Elia Viviani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viviani.
Elia Viviani
Fourmies - Grand Prix de Fourmies, 7 septembre 2014 (D53).JPG
Elia Viviani lors du Grand Prix de Fourmies 2014
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Sprinteur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
04.2010-12.2010[n 2]Liquigas-Doimo
2011-2012Liquigas-Cannondale
2013-2014Cannondale
2015-2017Sky
2018-Quick-Step Floors
Principales victoires

Elia Viviani, né le à Isola della Scala, est un coureur cycliste italien spécialiste de la piste et de la route. Après avoir été membre des équipes Liquigas et Sky, il est présent au sein de l'effectif de la formation belge Quick-Step Floors depuis 2018. Sur piste, il a notamment été champion olympique de l'omnium en 2016 à Rio de Janeiro, vice-champion du monde de scratch en 2011, sept fois champion d'Europe entre 2012 et 2018. Sur route, il a été vice-champion d'Europe en 2017 et a remporté cinq étapes du Tour d'Italie (1 en 2015 et 4 en 2018). Il a également gagné le classement par points du Tour d'Italie 2018, ainsi que deux classiques : l'EuroEyes Cyclassics (2017) et la Bretagne Classic (2017).

Biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts en cyclisme à la catégorie juniors[modifier | modifier le code]

Elia Viviani commence le cyclisme en 1998, à l'âge de huit ans au GS Luc Bovolone. Il reste dans ce club jusqu'à l'âge de 16 ans[1]. Il obtient une quarantaine de victoire en catégorie giovanissimi de 1998 à 2001, puis seize autres en catégorie esordienti en 2002 et 2003. En 2004, il passe en catégorie allievi. Il remporte cinq courses cette année-là, dont le championnat de Vénétie sur route, et quatre en 2005, dont la course sur route du Festival olympique de la jeunesse européenne.

En 2006, il rejoint l'équipe FDB Car Diesel, en catégorie juniors. Il gagne six course sur route, dont le championnat de Vénétie sur route. Sur piste, il est champion d'Europe du scratch junior et médaillé de bronze du championnat du monde de l'américaine junior. En 2007, avec la même équipe, il gagne neuf courses sur route. Sur piste, il est champion d'Europe de la course aux points et médaillé de bronze de la poursuite par équipes, toujours en catégorie juniors. Durant ces deux années, il gagne également cinq titres de champion d'Italie sur piste[2].

En catégorie moins de 23 ans[modifier | modifier le code]

En 2008, il passe en catégorie moins de 23 ans et rejoint l'équipe Marchiol Emisfero Liquigas. En septembre, aux championnats d'Europe à Pruszków en Pologne, il est dans sa catégorie médaillé d'or du scratch et de l'américaine, avec Tomas Alberio, et médaillé de bronze de la poursuite par équipes. Aux championnats d'Europe élites, il est médaillé de bronze de l'omnium endurance.

En 2009, il participe en mars aux championnats du monde sur piste à Pruszków en. Il y est septième de l'américaine, avec Angelo Ciccone. En juillet, aux championnats d'Europe à Minsk en Biélorussie, il est médaillé d'or du scratch des moins de 23 ans.

En début d'année 2010, Viviani dispute le Tour de Cuba avec une sélection de coureurs italiens et en gagne une étape. Il participe ensuite aux championnats du monde sur piste à Copenhague. Il est septième de l'américaine, avec Angelo Ciccone, 12e de l'omnium et 15e du scratch.

2010-2014 : Premières saisons chez Liquigas et Cannondale[modifier | modifier le code]

Après plusieurs victoires au sein des rangs amateurs avec donc la huitième étape du Tour de Cuba, le Giro delle Tre Provincie et La Popolarissima, Elia Viviani devient professionnel en avril 2010 avec l'équipe italienne Liquigas-Doimo[3]. Dès sa première course en, il gagne une étape du Tour de Turquie au sprint en devançant Giovanni Visconti et Andrea Grendene. En fin de saison, il prend notamment part en août à sa première course ProTour avec la Vattenfall Cyclassics au service de Daniele Bennati puis entre la fin septembre et le début du mois d'octobre, il remporte le Mémorial Marco Pantani et Binche-Tournai-Binche.

En 2011, Viviani commence sa saison sur route en janvier avec le Tour Down Under. Il gagne en février le Grand Prix de la côte étrusque et le Tour de Mumbai I. Aux championnats du monde sur piste à Apeldoorn aux Pays-Bas, il est médaillé d'argent du scratch, sixième de l'américaine, septième de l'omnium et quinzième de la poursuite par équipes. Après des victoires lors d'une étape du Tour de Slovénie et au Grand Prix Nobili Rubinetterie, il est aux championnats d'Europe sur piste juniors et espoirs à Anadia au Portugal. En espoirs, il y est médaillé d'or de la course aux points et de l'omnium, et médaillé d'argent de l'américaine. Il obtient cinq nouvelles victoires sur route en fin de saison,dont une étape du Tour de Pékin, sa première victoire en UCI World Tour. Il est médaillé de bronze de l'omnium aux championnats d'Europe élites à Apeldoorn en octobre.

Les principaux objectifs d'Elia Viviani en 2012 sont les championnats du monde sur piste et les Jeux olympiques, où il vise la médaille d'or de l'omnium[4]. En début d'année, il gagne une étape du Tour de San Luis, le Grand Prix de la côte étrusque, les deux étapes et le classement général du Tour de la province de Reggio de Calabre et une étape de la Semaine internationale Coppi et Bartali. En avril, aux championnats du monde sur piste à Melbourne, il est dixième de l'américaine, 21e du scratch, et abandonne lors de l'omnium à la suite d'une chute[5]. En juillet, il représente l'Italie aux Jeux olympiques de Londres sur piste et sur route : il se classe sixième de l'omnium et 38e de la course en ligne. En août, il prend le départ de son premier grand tour, le Tour d'Espagne. Il y est notamment deuxième des 7e et 21e étapes. Il est ensuite deuxième du Mémorial Marco Pantani et gagne une étape du Tour de Pékin. Fin octobre, il est champion d'Europe de course aux points, et médaillé de bronze de la poursuite par équipes et de l'américaine de ces championnats d'Europe élites.

En 2013, l'équipe Liquigas-Cannondale prend le nom de Cannondale, son nouveau sponsor principal. Viviani laisse de côté la piste pour se consacrer pleinement à la route[6]. Il remporte au sprint sa première victoire de la saison lors de la seconde étape du Critérium du Dauphiné entre Châtel et Oyonnax. En fin de saison, il s'adjuge trois titres lors des Championnats d'Italie de cyclisme sur piste et trois autres aux Championnats d'Europe de cyclisme sur piste.

Viviani commence sa saison 2014 en Australie à l'occasion du Tour Down Under avec comme meilleur résultat une troisième place lors de la 4e étape. En février il est au départ du Tour du Qatar puis fin mars de la Semaine internationale Coppi et Bartali où il remporte au sprint sa première victoire de la saison lors de la 3e étape devant Ben Swift et Rino Gasparrini.

À l'issue de la saison, il s'engage avec l'équipe Sky[7],[8].

Passage chez Sky (2015-2017)[modifier | modifier le code]

Première étape sur un grand tour (2015)[modifier | modifier le code]

Le Tour d'Italie 2015 est le troisième de Viviani et le premier sous ses nouvelles couleurs. Dès la deuxième étape, il remporte au sprint la première étape de grand tour de sa carrière et prend la tête du classement par points du Giro. Lors du Tour de Grande-Bretagne, Viviani gagne les première, troisième et huitième étapes. Initialement deuxième de cette huitième étape, son sprint est perturbé par André Greipel qui s'impose. L'Allemand est ensuite déclassé pour sprint irrégulier et la victoire est attribuée à Viviani[9]. Viviani est ensuite sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond[10] où il ne peut disputer la victoire au coureur slovaque Peter Sagan. Engagé au Tour d'Abou Dabi il s'y adjuge les deuxième et quatrième étapes. En forme au cours de cette fin de saison il empoche le titre de Champion d'Europe de l'omnium moins d'une semaine plus tard sur le vélodrome de Granges en Suisse.

Champion olympique de l'omnium (2016)[modifier | modifier le code]

Viviani lors du Giro 2016

Au premier semestre 2016 il gagne la deuxième étape du Dubaï Tour puis la deuxième étape des Trois Jours de La Panne. Lors de Paris-Roubaix, à la suite d'une chute qui force une partie du peloton à s'arrêter dans la trouée d'Arenberg, une moto entre en collision avec Viviani. Il est contraint à l'abandon, blessé au sternum[11]. Par la suite il participe au Tour d'Italie mais il arrive hors-délai lors de la huitième étape. Au mois d'août il devient champion olympique de l'omnium[12]. Au mois de novembre il prolonge de deux ans le contrat qui le lie à son employeur[13].

Première saison exclusivement sur route (2017)[modifier | modifier le code]

En 2017, il décide pour la première fois de laisser la piste de côté et de se concentrer exclusivement à la saison sur route[14]. Il est sélectionné pour les championnats d'Europe de cyclisme sur route[15] qu'il termine deuxième au sprint derrière le Norvégien Alexander Kristoff après un sprint houleux. Il gagne ensuite la EuroEyes Cyclassics en passant la ligne devant Arnaud Démare et Dylan Groenewegen. Il s'adjuge également deux étapes et le classement par points du Tour du Poitou-Charentes avant de remporter une nouvelle victoire lors de la Bretagne Classic à Plouay[16].

Depuis 2018 : Quick-Step Floors[modifier | modifier le code]

50e victoire professionnelle (2018)[modifier | modifier le code]

Il signe pour la saison 2018 dans l'équipe Quick-Step Floors, en remplacement de Marcel Kittel. Il effectue des débuts prolifiques, en remportant rapidement cinq victoires sur les premiers mois de la saison. Il commence par une étape du Tour Down Under, glanant au passage sa 50e victoire depuis ces débuts professionnels en 2010 au sein de l'équipe Liquigas-Doimo. Il remporte ensuite une étape au Tour d'Abou Dabi ainsi que deux étapes et le classement général du Dubaï Tour. Après un résultat décevant sur Milan-San Remo (19e), il ajoute un nouveau succès lors des Trois Jours de Bruges-La Panne et se classe deuxième de Gand-Wevelgem, pleurant de déception après l'arrivée[17].

Après la saison des classiques, il est au départ du Tour d'Italie en Israël en tant que leader de l'équipe belge[18] avec pour objectif de remporter des étapes sur le plat. Il remporte au sprint la deuxième étape au sprint à Tel-Aviv-Jaffa en devancant son compatriote Jakub Mareczko et l'Irlandais Sam Bennett[19] puis le lendemain la troisième en direction d'Eilat, toujours au sprint. Il récidive lors de la treizième étape avant de remporter un quatrième et dernier bouquet lors de la 17e étape. En juillet, il termine deuxième de la RideLondon-Surrey Classic[20]. il participe ensuite aux championnats d'Europe de cyclisme sur piste où il glane une médaille d'or en poursuite par équipes ainsi qu'une médaille d'argent lors de l'omnium. En août, il termine vingtième du championnat d'Europe sur route à Glasgow[21].

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Course aux points Scratch Américaine Omnium Poursuite par équipes
2006 (juniors) 10e Médaille de bronze, Coupe du Monde Bronze
2007 (juniors) 8e 8e Médaille de bronze, Coupe du Monde Bronze
Manchester 2008 7e
Pruszków 2009 18e 7e
Copenhague 2010 15e 7e 12e
Apeldoorn 2011 Médaille d'argent, Coupe du Monde Argent 6e 7e 15e
Melbourne 2012 21e 10e Abandon
Cali 2014 13e 14e 6e 11e
Saint-Quentin-en-Yvelines 2015 Médaille d'argent, Coupe du Monde Argent Médaille de bronze, Coupe du Monde Bronze 16e
Londres 2016 12e 15e 4e 4e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Poursuite par équipes Course aux points Scratch Américaine Omnium Course derrière derny
Athènes 2006 (juniors) Médaille d'or, Europe Or
Cottbus 2007 (juniors) Médaille d'or, Europe Or
Pruszków 2008 (espoirs) Médaille de bronze, Europe Bronze Médaille d'or, Europe Or Médaille d'or, Europe Or (avec Tomas Alberio) Médaille de bronze, Europe Bronze
Minsk 2009 (espoirs) Médaille d'or, Europe Or
Anadia 2011 (espoirs) Médaille d'or, Europe Or Médaille d'argent, Europe Argent Médaille d'or, Europe Or
Apeldoorn 2011 Médaille de bronze, Europe Bronze
Panevėžys 2012 Médaille de bronze, Europe Bronze Médaille d'or, Europe Or Médaille de bronze, Europe Bronze
Apeldoorn 2013 Médaille d'or, Europe Or Médaille d'or, Europe Or (avec Liam Bertazzo) Médaille d'or, Europe Or
Baie-Mahault 2014 Médaille d'or, Europe Or
Granges 2015 Médaille d'or, Europe Or
Glasgow 2018 Médaille d'or, Europe Or Médaille d'argent, Europe Argent

Championnats d'Italie[modifier | modifier le code]

Six jours[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Podium de l'édition 2014 du Grand Prix de Fourmies : Tom Van Asbroeck (2e), Jonas Van Genechten (1er) et Elia Viviani (3e).
Podium de l'édition 2014 de la Brussels Cycling Classic : Elia Viviani (2e), André Greipel (1er) et Arnaud Démare (3e).
Podium de l'édition 2015 de Kuurne-Bruxelles-Kuurne : Alexander Kristoff (2e), Mark Cavendish (1er) et Elia Viviani (3e).

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

5 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Calendrier mondial UCI 271e[22]
UCI World Tour 152e[23] 99e[24] 64e[25] 144e[26] 109e[27] 145e[28] 35e[29]
UCI Europe Tour 646e[30] 1 026e[31] 4e[32]
UCI Asia Tour 72e[33] 73e[34]
UCI America Tour 382e[35] 224e[36]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2010 au 31 mars 2010
  2. Du 1er avril 2010 au 31 décembre 2010

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « ELIA VIVIANI "A TUTTA" SUL 2013: sogni, prospettive ed ambizioni di un giovane velocista », sur teleciclismo.com, (consulté le 7 février 2013)
  2. [PDF] (it) « MARCHIOL-EMISFERO-LIQUIGAS-SITE - Stagione 2008 », sur italiaciclismo.net (consulté le 7 février 2013)
  3. (en) « Liquigas confirm 2010 squad », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 février 2013)
  4. (en) « Viviani hoping for track success at London 2012 Olympics », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 février 2013)
  5. (en) « Viviani back training in just over a week », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 février 2013)
  6. (en) « Viviani happy to focus on the road in 2013 », sur cyclingnews.com, (consulté le 7 février 2013)
  7. « La Team Sky recrute un sprinteur », sur 100pour100-velo.com, (consulté le 17 octobre 2014)
  8. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 27 octobre 2014)
  9. « Edvald Boasson Hagen (MTN-Qhubeka) remporte le Tour de Grande-Bretagne », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  10. (en) « News shorts: Italy name their nine-man team, Keukeleire extends with Orica-GreenEdge », sur cyclingnews.com,
  11. « Vidéo : Percuté par une moto, Elia Viviani à l'hôpital », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  12. « Omnium : Pas de médaille pour Boudat, Viviani en or, Cavendish en argent », sur lequipe.fr, (consulté le 16 août 2016)
  13. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 11 novembre 2016)
  14. Elia Viviani, le roi de la piste devenu « Il principe » du sprint
  15. Quentin Ballue, « Championnats d'Europe - L'Italie avec Davide Cimolai et Elia Viviani », sur cyclismactu.net, (consulté le 29 juillet 2017)
  16. Frédéric Gachet, « Tour du Poitou-Charentes - Et. 5 : Classements », sur directvelo.com, (consulté le 26 août 2017)
  17. Gand-Wevelgem: Peter Sagan lance sa saison, Elia Viviani en larmes
  18. Tour d'Italie : Elia Viviani sera le leader de la Quick-Step Floors - L'Équipe, 30 avril 2018.
  19. Elia Viviani remporte la deuxième étape du Giro, Rohan Dennis prend le maillot rose - L'Équipe, 5 mai 2018.
  20. Nicolas Horlait, « Prudential Ride London : Pascal Ackermann domine Elia Viviani », sur cyclingpro.net, (consulté le 31 juillet 2018)
  21. Frédéric Gachet, « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement », sur directvelo.com, (consulté le 13 août 2018)
  22. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  23. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  24. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  26. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  30. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  31. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  32. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)
  33. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  34. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 30 octobre 2017)
  35. (en) « UCI America Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  36. (en) « UCI America Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 30 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :