Thibaut Pinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pinot.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Pineau et Pinault.
Thibaut Pinot
Image illustrative de l'article Thibaut Pinot
Thibaut Pinot à l'issue du Tour du Doubs 2014.
Informations
Nom Thibaut Pinot
Date de naissance (25 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe actuelle FDJ
Spécialité Grimpeur[1]
Équipes amateurs
2008
2009
AC Bisontine
CC Étupes
Équipes professionnelles
01.2010-06.2010[n 1]
07.2010-12.2011[n 2]
2012
01.2013-06.2013[n 3]
06.2013-12.2014[n 4]
2015-
La Française des jeux
FDJ
FDJ-BigMat
FDJ
FDJ.fr
FDJ
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour

Jersey white.svg Meilleur jeune du Tour de France 2014
1 étape de grand tour

Tour de France (1 étape)

Thibaut Pinot, né le à Mélisey (Haute-Saône), est un coureur cycliste français, professionnel depuis 2010 et membre de la FDJ.

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Thibaut Pinot débute le vélo à huit ans, poussé par son père qui court au niveau régional. Son frère aîné pratique également le cyclisme[2]. Lors de sa première année junior, il remporte le classement général du Tour de Guadeloupe juniors (5 étapes), celui de la Drôme Provençale (épreuve national junior, 2 étapes), ainsi qu'une étape du Challenge de l'est junior. Il termine également cinquième du classement général du Challenge national junior.

Lors de sa seconde année chez les juniors, il remporte sous le maillot de l'AC Bisontine[3] neuf victoires dont le classement général de la Ronde de la Haute-Saône (et une étape), le Tour d'Ardèche juniors (épreuve national junior) avec deux succès d'étapes, ainsi que la Savoyarde juniors avec l'équipe de France. Il prend également de nombreux accessits, tels que la troisième place du Challenge national junior, une quatrième place au classement général de la Course de la Paix juniors, ainsi qu'une quatorzième place aux championnats d'Europe (course en ligne) et une 33e place aux championnats du monde (course en ligne). Il change de club à son arrivée chez les espoirs. Il rejoint ainsi le CC Étupes[3], club DN1, avec l'ambition de passer professionnel.

En 2009, Thibaut Pinot remporte notamment le classement général du Tour du Canton de Mareuil Verteillac (Challenge national espoirs), le critérium du Printemps, la troisième étape du Tour des Pays de Savoie (2.2), le Grand Prix de Delle et décroche de nombreuses places d'honneurs dont une dixième place aux championnats de France amateurs. Grâce à sa régularité, il ne tarde pas à intégrer l'équipe de France espoirs avec laquelle il participe au Tour du Frioul-Vénétie julienne (2.2) ainsi qu'au Tour de l'Ain, sa première épreuve chez les professionnels. Fin août 2009, il remporte le classement général du Tour de la vallée d'Aoste avec l'équipe de France et devient le plus jeune vainqueur de l'épreuve. Il remporte également le classement par points de cette épreuve[4]. Il rejoint alors au palmarès Yaroslav Popovych et Gilberto Simoni.

Débuts professionnels à La Française des Jeux (2010)[modifier | modifier le code]

Pinot lors du Tour de Romandie 2010.

Il passe professionnel en 2010 en rejoignant La Française des jeux[5]. Son premier résultat significatif est une cinquième place au Tour du Finistère. Quinze jours plus tard, il termine meilleur grimpeur du Tour de Romandie[1]. Au mois de juin, il réalise son premier podium lors de la 5e étape du Critérium du Dauphiné[1], épreuve qu'il finit à la vingtième place[6]. Il prend par la suite la cinquième place du Tour de l'Ain en août juste après avoir remporté le classement du meilleur grimpeur du Paris-Corrèze.

Premières victoires (2011)[modifier | modifier le code]

En avril 2011, Thibaut Pinot termine troisième du classement général final du Tour de Turquie. La performance est saluée par les observateurs, le coureur français n'a alors que vingt ans[7] et il s'agit là de son premier podium sur une épreuve importante d'une semaine. Deux semaines plus tard, il obtient la deuxième place du Rhône-Alpes Isère Tour[8] où il gagne les classements de meilleur grimpeur et de meilleur jeune[9]. Dans sa préparation pour le Critérium du Dauphiné, il termine septième et meilleur jeune fin mai du Tour de Bavière. Il termine deuxième de la 7e étape du Critérium du Dauphiné au sommet du col La Toussuire derrière Joaquim Rodríguez. Il a cependant perdu toute chance de bien figurer au classement général en perdant plus de quatre minutes dans une bordure en début d'épreuve, mais terminant bien la semaine, il finit seizième du général. À la fin du mois de juillet, il remporte le Tour Alsace en gagnant en solitaire l'étape reine de l'épreuve dont l'arrivée était placée au sommet du Ballon d'Alsace[10]. Le mois suivant, il remporte la deuxième étape du Tour de l'Ain, ce qui lui permet de prendre la tête du classement général. Le lendemain, il débourse près de six minutes sur le vainqueur d'étape, Wout Poels, perdant toute chance de bien figurer au classement final[11]. Dans l'étape reine, celle du Grand Colombier, il s'impose devant David Moncoutié, le vainqueur final du Tour de l'Ain[12]. La semaine suivante, il poursuit sur sa lancée en terminant troisième de la semi-classique italienne des Trois vallées varésines, derrière Domenico Pozzovivo et le vainqueur Davide Rebellin, réalisant ainsi son premier podium sur une course d'un jour classée HC[13]. Il remporte par la suite la première étape de la Semaine lombarde en solitaire au sommet du Passo della Presolana, et prend la tête au classement général[14] qu'il conserve jusqu'au bout[15]. Il devient le plus jeune vainqueur de l'épreuve depuis 1991 et le succès de Lance Armstrong, qui n'avait alors que 21 ans lui aussi[16].

Premier grand tour (2012)[modifier | modifier le code]

Pinot pendant la 9e étape du Tour de France 2012 (contre-la-montre).

En 2012, l'équipe FDJ devient FDJ-BigMat et retrouve le statut de ProTeam perdu en 2011, ce qui lui permet de participer à toutes les compétitions du calendrier de l'UCI World Tour. Thibaut Pinot a comme objectifs pour cette saison de bien figurer sur Tirreno-Adriatico, le Tour de Catalogne et le Tour de Romandie[17]. Il doit également participer à son premier grand tour[17].

Seizième du Tour méditerranéen et onzième du Tour du Haut-Var en début de saison, les mois qui suivent ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. Il est 50e de Tirreno-Adriatico puis ne termine pas les Tours de Catalogne et du Pays basque[18]. À la fin du mois d'avril, il prend la onzième place du Tour de Romandie, après s'être classé huitième du contre-la-montre en côte de Crans-Montana. En juin, il réalise un bon Tour de Suisse. Il est cinquième d'étape à Verbier et sixième à Arosa. Ses performances lors de cette course font dire à son entraîneur Frédéric Grappe qu'il y « a montré qu’il est parmi les cinq meilleurs grimpeurs du monde »[19]. Dixième du classement général à la veille de l'arrivée, il abandonne cependant lors de la dernière étape.

En juillet, il prend le départ de son premier Tour de France, afin de « découvrir cette course et prendre de l’expérience »[19] à la suite du forfait sur blessure du leader prévu de FDJ-BigMat, Arnold Jeannesson. Plus jeune participant de ce Tour de France[20], il en remporte la huitième étape entre Belfort et Porrentruy[21]. Quatre jours après sa victoire jurassienne, Pinot règle le sprint des favoris au cours de l'étape de La Toussuire derrière son compatriote Pierre Rolland, rescapé de l'échappée matinale. Il bat le record de l'ascension détenu jusqu'à alors par l'espagnol Carlos Sastre lors de l'édition 2006[22]. À l'occasion de la 17e étape, Pinot parvient à suivre le maillot jaune Bradley Wiggins et son coéquipier Christopher Froome et termine quatrième de l'étape à 22 secondes du vainqueur du jour, Alejandro Valverde. Lors de la 19e étape Pinot réussi à conserver sa 10e place au classement général malgré la pression d'Andreas Klöden. Il devient alors à Paris le plus jeune coureur à terminer parmi les dix premiers depuis Raymond Impanis en 1947[23].

Pinot poursuit ensuite sa saison en gagnant la 5e étape du Tour de l'Ain sans pouvoir lutter pour les premières places du classement général de la course. Il conclut sa saison par un abandon lors du Tour de Lombardie.

2013[modifier | modifier le code]

Thibaut Pinot commence sa saison au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise. En mars, il participe à sa première course World Tour de la saison à l'occasion du Tour de Catalogne. Durant cette course, Pinot se fait peur en voyant son coéquipier Arnold Jeannesson chuter en descente devant lui[24]. Il ne tombe pas et finit ensuite huitième de cette course[25]. Il est ensuite 40e du Tour du Pays basque. À la fin du mois d'avril, Pinot commence le Tour de Romandie par une sixième place au prologue. Cinquième du classement général à la veille de l'arrivée, il rétrograde à la douzième place à l'issue du contre-la-montre final[26].

Un mois plus tard, en préparation du Tour de France, il est quatorzième du Tour de Bavière. Engagé au Tour de Suisse, il est troisième de la première étape de montagne, prenant ainsi la cinquième place du classement général[27]. Pinot prend la quatrième place au classement général à la suite de l'abandon de Giovanni Visconti lors de la cinquième étape[28]. Il est ensuite quatrième de la dernière étape de montagne où il ne peut suivre dans la descente finale Rui Costa, Bauke Mollema et Tejay van Garderen qui lui prennent neuf secondes à cette occasion[24],[29]. Pinot conclut ce Tour de Suisse à la quatrième place du classement général à l'issue du contre-la-montre[30].

Lors du Tour de France, après un début de course en Corse où Pinot est dans le même temps que le leader, il perd 42 secondes à la suite de la quinzième place de FDJ.fr au contre-la-montre par équipes de Nice remporté par Orica-GreenEDGE[31]. Lors de la première étape de montagne pyrénéenne, Thibaut Pinot, crispé, est distancé dans la descente du col de Pailhères. Énervé, il enlève son oreillette dont le fil se mêle dans la roue avant, nécessitant une intervention du mécanicien de l'équipe. Pinot concède finalement six minutes sur Christopher Froome à l'arrivée en haut d'Ax 3 Domaines[24],[32]. Le lendemain, atteint mentalement, il est à nouveau distancé et termine dans un gruppetto à 25 minutes, perdant toute chance au classement général[33]. Au moment d'atteindre la première journée de repos, Pinot est 47e à plus de 31 minutes de Froome[34]. Loin au général dans la semaine et victime d'une angine, Pinot décide de se retirer de la course au lendemain de la deuxième journée de repos[35].

De retour à la compétition au Tour de l'Ain dont il se classe sixième, Pinot participe fin août au Tour d'Espagne où il prend la septième place finale. Sélectionné ensuite pour la course en ligne des championnats du monde de Florence[36], une première pour lui à ce niveau, Pinot termine 50e[37].

2014[modifier | modifier le code]

Thibaut Pinot connaît un début de saison 2014 difficile, devant renoncer au Tour d'Oman à cause d'une angine puis abandonner Tirreno-Adriatico en raison d'une tendinite[38]. Au printemps, il est treizième du Tour de Catalogne, neuvième du Tour du Pays basque, dixième du Tour de Romandie, cinquième du Tour de Bavière, quinzième du Tour de Suisse.

En juillet, il arrive en seconde position de la dixième étape du Tour de France 2014 à la Planche des Belles Filles, à quelques kilomètres de son village natal. Il est à nouveau deuxième à Hautacam, derrière Vincenzo Nibali, et termine troisième au classement général et meilleur jeune de ce Tour, remporté par Nibali. Il confirme tout son potentiel en montagne, ainsi que ses progrès en descente et surtout en contre-la-montre où il réalise le 12e temps.

Pinot, qui prolonge son contrat avec FDJ.fr jusqu'en fin d'année 2016[39], participe ensuite au Tour d'Espagne non pas dans l'objectif d'obtenir un résultat au classement général mais pour remporter une victoire d'étape, chose qui lui manque depuis le Tour de l'Ain 2012[40],[41]. Fiévreux dans les jours précédant le départ de la Vuelta, Pinot est en plus affecté par les fortes chaleurs régnant les premiers jours. La quatrième étape, au terme de laquelle Pinot se situe à plus de 24 minutes au classement général, est ainsi pour Pinot le pire jour de sa carrière cycliste[42]. N'arrivant pas à récupérer, il abandonne durant la onzième étape[43].

De retour au Tour du Doubs, il en est quatrième. Il finit neuvième du Grand Prix de Wallonie et quatrième du Tour du Gévaudan.

2015[modifier | modifier le code]

Thibaut Pinot se distingue au mois de juin sur le tour de Suisse en remportant la seule étape de haute-montagne à Sölden, suite à une attaque à 2 km de l'arrivée. Il endosse alors le maillot de leader de la course, qu'il perd finalement lors de l'ultime contre-la-montre au profit de Simon Špilak.

Style[modifier | modifier le code]

Il obtient ses meilleurs résultats dans la montagne. Ainsi, en 2009 chez les espoirs, il remporte le Tour de la vallée d'Aoste, une course se déroulant dans les Alpes italiennes. Il confirme ses aptitudes dans la montagne dès sa première saison professionnelle en se mettant en évidence lors du Tour de Romandie puis lors du Critérium du Dauphiné. Lors du Dauphiné, son directeur sportif Marc Madiot dit de lui : « C'est un pur grimpeur. Il confirme ce que nous savions de lui dans les catégories junior. »[44]. Il se montre également à l'aise sur des terrains vallonnés et se déclare « un peu puncheur » comme l'illustre son podium obtenu lors des Trois vallées varésines 2011[13]. Pinot apprécie tout particulièrement les courses italiennes, en particulier le Tour de Lombardie, sa classique préférée[13]. Il perd en revanche régulièrement du temps dans les descentes, comme c'est le cas dans plusieurs des courses World Tour qu'il dispute en 2013[45]. L'explication avancée à cette perte de temps récurrente est un blocage psychologique remontant à une chute en descente durant sa carrière junior dont il s'est relevé avec les deux bras cassés[24]. Pinot n'affectionne pas non plus les fortes chaleurs[42].

Famille[modifier | modifier le code]

Son frère Julien a été l'entraîneur du club amateur du CC Étupes[2], situé dans le département du Doubs. Il est également coureur cycliste, mais il a dû arrêter en raison d'une hypertrophie cardiaque[46]. Il suit également les entraînements de Thibaut et travaille au sein de l'encadrement de l'équipe FDJ. Son père, Régis, est le maire de la commune de Mélisey (Haute-Saône).

Palmarès, résultats et classements[modifier | modifier le code]

Palmarès par année[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 2007
    • Tour de Guadeloupe juniors :
      • Classement général
      • 5 étapes
    • Drôme Provençal juniors :
      • Classement général
      • 2 étapes
    • 1 étape du Challenge de l'est juniors
  • 2008
    • Ronde de la Haute-Saône :
      • Classement général
      • 1 étape
    • Tour d'Ardèche juniors :
      • Classement général
      • 2 étapes
    • Savoyarde juniors
  • 2009

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. En 2009, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 26 courses en 2010. L'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam, dont FDJ ne fait plus partie. L'année suivante, FDJ-BigMat retrouve un statut de ProTeam, ce qui fait que Pinot peut être classé au World Tour.

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement mondial UCI 233e[47]
UCI World Tour 62e[48] 33e[49] 32e[50]
UCI Europe Tour 261e[51] 11e[52]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2010 au 30 juin 2010
  2. Du 1er juillet 2007 au 31 décembre 2011
  3. Du 1er janvier 2013 au 28 juin 2013
  4. Du 29 juin 2013 au 31 décembre 2014

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Pinot: France's next big climber? », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 13 juin 2010)
  2. a et b « Dans la roue de Thibaut Pinot », sur cyclismag.com,‎ (consulté le 18 avril 2010)
  3. a et b Michael Gilson, « Thibaut Pinot au CC Etupes », sur http://www.directvelo.com/,‎
  4. « Giro della Valle d'Aosta 2009 », sur http://www.siteducyclisme.net/
  5. http://www.directvelo.com/direct-velo/actualites/4777/thibaut-pinot-passe-pro-en-2010.html
  6. (en) « Brajkovic wins the Critérium du Dauphiné », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 13 juin 2010)
  7. (en) « Presidential Cycling Tour of Turkey 2011 », sur cyclingnews.com,‎ 1er mai 2011 (consulté le 1 mai 2011)
  8. « La dernière pour Kvist, Georges sacré », sur cyclismactu.net,‎ (consulté le 15 mai 2011)
  9. « Rhône-Alpes Isère Tour 2011 », sur http://www.siteducyclisme.net (consulté le 11 août 2011)
  10. « Coup double pour Thibault Pinot », sur dna.fr,‎ 1er août 2011 (consulté le 3 août 2011)
  11. « Poels devance Rolland et fait coup double », sur cyclismactu.net (consulté le 15 août 2011)
  12. « Tour de l’Ain #4 : Pinot et Moncoutié en jettent », sur velochrono.fr (consulté le 14 août 2011)
  13. a, b et c « Thibaut Pinot, coureur français d’août », sur velochrono.fr (consulté le 30 août 2011)
  14. Alexandre Mignot, « Thibaut Pinot s'impose en solitaire », sur http://www.cyclismactu.net,‎
  15. « Pinot résiste en beauté », sur lequipe.fr,‎
  16. (it) « Il francese Pinot vince la Settimana lombarda », sur Settimanaciclistalombarda.it,‎
  17. a et b Alexandre Rolin, « Thibaut Pinot : « Je sais ce que j'ai à faire... » », sur cyclismactu.net,‎
  18. « Pinot : « Je vois l’année défiler… » », sur velochrono.fr,‎ (consulté le 1 juillet 2012)
  19. a et b « Tour de France : Thibaut Pinot heureux d’y être », sur estrepublicain.fr,‎ (consulté le 1 juillet 2012)
  20. « Cyclisme/TDF-2012 - Thibaut Pinot (FDJ-BigMat): le benjamin, c'est lui », sur courrier-picard.fr,‎ 1er juillet 2012 (consulté le 1 juillet 2012)
  21. Laurent Vergne, « Pinot, classe biberon », sur eurosport.fr,‎
  22. « Puissances sur le Tour : Froome meilleur grimpeur, Pinot super régulier », sur Rue89.com.fr,‎ (consulté en 21 juillet 2012)
  23. http://www.lefigaro.fr/cyclisme/2012/07/22/02007-20120722ARTSPO00117-vicement-2013.php
  24. a, b, c et d Gilles Comte, « Les démons de Pinot », L'Équipe,‎ , p. 8
  25. « Tour de Catalogne : Dumoulin encore placé », sur leprogres.fr, Le Progrès,‎
  26. Alexandre Philippon, « Romandie : Froome et les autres », sur velochrono.fr,‎
  27. Julie Dremière, « Mollema dompte le Crans-Montana », sur cyclismactu.net,‎
  28. « Tour de Suisse 2013- 5e étape: Victoire d'Alexander Kristoff (BMC), Mathias Frank toujours leader », sur eurosport.fr,‎
  29. Baptiste Bouthier, « Ce sera serré jusqu’au bout », sur velochrono.fr,‎
  30. (en) Stephen Farrand, « Costa repeats as Tour de Suisse champion », sur cyclingnews.com,‎
  31. Anthony Thomas-Commin, « Le TGV Orica-GreenEdge », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  32. « Tour de France : la sale journée de Thibaut Pinot et de la FDJ.fr », sur rtl.fr, RTL,‎
  33. Xavier Colombani avec l'AFP, « Pinot : «Je n'y suis plus» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  34. (en) Barry Ryan, « Tour de France: Martin victorious in Bagnères-de-Bigorre », sur cyclingnews.com,‎
  35. Anthony Thomas-Commin, « Pinot arrête », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  36. « Avec Barguil, sans Gallopin », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  37. (en) Barry Ryan, « Rui Costa wins men's road race world championship », sur cyclingnews.com,‎
  38. « Interview - Thibaut Pinot : "C'est vraiment frustrant" », sur cyclismactu.fr,‎ (consulté le 28 juillet 2014)
  39. « Pinot prolonge jusqu'en 2016 », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  40. Anthony Thomas-Commin, « Thibaut Pinot : «Ça fait envie» », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  41. « La FDJ.f vise des victoires d'étape par Bouhanni et Pinot », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  42. a et b Barry Ryan, « Pinot struggles in Spanish heat after early illness », sur cyclingnews.com,‎
  43. « Tour d'Espagne: fatigué, Pinot a préféré renoncer », sur eurosport.fr,‎
  44. « L'espoir Thibaut Pinot », sur cyclismactu.net,‎ (consulté le 13 juin 2010)
  45. Alexandre Philippon, « Les semaines studieuses de Pinot », sur velochrono.fr,‎ (consulté le 16 juin 2013)
  46. Michael Gilson, « CC Etupes : Julien Pinot contraint d’arrêter », sur http://www.directvelo.com/,‎
  47. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  48. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  49. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1 novembre 2014)
  50. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  51. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 11 janvier 2015)
  52. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 31 décembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Carrey, Nouveau cycle : Confidences de 3 coureurs modernes - Romain Bardet, Jean-Christophe Péraud, Thibaut Pinot, Éditions DirectVélo,‎ , 152 p. (ISBN 978-2-9538246-9-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :