Roger Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière (homonymie).
Rivière
Anefo 911-3763 Tour de France.jpg

Roger Rivière lors du Tour de France 1960

Informations
Naissance
Décès
Nationalité
Principales victoires
Recordman du monde de l'heure (1957, 1958)
Arc en ciel.svg Champion du monde de poursuite (1957, 1958, 1959)
5 étapes du Tour de France
2 étapes du Tour d'Espagne

Roger Rivière (né le à Saint-Étienne - mort le à Saint-Galmier) était un cycliste professionnel français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Roger Rivière devient professionnel en 1957 et court son premier Tour de France en 1959, opposé aux autres leaders de l'équipe de France : Louison Bobet, Jacques Anquetil et Raphael Geminiani. Il termine 4e juste derrière Jacques Anquetil qu'il a dominé dans deux des contre-la-montre. Les deux coureurs français ont favorisé par leur rivalité la victoire de Federico Bahamontes au détriment du régional Henry Anglade.

Le Tour de France 1960 lui semblait tout destiné. Dans la descente du col du Perjuret, une chute grave met un terme prématuré à sa carrière (moelle épinière atteinte), après seulement trois ans et demi de professionnalisme.

Invalide à 80 %, il ouvre plus tard à Saint-Étienne un café-restaurant, « Le Vigorelli », du nom du vélodrome de Milan où il battit à deux reprises le record du monde de l'heure de cyclisme sur piste, puis un garage automobile et enfin un camp de vacances dans la vallée du Rhône.

En 1967, comme nombre de coureurs, il reconnaît avoir fait usage d'amphétamines et de solucamphre[1]. La lutte antidopage n'existe cependant pas à cette époque. La conscience des effets négatifs et des dangers des amphétamines grandit dans les années 1960 à la suite de plusieurs incidents, parfois mortels. Les premières lois antidopage sont votées en 1965, les premières sanctions interviennent en 1966[2].

Roger Rivière meurt le d'un cancer du larynx.

Le Tour 1960[modifier | modifier le code]

Plaque sur le monument à la mémoire de Roger Rivière.

En 1960, le Tour de France s'élance sans Jacques Anquetil. Roger Rivière (4e de la précédente édition) en devient rapidement le principal favori. Il mène une grande échappée aux côtés de l'Italien Gastone Nencini (qui lui remettra le bouquet du vainqueur à Paris) alors qu'Henry Anglade portait le maillot jaune.

Au soir de la 13e étape, le 8 juillet, après l'arrivée à Millau, l'Italien possède 1'38" d'avance sur le Français. Le surlendemain, après une journée de repos à Millau, l'étape traverse le sud du Massif central pour rallier la Avignon. Sur les contreforts du mont Aigoual, dans la descente du col de Perjuret, Gastone Nencini fonce courbé sur son vélo, en recherche de vitesse. Ne voulant laisser aucune avance à son adversaire, et bien que le sachant meilleur descendeur, Rivière s'engage à sa poursuite et prend des risques, ne tenant pas compte du fait que le maillot jaune aurait sans doute été rattrapé dans la plaine. Rivière, à cause d'une vitesse excessive, perd le contrôle de sa machine, percute un des blocs bordant la route, et plonge 25 mètres en contrebas, au fond d'un ravin, où seule la chute sur un tapis de branchages lui sauve la vie, mais le handicapera définitivement. Le médecin du Tour de France qui donne les premiers soins à Rivière après sa chute déclara dans un entretien filmé avoir trouvé deux cachets de Palfium (un puissant analgésique) dans la poche du coureur blessé, et que ce produit provoquait une perte de sensibilité dans les doigts entraînant une pression insuffisante sur les manettes de freins.

Rivière évacué par hélicoptère jusqu'à l'hôpital de Montpellier, le bilan est dramatique : deux fractures de la colonne vertébrale et une paralysie définitive. C'est la fin de la carrière d'un des plus prometteurs coureurs cyclistes français.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

  • 1955 (amateur)
    • Circuit d'Auvergne

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

  • Record du monde des 20 km sur piste
  • Record du monde des 10 km sur piste

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1959 : 4e, vainqueur des 6e et 21e étapes
  • 1960 : abandon (14e étape), vainqueur des 1reb, 6e et 10e étapes

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1959 : 6e, vainqueur des 14e et 16e étapes

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. 1960 : la carrière de Rivière se brise dans le Perjuret, Le Parisien
  2. Jean-Pierre de Mondenard, Dopage : L'imposture des performances, Paris, Chiron,‎ , 3e éd., 288 p. (ISBN 2702706398), p. 19, 34

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :