André Darrigade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un coureur cycliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un coureur cycliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet cyclisme.

André Darrigade
Anefo 911-3766 Tour de France.jpg

Tour de France 1960

Informations
Surnom
Le Lévrier des Landes, le Landais bondissant, Dédé
Naissance
Nationalité
Spécialité
Distinctions
Équipes professionnelles
1951-1955 La Perle-Hutchinson
1955-1957 Bianchi-Pirelli
1956-1957 Helyett-Potin
1958-1960 Helyett-Leroux
1961 Alcyon-Leroux
1962 Gitane-Leroux-Dunlop
1963-1965 Margnat-Paloma-Dunlop
1966 Kamomé-Dilecta-Dunlop
Principales victoires

2 championnats
Jersey rainbow.svg Champion du monde sur route 1959
MaillotFra.PNG Champion de France sur route 1955
23 étapes sur les grands tours
Tour de France (22 étapes)
Tour d'Italie (1 étape)
2 classements annexes de grands tours
Leader du classement par points Tour de France 1959 et 1961
1 classique

Tour de Lombardie 1956

André Darrigade, né le à Narrosse près de Dax dans les Landes, est un coureur cycliste français. Surnommé « Dédé », « Le Landais bondissant » ou « Le Lévrier des Landes », il est considéré comme l'un des plus grands routiers-sprinteurs de tous les temps. Professionnel de 1951 à 1966, il a notamment été champion du monde sur route en 1959. Il a également remporté 22 étapes du Tour de France et le Tour de Lombardie en 1956.

Biographie[modifier | modifier le code]

Darrigade a gagné ses premiers galons au Vélodrome d’Hiver à Paris en battant, dans la Grande Finale de la Médaille, la veille des 6 Jours, le futur champion du monde de sprint, Antonio Maspes[1]. Il a participé à 14 tours de France, avec 22 étapes gagnées, en portant très souvent le maillot jaune, et en gagnant 2 fois le maillot vert à Paris. Darrigade a été champion de France sur route en 1955, vainqueur du Tour de Lombardie en 1956, vainqueur des Six jours de Paris en 1957 et 1958 avec Jacques Anquetil et Ferdinando Terruzzi. Et champion du monde sur route à Zandvoort en 1959 ; dérogeant à ses habitudes il se lance, le 16 août, à 222 kilomètres de l’arrivée dans une échappée matinale, qui ne sera jamais reprise. André Darrigade devance au sprint l'Italien Michele Gismondi et le Belge Noël Foré et revêt le maillot arc-en-ciel.

Il est devenu l’un des piliers de l’équipe de France sur le Tour de 1951, et deviendra l’un des lieutenants préférés de Jacques Anquetil. Dans le Tour de France 1956, lors de l'étape Luchon-Toulouse, une crevaison suivie d'une mésentente avec le directeur technique de l'équipe de France, Marcel Bidot, l’a privé d’une victoire dans cette épreuve.

Un drame le marquera toute sa vie : au Parc des Princes en 1958, lors du sprint final, il percute le jardinier du Parc, qui meurt quelques jours plus tard.

DIx-neuf étapes en jaune, une victoire finale qui lui échappe à cause d’une crevaison en 1956 lors de l’étape Luchon-Toulouse, un titre de champion de France en 1955 et un Tour de Lombardie en 1956; André Darrigade était un cycliste complet, à la fois équipier modèle et caractère bien trempé quand il jouait sa carte personnelle. En termes de coureurs racés, le “Lévrier des Landes” était vraiment d’une race supérieure

Ses différentes équipes[modifier | modifier le code]

Darrigade porta successivement les couleurs de « La Perle » (1951-1955), « Bianchi » (1955-1957), « Helyett-Potin » (1956-1957), « Helyett-Leroux » (1958-1960), « Alcyon-Leroux » (1961), « Gitane-Leroux-Dunlop » (1962), « Margnat-Paloma-Dunlop » (1963-1965), « Kamomé-Dilecta-Dunlop » (1966).

Famille[modifier | modifier le code]

Son frère cadet Roger Darrigade est aussi un cycliste professionnel. Ils ont couru dans la même équipe pendant quelques années. Avant cela les deux frères ont été champions de France la même année en 1955, André en professionnel et Roger en amateur.

Le 18 décembre 1958, il épouse Françoise avec qui il aura deux enfants, Eric et Patrick puis deux petits-enfants.

Palmarès et distinctions[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

André Darrigade fait partie des coureurs ayant remporté au moins 10 étapes individuelles ainsi que des coureurs ayant remporté au moins deux étapes du Tour de France sur plus de dix années.
Il cumule 22 victoires d'étapes durant les tours des années 1953, 1955, 1956, 1957, 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1963 et 1964. Ce qui signifie qu'il est celui qui a remporté des étapes sur le plus grand nombre de tours différents.

Il a porté le maillot jaune pendant 16 étapes tout au long de sa carrière.

  • 1953 : 37e, vainqueur de la 12e étape
  • 1954 : 49e
  • 1955 : 49e, vainqueur de la 6e étape
  • 1956 : 16e, vainqueur de la 1re étape, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 6 étapes
  • 1957 : 27e, vainqueur des 1re, 3e (contre-la-montre par équipes), 21e et 22e étapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 1 étape
  • 1958 : 21e, vainqueur des 1re, 9e, 15e, 17e et 22e étapes, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 5 étapes
  • 1959 : 16e, vainqueur des 1re et 11e étapes, Leader du classement par points vainqueur du classement par points, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 2 étapes
  • 1960 : 16e, vainqueur de la 5e étape
  • 1961 : 32e, vainqueur des 1rea, 2e, 13e et 20e étapes, Leader du classement par points vainqueur du classement par points, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 1 étape
  • 1962 : 21e, vainqueur de la 2ea étape, Jersey yellow.svg maillot jaune pendant 4 étapes
  • 1963 : abandon (16e étape), vainqueur de la 12e étape
  • 1964 : 67e, vainqueur des 2e et 18e étapes
  • 1965 : 93e
  • 1966 : 62e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1959 : 42e
  • 1960 : 64e, vainqueur de la 15e étape

Distinctions[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses nombreuses victoires, il fut maintes fois récompensé, et reçu (entre autres) :

De plus, le stade omnisports de Dax porte son nom depuis le 19 janvier 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Darrigade, Le lévrier des Landes, Jean-Paul Ollivier, 1989
  • La véridique histoire de André Darrigade, Jean-Paul Ollivier, 1996
  • Miroir du cyclisme n°3, mars 1961
  • Miroir Sprint n°689, André Darrigade Champion du Monde, 1959
  • L'Equipe Magazine n°1694, Héros français des années 50, Janvier 2015

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :