Jean-René Bernaudeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernaudeau.
Jean-René Bernaudeau
Critérium du Dauphiné 2013 - 4e étape (clm) - Bernaudeau 1 (cropped).JPG

Jean-René Bernaudeau lors du Critérium du Dauphiné 2013

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Direct Énergie (manager général)
Équipes professionnelles
1978-1980Renault-Gitane
1981-1982Peugeot
1983Wolber-Spidel
1984Système U
1985-1988Fagor
Équipes dirigées
Principales victoires
1 classement annexe de grand tour
Leader du classement du meilleur jeune Meilleur jeune du Tour de France 1979
1 étape sur les grands tours
1 étape du Tour d'Italie (1980)

Jean-René Bernaudeau, né le à Saint-Maurice-le-Girard (Vendée), est un coureur cycliste français, professionnel de 1978 à 1988, et un directeur sportif. Il dirige à compter de 2016 l'équipe Direct Énergie, équipe professionnelle qu'il a créée en 2000 (initialement sous le nom de Bonjour), après avoir créé en 1991 l'équipe amateur Vendée U.

Carrière de coureur cycliste[modifier | modifier le code]

Jean-René Bernaudeau entre au début de sa carrière de coureur dans l'équipe cycliste Renault, dirigée par Cyrille Guimard. Il se révèle rapidement comme un espoir très prometteur, gagnant en 1978 le trophée Promotion Pernod du meilleur coureur français de moins de 25 ans, et en étant le meilleur coéquipier de Bernard Hinault, son aîné de deux ans, lors des victoires de celui-ci sur le Tour d'Espagne 1978 - qu'il termine pour sa part 3e à l'âge de 21 ans -, le Tour de France 1979 - où il est 5e et maillot blanc -, et le Tour d'Italie 1980[1].

La deuxième partie de sa carrière est plus difficile. Il devient en 1981 le leader de l'équipe Peugeot, mais n'arrive pas à confirmer dans les grands tours. Coureur à panache, son profil de rouleur moyen et de bon grimpeur, mais aussi de descendeur exceptionnel, lui permettent surtout d'engranger des succès en début de saison. Il remporte ainsi le Grand Prix du Midi libre en 1980, 1981, 1982 et 1983 et termine second en 1986.

Le 2 novembre 1990, le journal L'Humanité rapportait ce que le coureur avait dit à la barre : « On n'est pas là (sur les critériums) pour se faire plaisir mais pour gagner de l'argent. À l'époque, une bonne tournée de critériums représentait cinquante pour cent de mes revenus annuels... De plus, la loi nous oblige à rembourser le double de notre cachet en cas d'abandon. J'en faisais pas mal, jusqu'à 18 en 20 jours. »[2]

Il termine sa carrière comme capitaine de route de l'équipe Fagor.

Carrière de directeur sportif[modifier | modifier le code]

En 1991, Jean-René Bernaudeau fonde la formation Vendée U qui évolue chez les amateurs. En 2000, il crée avec Philippe Raimbaud l'entreprise Vendée Cyclisme SA, et met en place une équipe professionnelle, sponsorisée par Bonjour, journal gratuit de petites annonces[3], et le groupe Toupargel, spécialisé dans la livraison de produits alimentaires surgelés à domicile[4].

Le cofondateur de l'équipe, Philippe Raimbaud, démissionne en avril à la suite de désaccords avec Jean-René Bernaudeau, auquel échoit alors la pleine gestion sportive de la formation[5].

Jean-René Bernaudeau dirige l'équipe sponsorisée successivement par Bonjour-Toupargel, Bonjour, Brioches La Boulangère, Bouygues Telecom, BBox Bouygues Telecom, Europcar et Direct Énergie. Son équipe a connu sa plus belle année en 2011 lorsque Thomas Voeckler porte le maillot jaune pendant 10 jours sur le Tour de France[6].

Dopage[modifier | modifier le code]

En 1982, Bernaudeau a déclaré considérer les contrôles antidopage dans les critériums comme une atteinte à la liberté du travail[7] mais il est reconnu pour ses prises de positions très fermes en la matière, le président d'Europcar avait d'ailleurs déclaré à propose de son équipe "C'est une équipe qui a bonne réputation dans le cyclisme et est en avance sur le dopage"[8].

En 1990, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des 6 jours de Bercy de 1986, il déclarait dans L'Équipe du 27 octobre 1990 : « En 1985, à l'arrivée du Tour dans un hôtel, j'ai croisé un type qui m'a proposé un produit. J'avais signé 18 contrats de critériums d'après Tour pour 20 jours de course. Pour moi, c'était l'occasion d'avoir une trousse de secours pour faire 1 000 km d'une ville à l'autre en tenant le choc. »

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jean-René Bernaudeau sur le podium du championnat du monde sur route en 1979

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

10 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

  • 1980 : 12e, vainqueur de la 20e étape
  • 1983 : 12e
  • 1986 : 50e

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bernaudeau, le prince chouan La France Cycliste
  2. « Attendus au virage » sur cyclisme-dopage.com.
  3. « Bonjour (groupe Comareg), sponsor d'une nouvelle équipe cycliste », sur le site du magazine hebdomadaire Stratégies, (consulté le 4 août 2013).
  4. « Toupargel, sponsor de la nouvelle équipe cycliste française Bonjour », sur le site du magazine hebdomadaire Stratégies, (consulté le 4 août 2013).
  5. « Brioches-La Boulangère : Raimbaud passe la main », sur le site sport365.fr du groupe Sporever, (consulté le 8 août 2013).
  6. « La notoriété du loueur de voitures Europcar explose grâce au Tour de France », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 juillet 2018)
  7. Cyclisme-dopage.com citant le journal L'Équipe du .
  8. « La notoriété du loueur de voitures Europcar explose grâce au Tour de France », sur www.20minutes.fr (consulté le 19 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :