Erik Breukink

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Erik Breukink
Erik Breukink (Tour de France 2007 - stage 8).jpg

Erik Breukink lors de la 8e étape du Tour de France 2007

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Roompot-Oranje Peloton (directeur sportif)
Distinction
Équipes professionnelles
1985 Skala-Gazelle
1986 Panasonic
1987-1989 Panasonic-Isostar
1990-1992 PDM-Concorde
1993-1995 ONCE
1996-1997 Rabobank
Équipes dirigées
2004-2012 Rabobank
01.2015-03.2015[n 1] Roompot
03.2015-12.2015[n 2] Roompot Oranje Peloton
2016- Roompot-Oranje Peloton
Principales victoires

Championnats
MaillotHolanda.PNG Champion des Pays-Bas sur route 1993
MaillotHolanda.PNG Champion des Pays-Bas du contre-la-montre 1995 et 1997
1 classement annexe de grands tours
Leader du classement du meilleur jeune Meilleur jeune du Tour de France 1988
Course à étapes
Tour du Pays basque 1988
7 étapes dans les grands tours
Tour de France (4 étapes)
Tour d'Italie (2 étapes)

Tour d'Espagne (1 étape)
Erik Breukink au prologue du Tour de France 1993.
Erik Breukink au Tour de France 1993.

Erik Breukink, né le à Rheden, est un coureur cycliste néerlandais. Il est professionnel de 1985 à 1997, respectivement chez Skala-Gazelle, Panasonic, PDM-Concorde, ONCE puis Rabobank, dont il est ensuite l'un des directeurs sportifs[1]. Il est depuis 2015 directeur sportif de l'équipe Roompot-Oranje Peloton.

Promis au succès dans les courses par étapes après avoir fait forte impression sur le Tour d'Italie 1988 (terminé au deuxième rang), la carrière de Breukink a également été marquée par une troisième place lors du Tour de France 1990, épreuve qu'il abandonne, l'année suivante, en même temps que l'ensemble de son équipe PDM-Concorde, officiellement pour cause d'intoxication alimentaire collective.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Né à Rheden, Breukink est né dans une famille de cycliste, son père Willem Breukink est directeur de l'usine de vélos Gazelle. Malgré cela, il s'oriente vers le football. En 1980, il change de sport et décide de poursuivre une carrière cycliste[2]. En 1982, il est consolidé dans son choix, lorsqu'il remporte le championnat national de poursuite chez les juniors (17/18 ans). Aux Jeux olympiques de 1984, associé à Gert Jakobs, Maarten Ducrot et Jos Alberts, il prend la quatrième place des 100 km sur route[3]. En 1985, Breukink gagne deux étapes contre-la-montre du Olympia's Tour et termine troisième du classement général. Il décide alors de passer professionnel.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Breukink fait ses débuts professionnels en 1986 au sein de l'équipe Skala-Gazelle. Il s’avère être un spécialiste du contre-la-montre et un bon grimpeur. Pour son premier Tour de France en 1987, il remporte une étape et termine deuxième au classement de jeunes.

Son premier grand résultat intervient lors du Tour d'Italie 1988, qu'il termine à la deuxième place, remportant l'étape du Gavia au milieu d'une tempête de neige. Lors du Tour de France 1988, il termine treizième et meilleur jeune. Lors du Tour suivant, il s'adjuge le prologue et porte le maillot jaune pendant une journée. Plus tôt dans la saison, lors du Tour d'Italie, il entrevoit la victoire finale, mais perd le maillot rose dans les Dolomites en raison d'une fringale.

En 1990, Breukink annonce vouloir se concentrer sur le Tour de France et rejoint l'équipe PDM, qui lui offre un statut de leader. Il obtient de très bons résultats sur le Tour de France 1990, remportant deux étapes et terminant troisième au général. Le résultat aurait même pu être mieux, mais il est malchanceux dans la montée du Tourmalet, où il change de vélo à trois reprises.

En 1991, Breukink quitte le Tour avec l'ensemble de l'équipe PDM, alors qu'il occupe la troisième place du général, officiellement en raison d'une intoxication alimentaire, mais il a ensuite été exposé que cela était dû à des Intralipides[4],[5],[6] .

En 1992, son niveau n'est plus le même, en particulier en contre-la-montre, son point fort. En 1993, Breukink rejoint l'équipe ONCE, où ses performances s'améliorent. Cependant, la malchance le poursuit, comme juste avant le début du Tour de France 1993, où il est renversé par une voiture. Les dommages causés à son genou gauche lui font abandonner le Tour. Breukink participe au Tour de France à quatre reprises par la suite, mais il n'a plus jamais atteint son ancien niveau. En 1997, il met un terme à sa carrière de cycliste professionnel, après avoir participé à 11 Tours de France et remporté 4 étapes. Il compte 61 victoires au total durant sa carrière.

Commentateurs sportifs[modifier | modifier le code]

Après un an comme responsable des relations publiques pour l'équipe Rabobank, Breukink devient commentateur pour la NOS, couvrant le Tour de France. En 2002 et 2003, le GP Erik Breukink[7], une course UCI de niveau 2.3 est organisée[8]. Deux éditions ont lieu et sont remportées par Fabian Cancellara et Erik Dekker[9]. La course s'arrête en 2004 en raison de problèmes financiers[10].

Carrière de manager[modifier | modifier le code]

Le 13 janvier 2004, il est annoncé que Erik Breukink devient le nouveau manager de l'équipe Rabobank[11]. Grâce à son passage dans l'équipe ONCE, il parle couramment l'espagnol, ce qui est utile pour communiquer avec les cyclistes espagnols dans l'équipe et au coureur russe Denis Menchov, qui parle espagnol mieux que l'anglais[12]. Depuis que Breukink est devenu responsable de l'équipe, Rabobank a notamment remporté Paris-Tours, Milan-San Remo, la Flèche brabançonne (trois fois), Tirreno-Adriatico (deux fois), le Tour de Romandie, le classement final et trois étapes du Tour d'Espagne, 6 étapes du Tour de France et le maillot à pois du Tour de France (deux fois).

Le 20 juillet 2006, Breukink reçoit le "médaille de la fidélité" de l'organisation du Tour de France, car il est présent sur le Tour de France depuis 20 ans. (11 fois comme coureur, 1 fois dans les relations publiques, 5 fois comme commentateur sportif et 3 fois en tant que chef d'équipe)[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

11 participations

  • 1987 : 21e, vainqueur de la 13e étape
  • 1988 : 12e, Leader du classement du meilleur jeune vainqueur du classement du meilleur jeune
  • 1989 : abandon (13e étape), vainqueur du prologue, Maillot jaune maillot jaune pendant une journée
  • 1990 : 3e, vainqueur des 12e et 20e étapes (2 contre-la-montre)
  • 1991 : non-partant (11e étape)
  • 1992 : 7e
  • 1993 : non-partant (17e étape)
  • 1994 : 29e
  • 1995 : 20e
  • 1996 : 34e
  • 1997 : 52e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

5 participations

  • 1986 : 71e
  • 1987 : 3e, vainqueur de la 1rea étape
  • 1988 : 2e, vainqueur de la 14e étape
  • 1989 : 4e
  • 1995 : 59e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

3 participations

  • 1992 : 27e, vainqueur de la 7e étape (contre-la-montre)
  • 1993 : 7e
  • 1994 : 19e

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2015 au 8 mars 2015
  2. Du 9 mars 2015 au 31 décembre 2015

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :