il cavaliere dei quatro mori (Le Chevalier des quatre Maures)
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2009 Palazzago Elledent Rad Logistica
2010 Palazzago Elledent Rad
2011 Palazzago Elledent Rad Logistica-MCipollini
01.2012-07.2012[n 1] Palazzago Elledent Rad Logistica
Équipes professionnelles
08.2012-[n 2] Astana
Principales victoires

1 grand tour
Leader du classement général Tour d'Espagne 2015

5 étapes de grands tours
Tour d'Italie (3 étapes)
Tour d'Espagne (2 étapes)

1 classement annexe de grand tour
Classement du meilleur jeune
Leader du classement du meilleur jeune Tour d'Italie 2015

Fabio Aru, né le à San Gavino Monreale, est un coureur cycliste italien, professionnel depuis 2012 au sein de l'équipe Astana. Il remporte le premier grand tour de sa carrière lors du Tour d'Espagne 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Jusqu'à 15 ans, Fabio Aru pratique le football et le tennis dans sa ville Villacidro. Lassé par ces sports, il s'essaye au cyclisme. Il court en VTT et en cyclo-cross, dont il dispute les championnats d'Italie, d'Europe et du monde en catégorie juniors. Ce n'est qu'à 18 ans qu'il commence à courir sur route[1].

Dans la catégorie moins de 23 ans de 2009 à 2012, Fabio Aru est sous contrat avec l'équipe Palazzago, dirigée par le directeur sportif Olivano Locatelli[2],[3]. En 2011, il finit deuxième de Toscane-Terre de cyclisme à l'addition des places alors qu'il portait le maillot de leader avant la dernière étape[4]. Quelques mois plus tard, il gagne le Tour de la Vallée d'Aoste grâce à sa victoire dans le contre-la-montre qui conclut l'épreuve alors qu'il était second au classement général[5]. Ces performances lui permettent d'être convoité par plusieurs équipes dont trois de l'UCI World Tour[6]. Alors qu'il devait être stagiaire dans l'équipe Astana à partir du 1er août 2012[7], il signe tout compte fait un contrat professionnel[8].

En 2012, il remporte Toscane-Terre de cyclisme[9] et finit deuxième du Girobio[10]. En juillet, il termine son passage chez les amateurs en gagnant à nouveau le Tour de la Vallée d'Aoste.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

2012-2013 : les débuts[modifier | modifier le code]

Fabio Aru lors de la 8e étape du Tour d'Autriche 2013.

Il devient coureur professionnel le mois suivant chez Astana[11], au Tour du Colorado[8]. Le manager de l'équipe Giuseppe Martinelli dit de lui : « [c'est] un jeune homme au potentiel énorme, et je crois et j'espère qu'il sera à la hauteur de nos attentes. S'il donne vraiment tout, nous pourrions enfin voir en action un bon grimpeur tel que nous n'avons pas vu depuis quelques années[12]. » Au Tour du Colorado, il est deuxième d'une étape, à la Flagstaff Mountain (en).

En 2013, il est quatrième du Tour du Trentin en début d'année. Lors de la 3e étape de son premier Tour d'Italie, il prend le maillot blanc du meilleur jeune. Il le porte pendant quatre jours. Il est ensuite malade pendant plusieurs jours[13]. En fin de course, sous la neige, il est cinquième de la 20e étape, aux Tre Cime di Lavaredo, et prend la 42e place du classement général, en ayant aidé Vincenzo Nibali à s'y imposer. Il est ensuite huitième du Tour d'Autriche, septième des Trois vallées varésines.

2014, la révélation : troisième du Tour d'Italie et cinquième du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Durant les premiers mois de l'année 2014, Aru roule peu et prépare au mieux le Tour d'Italie. Il est vingtième du Tour de Catalogne puis septième du Tour du Trentin. Au Giro, le leader de l'équipe Astana est Michele Scarponi. Fabio Aru doit l'accompagner en montagne, tout en espérant pouvoir se tester[14]. Scarponi perd ses chances de victoire dès la première étape de montagne, à Montecopiolo, où il arrive avec dix minutes de retard sur les autres favoris. Aru, désormais cinquième au classement général, devient le leader de l'équipe[15]. Une semaine plus tard, il s'impose en solitaire à Montecampione, en accélérant deux fois durant les trois derniers kilomètres de l'ascension finale[16]. Ensuite, lors de la dix-neuvième étape disputée dans un contre-la-montre sur le Monte Grappa, il termine à dix-sept secondes du leader du classement général Nairo Quintana et s'empare du troisième rang occupé par Pierre Rolland[17]. Il conserve cette troisième place et signe son premier podium sur un grand tour.

Il reprend la compétition en août lors du Tour de Pologne afin de préparer le Tour d'Espagne. Propulsé leader sur la Vuelta, il remporte deux étapes et termine cinquième du général, confirmant son podium obtenu au Giro[18].

Il figure parmi une liste de onze coureurs sélectionnés pour la course en ligne des championnats du monde. Il y fait partie des chefs de file avec Vincenzo Nibali et Giovanni Visconti[19] et se classe finalement 34e. En fin de saison, il se classe quatrième de Milan-Turin et neuvième du Tour de Lombardie.

2015, la confirmation : second du Tour d'Italie et vainqueur du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Fabio Aru en rouge durant le Tour d'Espagne 2015.

Fabio Aru reprend la compétition en mars, lors de Paris-Nice, qu'il termine à la 39e place. À la fin de ce mois, il prend la sixième place du Tour de Catalogne. En mai, il est leader de l'équipe Astana au Tour d 'Italie. Avec ses coéquipiers, il est troisième de la première étape, un contre-la-montre par équipes. En prenant la troisième place de la cinquième étape, il s'installe à la deuxième place du classement général, derrière Alberto Contador. Lors de la treizième étape, ce dernier chute dans les derniers kilomètres, et perd le maillot rose au profit de Fabio Aru. Il récupère la première place du classement général dès le lendemain, tandis qu'Aru retrouve la deuxième place, avec désormais deux minutes et demie de retard. Les deux étapes suivantes sont remportées en altitude par Mikel Landa, équipier d'Aru. Lors de la seizième étape, ce dernier concède plus de deux minutes à Contador à la suite de l'accélération de l'Espagnol dans le Mortirolo et il est dépassé au classement général par Landa. Lors des deux dernières étapes de montagne (19e et 20e étapes), Fabio Aru s'impose à Cervinia et Sestrières. Cependant, il ne réussit pas à reprendre le maillot rose à Alberto Contador qui subit une défaillance dans le col du Finestre. Il reprend la deuxième place du classement général, à laquelle il termine ce Giro. Il s'adjuge le maillot blanc de meilleur jeune.

Fabio Aru décide de faire l'impasse sur le Tour de France pour pouvoir se concentrer sur la Vuelta en qualité de leader. Cependant, le Tour en demi-teinte réalisé par son compatriote Vincenzo Nibali le contraint à partager son rôle de leader, son coéquipier Mikel Landa pouvant servir de leader alternatif. Dès la deuxième étape, Nibali est exclu après avoir été tracté par une voiture et Landa perd beaucoup de temps. Aru reste donc le dernier atout pour Astana. Lors de la onzième étape, l'équipe réalise un coup de force, Aru finissant deuxième derrière Landa et prenant le maillot rouge. Joaquim Rodríguez refait cependant son retard étape après étape, et reprend le maillot de leader pour une seconde lors de la seizième étape. Tom Dumoulin s'impose cependant lors du contre-la-montre de la 17e étape, en s'adjugeant l'étape et le maillot rouge. Il possède alors trois secondes d'avance sur Fabio Aru au classement général, écart porté à six secondes à l'issue de la 19e étape. Lors de la vingtième étape, bien aidé par son équipe et notamment Landa, Aru attaque à plus de quarante kilomètres de l'arrivée et fait craquer le maillot rouge, Dumoulin. Il reprend donc la tête du classement général et remporte le lendemain son premier grand Tour, cette Vuelta 2015. À la suite de cette victoire il prolonge son contrat avec la formation Astana[20].

2016 : saison en demi-teinte[modifier | modifier le code]

Fidèle à son programme de carrière, il est temps pour le Sarde de s'attaquer au Tour de France pour la première fois. Sa préparation est marquée par une victoire d'étape au Critérium du Dauphiné. Auteur d'une performance digne de son statut pendant la majeure partie du Tour, Aru tombe malade à la fin de la course et explose lors des dernières étapes et notamment la 19e au Bettex au-dessus de Saint-Gervais. Aru finit la course sans avoir mis en place son habituel tempérament offensif et en ressort déçu, 13e à 19'20" de Christopher Froome.

2017[modifier | modifier le code]

En cette année de 100e Giro, Fabio Aru n'a qu'une idée en tête : être au départ de celui-ci dans sa Sardaigne natale. Toute sa préparation est axée sur cette course, mais, à trois semaines du début de la compétition, Aru chute et se blesse au genou droit à l'occasion d'un stage d'altitude. La mort dans l'âme, et en plus marqué par la mort de son coéquipier Michele Scarponi, il doit déclarer forfait pour ce Giro qu'il attendait tant.

Ses espoirs sont donc déplacés pour le Tour de France, dans une quête de revanche, alors que tous les habituels favoris, hormis Christopher Froome, Romain Bardet et Alberto Contador combattent au Giro. Aru peut légitimement espérer y briller.

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

  • 2014 : 5e, vainqueur des 11e et 18e étapes
  • 2015 : Leader du classement général Vainqueur du classement général

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015
UCI World Tour 216e[21] 17e[22] 5e[23]
UCI Europe Tour 266e[24] 117e[25] nc[26]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2012 au 31 juillet 2012
  2. Du 1er août 2012

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Conosciamo meglio... Fabio Aru », sur spaziociclismo.it, (consulté le 30 mai 2014)
  2. (it) « Io, invalido a 21 anni. Mi dicevano: prendi i farmaci o non finisci la corsa », sur corriere.it
  3. (it) « Doping nel ciclismo, arrestati due manager », sur corriere.it
  4. Alexandre Philippon, « C. nations de Toscane #5 : Aru pleure, Preidler rit », sur velochrono.fr,
  5. Alexandre Rolin, « Fabio Aru termine en trombe », sur cyclismactu.net,
  6. Jerome Christiaens, « Aru encore au moins un an chez les amateurs », sur velochrono.fr,
  7. Alexandre Mignot, « Astana s'assure les services de Fabio Aru », sur cyclismactu.net,
  8. a et b « Fabio Aru signe pour 2 ans chez Astana », sur cyclismactu.net,
  9. Nicolas Gachet, « Toscane-Terre de Cyclisme - Et. 5 : Classements », sur directvelo.com,
  10. Alexandre Mignot, « Pozzo l'étape, Dombrowski vainqueur final », sur cyclismactu.net,
  11. « Fabio Aru », sur memoire-du-cyclisme.eu
  12. (en) « Neo-pro Aru signs with Astana », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 mai 2014)
  13. (en) « Aru looking for further progress at 2014 Giro d’Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 mai 2014)
  14. (en) « Aru unsure of limits ahead of Giro d'Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 mai 2014)
  15. (en) « Scarponi's Giro d'Italia hopes fade on the road to Montecopiolo », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 mai 2014)
  16. (en) « Aru explores his limits at Giro d’Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 30 mai 2014)
  17. (en) « Giro d'Italia - King Quintana soars ahead with Monte Grappa ITT win », sur eurosport.yahoo.com, (consulté le 10 juin 2014)
  18. Fabio Aru : "C'est juste le début" sur 100pour100-velo.com
  19. (en) Stephen Farrand, « Nibali, Visconti and Aru confirmed for Italian team for World Championships », sur cyclingnews.com,
  20. « le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 16 septembre 2016)
  21. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1er novembre 2014)
  22. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  23. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 5 octobre 2015)
  24. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  25. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 31 décembre 2014)
  26. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 31 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :