Roger De Vlaeminck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roger De Vlaeminck
Image illustrative de l'article Roger De Vlaeminck
Roger De Vlaeminck sur les pavés du Tour des Flandres.
Informations
Nom Roger De Vlaeminck
Surnom Monsieur Paris-Roubaix
Le Gitan
Date de naissance (67 ans)
Eeklo
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Spécialité Classiques
Équipes professionnelles
1969–1971
1972
1973–1977
1978
1979
1980
1981–1982
1983
1984
Flandria
Dreher
Brooklyn
Sanson
GIS
Boule d'Or-Colnago
DAF Trucks
Gios
GIS
Principales victoires
6 championnats

MaillotMundial.PNG Champion du monde de cyclo-cross 1975
MaillotBélgica.svg Champion de Belgique sur route 1969 et 1981
MaillotBélgica.svg Champion de Belgique de cyclo-cross 1974, 1975 et 1978
3 classements annexes de grand tour
Jersey violet.svg Classement par points du Tour d'Italie 1972, 1974 et 1975
24 étapes de grands tours
Tour d'Italie (22 étapes)
Tour de France (1 étape)
Tour d'Espagne (1 étape)
13 classiques
Milan-San Remo 1973, 1978 et 1979
Tour des Flandres 1977
Paris-Roubaix 1972, 1974, 1975 et 1977
Liège-Bastogne-Liège 1970
Tour de Lombardie 1974 et 1976
Flèche wallonne 1971
Championnat de Zurich 1975
7 courses par étapes
Tour de Suisse 1975

Tirreno-Adriatico 1972, 1973, 1974, 1975, 1976 et 1977
Roger De Vlaeminck en 2012.

Roger De Vlaeminck (né le , à Eeklo en Belgique) est un coureur cycliste sur route, sur piste et de cyclo-cross belge. Professionnel de 1969 à 1984, il est l'un des coureurs les plus complets de son époque, capable aussi bien de s'imposer au sprint, en puncheur ou en solitaire. Il est considéré comme l'un des meilleurs coureurs de classiques de tous les temps[1][2].

Au cours de sa carrière sur route, il est l'un des trois coureurs - avec ses compatriotes Rik Van Looy et Eddy Merckx - à avoir remporter les cinq classiques "Monument", Milan-San Remo (1973, 1978 et 1979), le Tour des Flandres (1977), Paris-Roubaix (1972, 1974, 1975 et 1977), Liège-Bastogne-Liège (1970) et le Tour de Lombardie (1974 et 1976). Il a également gagné d'autres grandes classiques, comme la Flèche Wallonne (1971), le Championnat de Zurich (1975) ainsi que Paris-Bruxelles (1981)[3][1]. Son contemporain Merckx est son principal rival sur les classiques, tandis que Roger De Vlaeminck ne l'a jamais inquiété sur les grands tours[3]. Malgré cela, De Vlaeminck comptabilise 22 victoires étapes sur le Tour d'Italie, une étape sur le Tour de France et le Tour d'Espagne[4][2][3][5]. Il a également remporté des courses par étapes, dont six Tirreno-Adriatico consécutifs (entre 1972 et 1977) et le Tour de Suisse en 1975. Il est double champion de Belgique sur route en 1969 et 1981 et vice-champion du monde en 1975. Au total, il remporte 259 courses, dont 105 critériums[5]. Très actif dans le cyclo-cross (tout comme son frère aîné Eric), il devient champion du monde de la spécialité chez les amateurs en 1968 et les professionnels en 1975.

Connu comme « le gitan d'Eeklo »[6], ses quatre victoires et neuf podiums dans Paris-Roubaix lui ont également valu le surnom de « Monsieur Paris-Roubaix »[7]. Il co-détient le record de victoires dans la course avec son compatriote Tom Boonen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

1967-1969 : des débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Chez les amateurs, Roger De Vlaeminck se distingue en signant d'importants résultats à la fois sur la route et en cyclo-cross. En 1968, il remporte le classement général du Tour de Belgique amateurs et deux étapes du Tour de l'Avenir, ainsi que les championnats de Belgique et du monde de cyclo-cross amateur. Il participe également à la course sur route des Jeux olympiques de Mexico, où il se classe 18e. En 1969, toujours chez les amateurs, il conserve son titre national en cyclo-cross et termine deuxième du championnat du monde de la spécialité, devancé seulement par René De Clercq après avoir glissé dans le dernier virage.

Après sa médaille d'argent, il rejoint l'équipe professionnelle Flandria-De Clerck. Le 1er mars - six jours après le mondial de cyclo-cross - il commence sa carrière professionnelle sur route lors du Circuit Het Volk, course qu'il remporte. Lors de sa première année en tant que professionnel, il montre ses compétences sur d'autres classiques : il se classe deuxième de Milan-San Remo - à 12 secondes d'Eddy Merckx - cinquième de Paris-Roubaix, deuxième de Gand-Wevelgem (derrière Willy Vekemans mais devant son frère Eric), sixième de la Flèche Wallonne et troisième du Championnat de Zurich. Il remporte le titre national sur route et participe à son premier Tour de France, l'année de la première victoire de son rival Merckx. De Vlaeminck ne remporte aucune étape et abandonne après dix étapes.

1970-1971 : premières victoires sur les classiques[modifier | modifier le code]

Fin février 1970, il termine quatrième du championnat du monde de cyclo-cross remporté par son frère.

Sur route, toujours avec le maillot de l'équipe Flandria, il gagne sa première grande classique : Liège-Bastogne-Liège. Il s'agit de la première de ses onze victoires dans une des classiques dites « Monument », soit les plus prestigieuses du point de vue de leur histoire dans le cyclisme et leur palmarès. Dans le tunnel d'entrée du vélodrome de Rocourt, six coureurs se présentent en tête, avec Roger De Vlaeminck en tête devant son frère Éric. Celui-ci ferme le passage à Merckx, tandis que Roger en profite pour attaquer et obtenir un avantage suffisant de 12 secondes pour remporter la course devant Frans Verbeeck et un Eddy Merckx furieux. C'est le début de la rivalité entre Roger De Vlaeminck et Eddy Merckx. Au printemps, De Vlaeminck remporte également Kuurne-Bruxelles-Kuurne et le Grand Prix de l'Escaut. Il se classe deuxième de Paris-Roubaix - à plus de 5 minutes d'un Merckx survolté - et de Harelbeke-Anvers-Harelbeke. Dans la deuxième partie de saison, il remporte à Valenciennes la sixième étape du Tour de France, mais est contraint à l'abandon le lendemain. En fin d'année, il termine onzième du championnat du monde sur route, remporté par son compatriote et ami Jean-Pierre Monseré et il est cinquième de Paris-Tours.

L'année suivante, en 1971, toujours dans les rangs de Flandria, il s'adjuge deux étapes du Tour d'Andalousie, Kuurne-Bruxelles-Kuurne et Harelbeke-Anvers-Harelbeke, puis il est deuxième de Gand-Wevelgem. Le 22 avril, il reprend dans les derniers mètres Joseph Deschoenmaecker, échappée depuis 160 km, et remporte la Flèche wallonne, quelques jours après la mort en course devant ses yeux du champion du monde Jean-Pierre Monseré. Par la suite, il gagne une étape et le classement général des Quatre jours de Dunkerque, ainsi qu'une étape et le classement par points du Tour de Suisse. Lors de l'hiver, il remporte les Six jours de Gand avec Patrick Sercu. Il s'agit de sa première victoire dans une compétition sur piste.

1972-1974 : succès sur Paris-Roubaix, Milan-San Remo et le Tour de Lombardie[modifier | modifier le code]

Pour la saison 1972, De Vlaeminck quitte Flandria et rejoint en Italie l'équipe Dreher. L'équipe est dirigée par Franco Cribiori. Au printemps, sur le sol italien, il remporte une étape du Tour de Sardaigne, Milan-Turin ainsi que deux étapes et le classement général de Tirreno-Adriatico (première de ses six victoires d'affilées sur la course). En avril, il gagne pour la première fois Paris-Roubaix. Lors de cette édition disputée sous de terribles conditions météorologiques avec des températures basses et la pluie, De Vlaeminck attaque à 23 km de l'arrivée du groupe de poursuivant auquel il appartient. Il rejoint seul Willy Van Malderghem et s'impose finalement avec près de deux minutes d'avance sur les premiers poursuivants[8]. En mai, il fait ses débuts sur le Tour d'Italie. Il s'adjuge quatre étapes et le maillot cyclamen du Classement par points du Tour d'Italie et termine septième du classement général. Dans la deuxième partie de la saison, il ajoute à son palmarès deux semi-classiques italiennes : la Coppa Placci et le Grand Prix de la ville de Camaiore.

En 1973, il devient leader de la nouvelle formation de Cribiori : Brooklyn. Au printemps, il obtient, comme d'habitude, de nombreux résultats prestigieux. Il remporte le Grand Prix de Monaco, deux étapes du Tour de Sardaigne, une étape et le général de Tirreno-Adriatico. Il se classe deuxième du Trofeo Laigueglia et du Circuit Het Volk, ainsi que troisième de Milan-Turin. Le 19 mars, il s'adjuge son premier Milan-San Remo. Dans cette course, après être resté longtemps dans le peloton, De Vlaeminck attaque sur le Poggio avec Wilmo Francioni, puis lâche l'Italien et s'impose en solitaire grâce à une attaque de finisseur dans le final. Il termine septième de Paris-Roubaix. Après le succès dans le Tour de Toscane, il prend part à nouveau au Tour d'Italie où il se distingue en remportant trois étapes et en terminant deuxième du classement par points. En été et automne, il gagne le Trophée Matteotti et termine deuxième de Paris-Tours, battu par Herman Van Springel, et troisième du Tour de Lombardie (il est reclassé deuxième après la disqualification du vainqueur Eddy Merckx).

En 1974, De Vlaeminck s'impose pour la deuxième fois sur Milan-Turin et pour la troisième fois sur Tirreno-Adriatico. En cyclo-cross, il est également champion de Belgique et vice-champion du monde. Il termine troisième de Milan-San Remo, près de deux minutes derrière le vainqueur Felice Gimondi, après avoir essayé d'attaquer sur le Capo Berta. Lors de ce même printemps, après la victoire au Tour de Sicile et sa troisième place à Gand-Wevelgem, il remporte son deuxième Paris-Roubaix. À cette occasion, il reprend le jeune Francesco Moser qui court son premier Paris-Roubaix et s'est échappée à 29 km de l'arrivée. Moser glisse et chute dans une courbe, De Vlaeminck en profite pour s'imposer en solitaire avec 57 secondes d'avance sur l'Italien. Ensuite, il est deuxième de la Flèche wallonne (derrière Verbeeck) et premier de la Coppa Placci. Lors du Tour d'Italie, il remporté l'étape à Sapri et gagne, comme en 1972, le maillot cyclamen du classement par points. Entre septembre et octobre, il gagne le Tour de Vénétie, se classe deuxième de Paris-Bruxelles et du du Tour d'Émilie, puis, le 12 octobre, il remporte son premier Tour de Lombardie. La "Classique des feuilles mortes" cette année s'est jouée dans un sprint à quatre, sur la piste du Stadio Sinigaglia de Côme. De Vlaeminck devance au sprint Eddy Merckx, Costantino Conti et Giuseppe Perletto.

1975-1977 : records de victoires sur Paris-Roubaix et vice-champion du monde[modifier | modifier le code]

1978-1979 : troisième Milan-San Remo[modifier | modifier le code]

1980-1984 : dernières saisons sur route[modifier | modifier le code]

1986-1988 : retour au cyclo-cross et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Bilan de sa carrière[modifier | modifier le code]

La concurrence avec Merckx[modifier | modifier le code]

L'après carrière[modifier | modifier le code]

De Vlaeminck (à gauche) avec les anciens coureurs Etienne De Wilde et Lucien Van Impe lors d'un critérium à Alost en 2008.

Manager d'équipe[modifier | modifier le code]

Allez Allez Zimbabwe[modifier | modifier le code]

60e anniversaire[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Classiques[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les différents classements de Roger De Vlaeminck sur les classiques majeures de son époque.

Année Circuit Het Volk Milan-
San Remo
Tour des Flandres Gand-Wevelgem Paris-Roubaix Liège-
Bastogne-Liège
Flèche wallonne Championnat de Zurich Paris-Tours Tour de Lombardie
1969 Vainqueur 2e 12e 2e 5e 6e 3e 30e
1970 8e 12e 12e 2e Vainqueur 15e 5e
1971 33e 17e 2e 7e Vainqueur 22e 8e
1972 12e 16e Vainqueur 4e
1973 2e Vainqueur 7e 2e 2e
1974 26e 3e 30e 3e Vainqueur 11e 2e 7e Vainqueur
1975 4e 31e 11e Vainqueur 8e 9e Vainqueur 3e 4e
1976 16e 7e 4e 6e 3e 2e 16e Vainqueur
1977 8e 2e Vainqueur Vainqueur 4e 10e 4e 15e
1978 Vainqueur 10e 6e 2e 8e
1979 Vainqueur Vainqueur 12e 2e 2e 4e 15e
1980 5e 5e 4e 39e
1981 6e 2e 6e 2e 2e
1982 13e 25e 22e 6e 7e

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1972 : 7e, Jersey violet.svg vainqueur du classement par points et des 6e, 15e, 18e et 19ea étapes
  • 1973 : 11e, vainqueur des 2e, 11e, et 13e étapes
  • 1974 : 11e, Jersey violet.svg vainqueur du classement par points et de la 4e étape
  • 1975 : 4e, Jersey violet.svg vainqueur du classement par points et des 4e, 6e, 7eb, 10e, 11e, 18e et 20e étapes
  • 1976 : abandon (19e étape), vainqueur des 2e, 5e, 8e et 16e étapes, Jersey pink.svg leader durant 3 jours
  • 1977 : abandon
  • 1978 : abandon
  • 1979 : abandon, vainqueur des 2e, 9e et 12e étapes
  • 1984 : abandon

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1969 : abandon (10e étape)
  • 1970 : abandon (7eb étape), vainqueur de la 6e étape
  • 1971 : abandon (11e étape)

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1984 : abandon, vainqueur de la 8e étape

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Roger De Vlaeminck www.flandriabikes.com
  2. a et b (it) Vecchio&Nuovo : il gitano imprevedibile De Vlaeminck tuttosport.com
  3. a, b et c (it) Un uomo da classiche : Roger De Vlaeminck ciclomuseo-bartali.it
  4. Palmarès de Roger De Vlaeminck (Bel) memoire-du-cyclisme.eu
  5. a et b Roger De Vlaeminck www.tuttobiciweb.it
  6. Paris-Roubaix - Tom Boonen à la poursuite du "Gitan" d'Eeklo sur dhnet.be
  7. Qu'un seul Monsieur Paris-Roubaix ? velochrono.fr
  8. (en) 1972 Paris - Roubaix sur bikeraceinfo.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :