Philippe Ermenault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ermenault.
Philippe Ermenault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Informations
Naissance
Nationalité
Équipes professionnelles
09.1993-12.1993 Gan (stagiaire)
Principales victoires

Philippe Ermenault est un coureur cycliste sur piste français, né le à Flixecourt (Somme). Spécialiste de la poursuite, il a été champion du monde de poursuite individuelle en 1997 et 1998, et champion olympique de poursuite par équipes aux Jeux olympiques de 1996 à Atlanta. Son fils Corentin est également coureur cycliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Ermenault commence le cyclisme à l'âge de quinze ans[1] après avoir pratiqué le judo[2].

En 1989, il obtient son premier titre de champion de France[1]. Il bénéficie du statut de sportif de haut niveau au sein d'EDF-GDF à partir de 1992[3]. Il dispute cette année-là ses premiers Jeux olympiques, à Barcelone. Il s'y classe cinquième de la poursuite individuelle et onzième de la poursuite par équipes.

En 1993, il obtient sa première médaille en championnat du monde en prenant la deuxième place de la poursuite individuelle à Hamar, en Norvège, où il est battu en finale par Graeme Obree.

Il remporte le titre olympique de la poursuite par équipe aux Jeux d'Atlanta, en 1996. L'équipe de France, composée de Philippe Ermenault, Jean-Michel Monin, Francis Moreau et Christophe Capelle, bat le record olympique à deux reprises durant ce tournoi, l'établissant à min 5 s 930 en finale. En poursuite individuelle, Ermenault est battu en finale par Andrea Collinelli et obtient la médaille d'argent.

En 1997, il devient champion du monde de poursuite individuelle, à Perth. Il conserve son titre l'année suivante au vélodrome de Bordeaux.

Il met fin à sa carrière à l'issue des Jeux olympiques de Sydney en 2000 et devient cartographe au sein d'EDF-GDF[3]. Il est également pilote de moto lors de certaines courses organisées par la Société du Tour de France[3].

Des rues portent son nom à Flixecourt, depuis 2001[3], et Picquigny. Il a également reçu la Médaille d'or de cette dernière commune[4],[5].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • 1995
    • 1er de la poursuite individuelle à Tokyo
    • 1er de la poursuite par équipes à Adélaïde
    • 1er de la poursuite par équipes à Tokyo
    • 2e de la poursuite individuelle à Adélaïde
    • 3e de la poursuite individuelle à Cottbus
  • 1997
    • 2e de la poursuite individuelle à Athènes
    • 3e de la poursuite par équipes à Athènes
  • 1998
    • 3e de la course aux points à Berlin
  • 1999
    • Classement général de la poursuite par équipes
    • 1er de la poursuite par équipes à Mexico (avec Cyril Bos, Damien Pommereau et Francis Moreau)
    • 2e de la poursuite par équipes à San Francisco
  • 2000
    • 3e de la poursuite par équipes à Moscou
    • 3e de la poursuite individuelle à Mexico
    • 3e de la poursuite par équipes à Mexico

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

  • Recordman du monde des 4 kilomètres : 1993
  • Record olympique du 4 kilomètre de poursuite par équipes départ arrêté : 4 min 05 s 930, le 27 juillet 1996 à Atlanta.

Open des Nations[modifier | modifier le code]

  • Open des Nations : 1991, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998 et 1999

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Etienne Labrunie, « Philippe Ermenault, ou les atours de la piste », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « ACTU CYCLISME : Hommage à Ermenault, l’enfant du pays », sur gazettesports.fr, (consulté le 23 juin 2017)
  3. a, b, c et d « Philippe Ermenault suit les courses de vélo... à moto », sur leparisien.fr, (consulté le 23 juin 2017)
  4. « Ermenault 20 ans après », sur gazettesports.fr, (consulté le 23 juin 2017)
  5. « CYCLISME : Hommage à Ermenault, l’enfant du pays », (consulté le 23 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]