Championnats du monde de cyclisme sur route 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Championnats du monde de cyclisme sur route 2017
Description de l'image 2017 UCI Road World Championships logo.jpg.
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Organisateur(s) Union cycliste internationale
Édition 84e
Lieu(x) Drapeau : Norvège Bergen
Date Du 17 au

Navigation

Championnats du monde de cyclisme sur route 2017 est dans la page Norvège
Bergen

Les championnats du monde de cyclisme sur route 2017, quatre-vingt-quatrième édition des championnats du monde de cyclisme sur route, ont lieu du 17 au à Bergen, en Norvège. C'est la deuxième fois que la Norvège accueille les championnats du monde sur route, après Oslo en 1993.

L'événement consiste en une course en ligne, un contre-la-montre par équipes et un contre-la-montre individuel pour les hommes et femmes élites et une course en ligne et un contre-la-montre individuel pour les hommes de moins de 23 ans, les hommes juniors et les femmes juniors (moins de 19 ans).

Candidatures[modifier | modifier le code]

Il est annoncé le 25 septembre 2014 à la suite d'une réunion de deux jours tenue conjointement lors des mondiaux sur route 2014 à Ponferrada, en Espagne, que Bergen est choisie pour accueillir les championnats en 2017[1]. La ville est préférée aux candidatures d'Innsbruck (Autriche), de Melbourne (Australie) et de Bogotá (Colombie)[2].

Bergen s'est portée candidate avant le 1er janvier 2014. L'idée d'amener les championnats du monde à Bergen vient à l'origine de trois norvégiens, amateurs de cyclisme, alors qu'en 2011 ils étaient assis ensemble autour d'une table au domicile de l'un des trois. Ces championnats du monde sont le plus grand événement sportif international en Norvège depuis les Jeux olympiques d'hiver de Lillehammer en 1994. Environ 1 150 athlètes de 80 pays sont attendus. Les organisateurs s'attendent à quelque 500 000 spectateurs sur le site[3]. Le budget total de l'événement est estimé à 156 millions de couronnes norvégiennes (environ 16,7 millions d'euros en août 2017). La Norvège avait candidaté sans succès à l'organisation des championnats du monde de 2016[4].

Parcours[modifier | modifier le code]

Suivant les courses en ligne, le circuit final de 19,1 kilomètres est emprunté un nombre variable de fois (et est éventuellement précédé d'une boucle initiale de 40 km). La principale difficulté du circuit est Sollien, qui fait 1 500 mètres de long avec un dénivelé moyen de 6,4 % et dont le sommet se trouve à plus de dix kilomètres de la ligne d'arrivée[5]. La course masculine élite commence à Øygarden, longe la côte et comprend l'ascension de Sollien, renommé pour l'occasion "Salmon Hill" (6,4% de moyenne sur 1,5 km) au-dessous d'Ulriken.

Les deux contre-la-montre par équipes commencent sur l'île de Askøy pour se terminer dans le centre-ville de Bergen. Les contre-la-montre individuels ont lieu dans la zone urbaine de Bergen. La ligne d'arrivée du contre-la-montre hommes élites est située au sommet du mont Fløyen. C'est la toute première fois de l'histoire qu'un championnat du monde du contre-la-montre se termine en montée. La montée du mont Fløyen est longue de 3,4 kilomètres avec un pourcentage moyen de 9,1%.

Déroulement des championnats[modifier | modifier le code]

L'équipe nationale avec le plus de succès dans ces championnats est la sélection des Pays-Bas, qui a dominé principalement chez les femmes. Chantal Blaak remporte la course élite femmes, en profitant du surnombre de son équipe. Blaak créée la surprise avec cette première grande victoire internationale, surtout qu'elle a été impliquée dans un accident pendant la course, où l'Américaine Megan Guarnier s'est cassée la mâchoire. Sur le contre-la-montre, l'or et l'argent sont revenus à ses compatriotes Annemiek van Vleuten et Anna van der Breggen. Les deux coureuses ont également terminé parmi les dix premières dans la course en ligne. L'ancien champion du monde britannique Mark Cavendish a qualifié la course féminine comme « la plus excitante des championnats du monde ». La troisième médaille d'or néerlandaise est remportée par Tom Dumoulin sur le contre-la-montre masculin.

L'équipe italienne termine deuxième du tableau des médailles, grâce à ses coureurs juniors. Elena Pirrone réalise un double course en ligne et contre-la-montre individuel. Elle est accompagnée sur les podiums par ses compatriotes Letizia Paternoster et Alessia Vigilia. Antonio Puppio a également remporté une médaille d'argent pour les juniors. Au total, l'équipe italienne est l'équipe la plus récompensée avec sept médailles. La troisième place dans le tableau des médailles est occupée par l'équipe danoise, qui a pris deux médailles d'or chez les jeunes avec Mikkel Bjerg titré en contre-la montre-individuel espoirs et Julius Johansen sur la course sur route juniors. La France termine ses mondiaux avec deux médailles, dont le titre chez les espoirs de Benoît Cosnefroy.

La dernière course des championnats du monde est comme de coutume la course en ligne masculine, disputée le dernier dimanche de la semaine. Le Slovaque Peter Sagan remporte le titre de champion du monde pour la troisième fois consécutive. Ce triplé est unique dans l'histoire du cyclisme. Il rejoint au palmarès des triples champion du monde après Alfredo Binda, Rik Van Steenbergen, Eddy Merckx et Oscar Freire, mais est le premier à le réussir en trois ans. Sagan dédie sa victoire à son ami Michele Scarponi décédé en avril lors d'un accident alors qu'il s'entraînait[6]. Lors de cette ultime course, à douze kilomètres de l'arrivée, dans la dernière montée de Salmon Hill, le Français Julian Alaphilippe s'est isolé, rejoint par Gianni Moscon. Un groupe de 26 coureurs les reprends à moins de deux kilomètres de l'arrivée. De ce groupe est venu le duel pour le titre entre Sagan, le local Alexander Kristoff et l'Australien Michael Matthews. Sagan s'impose au sprint et considère ce sacre comme inattendu pour lui[6]. Moscon est par la suite disqualifié, car il s'est accroché après une chute sur une courte distance à sa voiture[7]. Les anciens champions du monde, Mario Cipollini et Óscar Freire, ont ensuite souligné que la position dominante de Sagan est due au fait qu'il n'y a simplement pas assez de concurrents forts dans le peloton actuel[8].

Le coût de l'hébergement des championnats du monde a été estimé à 16,6 millions d'euros, mais les coûts réels ont été de 23,4 millions d'euros. Le déficit est causé par l'échec imprévu des sponsors de l'industrie du pétrole et du gaz (l'industrie du pétrole et du gaz, d'où les organisateurs s'attendaient à générer la majeure partie de leurs revenus s'est retrouvé entre temps en difficultés), ainsi que par la chute de la monnaie norvégienne depuis que la candidature pour Bergen a été budgétisée, raison pour laquelle les paiements à l'UCI ont augmenté. La Fédération norvégienne de cyclisme est maintenant en danger de faire faillite. Dans une action de crowdfunding, 3,5 millions de couronnes (375 000 euros) ont été collectées dans les jours suivant. Néanmoins, les organisateurs considèrent les championnats du monde comme un grand succès avec l'importante affluence de spectateurs[9].

Programme[modifier | modifier le code]

Parcours du circuit à Bergen.

Les horaires sont basés sur le Central European Time (UTC+02:00)[10].

Date Horaires Événement Distance
Contre-la-montre par équipes
17 septembre 12 h 05 13 h 55 Par équipes femmes 42,5 km
15 h 35 17 h 25 Par équipes hommes 42,5 km
Contre-la-montre individuel
18 septembre 10 h 35 11 h 50 Junior femmes 16,1 km
13 h 05 17 h 35 Moins de 23 ans hommes 37,2 km
19 septembre 11 h 35 13 h 30 Junior hommes 21,1 km
15 h 55 17 h 15 Élite femmes 21,1 km
20 septembre 13 h 05 17 h 45 Élite hommes 31 km
Course en ligne Tours
22 septembre 10 h 05 12 h 15 Junior femmes 76,4 km 4
13 h 15 17 h 35 Moins de 23 ans hommes 191 km 10
23 septembre 9 h 30 12 h 45 Junior hommes 135,5 km 5
13 h 15 17 h 15 Élite femmes 152,8 km 8
24 septembre 10 h 05 16 h 50 Élite hommes 267,5 km 11

Qualifications[modifier | modifier le code]

En mars 2017, l'Union Cycliste Internationale (UCI) a publié le système de qualification pour les différentes épreuves de ces championnats[11]. Ce sont les classements UCI arrêtés au 15 août 2017 qui attribuent la plupart des quotas. Les quotas finaux sont annoncés le 18 août 2017[12].

Prix[modifier | modifier le code]

237 472 euros de prix sont distribués par l'UCI lors de ces championnats, soit la même somme qu'en 2016. Depuis cette date, les prix distribués aux hommes et aux femmes lors d'un championnat d'une même catégorie sont égaux[13],[14].

Rang Élites U23 Juniors
Courses en ligne 1 7 667 € 3 833 € 1 533 €
2 5 367 € 2 683 € 1 150 €
3 3 067 € 1 533 € 767 €
Contre-la-montre 1 3 833 € 3 067 € 767 €
2 2 300 € 1 533 € 383 €
3 1 633 € 767 € 230 €
Contre-la-montre par équipes 1 33 333 € -
2 20 833 € -
3 16 666 € -
4 8 333 € -
5 4 166 € -

Podiums[modifier | modifier le code]

Épreuves masculines[modifier | modifier le code]

Épreuves Or Argent Bronze
Élites
Course en ligne
Résultats détaillés
Drapeau : Slovaquie Peter Sagan en h 28 min 11 s Drapeau : Norvège Alexander Kristoff + s Drapeau : Australie Michael Matthews + s
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Pays-Bas Tom Dumoulin en 44 min 41 s Drapeau : Slovénie Primož Roglič + 57 s 79 Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome + min 21 s 25
Par équipes UCI
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Allemagne Sunweb en 47 min 50 s Drapeau : États-Unis BMC Racing + s Drapeau : Royaume-Uni Sky + 22 s
Drapeau : Pays-Bas Tom Dumoulin
Drapeau : Allemagne Lennard Kämna
Drapeau : Pays-Bas Wilco Kelderman
Drapeau : Danemark Søren Kragh Andersen
Drapeau : Australie Michael Matthews
Drapeau : Pays-Bas Sam Oomen
Drapeau : Australie Rohan Dennis
Drapeau : Suisse Silvan Dillier
Drapeau : Suisse Stefan Küng
Drapeau : Italie Daniel Oss
Drapeau : Australie Miles Scotson
Drapeau : États-Unis Tejay van Garderen
Drapeau : Royaume-Uni Owain Doull
Drapeau : Royaume-Uni Chris Froome
Drapeau : Biélorussie Vasil Kiryienka
Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
Drapeau : Italie Gianni Moscon
Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
Moins de 23 ans
Course en ligne
Résultats détaillés
Drapeau : France Benoit Cosnefroy en h 48 min 23 s Drapeau : Allemagne Lennard Kämna + s Drapeau : Danemark Michael Carbel Svendgaard + s
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Danemark Mikkel Bjerg en 47 min 6 s 48 Drapeau : États-Unis Brandon McNulty + min 5 s 92 Drapeau : France Corentin Ermenault + min 16 s 65
Juniors
Course en ligne
Résultats détaillés
Drapeau : Danemark Julius Johansen en h 10 min 48 s Drapeau : Italie Luca Rastelli + 51 s Drapeau : Italie Michele Gazzoli + 51 s
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Royaume-Uni Thomas Pidcock en 28 min 2 s 15 Drapeau : Italie Antonio Puppio + 11 s 92 Drapeau : Pologne Filip Maciejuk + 13 s 29

Épreuves féminines[modifier | modifier le code]

Épreuves Or Argent Bronze
Élites
Course en ligne
Résultats détaillés
Drapeau : Pays-Bas Chantal Blaak en h 6 min 30 s Drapeau : Australie Katrin Garfoot + 28 s Drapeau : Danemark Amalie Dideriksen + 28 s
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Pays-Bas Annemiek van Vleuten en 28 min 50 s Drapeau : Pays-Bas Anna van der Breggen + 12 s Drapeau : Australie Katrin Garfoot + 18 s
Par équipes UCI
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Pays-Bas Sunweb en 55 min 41 s Drapeau : Pays-Bas Boels Dolmans + 12 s Drapeau : Allemagne Cervélo Bigla + 28 s
Drapeau : Pays-Bas Lucinda Brand
Drapeau : Canada Leah Kirchmann
Drapeau : Pays-Bas Floortje Mackaij
Drapeau : États-Unis Coryn Rivera
Drapeau : Pays-Bas Sabrina Stultiens
Drapeau : Pays-Bas Ellen van Dijk
Drapeau : Pays-Bas Chantal Blaak
Drapeau : Canada Karol-Ann Canuel
Drapeau : États-Unis Megan Guarnier
Drapeau : Luxembourg Christine Majerus
Drapeau : Pays-Bas Amy Pieters
Drapeau : Pays-Bas Anna van der Breggen
Drapeau : Allemagne Stephanie Pohl
Drapeau : Allemagne Lisa Klein
Drapeau : Allemagne Clara Koppenburg
Drapeau : Finlande Lotta Lepistö
Drapeau : Danemark Cecilie Uttrup Ludwig
Drapeau : Afrique du Sud Ashleigh Moolman
Juniors
Course en ligne
Résultats détaillés
Drapeau : Italie Elena Pirrone en h 6 min 17 s Drapeau : Danemark Emma Norsgaard Jørgensen + 12 s Drapeau : Italie Letizia Paternoster + 12 s
Contre-la-montre
Résultats détaillés
Drapeau : Italie Elena Pirrone en 23 min 19 s Drapeau : Italie Alessia Vigilia + s Drapeau : Australie Madeleine Fasnacht + 42 s

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 4 2 0 6
2 Drapeau de l'Italie Italie 2 3 2 7
3 Drapeau du Danemark Danemark 2 1 2 5
4 Drapeau de l'Allemagne Allemagne 1 1 1 3
5 Drapeau du Royaume-Uni Grande-Bretagne 1 0 2 3
6 Drapeau de la France France 1 0 1 2
7 Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 1 0 0 1
8 Drapeau des États-Unis États-Unis 0 2 0 2
9 Drapeau de l'Australie Australie 0 1 3 3
10 Drapeau de la Norvège Norvège 0 1 0 1
Drapeau de la Slovénie Slovénie 0 1 0 1
12 Drapeau de la Pologne Pologne 0 0 1 1
Total 12 12 12 36

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « UCI Management Committee agrees key decisions », UCI, (consulté le 25 septembre 2014)
  2. (en) Lukas Knöfler, « Norway leads race to host 2017 Worlds », cyclingquotes.com,‎ (lire en ligne)
  3. 2017 UCI Road World Championships - A dream coming true
  4. (en) « Qatar world championships takes shape amid questions », Velonation,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Men’s Elite Road Race », sur bergen2017.no
  6. a et b Sagan dans l’histoire avec un troisième titre mondial consécutif
  7. L'Italien Gianni Moscon disqualifié
  8. (de) Sagans Überlegenheit zeigt, dass das Level nicht hoch ist sur radsport-news.com
  9. (en) Debt, bankruptcy, and crowdfunding: Bergen's World Championships hangover
  10. (en) « Programme » (consulté le 11 août 2017)
  11. Système de qualification pour les Championnats du Monde Route UCI 2017
  12. Championnats du Monde Route UCI - Quotas de participation
  13. (en) « No change to Worlds prize money in Bergen », sur cyclingnews.com, (consulté le 13 septembre 2017)
  14. « Championnats du Monde Route UCI - Guide technique » [PDF], sur uci.ch (consulté le 13 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]