Joaquim Rodríguez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rodríguez Oliver est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Rodríguez ; le second, maternel, parfois omis, est Oliver.
Joaquim Rodríguez Oliver
Image illustrative de l'article Joaquim Rodríguez
Joaquim Rodriguez lors du Tour de France 2013
Informations
Nom Rodríguez Oliver
Prénom Joaquim
Surnom Purito[1]
Date de naissance 12 mai 1979 (1979-05-12) (34 ans)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Équipe actuelle Katusha
Spécialité Puncheur-Grimpeur
Équipe professionnelle
2001-2003
2004-2005
2006-2009
2010-
ONCE
Saunier Duval-Prodir
Caisse d'Épargne
Katusha
Principales victoires
3 classements mondiaux

UCI World Tour 2012 et 2013
Classement mondial UCI 2010
1 championnat national
MaillotEspaña.PNG Champion d'Espagne sur route 2007
3 classiques
Flèche wallonne 2012
Tour de Lombardie 2012 et 2013
2 courses par étapes
Tour de Catalogne 2010 et 2014
2 classement annexes de grands tours
Jersey green.svg Meilleur grimpeur du Tour d'Espagne 2005
Jersey red.svg Classement par points du Tour d'Italie 2012
11 étapes de grands tours
Tour d'Espagne (8 étapes)
Tour de France (1 étape)

Tour d'Italie (2 étapes)

Joaquim Rodríguez Oliver, surnommé Purito, né le 12 mai 1979 à Barcelone[2], est un coureur cycliste espagnol. Il est professionnel depuis 2001 et membre de l'équipe Katusha depuis 2010. Ses victoires majeures sont le Calendrier mondial UCI 2010, le classement de l'UCI World Tour 2012 et 2013, la Flèche wallonne 2012, le Tour de Lombardie 2012 et 2013, 8 étapes du Tour d'Espagne, une étape du Tour de France et 2 étapes du Tour d'Italie. Il termine sur le podium au moins à une reprise sur chacun des grands tours.

Carrière[modifier | modifier le code]

Des débuts à la carrière amateur puis espoir[modifier | modifier le code]

Après avoir pratiqué le football, Joaquim Rodríguez s'oriente vers le cyclisme sous l'impulsion de son frère Victor. Il évolue successivement dans le Club Ciclista Maco puis le Club Ciclista Nicky's avant d'évoluer en amateur au Hospitalet-Vestisport puis en espoirs dans l'équipe Iberdrola, réserve de l'équipe ONCE. Il devient stagiaire dans la formation espagnole en 2000 et participe avec cette formation au Tour de l'Avenir qu'il termine à la quarante-neuvième place[3].

Équipier dans les équipes espagnoles (2001-2009)[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez commence sa carrière professionnelle en 2001, dans l'équipe ONCE, dans laquelle il a été stagiaire l'année précédente. C'est pendant la préparation hivernale qu'il est surnommé Purito pour la première fois[3]. Il participe durant cette saison à son premier grand tour, le Tour d'Italie, avec pour leader Abraham Olano. Celui-ci se classe deuxième de la course, derrière Gilberto Simoni. Rodríguez est 80e. Il gagne en fin de saison l'Escalade de Montjuïc, course dont il a déjà été lauréat en catégorie espoirs et cadets, devant son coéquipier Joseba Beloki[4].

Lors du Tour d'Espagne 2003, il remporte avec Once la première étape, disputée en contre-la-montre par équipes. Cinquième d'étape le lendemain, il prend le maillot de oro de leader du classement général à son coéquipier Igor González de Galdeano[5]. Il le garde deux jours, puis le cède deux jours plus tard à un autre coureur de l'équipe Once, Isidro Nozal. Celui-ci conserve la première place pendant la majeure partie de la Vuelta, notamment en gagnant deux étapes contre-la-montre, puis la perd lors de l'avant-dernière étape, un contre-la-montre en côte, en cédant plus de deux minutes au vainqueur Roberto Heras. Nozal se classe deuxième du classement général. Joaquim Rodríguez est 26e, en ayant remporté entretemps la huitième étape, au Pla de Beret[6].

Joaquim Rodríguez est considéré comme l'un des meilleurs Espagnols de sa génération. Vainqueur du classement de la montagne du Tour d'Espagne en 2005 devant Eladio Jiménez[7], il a terminé sixième (2008) et septième (2009) de la Vuelta. souvent dans l'ombre de ses leaders notamment chez la Caisse d'Épargne où il aide Valverde durant plusieurs années à gagner de nombreuses courses, il est l'un des artisans principaux de la victoire de celui-ci sur le Tour d'Espagne 2009, l'accompagnant en montagne. Mais il réussit à gagner quelques courses étant parfois leader ce qui lui permet de remporter des étapes de Paris-Nice, du Tirreno-Adriatico ou le championnat d'Espagne sur route en 2007.

Katusha (2010-)[modifier | modifier le code]

Numéro 1 mondial en 2010[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez lors du Tour de France 2010

En 2010, Joaquim Rodríguez a un statut de leader après s'être engagé chez Katusha[8]. Quelques mois après son arrivée dans l'équipe, il déclare : « Chacun a ses propres aspirations, et je pense que je suis arrivé à un moment où je devais arrêter de travailler pour les autres et assumer davantage de responsabilités. De plus, l'offre de Katusha était très tentante au niveau sportif et économique[9]. ».

Il confirme ce nouveau statut lors de Paris-Nice où il se classe sixième[10]. Il gagne ensuite le Tour de Catalogne puis le GP Miguel Indurain. Sur cette course, il s'impose lors de la montée finale avec six secondes d'avance sur son ancien leader, Alejandro Valverde[11]. Il se classe troisième sur le Tour du Pays basque avec une victoire d'étape. Sur les classiques ardennaises, il prend la deuxième place de la Flèche wallonne derrière Cadel Evans[1] qui lui permet de prendre pour quelques jours la tête du classement mondial[12]. Il fait ensuite une coupure après les ardennaises pour revenir lors du Tour de Suisse où il termine la neuvième place en étant en préparation pour le Tour de France, le premier de sa carrière[1].

Lors du Tour, il gagne la douzième étape à Mende sur des pentes à plus de 10 % devant Alberto Contador, qu'il a été le seul à pouvoir suivre lors de la montée finale[1]. Il se classe troisième de l'étape reine au Tourmalet. Il finit septième du classement général[N 1],[14]. Une semaine après le Tour, il prend part à la Classique de Saint-Sébastien. Il se classe cinquième après avoir attaqué sans réussite.

Faisant partie des favoris[15], il arrive sur la Vuelta avec des ambitions. Il déclare ainsi lors du second jour de repos : « Je suis venu sur la Vuelta avec trois objectifs: 1. Porter le maillot rouge, 2. Remporter une étape, 3. Gagner la Vuelta »[N 2],[16]. Deuxième derrière Philippe Gilbert à Málaga puis quatrième le lendemain, il se trouve deuxième du classement général dans le même temps que le leader Igor Antón au soir de la huitième étape[17]. Il s'empare du maillot rouge de leader lors de la 10e étape grâce à une bonification. Cependant, Purito le perd le lendemain à la suite d'une défaillance. Il se retrouve alors quatrième du classement général à 1 minute 17 secondes d'Antón qui reprend la tête de la course[18]. Lors d'une 14e étape marquée par l'abandon d'Antón sur chute, à Peña Cabarga, Rodríguez place une attaque sur un passage à 18 % qui lui permet de lâcher l'Italien Vincenzo Nibali et remporte ensuite cette étape en solitaire[19]. Deux jours plus tard, une nouvelle attaque sur Nibali lui permet de reprendre le maillot rouge aux dépens de l'Italien[19]. Le contre-la-montre de Peñafiel met un terme à ses ambitions de victoire finale. 106e de l'étape à plus de 6 minutes du vainqueur, Peter Velits, il se retrouve cinquième à 3 minutes 44 secondes de Nibali qui reprend le maillot rouge[20]. Il termine finalement quatrième de cette Vuelta à plus de 4 minutes de l'Italien[19], ce qui lui permet de devenir numéro 1 mondial, rang qu'il conserve en fin de saison[21]. Il renonce par ailleurs à concourir lors des championnats du monde sur route[22].

2011[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez lors du Critérium du Dauphiné 2011

L'année suivante, Rodriguez décide de ne pas participer au Tour de France pour se consacrer au Tour d'Italie et au Tour d'Espagne, deux grands tours qu'il se sent capable de remporter[8]. Son début de saison est perturbé par un kyste au fémur gauche qui l'empêche de courir Tirreno-Adriatico à fond. À la suite de cette blessure il doit renoncer au Tour de Catalogne dont il est le tenant du titre[23].

Il fait son retour au Grand Prix Miguel Indurain où il est également tenant du titre et où il se classe neuvième. Il obtient sa première victoire en avril lors du Tour du Pays basque. Vainqueur de la première étape[24], il est en tête de l'épreuve à égalité de temps avec l'Allemand Andreas Klöden et son compatriote Samuel Sánchez au départ de la dernière étape, un contre-la-montre. 33e de celui-ci, il recule à la onzième place du classement final d'une course remportée par le coureur allemand[24]. La semaine suivante, l'Amstel Gold Race est la première des classiques ardennaises 2011. Initiateur d'une attaque lors de la montée finale du Cauberg, il ne peut empêcher le retour du Belge Philippe Gilbert qui le devance au final de deux secondes[25]. Quatre jours plus tard, il est de nouveau devancé par Gilbert lors de la Flèche wallonne[26]. Il figure parmi les favoris du Giro et dispose d'une équipe capable de l'aider en montagne avec par exemple Danilo Di Luca ou Pavel Brutt, huitième du Tour de Romandie disputé une semaine avant le départ du Tour d'Italie[8]. Il termine quatrième du Tour d'Italie[N 3],[27]. Sur le Critérium du Dauphiné, il termine deuxième de la première étape derrière Jurgen Van den Broeck. Il remporte les deux dernières étapes (l'étape-reine au Collet d'Allevard et le lendemain à la Toussuire) à la suite d'attaques décisives dans le final des ascensions. Il se classe ainsi cinquième de l'épreuve, remportant également les classements par points et du meilleur grimpeur[28]. À l'issue de cette course, il remonte à la cinquième place du classement UCI World Tour[28]. En août, après une quatrième place lors de la Classique de Saint-Sébastien, Rodríguez remporte le Tour de Burgos et aborde la Vuelta parmi les favoris[29]. Il remporte deux victoires sur des terrains pentus à Valdepeñas de Jaén et San Lorenzo de El Escorial. Cette dernière victoire lui permet de prendre le maillot rouge de leader[30]. Il est néanmoins en recul dans la haute montagne, se classant finalement 19e et ratant de peu le maillot vert, qu'il abandonne lors de la dernière étape à Bauke Mollema.

Première victoire sur un monument du cyclisme : 2012[modifier | modifier le code]

Rodríguez débute sa saison sur le Challenge de Majorque au début du mois de février. Sur le Tour d'Oman, l'Espagnol est septième de l'étape de montagne[31] ce qui lui permet d'être septième du classement final. Il remporte en mars sa première victoire, une étape de Tirreno-Adriatico, une épreuve dont il est sixième du classement général. Le mois suivant, il gagne deux étapes consécutives du Tour du Pays basque et mène l'épreuve à une journée du terme[32] comme l'année précédente. La dernière étape se déroulant en contre-la-montre qui est une discipline que Rodríguez n'affectionne pas, il y perd son maillot de leader et termine deuxième du final derrière Samuel Sánchez. Sixième de cette étape, Rodríguez est content de son résultat qui montre selon lui ses progrès dans cette discipline spécifique[33]. Joaquim Rodríguez aborde les classiques ardennaises parmi les favoris en raison de ses podiums passés et de la méforme annoncée de Philippe Gilbert, vainqueur sortant des trois classiques[34]. 24e de l'Amstel Gold Race à l'issue de la montée du Cauberg, il s'impose trois jours plus tard au terme de la Flèche wallonne. Il attaque à 300 mètres du sommet et lâche ses adversaires. Il devance Michael Albasini et Philippe Gilbert au sommet du mur de Huy[35]. Lors de Liège-Bastogne-Liège, à la suite d'une attaque de Vincenzo Nibali dans la descente de la côte de la Roche-aux-faucons, Rodríguez part en contre avec Maxim Iglinskiy. Distancé dans la côte de Saint-Nicolas par le Kazakh qui dépasse Nibali dans le dernier kilomètre avant de s'imposer en solitaire, Rodríguez se classe quinzième à l'arrivée[36].

Joaquim Rodríguez dispute ensuite le Tour d'Italie et figure parmi les prétendants à la victoire[37],[38]. À l'issue des quatre premiers jours de course, censés lui être défavorables en raison d'un contre-la-montre individuel et d'un contre-la-montre par équipes, Rodríguez figure en dixième position au classement général et devance l'ensemble des autres favoris[39]. Rodríguez prend le maillot rose de leader au Canadien Ryder Hesjedal en remportant la 10e étape dont il était le favori[40]. Il perd le maillot de leader quatre jours plus tard au profit d'Hesjedal et se retrouve deuxième du classement à neuf secondes du Canadien[41]. Rodríguez, deuxième de la 15e étape derrière Matteo Rabottini, reprend le maillot rose en distançant l'ensemble de ses adversaires dans le final de la dernière montée. Il compte alors 30 secondes d'avance sur Hesjedal qui repasse deuxième[42]. Deux jours plus tard, il remporte devant Ivan Basso la 17e étape au terme d'un sprint à six et conserve ainsi son avantage au classement général sur Hesjedal[43]. À l'issue de la dernière étape de montagne, Rodríguez compte 31 secondes d'avance sur le Canadien[44]. Cet écart se révèle insuffisant lors du contre-la-montre qui clôture ce Giro le lendemain : Hesjedal, plus à l'aise dans l'exercice que Rodríguez, reprend 47 secondes à l'Espagnol et s'impose au final avec 16 secondes d'avance sur lui[45]. Rodríguez prend alors la tête de l'UCI World Tour aux dépens de Tom Boonen[46] qu'il cède à Bradley Wiggins à l'issue du Tour de France.

De retour en août, Rodríguez aide tout d'abord son équipier Daniel Moreno à remporter le Tour de Burgos. Huitième ensuite de la Classique de Saint-Sébastien, il est outsider au départ du Tour d'Espagne derrière Christopher Froome et Alberto Contador[47]. Battu in extremis par Alejandro Valverde à Arrate lors de la 3e étape[48], Rodríguez endosse le maillot rouge pour une seconde d'avance sur Froome le lendemain en raison d'une chute de Valverde, alors en tête, à la suite d'une bordure créée par l'équipe Sky[49]. Purito conforte ensuite sa place de leader en remportant la 6e étape[48] et en se classant deuxième des 8e et 9e étapes. Il compte alors 53 secondes d'avance sur Froome[50]. Alors qu'il s'attend à perdre entre deux et trois minutes lors du contre-la-montre de Pontevedra, Rodríguez est septième de cette étape à 1 minute 16 secondes du vainqueur, Fredrik Kessiakoff et sauve ainsi son maillot rouge pour une seconde sur Alberto Contador[51],[52]. Vainqueur devant Contador des 12e et 14e étapes et troisième de la 16e étape, toutes se terminant par des arrivées en montée, Rodríguez porte son avance sur son rival à vingt-huit secondes[53]. Au lendemain de la deuxième journée de repos, Contador attaque à 50 kilomètres de l'arrivée de la 17e étape, durant l'ascension de la Collada La Hoz. Il distance Rodríguez et bénéficie de l'aide de trois coéquipiers présents dans l'échappée du jour puis de celle de Paolo Tiralongo pour accentuer son avantage. Contador s'impose avec 2 minutes 38 secondes et prend alors le maillot rouge, Rodríguez reculant à la troisième place derrière Alejandro Valverde à 2 minutes 28 secondes de la tête[54],[55]. La dernière étape de montagne ne change pas l'ordre du classement général, Rodríguez termine troisième à Madrid à 1 minute 37 secondes de Contador[56]. Cependant, Rodríguez, alors en tête des classements par points et du combiné au départ de la dernière étape, perd ces deux maillots distinctifs au profit d'Alejandro Valverde qui empoche les points qui lui manquaient en terminant sixième du sprint d'arrivée[56].

Purito est ensuite 39e de la course en ligne des championnats du monde[57]. Le 29 septembre, dans des conditions dantesques, il devient le premier Espagnol à remporter le Tour de Lombardie, à la suite d'une échappée solitaire lancée dans la dernière ascension du monument italien[58]. Il devance finalement Samuel Sánchez et Rigoberto Urán pour remporter selon lui sa plus grande victoire[58] et reprend alors la tête du World Tour à Bradley Wiggins[58]. Wiggins ne participant pas à la dernière course répertoriée de la saison, le Tour de Pékin, Joaquim Rodríguez est le vainqueur du classement en fin d'année[59],[60]. Rodríguez décide de rester dans l'équipe Katusha en 2013 malgré lui, se plaignant d'une non-revalorisation de son salaire[61].

Doublé sur le Tour de Lombardie, places d'honneurs sur les grands tours et les championnats du monde : 2013[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez a comme objectif principal le Tour de France[62] et compte aussi être présent sur les classiques ardennaises[63]. En décembre 2012, l'équipe Katusha perd sa licence World Tour[64] et est donc contrainte de demander des invitations pour pouvoir participer aux épreuves de ce niveau, dont fait partie le Tour de France. Alors que l'équipe russe fait appel de sa rétrogradation, Rodríguez annonce qu'il quittera son équipe en cas de décision défavorable à Katusha[63]. Le tribunal arbitral du sport donne raison à Katusha, réintégrant ainsi l'équipe dans le World Tour et l'Espagnol reste dans la formation russe[65].

Après un Tour de San Luis discret (55e du classement général), Joaquim Rodríguez remporte sa première victoire de la saison en février lors du Tour d'Oman. Il gagne la quatrième étape qui se termine par une arrivée en montée et devance Christopher Froome[66]. Il termine troisième le lendemain et quatrième du classement général. Sur Tirreno-Adriatico, il se classe neuvième au sommet de Prati di Tivo sur la 4e étape, puis s'impose le lendemain. Il prend la troisième place de la sixième étape disputée sous la pluie et marquée par de très fortes pentes[67]. Après le contre-la-montre final, il termine cinquième à deux secondes d'Alberto Contador, troisième. Il est très déçu de ce résultat[68]. Quelques jours plus tard, il se présente au départ du Tour de Catalogne. Il finit huitième de la première étape, au sein d'un groupe de treize coureurs qui devance le peloton de 28 secondes. Il prend ensuite la troisième place de la troisième étape, arrivant au sommet de Vallter 2000, s'emparant ainsi de la deuxième place du classement général. Le lendemain, il est 2e au sommet du Port Ainé, puis termine également deuxième du classement général. Lors des classiques ardennaises, il chute et abandonne sur l'Amstel Gold Race. Il réussit néanmoins à se classer sixième de la Flèche wallonne et deuxième de Liège-Bastogne-Liège. En mai, son contrat avec Katusha est prolongé jusqu'en fin d'année 2015[69].

En préparation du Tour de France, Rodríguez est en juin seizième du Critérium du Dauphiné. Sur le Tour de France, l'Espagnol intègre les dix premiers du classement général après sa onzième place au sommet d'Ax 3 Domaines à plus de deux minutes de Christopher Froome. Il en sort après le premier contre-la-montre individuel. 56e de cette étape, Rodríguez devient onzième au classement général à près de six minutes de Froome[70]. Quatrième au sommet du mont Ventoux lors de la quinzième étape, il conclut cette deuxième semaine en huitième position à 7 minutes 11 secondes de Froome, mais à moins de trois minutes du podium[71]. Dans la troisième semaine, Rodríguez est tout d'abord troisième à 10 secondes de Froome dans le second contre-la-montre individuel puis cinquième de la dix-huitième étape marquée par une double ascension de L'Alpe d'Huez. Lors de cette étape, seul Nairo Quintana le devance parmi les protagonistes du classement général, Rodríguez devient alors cinquième du classement général à près de six minutes de Froome, mais à moins d'une minute d'Alberto Contador, deuxième. Lors de la dernière étape de montagne, il lance en compagnie de Nairo Quintana une attaque qui distance Contador dans la montée du Semnoz. Assurant le rythme ensuite dans l'optique du podium, Rodríguez est devancé au sommet par Quintana mais devient troisième du classement général, derrière Froome et le Colombien[72]. Il termine troisième à Paris, devenant ainsi le deuxième coureur après Herman Van Springel à avoir figuré sur le podium de chaque grand tour sans en avoir remporté un seul[73].

Rodríguez enchaîne en août par une participation au Tour d'Espagne où il ambitionne de s'imposer pour la première fois sur un grand tour[74]. Il a comme adversaire principal l'Italien Vincenzo Nibali[74]. La course commence par un contre-la-montre par équipes où Katusha concède 59 secondes à l'équipe Astana de Nibali. Dominé ensuite dans la troisième étape par Christopher Horner et Alejandro Valverde[75], Rodríguez intègre les dix premiers du classement général à l'issue de la huitième étape. Le lendemain, troisième de la montée de Valdepeñas de Jaén, il progresse en sixième position d'un classement général dominé par le vainqueur du jour, son coéquipier Daniel Moreno[76]. Progressant d'une place le lendemain au détriment de Moreno, il dépasse ensuite Nicolas Roche au terme de la quatorzième étape pour se retrouver quatrième à près de trois minutes du leader Nibali. Rodríguez s'impose ensuite lors de la montée du Naranco dans la dix-neuvième étape, se situant alors à moins de deux minutes du nouveau leader, Christopher Horner[77]. La montée de l'Alto de l'Angliru ne change pas le classement final de Rodríguez sur cette Vuelta, qu'il termine donc quatrième à 3 minutes 22 secondes d'Horner[78]. Sélectionné ensuite pour la course en ligne des championnats du monde de Florence, il figure avec son compatriote Alejandro Valverde parmi le quatuor de coureurs qui se dispute la victoire. Après s'être échappé en solitaire dans les derniers kilomètres, Rodríguez est rejoint dans le dernier kilomètre par le Portugais Rui Alberto Faria da Costa que Valverde n'a pu suivre dans son attaque. L'arrivée se dispute au sprint et Rodríguez est alors devancé par Rui Costa[79]. Le 6 octobre il remporte le Tour de Lombardie pour la deuxième année consécutive en attaquant à 9 kilomètres de l'arrivée. Il s'impose devant Alejandro Valverde et le Polonais Rafał Majka[80]. Cette victoire lui permet de prendre la tête de l'UCI World Tour, classement qu'il remporte en fin d'année avec 607 points, vingt points devant Christopher Froome[81].

2014[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez a comme objectif principal pour 2014 le Tour d'Italie et le Tour d'Espagne. Il vise également la course en ligne des championnats du monde et Liège-Bastogne-Liège. Il prévoit de commencer sa saison par le Tour de San Luis[82].

Caractéristiques, performances et capacités physiques[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez est un puncheur-grimpeur. Il est considéré comme un spécialiste des pentes au fort pourcentage[11],[35]. Il gagne ainsi deux fois à Montelupone sur le Tirreno-Adriatico[8] avec des passages à 18 % lors des éditions 2008 et 2009[1]. En France, il s'impose à Mende sur le Tour dans la montée Laurent-Jalabert sur des pourcentages à plus de 10 %. Lors de la Vuelta 2010, Purito gagne à Peña Cabarga sur une montée de 6 km à 9 % de moyenne avec des passages entre 12 % et 19 %. En 2011, c'est à Valdepeñas de Jaén et San Lorenzo de El Escorial qu'il remporte des étapes sur des montées finales comportant des passages de plus de 20 %[30]. Adepte des trois classiques ardennaises que sont l'Amstel Gold Race, la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège, il remporte la Flèche wallonne 2012 au sommet du mur de Huy[35] et termine au moins une édition des deux autres classiques ardennaises à la deuxième place[83]. Par ailleurs, il se sent plus à l'aise sur la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège[25]. Il est en revanche beaucoup moins à l'aise en contre-la-montre[84] mais il travaille cet exercice spécifique en vue d'améliorer ses classements lors des courses à étapes[28].

Principalement équipier d'Alejandro Valverde lors de son passage dans l'équipe Caisse d'Épargne, son transfert dans l'équipe Katusha lui permet de devenir le leader de sa formation[8],[11],[35]. Il est comparé régulièrement à Raymond Poulidor en France en raison de ses nombreux podiums mais de son faible nombre de victoires dans les grandes courses. Sa victoire au Tour de Lombardie 2012 fait que cette comparaison est moins forte pour les courses d'un jour mais elle reste présente en 2013 en raison de ses podiums au Tour de France, sur Liège-Bastogne-Liège et au championnat du monde sur route[85],[86].

Antoine Vayer considère à partir des calculs de puissances développées dans les cols comme seuil du dopage « avéré » les 410 watts moyens alors qu'il le juge « miraculeux » au-delà de 430 et « mutant » au-delà de 450[87]. Lors du Tour d'Espagne 2012, Rodríguez développe plus de 420 watts moyens sur les cinq ascensions cibles[88].

L'interprétation des données de puissance est cependant complexe car elle devrait prendre en compte de nombreux facteurs et les analyses de Vayer sont contestées. Frédéric Grappe, entraîneur dans le cyclisme et docteur en Science spécialisé dans la physiologie de l’entraînement sportif, a mis au point pour la FdJ le PPR (« profil de puissance record »)[89]. Selon Ross Tucker spécialiste en performance sportive, les modèles de calcul de puissances (CPL, DrF, BCR, rst, etc.)[90] ont des résultats différents selon leurs méthodes de calcul des variables environnementales (température, humidité, direction, vitesse du vent, etc.), variables de courses (profil et durée de l'étape, placement de l'étape dans le tour, etc.) ou les performances du coureur (rendement énergétique qui varie de 21 à 27%, %age d’exploitation de la VO2max, etc.)[91].

Palmarès, résultats , classements et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joaquim Rodríguez lors de la présentation du Tour de France 2010

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Classiques et championnats du monde[modifier | modifier le code]

Année Milan-San Remo Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Classique de
Saint-Sébastien
Tour de Lombardie Championnats du monde
2001 - - - - 54e - -
2002 - - - - - - -
2003 - 18e - - 137e 32e -
2004 112e - 72e 70e 30e 20e -
2005 - 29e 24e 25e 2e - -
2006 - 97e 34e 12e - Abandon -
2007 - 11e 76e 75e 55e Abandon 65e
2008 59e 8e 8e 8e 12e 28e 6e
2009 - 43e 29e 2e 34e Abandon 3e
2010 - Abandon 2e 43e 5e - -
2011 - 2e 2e 26e 4e 3e -
2012 - 24e Vainqueur 15e 8e Vainqueur 39e
2013 - Abandon 6e 2e - Vainqueur 2e

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenu lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011.

Joaquim Rodríguez apparaît pour la première fois au classement UCI en 2001. Il occupe la première place du classement mondial à la fin des années 2010[94], 2012[59] et 2013[81].

Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement UCI[95] 563e 603e 133e 119e
Classement ProTour[96] 74e 139e 115e 90e
Classement mondial UCI[97] 32e 1er[94]
UCI World Tour[98] 3e[99] 1er[59],[60] 1er[81]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. a, b et c Initialement 8e, il est reclassé 7e après le déclassement d'Alberto Contador en février 2012[13].
  2. Citation originale : « I came to the Vuelta with three goals: 1. to wear the red jersey, 2. to win a stage, 3. to win the Vuelta »
  3. a, b et c Initialement 5e, il est reclassé 4e après le déclassement d'Alberto Contador en février 2012.
Références
  1. a, b, c, d et e (fr) « Rodriguez, petit mais costaud », sur eurosport.fr (consulté le 17 juillet 2010)
  2. (es) « Fiche de Joaquim Rodriguez », sur biciciclismo.com
  3. a et b Alexandre Philippon, « Quand personne ne connaissait Rodriguez », sur velochrono.fr,‎ 30 décembre 2012
  4. (en) « Rodriguez ascends to the top in Barcelona », sur cyclingnews.com,‎ 21 octobre 2001 (consulté le 14 juin 2011)
  5. (en) « A climb to the top for Luis Pérez », sur http://autobus.cyclingnews.com/road/2003/vuelta03/?id=results/stage2,‎ 7 septembre 2003
  6. (en) « Joaquín Rodríguez wins after long breakaway », sur cyclingnews.com,‎ 13 septembre 2003 (consulté le 14 juin 2011)
  7. (en) « Rodriguez obtains mountain trophy », sur cyclingnews.com,‎ 19 septembre 2005 (consulté le 2 juin 2011)
  8. a, b, c, d et e (fr) « Rodriguez, choix payant ? », sur velochrono.fr,‎ 4 mai 2011 (consulté le 8 mai 2011)
  9. (fr) « Les débuts de Joaquin Rodríguez », sur cyclismactu.net (consulté le 17 juillet 2010)
  10. Initialement deuxième, Alejandro Valverde a été déclassé.
  11. a, b et c (fr) « Valverde, le fantôme serein », sur velochrono.fr,‎ 19 avril 2012
  12. (fr) « Rodriguez nouveau leader », sur cyclismactu.net (consulté le 17 juillet 2010)
  13. « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,‎ 6 février 2012
  14. a, b et c « World Ranking #13 - Tour de France (FRA/HIS) 03 Jul-25 Jul 2010 - General classification: Rotterdam - Paris », sur uci.infostradasports.com (consulté le 13 avril 2012)
  15. (fr) « Les favoris au crible », sur eurosport.fr,‎ 27 août 2010 (consulté le 19 septembre 2010)
  16. (en) « Joaquin Rodriguez confident he can win Vuelta », sur cyclingnews.com,‎ 14 septembre 2010 (consulté le 19 septembre 2010)
  17. (en) « Vuelta a España: Anton, Rodriguez and Nibali fighting for race lead », sur cyclingnews.com,‎ 14 septembre 2010 (consulté le 2 juin 2011)
  18. (fr) « Le bilan à mi-parcours », sur cyclismactu.net,‎ 8 septembre 2010 (consulté le 2 juin 2011)
  19. a, b et c (fr) « La "rétro" de la saison (5/5) : La Vuelta et fin de saison », sur cyclismactu.net,‎ 14 décembre 2010 (consulté le 2 juin 2011)
  20. (en) Stephen Farrand, « Velits blitzes time trial as Rodriguez blows », sur cyclingnews.com,‎ 15 septembre 2010 (consulté le 9 octobre 2011)
  21. (fr) « Rodriguez n°1 au mérite », sur sports.fr,‎ 20 septembre 2010 (consulté le 2 juin 2011)
  22. (en) « Rodriguez withdraws from Spanish Worlds team », sur cyclingnews.com,‎ 20 septembre 2010 (consulté le 2 juin 2011)
  23. (fr) « Rodriguez forfait en Catalogne », sur eurosport.fr,‎ 17 mars 2011 (consulté le 29 mai 2011)
  24. a et b (fr) « Rodriguez tire le premier », sur eurosport.fr,‎ 17 avril 2011 (consulté le 17 avril 2011)
  25. a et b (fr) « Rodriguez : « Gilbert était le plus fort » », sur velochrono.fr (consulté le 17 avril 2011)
  26. (fr) « Monumental Gilbert », sur eurosport.fr,‎ 20 avril 2011 (consulté le 20 avril 2011)
  27. a, b et c « Giro d'Italia (ITA/UWT) 07 May-29 May 2011 - General classification: Venaria Reale - Milan », sur uci.infostradasports.com (consulté le 23 février 2012)
  28. a, b et c (en) « Rodriguez enjoyed the 'nicest' week of his career », sur cyclingnews.com,‎ 13 juin 2011 (consulté le 13 juin 2011)
  29. (fr) « Rodriguez, une question de temps », sur eurosport.fr,‎ 16 août 2011 (consulté le 27 août 2011)
  30. a et b (fr) « Rodriguez injouable », sur eurosport.fr,‎ 27 août 2011 (consulté le 27 août 2011)
  31. (en) Barry Ryan, « Nibali back to winning ways in Oman », sur cyclingnews.com,‎ 18 février 2012 (consulté le 18 avril 2012)
  32. (en) « Rodriguez powers to stage 5 win », sur cyclingnews.com,‎ 6 avril 2012 (consulté le 18 avril 2012)
  33. (en) « Sanchez wins Vuelta Ciclista al Pais Vasco », sur cyclingnews.com,‎ 7 avril 2012 (consulté le 18 avril 2012)
  34. (fr) Laurent Vergne, « A l'heure espagnole? », sur eurosport.fr,‎ 12 avril 2012 (consulté le 19 avril 2012)
  35. a, b, c et d (fr) Martin Mosnier, « Rodriguez de l'ombre à la lumière », sur eurosport.fr,‎ 18 avril 2012 (consulté le 19 avril 2012)
  36. (en) Brecht Decaluwé, « Maxim Iglinskiy wins Liège - Bastogne - Liège », sur cyclingnews.com,‎ 22 avril 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  37. « Giro cherche patron », sur eurosport.fr,‎ 4 mai 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  38. (en) Alasdair Fotheringham, « Rodríguez aims for top in Giro d’Italia », sur cyclingnews.com,‎ 4 mai 2012 (consulté le 5 mai 2012)
  39. (en) Daniel Benson, « Garmin-Barracuda storms to victory in Verona team time trial », sur cyclingnews.com,‎ 9 mai 2012 (consulté le 16 mai 2012)
  40. (fr) « Coup double pour Purito », sur lequipe.fr,‎ 15 mai 2012 (consulté le 16 mai 2012)
  41. (fr) François-Xavier Rallet, « Hesjedal reprend la main », sur eurosport.fr,‎ 19 mai 2012 (consulté le 19 mai 2012)
  42. (fr) « Rodriguez en rose », sur lequipe.fr,‎ 20 mai 2012 (consulté le 20 mai 2012)
  43. (fr) Alexandre Coiquil, « Rodriguez règle la concurrence », sur eurosport.fr,‎ 23 mai 2012 (consulté le 23 mai 2012)
  44. (en) Susan Westemayer, « De Gendt wins Giro d'Italia penultimate stage atop the Stelvio », sur cyclingnews.com,‎ 26 mai 2012 (consulté le 28 mai 2012)
  45. (fr) François-Xavier Rallet, « Hesjedal le pionnier », sur eurosport.fr,‎ 27 mai 2012 (consulté le 28 mai 2012)
  46. (fr) Renaud Breban, « Rodriguez, Katusha et l'Espagne leaders », sur cyclismactu.net,‎ 28 mai 2012 (consulté le 28 mai 2012)
  47. (fr) Alexanre Philippon, « Bien entouré mais limité ? », sur velochrono.fr,‎ 16 août 2012 (consulté le 23 août 2012)
  48. a et b (fr) Melinda Davan-Soulas, « Contador a calé », sur eurosport.fr,‎ 23 août 2012 (consulté le 23 août 2012)
  49. (fr) Yohan Roblin, « Rodriguez dans un mouchoir », sur eurosport.fr,‎ 21 août 2012 (consulté le 23 août 2012)
  50. (fr) Alexandre Coiquil, « Gilbert-Rodriguez, quel duo ! », sur eurosport.fr,‎ 26 août 2012 (consulté le 26 août 2012)
  51. (fr) Yohan Roblin, « Contador, la bonne opération », sur eurosport.fr,‎ 29 août 2012 (consulté le 29 août 2012)
  52. (en) Peter Cossins, « Kessiakoff wins TT as Purito clings on to lead », sur cyclingnews.com,‎ 29 août 2012 (consulté le 29 août 2012)
  53. (fr) Benoît Vittek, « Rodriguez grappille encore », sur eurosport.fr,‎ 3 septembre 2012 (consulté le 5 septembre 2012)
  54. (fr) Benoît Vittek, « Le coup de maître de Contador », sur eurosport.fr,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 5 septembre 2012)
  55. (fr) Alexandre Mignot, « Alberto Contador renverse la Vuelta ! », sur cyclismactu.net,‎ 5 septembre 2012 (consulté le 5 septembre 2012)
  56. a et b (fr) Hugo Richermoz, « Contador de retour au sommet », sur lequipe.fr,‎ 9 septembre 2012 (consulté le 9 septembre 2012)
  57. (en) Daniel Benson, « Gilbert wins world championship in Valkenburg », sur cyclingnews.com,‎ 23 septembre 2012
  58. a, b et c Alexandre Philippon, « Rodriguez waterproof ! », sur velochrono.fr,‎ 29 septembre 2012
  59. a, b et c « Joaquin Rodriguez (Katusha) remporte l'UCI WorldTour 2012, Tom Boonen finit 3e », sur lalibre.be,‎ 13 octobre 2012 (consulté le 14 octobre 2012)
  60. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2012 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 14 octobre 2012)
  61. Alexandre Mignot, « Purito reste chez Katusha à "contre-coeur" », sur cyclismactu.net,‎ 2 octobre 2012
  62. Romain Puissieux, « Les sultans de la Montagne verte », sur velochrono.fr,‎ 13 février 2013
  63. a et b (en) Stephen Farrand, « Rodriguez will leave Katusha if it loses CAS appeal », sur cyclingnews.com,‎ 14 février 2013
  64. (en) « Katusha denied 2013 WorldTour licence », sur cyclingnews.com,‎ 10 décembre 2012
  65. Baptiste Bouthier, « Le TAS réintègre Katusha au World Tour ! », sur velochrono.fr,‎ 15 février 2013
  66. Bertrand Latour, « Rodriguez dompte la Montagne Verte », sur cyclismactu.net,‎ 14 février 2013
  67. « Nibali renverse la Sky », sur velochrono.fr,‎ 11 mars 2013
  68. « Joaquin Rodriguez : "Je suis déçu" », sur cyclismactu.net,‎ 13 mars 2013
  69. Renaud Breban, « J. Rodriguez chez Katusha jusqu'en 2015 », sur cyclismactu.net,‎ 24 mai 2013
  70. « Martin assure, Froome creuse », sur velochrono.fr,‎ 10 juillet 2013
  71. (en) Susan Westemeyer, « Tour de France: Froome crowned king of Mont Ventoux », sur cyclingnews.com,‎ 14 juillet 2013
  72. Baptiste Bouthier, « Carton plein pour Quintana », sur velochrono.fr,‎ 20 juillet 2013
  73. (en) « Quintana up on the hill and 100% Colombian », sur uk.eurosport.yahoo.com,‎ 21 juillet 2013
  74. a et b Cyrille Haddouche, « Nibali favori d'une Vuelta explosive », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 23 août 2013
  75. « Horner, vainqueur à 41 ans ! », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 26 août 2013
  76. Baptiste Bouthier, « Moreno en fait voir de toutes les couleurs », sur velochrono.fr,‎ 1er septembre 2013
  77. « Horner, l’Angliru en rouge », sur velochrono.fr,‎ 13 septembre 2013
  78. (en) Daniel Benson, « Chris Horner wins 2013 Vuelta a Espana », sur cyclingnews.com,‎ 15 septembre 2013
  79. Alexandre Mignot, « Rui Costa, titré, rentre dans l'histoire ! », sur cyclismactu.net,‎ 29 septembre 2013
  80. Alexis Rose, « Rodriguez conserve son titre », sur cyclismactu.net,‎ 6 octobre 2013
  81. a, b et c « UCI WorldTour Ranking - 2013 », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 14 avril 2014)
  82. (en) Alasdair Fotheringham, « Exclusive: I can win Giro and Vuelta in 2014, says Rodriguez », sur cyclingnews.com,‎ 28 décembre 2013
  83. (fr) « Katusha attend son heure », sur eurosport.fr (consulté le 18 avril 2011)
  84. (fr) « A deux jours du Grand Départ du Giro à Turin, faisons le point sur six autres des douze favoris du Tour d'Italie : Nibali, Rodriguez, Sastre, Scarponi, Sella et Serpa. », sur velo101.com (consulté le 8 mai 2011)
  85. « Rodriguez: "La victoire de ma vie" », sur eurosport.fr,‎ 29 septembre 2012
  86. Alexandre Philippon, « Purito, larmes à la main », sur velochrono.fr,‎ 5 octobre 2013
  87. Antoine Vayer, « Tour de France : la montagne, révélateur du dopage », sur lemonde.fr,‎ 14 juillet 2011
  88. Antoine Vayer, « Froome aussi puissant qu'Armstrong et Ullrich en 2003 », sur LeMonde.fr,‎ 8 juillet 2013
  89. Marion Gachies, « Le PPR de la FDJ : mode d'emploi du suivi du "Profil Puissance Record" », sur eurosport.fr,‎ 4 avril 2013
  90. (en) Ross Tucker, « Froome takes yellow with a commanding climb. What are the implications ? », sur sportsscientists.com,‎ 6 juillet 2013
  91. (en) Power & Speed Models, site du Cycling Power Lab
  92. a et b Initialement quatrième, Joaquim Rodríguez est classé troisième après déclassement d'Ezequiel Mosquera et David García Dapena.
  93. a et b « Classement général du Tour d'Espagne 2010 », sur uci.ch (consulté le 26 mai 2013)
  94. a et b « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 3 mars 2012)
  95. « 2005 UCI Road Rankings », UCI (consulté le 11 juin 2010)
  96. « Classement Pro-Tour », sur mémoire-du-cyclisme.eu (consulté le 11 juin 2010)
  97. « Classement mondial UCI », sur uci.ch (consulté le 11 juin 2010)
  98. « UCI WorldTour », sur uciworldtour.com (consulté le 30 novembre 2011)
  99. « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Final result », sur uci.html.infostradasports.com (consulté le 29 février 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :