Tour de France 2005

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tour de France 2005
TourDeFrance 2005-07-08.JPG
Le peloton durant la 8e étape
Généralités
Course
Compétition
Étapes
21
Date
Distance
3 607 km
Pays traversé(s)
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Partants
189Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs à l'arrivée
155
Vitesse moyenne
41,654 km/h
Résultats
Vainqueur
non attribué[1],[2]
Deuxième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleur jeune
Super-combatif
Meilleure équipe
Route of the 2005 Tour de France.png

Le Tour de France 2005 est la 92e édition du Tour de France cycliste. Il s'est tenu du 2 juillet au , sur 3 607 km, en 21 étapes.

Ce Tour est sans vainqueur depuis le déclassement de l'Américain Lance Armstrong en octobre 2012. Tous ses résultats obtenus depuis le 1er août 1998 lui ont été retirés pour plusieurs infractions à la réglementation antidopage. Cet édition est la dernière des sept consécutives qu'il aurait gagnées de 1999 à 2005.

La troisième place demeure également non attribuée, à la suite du déclassement pour dopage de Jan Ullrich le par le Tribunal arbitral du sport[3].

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Le parcours du Tour de France 2005 a été annoncé le au Centre des Congrès de Paris.
  • Le départ est donné à Challans en Vendée.
  • Lance Armstrong avait avant le départ annoncé disputer son dernier Tour. Il remporte son 7e Tour de France et bat le record de vitesse du tour à 41,654 km/h de moyenne contre 40,940 km/h en 2003. Quelques semaines plus tard, le quotidien sportif français, L'Équipe affirme que des traces d'EPO ont été retrouvées à six reprises dans des échantillons d'urine du Texan prélevés lors de son premier Tour victorieux en 1999. En octobre 2012, l'Union cycliste internationale lui retire tous ses titres[4].
  • Pas de prologue cette année. L'étape initiale mesurant plus de 8 km, elle est classée comme « étape » à part entière.
  • Christophe Moreau, premier Français, est 11e à 16 min 26 s du vainqueur.

Affaires de dopage[modifier | modifier le code]

Le au matin, le coureur russe Evgueni Petrov est exclu du Tour après un contrôle sanguin anormal. Il sera immédiatement suspendu 2 semaines pour "raisons de santé"[5].

Le au soir, Susanna Frigo, la femme du coureur italien Dario Frigo a été interpellée et arrêtée à un péage sur autoroute. Une dizaine d'ampoules (d'EPO) étaient dissimulées dans le coffre de sa voiture dans une thermos remplie de glace. Le lendemain matin, Dario Frigo est interpellé par les gendarmes de Chambéry et il est donc déclaré non-partant[6]. Le , le tribunal d'Albertville prononce à leur encontre une peine de prison de six mois avec sursis et une amende de 8 757 [7]. Le , la cour d'appel de Chambéry condamne le couple 3 mois de prison avec sursis[8].

Le , le Tribunal arbitral du sport (TAS) suspend pour deux ans Jan Ullrich pour une infraction de dopage, dans le cadre de l'affaire Puerto, et annule rétroactivement tous ses résultats postérieurs à mai 2005. Ullrich est ainsi déclassé de sa troisième place au classement général du Tour de cette même année[9],[10].

Le , l'UCI déchoit Lance Armstrong de sa victoire pour dopage, à la suite du rapport émis par l'Agence américaine antidopage.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Dès la première étape, Armstrong indique qu'il arrive en grande condition : sur un contre-la-montre d'à peine 16 km, il repousse ses principaux rivaux Ullrich, Vinokourov, Basso et Kloden à plus d'une minute.

La première semaine de course est consacrée aux sprinters et le duel pour le maillot vert entre le Belge Tom Boonen, vainqueur des 2e et 3e étapes, et l'Australien Robbie McEwen, qui remporte les 5e et 7e étapes, occupe les esprits. Le contre-la-montre par équipes n'offre pas de réelle modification au classement général ; seule la chute du maillot jaune David Zabriskie de la CSC est à noter.

Les premières étapes de montagne surviennent rapidement. Dans le col de la Schlucht, à l'arrivée de la 8e étape à Gérardmer, le maillot jaune Lance Armstrong se retrouve dans une position inconfortable. Alors que tous ses équipiers ont été lâchés, il est attaqué successivement par ses adversaires de la T-Mobile Ullrich, Vinokourov et Klöden. C'est finalement Andreas Klöden, son dauphin en 2004, qu'Armstrong doit laisser partir. Le lendemain, dans la grande étape des Vosges, tandis que le Danois Michael Rasmussen est parti remporter la victoire et assurer le maillot à pois, l'équipe Discovery Channel apparaît sereine et bien en place. S'agissait-il d'un simple accident ? La réponse ne tarde pas à venir.

Dès la 10e étape, qui s'achève au sommet de Courchevel, tout le monde s'accorde à dire que la victoire finale n'échappera pas à Armstrong. Dans la montée finale, ses coéquipiers se sont relayés pour imposer un rythme impressionnant qui a fait craquer un à un tous ses adversaires. Seul le jeune prodige espagnol Alejandro Valverde est parvenu à s'accrocher au champion américain pour venir le passer sur la ligne et remporter la victoire d'étape. Le lendemain, la victoire du Kazakh Alexandre Vinokourov à Briançon n'est plus qu'un sursaut d'orgueil.

Les Pyrénées confirment l'impression et jamais Armstrong n'est mis en difficulté. Dans les 14e et 15e étapes, il suit sans peine les attaques de ses adversaires Ivan Basso et Jan Ullrich. Rasmussen, toujours étonnant deuxième du général après les Alpes, se fait doubler par Basso et voit poindre la menace Ullrich.

Le podium final se joue dans le dernier contre-la-montre à Saint-Étienne. Si Lance Armstrong le remporte sans grand problème, assurant définitivement son septième succès consécutif dans la Grande Boucle, le maillot à pois Michael Rasmussen connaît une journée difficile, ponctuée de chutes et de ratages, qui le relègue de la troisième à la septième place du général. L'Allemand Ullrich, deuxième de l'étape, monte sur la troisième marche du podium.

Le lendemain, lors de la dernière étape sur les Champs-Élysées, le champion du Kazakhstan Alexandre Vinokourov piège les sprinteurs et remporte la victoire, assurant par là une belle cinquième place au classement final.

Le peloton sur le Tour de France 2005.

Étapes[modifier | modifier le code]

Initialement vainqueur de ce Tour de France et de la vingtième étape, Lance Armstrong a été déclassé en octobre 2012 pour plusieurs infractions à la réglementation antidopage. Ses victoires n'ont pas été attribuées à d'autres coureurs. Il a également porté le maillot jaune à l'issue de la quatrième étape, jusqu'à la huitième, puis de la dixième à la fin de la course[1]. Les victoires d'étapes de David Zabriskie (CLM initial) et de George Hincapie (15e étape) leur sont également retirées.

Étape[11],[12] Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape sam. 2 juillet FromentineNoirmoutier-en-l'Île
Contre-la-montre individuel
19 Drapeau : États-Unis David Zabriskie Drapeau : États-Unis David Zabriskie
2e étape dim. 3 juillet ChallansLes Essarts
Étape de plaine
182 Drapeau : Belgique Tom Boonen Drapeau : États-Unis David Zabriskie
3e étape lun. 4 juillet La ChâtaigneraieTours
Étape de plaine
208 Drapeau : Belgique Tom Boonen Drapeau : États-Unis David Zabriskie
4e étape mar. 5 juillet ToursBlois
Contre-la-montre par équipes
66 Drapeau : États-Unis Discovery Channel Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
5e étape mer. 6 juillet ChambordMontargis
Étape de plaine
179 Drapeau : Australie Robbie McEwen Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
6e étape jeu. 7 juillet TroyesNancy
Étape de plaine
187 Drapeau : Italie Lorenzo Bernucci Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
7e étape ven. 8 juillet LunévilleDrapeau : Allemagne Karlsruhe (ALL)
Étape de plaine
225 Drapeau : Australie Robbie McEwen Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
8e étape sam. 9 juillet Drapeau : Allemagne Pforzheim (ALL)Gérardmer
Étape accidentée
231 Drapeau : Pays-Bas Pieter Weening Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
9e étape dim. 10 juillet GérardmerMulhouse
Étape de moyenne montagne
170 Drapeau : Danemark Michael Rasmussen Drapeau : Allemagne Jens Voigt
lun. 11 juillet Grenoble
Jour de repos
Journée de repos no 1
10e étape mar. 12 juillet GrenobleCourchevel
Étape de montagne
192 Drapeau : Espagne Alejandro Valverde Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
11e étape mer. 13 juillet CourchevelBriançon
Étape de montagne
192 Drapeau : Kazakhstan Alexandre Vinokourov Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
12e étape jeu. 14 juillet BriançonDigne-les-Bains
Étape de moyenne montagne
187 Drapeau : France David Moncoutié Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
13e étape ven. 15 juillet MiramasMontpellier
Étape de plaine
173,5 Drapeau : Australie Robbie McEwen Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
14e étape sam. 16 juillet AgdeAx 3 Domaines
Étape de montagne
220 Drapeau : Autriche Georg Totschnig Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
15e étape dim. 17 juillet Lézat-sur-LèzeSaint-Lary-Soulan - Pla d'Adet
Étape de montagne
205 Drapeau : États-Unis George Hincapie Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
lun. 18 juillet Pau
Jour de repos
Journée de repos no 2
16e étape mar. 19 juillet MourenxPau
Étape de montagne
177 Drapeau : Espagne Óscar Pereiro Sío Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
17e étape mer. 20 juillet PauRevel
Étape de plaine
239 Drapeau : Italie Paolo Savoldelli Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
18e étape jeu. 21 juillet AlbiMende
Étape accidentée
189 Drapeau : Espagne Marcos Serrano Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
19eétape ven. 22 juillet IssoireLe Puy-en-Velay
Étape accidentée
154 Drapeau : Italie Giuseppe Guerini Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
20e étape sam. 23 juillet Saint-ÉtienneSaint-Étienne
Contre-la-montre individuel
55 Drapeau : États-Unis Lance Armstrong Drapeau : États-Unis Lance Armstrong
21e étape dim. 24 juillet Corbeil-EssonnesParis - Champs-Élysées
Étape de plaine
144,5 Drapeau : Kazakhstan Alexandre Vinokourov Drapeau : États-Unis Lance Armstrong

Classements[modifier | modifier le code]

Classement général final[modifier | modifier le code]

Le , le Tribunal arbitral du sport (TAS) prononce à l’encontre de l’Allemand Jan Ullrich, initialement troisième à min 21 s, son déclassement de toutes les épreuves auxquelles il a participé entre mai 2005 et la fin de sa carrière en juin 2006. Il perd ainsi sa place sur le podium du Tour de France 2005. Le règlement de l’UCI en vigueur du 1er janvier 2005 au 31 août 2013 réattribue normalement les vingt premières places au général en cas de déclassement et laisse, à partir de la 21e place, autant de places vacantes que de coureurs initialement dans les vingt premiers et par la suite déclassés : ainsi de l’Espagnol Francisco Mancebo (initialement 4e) à l’Espagnol Carlos Sastre (initialement 21e), chaque coureur aurait dû gagner une place au général. Néanmoins la documentation en ligne du Tour de France sur letour.fr a laissé Ullrich troisième et Mancebo quatrième.

Le , Lance Armstrong (initialement vainqueur de l'épreuve en 86 h 15 min 2 s), Levi Leipheimer (6e à 11 min 21 s) et George Hincapie (14e à 23 min 40 s) sont aussi déclassés par l’UCI pour dopage. Quatre jours plus tard, le , l’UCI annonce qu’à titre exceptionnel ces derniers déclassements n’entraînent pas de modifications dans les classements, ainsi la victoire sur le Tour de France 2005 n’est pas réattribuée et les 1re, 6e et 14e places restent vacantes (ou 1re, 5e et 13e places en cas de reclassement des coureurs à la suite de l’annulation du résultat d’Ullrich).

Le , Michael Boogerd (initialement 24e à 38 min 29 s) perd ses résultats acquis de 2005 à 2007. Sa place reste elle aussi vacante.

Classement général[13]
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Lance Armstrong
Place vacante
Drapeau des États-Unis États-Unis
Discovery Channel
2e Ivan Basso Drapeau de l'Italie Italie Team CSC + min 40 s
3e Jan Ullrich
Place vacante
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
T-Mobile
4e Francisco Mancebo Drapeau de l'Espagne Espagne Illes Balears-Caisse d’Épargne + min 59 s
5e Alexandre Vinokourov Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan T-Mobile + 11 min 1 s
6e Levi Leipheimer
Place vacante
Drapeau des États-Unis États-Unis
Gerolsteiner
7e Michael Rasmussen Leader du classement du meilleur grimpeur Drapeau du Danemark Danemark Rabobank + 11 min 33 s
8e Cadel Evans Drapeau de l'Australie Australie Davitamon-Lotto + 11 min 55 s
9e Floyd Landis Drapeau des États-Unis États-Unis Phonak Hearing Systems + 12 min 44 s
10e Óscar Pereiro Sío Leader du classement de la combativité Drapeau de l'Espagne Espagne Phonak Hearing Systems + 16 min 4 s
11e Christophe Moreau Drapeau de la France France Crédit Agricole + 16 min 26 s
12e Yaroslav Popovych Leader du classement du meilleur jeune Drapeau de l'Ukraine Ukraine Discovery Channel + 19 min 2 s
13e Eddy Mazzoleni Drapeau de l'Italie Italie Lampre-Caffita + 21 min 6 s
14e George Hincapie
Place vacante
Drapeau des États-Unis États-Unis
Discovery Channel
15e Haimar Zubeldia Drapeau de l'Espagne Espagne Euskaltel-Euskadi + 23 min 43 s
16e Jörg Jaksche Drapeau de l'Allemagne Allemagne Liberty Seguros-Würth + 24 min 7 s
17e Bobby Julich Drapeau des États-Unis États-Unis CSC + 24 min 8 s
18e Óscar Sevilla Drapeau de l'Espagne Espagne T-Mobile + 27 min 45 s
19e Andrey Kashechkin Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan Crédit Agricole + 28 min 4 s
20e Giuseppe Guerini Drapeau de l'Italie Italie T-Mobile + 33 min 2 s
21e Carlos Sastre Drapeau de l'Espagne Espagne CSC + 34 min 24 s
22e Xabier Zandio Drapeau de l'Espagne Espagne Illes Balears-Caisse d'Epargne + 36 min 20 s
23e Leonardo Piepoli Drapeau de l'Italie Italie Saunier Duval-Prodir + 36 min 20 s
24e Michael Boogerd
Place vacante
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Rabobank
25e Paolo Savoldelli Drapeau de l'Italie Italie Discovery Channel + 44 min 30 s

Classements annexes finals[modifier | modifier le code]

Classement par points[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement général du meilleur jeune[16]
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Yaroslav Popovych Leader du classement du meilleur jeune Drapeau de l'Ukraine Ukraine Discovery Channel en 86 h 34 min 4 s
2e Andrey Kashechkin Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan Crédit Agricole + min 2 s
3e Alberto Contador Drapeau de l'Espagne Espagne Liberty Seguros-Würth + 44 min 23 s
4e Maxim Iglinskiy Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan Domina Vacanze + 59 min 42 s
5e Jérôme Pineau Drapeau de la France France Bouygues Telecom + h 12 min 36 s
6e Vladimir Karpets Drapeau de la Russie Russie Illes Balears-Caisse d’Épargne + h 24 min 43 s
7e David Arroyo Drapeau de l'Espagne Espagne Illes Balears-Caisse d’Épargne + h 35 min 10 s
8e Patrik Sinkewitz Drapeau de l'Allemagne Allemagne Quick Step-Innergetic + h 48 min 46 s
9e Thomas Lövkvist Drapeau de la Suède Suède La Française des Jeux + h 48 min 46 s
10e Philippe Gilbert Drapeau de la Belgique Belgique La Française des jeux + h 4 min 58 s

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes[17]
  Équipe Pays Temps
1re T-Mobile Drapeau de l'Allemagne Allemagne en 256 h 10 min 29 s
2e Discovery Channel Drapeau des États-Unis États-Unis + 14 min 57 s
3e CSC Drapeau du Danemark Danemark + 25 min 15 s
4e Crédit Agricole Drapeau de la France France + 55 min 24 s
5e Illes Balears-Caisse d’Épargne Drapeau de l'Espagne Espagne + h 6 min 9 s
6e Phonak Drapeau de la Suisse Suisse + h 9 min 20 s
7e Liberty Seguros-Würth Drapeau de l'Espagne Espagne + h 47 min 56 s
8e Rabobank Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas + h 26 min 30 s
9e Saunier Duval-Prodir Drapeau de l'Espagne Espagne + h 48 min 58 s
10e AG2R Prévoyance Drapeau de la France France + h 52 min 4 s

Prix de la combativité[modifier | modifier le code]

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Lance Armstrong, David Zabriskie et George Hincapie ont été disqualifiés en 2012 et ont perdu le bénéfice de leurs victoires.

Évolution des leaders des classements par étape[19],[20]
Étape Vainqueur Classement général
Leader du classement général
Classement par points
Leader du classement par points
Classement de la montagne
Leader du classement du meilleur grimpeur
Classement du meilleur jeune
Leader du classement du meilleur jeune
Classement par équipes Prix de la combativité
Leader du classement de la combativité
1 David Zabriskie David Zabriskie David Zabriskie Non décerné Fabian Cancellara CSC Non décerné
2 Tom Boonen Tom Boonen Thomas Voeckler Sylvain Calzati
3 Tom Boonen Erik Dekker Yaroslav Popovych Erik Dekker
4 Discovery Channel Lance Armstrong Non décerné
5 Robbie McEwen Juan Antonio Flecha
6 Lorenzo Bernucci Karsten Kroon Christophe Mengin
7 Robbie McEwen Fabian Wegmann Fabian Wegmann
8 Pieter Weening Michael Rasmussen Vladimir Karpets Pieter Weening
9 Michael Rasmussen Jens Voigt Michael Rasmussen
10 Alejandro Valverde Lance Armstrong Alejandro Valverde Laurent Brochard
11 Alexander Vinokourov Alexander Vinokourov
12 David Moncoutié Thor Hushovd David Moncoutié
13 Robbie McEwen Yaroslav Popovych Carlos Da Cruz
14 Georg Totschnig T-Mobile Georg Totschnig
15 George Hincapie Óscar Pereiro Sío
16 Óscar Pereiro Óscar Pereiro Sío
17 Paolo Savoldelli Discovery Channel Sébastien Hinault
18 Marcos Serrano T-Mobile Carlos Da Cruz
19 Giuseppe Guerini Sandy Casar
20 Lance Armstrong Non décerné
21 Alexander Vinokourov Philippe Gilbert
Classements finals Lance Armstrong Thor Hushovd Michael Rasmussen Yaroslav Popovych T-Mobile Óscar Pereiro Sío

Liste des coureurs[modifier | modifier le code]

Le Tour de France 2005 a été disputé par 189 coureurs répartis dans 21 équipes représentant 28 pays; 155 arrivants.

Gains des équipes[modifier | modifier le code]

Classement des équipes selon le montant total des primes gagnées par leurs coureurs (en euros)

  1. Discovery Channel : 545 640 dont le prix de 400 000 euros au vainqueur
  2. T-Mobile : 258 730
  3. CSC : 237 520
  4. Crédit agricole : 107 420
  5. Illes Balears : 105 180
  6. Phonak : 99 360
  7. Rabobank : 96 120
  8. Gerolsteiner : 68 050
  9. Davitamon : 65 210
  10. Française des jeux : 58 040
  11. Cofidis : 57 070
  12. Liberty Seguros : 42 390
  13. Quick-Step : 33 660
  14. Fassa Bortolo : 32 860
  15. Bouygues Telecom : 27 710
  16. Liquigas : 25 120
  17. Lampre : 20 620
  18. Domina Vacanze : 18 020
  19. Ag2r : 17 000
  20. Saunier Duval : 12 070
  21. Euskaltel : 9 310

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Sept éditions sans vainqueur », sur lequipe.fr, (consulté le 26 octobre 2012)
  2. En octobre 2012, à l'issue d'une enquête menée par l'agence américaine antidopage de 2009 à 2012, l'UCI a décidé de destituer Lance Armstrong de son palmarès postérieur au 1er août 1998. Voir Christophe Palierse et Elsa Dicharry, « Destitué de ses titres, Armstrong pourrait devoir rembourser ses gains », sur lesechos.fr, (consulté le 25 octobre 2012)
  3. Le , le TAS prononce à l'encontre de l'Allemand Jan Ullrich, initialement troisième, une suspension rétroactive de 2 ans à compter du , jour de son audience devant le TAS, et son déclassement de toutes les épreuves auxquelles il a participé entre et la fin de sa carrière en (voir la décision). Il perd ainsi sa place sur le podium du Tour de France 2005, le règlement de l’UCI en vigueur du 1er janvier 2005 au 31 août 2013 réattribue normalement cette troisième place à l’Espagnol Francisco Mancebo, néanmoins la documentation en ligne du Tour de France sur letour.fr a laissé Ullrich troisième et Mancebo quatrième.
  4. « L'UCI retire ses sept Tours de France à Armstrong, convaincu de dopage », sur franceinfo.fr
  5. (en) [1]
  6. [2]
  7. (en) Latest Cycling News, September 16, 2008
  8. Dario Frigo condamné
  9. [PDF] « Communiqué de presse du TAS », sur tas-cas.org, (consulté le 9 février 2012)
  10. (en) [PDF] « Sentence arbitrale du TAS », sur tas-cas.org, (consulté le 9 février 2012)
  11. « Site officiel du Tour de France 2005 », sur letour.fr (consulté le 7 août 2020).
  12. « 92ème Tour de France 2005 », sur Mémoire du cyclisme (consulté le 6 avril 2020)
  13. « Tour de France 2005 – Overall standing by time (definitive) » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  14. « Tour de France 2005 – Overall points standing » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  15. « Tour de France 2005 – Overall climber standing » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  16. « Tour de France 2005 – Overall youth standing » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  17. « Tour de France 2005 – Overall team standing » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  18. « Tour de France 2005 – Overall combativity standing » [archive du ], sur Tour de France, Amaury Sport Organisation (consulté le 4 avril 2020)
  19. « Tour de France 2005 – Leaders overview » [archive du ], sur ProCyclingStats (consulté le 16 février 2019)
  20. (nl) Pieter van den Akker, « Informatie over de Tour de France van 2005 » [archive du ], sur TourDeFranceStatistieken.nl (consulté le 2 mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :