Tour de France 2018

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de France 2018 Cycling (road) pictogram.svg
Peloton through St Mayeux 12 July 2018 (42464440385).jpg
Généralités
Course105e Tour de France
CompétitionUCI World Tour 2018 2.UWT
Étapes21
Dates7 – 29 juillet 2018
Distance3 351 km
PaysFRA France
ESP Espagne
Lieu de départNoirmoutier-en-l'Île
Lieu d'arrivéeParis
Équipes22
Partants176
Arrivants145
Résultats
VainqueurGBR Geraint Thomas (Sky)
DeuxièmeNED Tom Dumoulin (Sunweb)
TroisièmeGBR Christopher Froome (Sky)
Classement par pointsSVK Peter Sagan (Bora-Hansgrohe)
Meilleur grimpeurFRA Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors)
Meilleur jeuneFRA Pierre Latour (AG2R La Mondiale)
Super-combatifIRL Daniel Martin (UAE Emirates)
Meilleure équipeESP Movistar
Route of the 2018 Tour de France.png
◀ 20172019 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Tour de France 2018 est la 105e édition du Tour de France cycliste. Le départ a lieu le à Noirmoutier-en-l'Île et l'arrivée est jugée le 29 juillet à Paris, sur l'avenue des Champs-Élysées.

Ce Tour de France est remporté par le coureur gallois Geraint Thomas, de l'équipe Sky. Vainqueur de deux étapes dans les Alpes, il devance au classement général le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) et le Britannique Christopher Froome, quadruple vainqueur de l'épreuve et lui aussi membre de l'équipe Sky. Geraint Thomas est le troisième cycliste britannique et membre de cette équipe à remporter le Tour de France depuis 2012. Le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), vainqueur de trois étapes, s'impose au classement par points pour la sixième fois. Le Français Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors), lauréat de deux étapes, s'impose au Grand Prix de la montagne après être notamment passé en tête de quatre difficultés hors catégories. Pierre Latour (AG2R La Mondiale), treizième du classement général, est meilleur jeune, le coureur irlandais Daniel Martin (UAE Emirates) est désigné super-combatif et l'équipe espagnole Movistar s'impose au classement par équipe.

Parcours[modifier | modifier le code]

Cette édition comprend 21 étapes[1], 3 329 kilomètres de course et 25 cols, côtes et arrivées en altitude classés en deuxième, première ou hors catégorie[2].

Le , Christian Prudhomme, directeur du Tour, annonce que la 105e édition du Tour de France partira de Vendée[3]. Les trois premières étapes et le départ de la quatrième sont révélés par le directeur du Tour le . Le parcours complet est quant à lui présenté lors d'une conférence de presse au palais des congrès de Paris le [4]. Lors de cette présentation, le directeur du Tour Christian Prudhomme rappelle que Noirmoutier est la quatrième île à accueillir le Grand départ, après l'Irlande en 1998, le Royaume-Uni en 2007 et 2014, la Corse en 2013.

Le , l'Union cycliste internationale annonce que le départ du Tour 2018, prévu le , est repoussé d'une semaine, au samedi . Selon l'organisation, cette décision a été prise « pour réduire au maximum les perturbations induites par la Coupe du monde de football » surtout en fonction des horaires de retransmission des matches.

Départ en Vendée[modifier | modifier le code]

Le Tour de France 2018 s'élance le de Noirmoutier-en-l'Île pour une première étape de plat de 201 km en direction de Fontenay-le-Comte[5], une des neuf villes-étapes inédites de cette 105e édition[6]. La deuxième étape se déroule également sur terrain plat et relie Mouilleron-Saint-Germain à La Roche-sur-Yon sur une distance de 182,5 km[5].

Première semaine : de la Bretagne aux pavés du Nord[modifier | modifier le code]

Après un contre-la-montre par équipes à Cholet en guise de troisième étape, les coureurs s'élancent pour la quatrième étape de La Baule, ville qui a accueilli le premier village du Tour en 1988[7], en direction de Sarzeau, dans le Morbihan, toujours sur terrain plat, sur une distance de 195 km[5].

Deux étapes accidentées s'enchaînent alors, la première reliant Lorient à Quimper et la seconde Brest à Mûr-de-Bretagne, s'achevant par une double ascension de la côte finale de 2 km dont les pourcentages dépassent par endroits les 10 %[5],[2]. Deux autres étapes de plat s'ensuivent, la première reliant Fougères à Chartres et la seconde Dreux à Amiens.

La 9e étape reliant Arras à Roubaix, se caractérise par la présence de 21,7 kilomètres de secteurs pavés, le plus long mesurant 2,7 km[5],[2].

Deuxième semaine : Alpes et route vers les Pyrénées[modifier | modifier le code]

Pour sa deuxième semaine, le Tour part dans les Alpes. Après une journée de repos à Annecy, les coureurs doivent faire face à trois étapes successives de haute montagne. La première, 10e étape du Tour, relie Annecy au Grand-Bornand[5], et est marquée par le franchissement inédit du plateau des Glières dont 2 kilomètres ne sont pas goudronnés. L'étape suivante part d'Albertville pour rejoindre pour la première fois dans l'histoire du Tour la station de sports d'hiver de La Rosière[8], à l'occasion de la première arrivée au sommet de ce Tour de France[5]. La troisième étape alpestre, enfin, part de Bourg-Saint-Maurice pour arriver à L'Alpe d'Huez[5]. Avant la montée finale, les coureurs devront franchir le col de la Madeleine, les lacets de Montvernier et le col de la Croix-de-Fer[2].

Les coureurs prennent alors la direction des Pyrénées. La 13e étape se déroule sur terrain plat entre Le Bourg d'Oisans et Valence[5]. S'ensuivent deux étapes accidentées, la première reliant Saint-Paul-Trois-Châteaux à Mende, la seconde Millau à Carcassonne[5], avec l'ascension inédite du pic de Nore[9].

Troisième semaine : Pyrénées et arrivée à Paris[modifier | modifier le code]

Après une journée de repos à Carcassonne, les coureurs doivent faire face à deux étapes pyrénéennes de haute montagne successives, la première reliant Carcassonne à Bagnères-de-Luchon, départ de la seconde qui se termine à Saint-Lary-Soulan[5]. Cette très courte étape, longue de 65 km (il n'y avait pas eu d'étape en ligne aussi courte depuis 30 ans[10] si l'on excepte l'étape écourtée vers Sestrières en 1996) verra les coureurs gravir successivement le col de Peyresourde, le col de Val Louron-Azet et enfin la montée finale du col de Portet (une montée de 16 kilomètres à 8,7 % inédite sur le Tour que Christian Prudhomme a qualifiée de « nouveau Tourmalet »)[2],[11].

Après une 18e étape de plat entre Trie-sur-Baïse et Pau, les coureurs connaîtront la dernière étape montagneuse de ce Tour de France entre Lourdes et Laruns[5]. S'ensuivra un contre-la-montre individuel de 31 km au profil vallonné dans le Pays basque, entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette, avant-dernière étape[5],[2].

Les coureurs partiront enfin pour Houilles afin de disputer la 21e et dernière étape du Tour de France 2018 qui les mènera à Paris sur l'avenue des Champs-Élysées[5].

Modifications du parcours[modifier | modifier le code]

Modifications liées à la Coupe du monde de football[modifier | modifier le code]

Initialement le tour devait débuter une semaine plus tôt, le 30 juin[12]. La première étape devait traverser le passage du Gois en quittant l'île de Noirmoutier[12]. La 9e étape devait elle partir à proximité de la clairière de Rethondes à coté de Compiègne, pour marquer le centenaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale[12] et les deux avant-dernières étapes devait être une étape en ligne dans le Pays basque puis le lendemain, un contre-la-montre à Pau[12]. Du fait du caractère concomitant de la coupe du monde de football, l'Union cycliste internationale (UCI) décide en 2017 de reporter le tour d'une semaine, ce qui va entraîner des changements dans le parcours[12]. Le 7 juillet, jour de la première étape, le passage du Gois n'est plus franchissable à cause de la marée haute aux heures de course[12]. La 9e étape doit, elle, être raccourcie pour arriver plus tôt à Roubaix car la finale de la coupe du monde débute à 17 h[12] ; l'étape part donc de la citadelle d'Arras et non plus à proximité de la clairière de Rethondes. Enfin, les deux dernières étapes doivent être inversées[12]: il n'est en effet plus possible d'organiser une étape en ligne dans le Pays basque, tous les hébergements étant alors occupés par les fêtes de Bayonne[12]. Elle se déroulera donc à Pau et le contre-la montre sera organisé dans le Pays basque le lendemain.

Effondrement de la route menant au col d'Aubisque (19e étape)[modifier | modifier le code]

Le , une portion de la route départementale 918 entre Laruns et le col d'Aubisque, normalement prévue sur le parcours de la 19e étape entre Lourdes et Laruns , s'effondre à la suite d'un glissement de terrain causé par un violent orage[13]. Même si le département est mobilisé pour réaliser les travaux au plus vite, une possible modification du parcours est envisagée si les réparations ne peuvent pas être terminées avant le passage du Tour le [14]. Finalement, après expertise, le département conclut à la possibilité de refaire la route dans les temps. Après un mois de travaux, la voie est rouverte le , quatre jours avant le passage de l'épreuve[15]. Le parcours de l'étape concernée reste donc inchangé.

Modifications du règlement[modifier | modifier le code]

Contrairement aux éditions précédentes, les équipes sont composées au départ de huit coureurs, au lieu des neuf habituels. Il y a donc au départ un peloton de 176 coureurs, contre 198 traditionnellement. La réduction du nombre de coureurs par équipe n'a pas donné lieu à l'invitation de plus d'équipes.

Lors des dix premières étapes est instauré un second sprint intermédiaire, situé entre trente et huit kilomètres de l'arrivée. Une bonification en temps (trois, deux et une secondes) est accordée aux trois premiers coureurs lors de ces sprints dit « bonus ». Le but est de dynamiser les premiers jours de plaine et de ne pas avoir le même leader pendant dix jours. Ces bonifications comptent pour le classement général mais pas pour le classement par points. Les bonifications à l'arrivée (dix, six et quatre secondes) sont maintenues.

Alors qu’une côte de 2e, de 1re ou hors-catégorie coïncidant avec une arrivée d’étape avait un barème doublé pour le classement de la montagne jusqu’en 2016, le règlement a réduit ce doublement en 2017 à la seule côte hors-catégorie (Izoard) coïncidant avec une arrivée. En 2018, les points sont doublés uniquement pour la dernière ascension de chaque étape du second grand massif traversé (soit les Pyrénées cette année), par contre le sommet de cette dernière ascension n’a plus besoin de coïncider avec l’arrivée d’étape. Les points sont donc doublés sur les 16e, 17e et 19e étapes, respectivement pour les côtes de 1re catégorie, hors-catégorie et hors-catégorie à 10 km de l’arrivée, coïncidant avec l’arrivée et à 20 km de l’arrivée.

Un coureur arrivé hors délai d'une étape et éventuellement repêché par les commissaires voit automatiquement tous ses points acquis au titre des classements de la montagne et par point remis à néant (il recevait une pénalité du nombre de point alloué au vainqueur d'étape jusqu'en 2017)[réf. nécessaire].

Participants[modifier | modifier le code]

Équipes[modifier | modifier le code]

Les équipes sélectionnées pour le Tour de France sont celles de l'UCI World Tour ainsi que des équipes invitées.

WorldTeams (18)
  1. FRA AG2R La Mondiale
  2. KAZ Astana
  3. BRN Bahrain-Merida
  4. USA BMC Racing
  5. GER Bora-Hansgrohe
  6. FRA Groupama-FDJ
  7. BEL Lotto-Soudal
  8. AUS Mitchelton-Scott
  9. ESP Movistar
  10. BEL Quick-Step Floors
  11. RSA Dimension Data
  12. USA EF Education First-Drapac
  13. SUI Katusha-Alpecin
  14. NED LottoNL-Jumbo
  15. GBR Sky
  16. GER Sunweb
  17. USA Trek-Segafredo
  18. UAE UAE Emirates
Équipes continentales professionnelles (4)
  1. FRA Cofidis
  2. FRA Direct Énergie
  3. FRA Fortuneo-Samsic
  4. BEL Wanty-Groupe Gobert
Wikidata-logo S.svg

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Favoris[modifier | modifier le code]

Pour le classement général[modifier | modifier le code]

Vainqueur de quatre tours de France ainsi que des trois derniers grands tours (Tour et Vuelta 2017 et Giro 2018), Christopher Froome, leader de l'équipe Sky est le principal favori de la course. Déclaré indésirable par les organisateurs une semaine avant le départ car il fait alors l'objet d'une procédure disciplinaire pour un contrôle antidopage anormal[16], il est finalement blanchi par l'Union cycliste internationale et peut participer. Il est entouré de l'équipe la plus solide, comptant notamment Geraint Thomas, récent vainqueur du Critérium du Dauphiné et qui aurait pu être un « plan B » pour Sky en cas d'absence de Froome[17].

Seul autre ancien vainqueur présent, l'Italien Vincenzo Nibali est également l'un des favoris, de même que le Français Romain Bardet, monté sur le podium des deux dernières éditions, les trois leaders potentiels de l'équipe Movistar que sont Nairo Quintana, deux fois deuxième du Tour, Mikel Landa et Alejandro Valverde, le Britannique Adam Yates (Mitchelton-Scott), l'Irlandais Daniel Martin (UAE-Emirates), l'Australien Richie Porte (BMC), le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb), le Danois Jakob Fuglsang (Astana) et le Colombien Rigoberto Uran (Education First)[18].

Pour le classement par points[modifier | modifier le code]

Pour le classement par points le grand favori est le Slovaque Peter Sagan, quintuple vainqueur et exclu l'an dernier pour un coup de coude sur le Britannique Mark Cavendish[18]. Ses principaux rivaux sont l'Australien Michael Matthews, vainqueur en 2017, les jeunes sprinteurs Dylan Groenewegen et Fernando Gaviria, les plus expérimentés Mark Cavendish, André Greipel, Marcel Kittel, ainsi qu'Arnaud Démare, Sonny Colbrelli, Alexander Kristoff[18].

Pour le classement du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Pour le classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Pour le classement des jeunes, on note la présence des Français Pierre Latour (AG2R La Mondiale), David Gaudu (Groupama FDJ) et Guillaume Martin (Wanty Groupe Gobert), du belge Tiesj Benoot (Lotto Soudal) , de l'espagnol Marc Soler (Movistar) , vainqueur de Paris-Nice 2018 et du colombien Egan Bernal (Team Sky).

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Première semaine[modifier | modifier le code]

Les deux premières étapes sont remportées par les sprinteurs Fernando Gaviria (Quick-Step Floors) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), qui se succèdent en tête du classement général. Des chutes dans le final de la dernière étape retardent Christopher Froome, Richie Porte, Adam Yates (50 secondes) et Nairo Quintana (min 15 s). Disputée sous forme de contre-la-montre par équipe, la troisième étape est gagnée par la BMC. L'un des siens, le Belge Greg Van Avermaet, revêt le maillot jaune. Fernando Gaviria s'impose à nouveau au sprint le lendemain, puis Peter Sagan à son tour lors de la cinquième étape, dans un final en côte pour puncheurs. À Mûr-de-Bretagne, l'Irlandais Daniel Martin (UAE-Emirates) attaque dans le final et gagne l'étape devant Pierre Latour et Alejandro Valverde. Retardés par des problèmes mécaniques peu avant la côte finale, Romain Bardet et Tom Dumoulin perdent respectivement 31 et 53 secondes. Les deux étapes suivantes voient le sprinteur néerlandais Dylan Groenewegen s'imposer, à Chartres et Amiens. La première semaine de course se termine par une étape entre Arras et Roubaix comptant 21,7 kilomètres de routes pavées. Ancien vainqueur de Paris-Roubaix, l'Allemand John Degenkolb (Trek-Segafredo) s'y impose devant Greg Van Avermaet et Yves Lampaert. Blessé par une chute, Richie Porte est le premier favori du Tour à abandonner, tandis que Rigoberto Uran perd une minute et demie[19]. Après neuf étapes, Van Avermaet occupe la tête du classement général avec 43 secondes d'avance sur Geraint Thomas, le mieux placé des concurrents pour la victoire finale.

Deuxième semaine[modifier | modifier le code]

La première étape alpestre voit une échappée d'une vingtaine de coureurs prendre sept minutes d'avance sur le peloton, contrôlé par l'équipe Sky et dans lequel les favoris du Tour ne s'attaquent pas. La victoire revient à Julian Alaphilippe, qui revêt le maillot de meilleur grimpeur. Greg Van Avermaet, présent dans l'échappée, conserve le maillot jaune une journée de plus. Il est détroné le lendemain par Geraint Thomas, qui s'impose lors des deux étapes suivantes. Lors de la onzième étape, il sort seul du groupe des favoris dans la montée finale vers La Rosière, reprend les échappés et s'impose avec 20 s d'avance sur Tom Dumoulin et Christopher Froome et près d'une minute sur Romain Bardet, Vincenzo Nibali, Nairo Quintana. À l'Alpe d'Huez, c'est en sprintant dans les derniers hectomètres qu'il devance Dumoulin, Bardet et Froome. Dans la montée de l'Alpe d'Huez, une chute provoque l'abandon de Vincenzo Nibali. Rigoberto Uran quitte également la course. Les autres favoris et outsiders pour le classement général perdent du temps lors de ces deux étapes[20], de sorte que le Tour de France peut déjà sembler joué à ce moment de la course[21].

La treizième étape entre Le Bourg-d'Oisans et Valence se conclut par un sprint remporté par Peter Sagan. Celui-ci renforce son avance pour le maillot vert, qui lui semble promis après les abandons de Fernando Gaviria, Dylan Groenewegen, Mark Cavendish, Marcel Kittel et André Greipel dans les Alpes. Les deux étapes suivantes à travers le Massif central permettent à des coureurs échappés de s'illustrer. Deux coureurs de l'équipe Astana, l'Espagnol Omar Fraile et le Danois Magnus Cort Nielsen, s'imposent respectivement à Mende et Carcassonne. La tête du classement général ne subit pas de changement majeur à l'issue de ces trois étapes de transition. Avant d'aborder les Pyrénées et la dernière semaine de course, Geraint Thomas compte min 39 s d'avance sur Christopher Froome et min 50 s sur Tom Dumoulin[20].

Troisième semaine[modifier | modifier le code]

Julian Alaphilippe obtient une seconde victoire à l'occasion de la première étape pyrénéenne, à Bagnères-de-Luchon. Il s'impose en solitaire, après avoir dépassé Adam Yates, tombé dans la descente du col du Portillon alors qu'il était seul en tête. Les favoris arrivent neuf minutes plus tard, sans s'être affrontés. Le lendemain, la courte étape arrivant au col de Portet est plus animée. Elle est remportée par Nairo Quintana (Movistar), qui s'est échappé avec Daniel Martin au bas de la dernière ascension et rattrapé les coureurs partis plus tôt. Tom Dumoulin et Primož Roglič attaquent le maillot jaune Geraint Thomas, qui leur résiste et leur reprend même quelques secondes, tandis que Christopher Froome, incapable de suivre en fin d'étape, perd une minute. Une étape de plaine permet à Arnaud Démare (Groupama-FDJ) de s'imposer au sprint à Pau.

Dans la dernière étape de montagne de ce Tour, longue de 200 km, Mikel Landa, Ilnur Zakarin Romain Bardet et Rafal Majka s'échappe dans l'ascension du col du Tourmalet. Ils sont repris au col d'Aubisque. Dans la descente menant à Laruns, Roglič distance ses adversaires et s'impose seul avec 19 secondes d'avance. Il passe alors devant Froome au classement général. Le contre-la-montre entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette est remporté par Tom Dumoulin, champion du monde de la spécialité. Geraint Thomas ne lui concède que quatorze secondes et s'assure la victoire au classement général. Christopher Froome, deuxième de l'étape à une seconde, reprend place sur le podium du Tour aux dépens de Roglič[22],[23].

La dernière étape se termine par un sprint sur l'avenue des Champs-Élysées, remporté par Alexander Kristoff (UAE Emirates).

Synthèse des étapes[modifier | modifier le code]

link=d:Q28859163 #P527ÉtapeDateVilles étapestypeDistance (km)Vainqueur d'étapeLeader du classement général
1re étape 7 juil.Noirmoutier-en-l'ÎleFontenay-le-Comte
étape de plaine
201COL Fernando GaviriaCOL Fernando Gaviria
2e étape 8 juil.Mouilleron-Saint-GermainLa Roche-sur-Yon
étape de plaine
182,5SVK Peter SaganSVK Peter Sagan
3e étape 9 juil.CholetCholet
contre-la-montre par équipes
35,5USA BMC RacingBEL Greg Van Avermaet
4e étape 10 juil.La BauleSarzeau
étape de plaine
195COL Fernando GaviriaBEL Greg Van Avermaet
5e étape 11 juil.LorientQuimper
étape vallonnée
204,5SVK Peter SaganBEL Greg Van Avermaet
6e étape 12 juil.BrestMûr-de-Bretagne - Guerlédan
étape vallonnée
181IRL Daniel Martin BEL Greg Van Avermaet
7e étape 13 juil.FougèresChartres
étape de plaine
231NED Dylan GroenewegenBEL Greg Van Avermaet
8e étape 14 juil.DreuxAmiens Métropole
étape de plaine
181NED Dylan GroenewegenBEL Greg Van Avermaet
9e étape 15 juil.Arras - CitadelleRoubaix
étape vallonnée
156GER John DegenkolbBEL Greg Van Avermaet
16 juil.Jour de repos à Annecy
Jour de repos
10e étape 17 juil.AnnecyLe Grand-Bornand
étape de montagne
158,5FRA Julian AlaphilippeBEL Greg Van Avermaet
11e étape 18 juil.AlbertvilleLa Rosière - Espace San Bernardo
étape de montagne
108,5GBR Geraint ThomasGBR Geraint Thomas
12e étape 19 juil.Bourg-Saint-Maurice - Les ArcsAlpe d'Huez
étape de montagne
175,5GBR Geraint ThomasGBR Geraint Thomas
13e étape 20 juil.Le Bourg-d'OisansValence
étape de plaine
169,5SVK Peter SaganGBR Geraint Thomas
14e étape 21 juil.Saint-Paul-Trois-ChâteauxMende
étape vallonnée
188ESP Omar FraileGBR Geraint Thomas
15e étape 22 juil.MillauCarcassonne
étape vallonnée
181,5DEN Magnus Cort NielsenGBR Geraint Thomas
23 juil.Jour de repos à Carcassonne
Jour de repos
16e étape 24 juil.CarcassonneBagnères-de-Luchon
étape de montagne
218FRA Julian AlaphilippeGBR Geraint Thomas
17e étape 25 juil.Bagnères-de-LuchonSaint-Lary-Soulan - Col de Portet
étape de montagne
65COL Nairo QuintanaGBR Geraint Thomas
18e étape 26 juil.Trie-sur-BaïsePau
étape de plaine
171FRA Arnaud DémareGBR Geraint Thomas
19e étape 27 juil.LourdesLaruns
étape de montagne
200,5SLO Primož RogličGBR Geraint Thomas
20e étape 28 juil.Saint-Pée-sur-NivelleEspelette
contre-la-montre individuel
31NED Tom DumoulinGBR Geraint Thomas
21e étape 29 juil.HouillesParis - Champs-Élysées
étape de plaine
116NOR Alexander KristoffGBR Geraint Thomas

Classements[modifier | modifier le code]

Classement général final[modifier | modifier le code]

Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Geraint Thomas Leader du classement général Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Sky en 83 h 17 min 13 s
2e Tom Dumoulin Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Sunweb + min 51 s
3e Christopher Froome Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Sky + min 24 s
4e Primož Roglič Drapeau de la Slovénie Slovénie Lotto NL-Jumbo + min 22 s
5e Steven Kruijswijk Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + min 8 s
6e Romain Bardet Drapeau de la France France AG2R La Mondiale + min 57 s
7e Mikel Landa Drapeau de l'Espagne Espagne Movistar Jersey yellow number.svg + min 37 s
8e Daniel Martin Coureur élu super combatif de l'épreuve Drapeau de l'Irlande Irlande UAE Emirates + min 5 s
9e Ilnur Zakarin Drapeau de la Russie Russie Katusha-Alpecin + 12 min 37 s
10e Nairo Quintana Drapeau de la Colombie Colombie Movistar Jersey yellow number.svg + 14 min 18 s
11e Bob Jungels Drapeau du Luxembourg Luxembourg Quick-Step Floors + 16 min 32 s
12e Jakob Fuglsang Drapeau du Danemark Danemark Astana + 19 min 46 s
13e Pierre Latour Leader du classement du meilleur jeune Drapeau de la France France AG2R La Mondiale + 22 min 13 s
14e Alejandro Valverde Drapeau de l'Espagne Espagne Movistar Jersey yellow number.svg + 27 min 26 s
15e Egan Bernal Drapeau de la Colombie Colombie Sky + 27 min 52 s
16e Tanel Kangert Drapeau de l'Estonie Estonie Astana + 34 min 52 s
17e Warren Barguil Drapeau de la France France Fortuneo-Samsic + 37 min 6 s
18e Domenico Pozzovivo Drapeau de l'Italie Italie Bahrain-Merida + 39 min 8 s
19e Rafał Majka Drapeau de la Pologne Pologne Bora-Hansgrohe + 39 min 57 s
20e Damiano Caruso Drapeau de l'Italie Italie BMC Racing + 42 min 31 s
21e Guillaume Martin Drapeau de la France France Wanty-Groupe Gobert + 44 min 18 s
22e Ion Izagirre Drapeau de l'Espagne Espagne Bahrain-Merida + 46 min 36 s
23e Mikel Nieve Drapeau de l'Espagne Espagne Mitchelton-Scott + 49 min 19 s
24e Gorka Izagirre Drapeau de l'Espagne Espagne Bahrain-Merida + 50 min 2 s
25e Simon Geschke Drapeau de l'Allemagne Allemagne Sunweb + 50 min 15 s

Classements annexes finals[modifier | modifier le code]

Classement par points[modifier | modifier le code]

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Peter Sagan Leader du classement par points Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Bora-Hansgrohe 477 points
2e Alexander Kristoff Drapeau de la Norvège Norvège UAE Emirates 246 pts
3e Arnaud Démare Drapeau de la France France Groupama-FDJ 203 pts
4e John Degenkolb Drapeau de l'Allemagne Allemagne Trek-Segafredo 178 pts
5e Julian Alaphilippe Leader du classement du meilleur grimpeur Drapeau de la France France Quick-Step Floors 143 pts
6e Greg Van Avermaet Drapeau de la Belgique Belgique BMC Racing 134 pts
7e Andrea Pasqualon Drapeau de l'Italie Italie Wanty-Groupe Gobert 115 pts
8e Geraint Thomas Leader du classement général Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Sky 110 pts
9e Sonny Colbrelli Drapeau de l'Italie Italie Bahrain-Merida 104 pts
10e Daniel Martin Coureur élu super combatif de l'épreuve Drapeau de l'Irlande Irlande UAE Emirates 98 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement général du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Pierre Latour Leader du classement du meilleur jeune Drapeau de la France France AG2R La Mondiale en 83 h 39 min 26 s
2e Egan Bernal Drapeau de la Colombie Colombie Sky + min 39 s
3e Guillaume Martin Drapeau de la France France Wanty-Groupe Gobert + 22 min 5 s
4e David Gaudu Drapeau de la France France Groupama-FDJ + h 7 min 48 s
5e Daniel Martínez Drapeau de la Colombie Colombie EF Education First-Drapac + h 16 min 25 s
6e Antwan Tolhoek Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + h 16 min 48 s
7e Søren Kragh Andersen Drapeau du Danemark Danemark Sunweb + h 44 min 10 s
8e Stefan Küng Drapeau de la Suisse Suisse BMC Racing + h 45 min 1 s
9e Marc Soler Drapeau de l'Espagne Espagne Movistar Leader du classement par équipes + h 56 min 38 s
10e Magnus Cort Nielsen Drapeau du Danemark Danemark Astana + h 10 min 13 s

Classement du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Julian Alaphilippe Leader du classement du meilleur grimpeur Drapeau de la France France Quick-Step Floors 170 points
2e Warren Barguil Drapeau de la France France Fortuneo-Samsic 91 pts
3e Rafał Majka Drapeau de la Pologne Pologne Bora-Hansgrohe 76 pts
4e Geraint Thomas Leader du classement général Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Sky 74 pts
5e Tom Dumoulin Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Sunweb 63 pts
6e Primož Roglič Drapeau de la Slovénie Slovénie Lotto NL-Jumbo 56 pts
7e Daniel Martin Coureur élu super combatif de l'épreuve Drapeau de l'Irlande Irlande UAE Emirates 41 pts
8e Nairo Quintana Drapeau de la Colombie Colombie Movistar Leader du classement par équipes 40 pts
9e Tanel Kangert Drapeau de l'Estonie Estonie Astana 39 pts
10e Steven Kruijswijk Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 36 pts

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Movistar Leader du classement par équipes Drapeau de l'Espagne Espagne en 250 h 24 min 53 s
2e Bahrain-Merida Drapeau de Bahreïn Bahreïn + 12 min 33 s
3e Sky Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni + 31 min 14 s
4e Lotto NL-Jumbo Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas + 47 min 24 s
5e Astana Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan + h 15 min 32 s
6e Sunweb Drapeau de l'Allemagne Allemagne + h 58 min 54 s
7e AG2R La Mondiale Drapeau de la France France + h 15 min 49 s
8e BMC Racing Drapeau des États-Unis États-Unis + h 35 min 45 s
9e Quick-Step Floors Drapeau de la Belgique Belgique + h 6 min 17 s
10e Mitchelton-Scott Drapeau de l'Australie Australie + h 13 min 41 s

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Classement du meilleur jeune Classement par équipes Prix de la combativité
1 Fernando Gaviria Fernando Gaviria Fernando Gaviria Kévin Ledanois Fernando Gaviria Quick-Step Floors Yoann Offredo
2 Peter Sagan Peter Sagan Peter Sagan Dion Smith Sylvain Chavanel
3 BMC Racing Greg Van Avermaet Søren Kragh Andersen Non attribué
4 Fernando Gaviria Jérôme Cousin
5 Peter Sagan Toms Skujiņš Toms Skujiņš
6 Daniel Martin Damien Gaudin
7 Dylan Groenewegen Laurent Pichon
8 Dylan Groenewegen Fabien Grellier
9 John Degenkolb Damien Gaudin
10 Julian Alaphilippe Julian Alaphilippe Pierre Latour Movistar Greg Van Avermaet
11 Geraint Thomas Geraint Thomas Alejandro Valverde
12 Geraint Thomas Steven Kruijswijk
13 Peter Sagan Michael Schär
14 Omar Fraile Jasper Stuyven
15 Magnus Cort Nielsen Rafał Majka
16 Julian Alaphilippe Bahrain-Merida Philippe Gilbert
17 Nairo Quintana Movistar Tanel Kangert
18 Arnaud Démare Luke Durbridge
19 Primož Roglič Mikel Landa
20 Tom Dumoulin Non attribué
21 Alexander Kristoff Non attribué
Classements finaux Geraint Thomas Peter Sagan Julian Alaphilippe Pierre Latour Movistar Daniel Martin

UCI World Tour[modifier | modifier le code]

Ce tour de France attribue des points pour l'UCI World Tour 2018, par équipes uniquement aux équipes ayant un label WorldTeam, individuellement uniquement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Le barème des points du classement World Tour sur ce Tour de France est le suivant :

Barème de points pour ce Tour de France[24]
Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e à 25e 26e à 30e 31e à 40e 41e à 50e 51e à 55e 56e à 60e
Classement général 1000 800 675 575 475 400 325 275 225 175 150 125 105 85 75 70 65 60 55 50 40 30 25 20 15 10
Classement d'étape 120 50 25 15 5
Classements finals annexes 120 50 25
Leader par étape 25
Nombre de points marqués sur la course
Rang Coureur Équipe Général Etape Leader Annexe Total
1er
Drapeau du Royaume-Uni Geraint Thomas Sky 1000 321,25 250 0 1571.25
2e
Drapeau des Pays-Bas Tom Dumoulin Sunweb 800 225,62 0 0 1025,62
3e
Drapeau du Royaume-Uni Christopher Froome Sky 675 96,25 0 0 771,25
4e
Drapeau de la Slovénie Primož Roglič Lotto NL-Jumbo 575 135 0 0 710
5e
Drapeau de la Slovaquie Peter Sagan Bora-Hansgrohe 0 555 25 120 700
6e
Drapeau des Pays-Bas Steven Kruijswijk Lotto NL-Jumbo 475 0 0 0 475
7e
Drapeau de l'Irlande Daniel Martin UAE Emirates 275 185 0 0 460
8e
Drapeau de la France Julian Alaphilippe Quick-Step Floors 25 313,12 0 120 458,12
9e
Drapeau de la France Romain Bardet AG2R La Mondiale 400 50 0 0 450
10e
Drapeau de l'Espagne Mikel Landa Movistar 325 5 0 0 330

Classements UCI World Tour à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

Classement individuel à l'issue de la course
Rang Coureur Équipe Points
en stagnation 1er
Drapeau : Slovaquie Peter Sagan Bora-Hansgrohe 2684
en augmentation 2e
Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas Sky 2534.25
en augmentation 3e
Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome Sky 1978.68
en augmentation 4e
Drapeau : Pays-Bas Tom Dumoulin Sunweb 1975.62
en augmentation 5e
Drapeau : Slovénie Primož Roglič Lotto NL-Jumbo 1921
en diminution 6e
Drapeau : Espagne Alejandro Valverde Movistar 1807
en diminution 7e
Drapeau : France Julian Alaphilippe Quick-Step Floors 1761.12
en diminution 8e
Drapeau : Italie Elia Viviani Quick-Step Floors 1647
en augmentation 9e
Drapeau : France Romain Bardet AG2R La Mondiale 1530
en diminution 10e
Drapeau : Royaume-Uni Simon Yates Mitchelton-Scott 1472
Classement par équipe à l'issue de la course
Rang Équipe Points
en stagnation 1er
Drapeau : Belgique Quick-Step Floors 9769.97
en augmentation 2e
Drapeau : Royaume-Uni Sky 8550
en augmentation 3e
Drapeau : Allemagne Bora-Hansgrohe 6919
en diminution 4e
Drapeau : Australie Mitchelton-Scott 6335.03
en stagnation 5e
Drapeau : États-Unis BMC Racing 6188.97
en stagnation 6e
Drapeau : Espagne Movistar 5936
en stagnation 7e
Drapeau : Kazakhstan Astana 5426
en stagnation 8e
Drapeau : Bahreïn Bahrain-Merida 5122
en augmentation 9e
Drapeau : Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 5029
en stagnation 10e
Drapeau : Allemagne Sunweb 5007.95

Aspects extra-sportifs[modifier | modifier le code]

Médiatisation de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Mise à l'honneur des produits régionaux[modifier | modifier le code]

Parallèlement à l'événement sportif, l'organisateur ASO gérant le Tour de France, organise le concours « Les agriculteurs aiment le tour »[25]. Sur 15 étapes, les agriculteurs des régions sont appelés à faire de leurs champs vus du ciel des œuvres d'art, le thème 2018 étant « Les mains ». Ces visuels doivent être originaux et mettre en valeur le produit régional de l'étape. Un jury composé entre autres de Christian Prudhomme, Christiane Lambert et Bernard Hinault attribuera les prix en fin du tour[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 8 étapes de plaine, 5 étapes accidentées, 6 étapes de montagne et 3 arrivées en altitude (La Rosière, Alpe d’Huez, Saint-Lary-Soulan col de Portet), 1 étape contre la montre en individuel, 1 étape contre la montre par équipe, 2 journées de repos.
  2. a b c d e et f « Tour de France 2018 : 5 étapes qui pourraient être décisives », sur sport.francetvinfo.fr, .
  3. « Le Tour de France 2018 partira de Vendée », sur Francetv Sport.
  4. « Cyclisme : le Tour de France 2018 partira du passage du Gois, en Vendée », sur lemonde.fr, .
  5. a b c d e f g h i j k l m et n « Parcours officiel du Tour de France 2018 », sur site officiel du Tour de France (consulté le 19 juillet 2018).
  6. Jean-Julien Ezvan, « Tour de France 2018 : les 5 raisons de suivre la 4e étape », sur sport24.lefigaro.fr, .
  7. « Loire-Atlantique Tour de France 2018 : Christian Prudhomme "ravi de revenir" », sur presseocean.fr, .
  8. Yann Gonon, « Tour de France 2018 : tout savoir sur la 11ème étape entre Albertville et la Rosière en Savoie », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  9. « Le Tour de France passera par le Pic de Nore : Tour de France - Événement », sur ladepeche.fr, .
  10. « "Il y a des pièges partout" : le tracé du Tour de France 2018 fait déjà trembler le peloton », LCI, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  11. « Revoir la vidéo de présentation du parcours du Tour de France 2018 », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  12. a b c d e f g h et i Clément Guillou, « Dans l’ombre de la Coupe du monde, le Tour de France s’adapte et les coureurs subissent », sur lemonde.fr, (consulté le 13 juillet 2018).
  13. « En images. La route d'accès à Gourette s'est effondrée », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  14. Avec AFP, « Tour de France : le tracé d'une étape compromis par un éboulement », L'Équipe,‎ (lire en ligne).
  15. « Gourette : la route rouverte à la circulation », SudOuest.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne)
  16. « Christopher Froome écarté du Tour de France par les organisateurs, l’équipe Sky fait appel », sur lemonde.fr, (consulté le 24 juillet 2018)
  17. « Tour de France : en cas de retrait de Froome, le Team Sky a des plans B », sur lemonde.fr, (consulté le 24 juillet 2018)
  18. a b et c (en) « Tour de France 2018: The essential race preview », sur cyclingnews.com, (consulté le 24 juillet 2018)
  19. (en) « Tour de France 2018: Rest Day 1 Recap », sur cyclingnews.com, (consulté le 25 juillet 2018)
  20. a et b (en) « Tour de France 2018: Rest Day 2 Recap », sur cyclingnews.com, (consulté le 25 juillet 2018)
  21. Gilles Simon, « Tour de France : les Sky sont-ils imbattables ? », sur lequipe.fr, .
  22. « Where and how Geraint Thomas won the Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 31 juillet 2018)
  23. « Tour de France: trois semaines chaotiques pour Chris Froome », sur liberation.fr, (consulté le 31 juillet 2018)
  24. « Titre II – Épreuves sur route - Modifications du règlement avec effet au 01.01.2018 », sur uci.ch,
  25. CLG, « Tour de France « Les agriculteurs aiment (encore et toujours) le tour » », Terre-net,‎ (lire en ligne).
  26. Alexandre Berteau, « Pour le Tour de France, les agriculteurs font de leurs champs des œuvres d'art », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :