Laneuvelotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laneuvelotte
Laneuvelotte
Église de l'Assomption
Blason de Laneuvelotte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes de Seille et Grand Couronné
Maire
Mandat
Nicolas L'Huillier
2020-2026
Code postal 54280
Code commune 54296
Démographie
Gentilé Laneuvelottois, Laneuvelottoises
Population
municipale
435 hab. (2018 en augmentation de 4,07 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 47″ nord, 6° 17′ 38″ est
Altitude Min. 214 m
Max. 283 m
Superficie 9,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nancy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Grand Couronné
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Laneuvelotte
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Laneuvelotte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laneuvelotte
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laneuvelotte
Liens
Site web https://laneuvelotte.fr

Laneuvelotte est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laneuvelotte est une commune de Meurthe-et-Moselle dans la région de la Lorraine. Laneuvelotte est un petit village, situé juste à la sortie de l'agglomération nancéienne en direction de Château-Salins (ancienne N 74). Bien que rural, le village est franchement tourné vers la grande ville voisine, il n'est en effet situé qu'à 9 km de la place Stanislas, ce qui en fait le village le plus proche du centre de Nancy, d'où son attractivité pour tous les néorurbains.

Situé à 230 mètres d'altitude, le ruisseau de Dessous la Ville, le ruisseau de l'Etang Vittel et le ruisseau de Gremillon sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Laneuvelotte[1].

Les communes jouxtant Laneuvelotte sont : Amance, Champenoux, Cerville, Laître-sous-Amance, Seichamps, Velaine-sous-Amance.

Le territoire comprend trois écarts ruraux. Il s'agit de la ferme de la Bouzule, de Voirincourt et du Tremblois.

Communes limitrophes de Laneuvelotte
Cerville Cerville Pulnoy
Cerville Laneuvelotte Pulnoy
Tomblaine Tomblaine Art-sur-Meurthe

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Laneuvelotte est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nancy, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 353 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (83,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (46,7 %), prairies (33,8 %), forêts (12,1 %), zones urbanisées (4,4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Anciennes graphies : nodulfum in pago Calvomontense en 770, La NeufVillette près de l'Aître en 1449, La Neufvevillette desoubz Amance en 1476, La Neuflotte en 1524, Neuflotte en 1615[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction en 2003 de la station de compression de gaz de France au lieu-dit Le Coin du Cendrier a permis de découvrir une importante nécropole gallo-romaine à incinération datant de la fin de l'âge du fer et de l'antiquité tardive (Ier siècle av. J.-C. jusqu'au Ve siècle)[10]. D'une surface de 6500 mètres carrés, elle a fait l'objet de fouilles de sauvegarde par l'INRAP[11] qui ont mis au jour 150 tombes à incinération de la tribu des Leuques et une trentaine de squelettes non incinérés plus tardifs[12].

Le , René II duc de Lorraine, octroie des lettres patentes d'affranchissement à un habitant du village : Jehan Huyn. Il le remercie pour les grands services qu'il lui a rendus le premier janvier de la même année en pénétrant dans Nancy assiégé par les bourguignons pour remettre des lettres du duc à ses hommes[13].

Autrefois Laneuvelotte était une annexe de Laître-sous-Amance mais les difficultés de communication causées par les distances et les fréquentes crues de l’Amezule motivèrent la création d'une cure indépendante en 1606[14].

Une école est fondée à Laneuvelotte en 1620[15].

Sous l'ancien régime, le Village dépendait du duché de Lorraine. Un usage religieux particulier était observé dans cette commune et dans quelques autres du voisinage : le jour de Pâques, à trois heures du matin, un grand nombre de fidèles se réunissaient dans l’église, au son des cloches, pour y chanter les louanges de Dieu : cette cérémonie s’appelle la Résurrection[14].

La mairie et l'église

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Laneuvelotte était un fief relevant de la prévôté et châtellenie d’Amance et du bailliage de Nancy, en 1751 elle était administrée, selon la coutume de Lorraine, par la généralité de Nancy. En 1790, elle fait partie du canton de Champenoux et du district de Nancy.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1887 ? Comte
Henri de Bizemont
(1839-1899)
Conservateur Ancien capitaine de frégate
1946 ? Gérard de Miscault
(1907-1983)
UNR Ingénieur agricole
1983 juin 1995 Jean Genay    
1995 2020 Gilbert Visine CPNT  
2020 En cours
(au 30 mai 2020)
Nicolas L'HUILLIER [16]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 435 habitants[Note 3], en augmentation de 4,07 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
217232244224251243222261244
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
240235252254237252242230211
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
208210190196198180175205201
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
200203206264343391408438435
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les habitants de Laneuvelotte s'appellent les Sans-Culotte ... Un gentilé aussi saugrenu et inattendu mérite une petite explication. Il semblerait qu'un régiment de soldats de l'armée révolutionnaire (les ci-devants "Sans-Culotte") ait été basé à Laneuvelotte en cette période particulièrement troublée. Très prompts à mettre en pratique les recommandations de leurs dirigeants quant à la liberté de pensée et à la chasse à l'obscurantisme religieux, ils n'avaient de cesse de commettre toutes exactions et pillages à l'encontre du clergé et des biens de l'Eglise. C'est ainsi qu'ils ne manquaient pas d'incendier les églises dès que l'une d'elles se trouvait sur leur chemin. Voyant une fumée s'élever là où se trouvait un bâtiment religieux, les habitants des environs avaient tôt fait d'y reconnaître l'œuvre des "Sans-Culotte de Laneuvelotte". Et le nom est resté aux habitants du village, plus de 200 ans plus tard. Bien sûr, cette "légende" transmise oralement à travers les âges ne prétend pas au titre de vérité dogmatique inébranlable. Mais avouez que l'anecdote est plaisante. Et faute de gentilé officiel, il faut bien nous dénommer ... d'une manière ou d'une autre.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifice civils[modifier | modifier le code]

Laneuvelotte est un village-rue typique de la Lorraine, qui possède trois hameaux, et qui se développe fortement aujourd'hui du fait de sa proximité avec l'agglomération nancéienne.

Laneuvelotte a la particularité de posséder trois châteaux : la ferme Arnould, au centre du village, le château du Tremblois et le château de Voirincourt. Le premier fut érigé au XVIe siècle. Converti en ferme, ses tours furent abaissés et coiffées d'un toit et les fossés furent utilisés comme jardin. Les bâtiments furent finalement démolis en 1850 et ne subsiste que le portail. Voirincourt et le Tremblois datent eux de la seconde moitié du XIXe siècle.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

L’église, placée sous le patronage de Notre Dame, a été construite en 1587. Elle a été bénite par évêque de Toul : Christophe de la Vallée, et consacrée en 1626[14]. Par deux fois elle a été incendiée mais a résisté aux flammes:

  • pendant la Révolution française, d'où sans doute le nom de Sans-Culottes.
  • à la suite de la guerre de 39-45, dans leur retraite vers l'Allemagne, les Allemands ont incendié l'église, mais là encore le feu n'a pas pris et l'église est toujours debout.

Autres monuments : le lavoir (sur la route de Voirincourt), le ruisseau enterré (le Voirincourt), des calvaires et quelques maisons séculaires.

La Bouzule[modifier | modifier le code]

Cette cense se trouve à deux kilomètres à l'est de Laneuvelotte. Elle appartenait autrefois aux hospitaliers de l'Ordre de Malte, qui y avaient fait édifier une chapelle dédiée à Saint Jean-Baptiste. Elle a été détruite avant la Révolution française[14].

On y trouve aujourd'hui une ferme expérimentale de l'ENSAIA.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Cuny, réside au Tremblois où il exerce ses activités de libraire et d'auteur régionaliste. Il est l'animateur de La Nouvelle Revue Lorraine.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Laneuvelotte Blason
D'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or à un lion de même armé, lampassé et couronné de gueules portant un cœur de même sur l'épaule senestre; au chef d'hermine chargé d'un lambel à trois pendants de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mairie de Laneuvelotte, la Commune de Laneuvelotte et son village (54280) », sur Annuaire-Mairie (consulté le 5 octobre 2018).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 30 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 30 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 30 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Henri Lepage, Dictionnaire géographique de la Meurthe, Nancy, Société d'archéologie Lorraine, , 312 p. (lire en ligne), p. 182.
  10. « Un livre pour consacrer 2000 ans d’histoire de la commune », Est Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2020).
  11. Nicolas Meyer, « Laneuvelotte Coin du Cendrier, coin du Bois de la Chasse, station de compression de Laneuvelotte », Bilan Scientifique Régional Lorraine - 2003 pages 25 à 27,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2020).
  12. « Le retour des Leuques », Le journal des arts,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2020).
  13. Henri Lepage, les communes de la Meurthe, volume 1, Nancy, A. Lepage, , 740 p. (lire en ligne), p. 540.
  14. a b c et d Henri Lepage, Statistique du département de la Meurthe, 1843
  15. F-J Demange, Les écoles d'un village toulois au commencement du XVIIIe siècle, Nancy, Librairie René Vagner, , 310 p. (lire en ligne), p. 16.
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.