Luc Leblanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leblanc.
Leblanc
Defaut 2.svg
Informations
Naissance
(49 ans)
Limoges +
Nationalité
Équipes professionnelles
1987-1988 Toshiba
1989 Histor
1990-1993 Castorama
1994 Festina
1995 Le Groupement
1995-1998 Polti
Principales victoires

2 championnats
Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 1994
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1992
1 classement annexe de Grand Tour
Classement de la montagne
Jersey green.svg Tour d'Espagne 1994
2 étapes dans les grands tours
Tour de France (2 étapes)
2 course à étapes
Tour du Trentin 1997
Grand Prix du Midi libre 1992
1 classique

Grand Prix de Plouay 1988

Luc Leblanc, né le à Limoges, est un coureur cycliste français, professionnel de 1987 à 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

Dès sa première année professionnelle sous le maillot Toshiba en 1987, il est vice-champion de France. Il remporte le Grand Prix de Plouay la saison suivante.

En 1990, il rejoint l’équipe Castorama, il remporte le Tour du Haut-Var, le Grand Prix de Wallonie et une étape du Critérium du Dauphiné Libéré.

En 1991, il remporte une étape du Grand Prix du Midi libre. Mais surtout, lors de sa deuxième participation au Tour de France, il porte le Maillot Jaune de leader, pendant une journée dans les Pyrénées. Il déclare, à ce sujet, que maillot jaune depuis la veille, il est victime d'une fringale, dans le col d'Aspin, son coéquipier Laurent Fignon en profite pour attaquer et provoquer sa perte (par jalousie se demande-t-il)[1]. Il termine néanmoins cinquième à Paris.

En 1992, il remporte sa première grande course par étapes, le Grand Prix du Midi libre, se classe 2e du Critérium du Dauphiné libéré avant de devenir Champion de France dans la polémique car il a contré son partenaire échappé Gérard Rué. Il termine par la suite hors-délai au Tour de France.

En 1994, il rejoint l’équipe Festina. Il se classe 6e du Tour d'Espagne en remportant le grand prix de la montagne puis termine 4e du Tour de France en remportant l’étape de Lourdes-Hautacam. Il connaît son jour de gloire le 28 août 1994 en Sicile où il devient Champion du monde. Il est le premier Français à revêtir le maillot arc-en-ciel depuis Bernard Hinault (1980).

En 1995, Leblanc rejoint l'Équipe cycliste Le Groupement qui cesse son activité en cours d'année. Il doit mettre un terme à sa saison dès le mois de juillet pour être opéré du nerf sciatique[2].

En 1996, il rejoint l’équipe italienne Polti et termine 6e du Tour de France en remportant l’étape des Arcs.

En 1997, il remporte sa seconde grande course par étapes, le Tour du Trentin. Il se classe 2e de la Flèche wallonne et 4e de Liège-Bastogne-Liège.

En 1998, lors de sa dernière saison profesionnelle, il est à nouveau vice-champion de France derrière Laurent Jalabert.

En 2000, à la barre du tribunal correctionnel de Lille, pour le procès de l'Affaire Festina, Luc Leblanc a révélé avoir eu recours à des dopants pour le Tour de France et la Vuelta en 1994 puis les années suivantes[3].

En 2002, Il devient directeur sportif et manager général de l'équipe Panorimmo.com-23 en Limousin, une équipe amateur de Nationale 1. Elle est basée à Guéret dans la Creuse. Il y dirige plusieurs futurs coureurs professionnels : Denis Flahaut, Maxime Méderel, Yoann Le Boulanger[4].

En 2004, Il rejoint l'équipe belge Chocolats Jacques en tant que quatrième directeur sportif[5]. Les autres directeurs sont les Belges Johan Capiot, Jef Braeckevelt et Walter Planckaert. Il a principalement en charge les courses se déroulant sur le territoire français.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, Luc Leblanc est consultant pour RMC pendant le Tour de France depuis 2001.

Il tient également une chronique mensuelle dans Le Sport Vélo.

Il parraine une course cyclotouriste, La Cigale Luc Leblanc, qui se déroule autour de Lunel.

En 2009, Luc Leblanc a repris une licence amateur en Limousin pour le plaisir[réf. nécessaire].

Luc Leblanc et le dopage[modifier | modifier le code]

En 2000, lors du procès de l’affaire Festina, il déclare s’être dopé sur certaines courses seulement à partir de 1994 (notamment sur la Vuelta 1994, terminée 6e avec le gain du classement annexe de la Montagne, et le Tour de la même année, terminé 4e) mais pas sur la course où il gagnera le titre mondial en août 1994[6]. Dans une interview au journal L'Équipe, en juillet 2013, il assure de nouveau n'avoir jamais pris quoi que ce soit lors de sa carrière amateur et déclare avoir terminé 5e du Tour de France 1991, sans avoir eu recours à l'EPO (qui avait déjà fait son apparition dans le peloton). Il ajoute avoir gagné, en 1992, son titre de champion de France et remporté des courses comme le Grand Prix du Midi libre 1992 et le Grand Prix de Wallonie 1990, à l'eau claire. Il déclare avoir commencé à se doper pour seulement conserver son rang dans la hiérarchie et non pour élever son niveau. S'il a participé au procès de l'affaire Festina treize ans plus tôt, en qualité de témoin, c'était pour se repentir et défendre Bruno Roussel. Éprouvant le besoin de s'exprimer, il trouvait le lieu adéquat car, dit-il, prendre de l'EPO était contraire à son éducation et à ses croyances[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 1985
    • Circuit Monts et Barrages :
      • Classement général
      • Contre-la-montre
    • 2e du Grand Prix de la Tomate
    • 2e du Tour de Corrèze
    • 2e de la Flèche de la Charente-Limousine
    • 3e du Circuit du Pays de Brive
  • 1986

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

  • 1990 : 73e
  • 1991 : 5e, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant un jour
  • 1992 : hors-délai (14e étape)
  • 1994 : 4e, vainqueur de la 11e étape
  • 1996 : 6e, vainqueur de la 7e étape
  • 1997 : abandon (non-partant 14e étape)
  • 1998 : abandon (non-partant 18e étape)

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 1994 : 6e, Jersey green.svg Vainqueur du classement de la montagne

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Je n'aime pas trop la stratégie des Sky », interview de Luc Leblanc, L'Équipe, lundi 1er juillet 2013.
  2. (en) « Luc Leblanc », sur cyclingnews.com,‎ 1er août 1995
  3. Cyclisme : Luc Leblanc dénonce la "dictature" de l'UCI
  4. « Panorimmo.com 23-La Creuse en Limousin (2002) », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 11 janvier 2012)
  5. « Chocolade Jacques-Wincor Nixdorf », sur memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 11 janvier 2012)
  6. Reuters - Yahoo, « Cyclisme : Luc Leblanc dénonce la "dictature" de l'UCI », sur cyclisme-dopage.com,‎ (consulté le 25 juillet 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]