Église évangélique réformée du canton de Vaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne pas confondre avec l'Église évangélique vaudoise, église protestante italienne.
Église évangélique réformée du canton de Vaud
Image illustrative de l'article Église évangélique réformée du canton de Vaud
Logo de l'EERV
Généralités
Branche Protestantisme
Courant Calvinisme
Gouvernance synode (législatif) et Conseil synodal (exécutif)
Structure Système presbytérien synodal
Territoire Canton de Vaud
Leader Xavier Paillard (président du Conseil synodal)
Président Sylvie Arnaud (présidente du Synode)
Fondation
Fondateur Guillaume Farel, Pierre Viret, Jean Calvin
Date 1966
Origine et évolution
Fusion de Église libre et Église nationale
Chiffres
Divers
Site Web http://eerv.ch

L'Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) rassemble, comme son nom l'indique, les chrétiens de tradition réformée (calviniste) du canton de Vaud, en Suisse romande. Membre de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, l'EERV est reconnue comme Institution de droit public.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du canton de Vaud.

En 1536, après les guerres de Bourgogne, le Pays de Vaud est assujetti par le canton de Berne, passé à la Réforme en 1528. « Leurs Excellences » de Berne convoquent alors catholiques et protestants à une dispute théologique à la cathédrale Notre-Dame de Lausanne. Y prennent part les réformateurs Jean Calvin, Pierre Viret et Guillaume Farel. À la suite de ces débats, la Réformation est imposée dans tout le Pays de Vaud par les tuteurs bernois qui se portent garants de la formation des pasteurs.

Après le départ des Bernois à la suite des invasions françaises de la Suisse en 1798 puis son entrée en tant que tel dans la Confédération le , le canton conserve son église réformée, tout en laissant la place au développement des communautés catholiques.

En 1847, l'Église libre se distancie de l'État, alors que l'Église nationale y reste attachée. La première, dont l'engagement de laïcs fortifie la dynamique, va, par effet de balancier, favorablement influencer sa branche mère avant de fusionner avec cette dernière en 1966. De cette fusion entre Église nationale et Église libre naquit l'Église évangélique réformée du canton de Vaud.

De 1949 à 1953 a lieu le chantier de la maison de Crêt-Bérard, où s'impliquent des milliers de jeunes paroissiens et qui sert dès lors de lieu d'accueil et de rencontres.

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Le territoire vaudois est divisé en 11 régions, elles-mêmes partagées en plusieurs paroisses. Chaque paroisse est dotée d'un conseil paroissial (exécutif) ainsi que d'une assemblée (législative). La région est encadrée par un conseil régional (exécutif), qui travaille de concert avec différents conseils spécialisés (ministres, catéchèse, ...) ainsi qu'une assemblée régionale (législative).

Quelques lieux de cultes, notamment dans le district du Gros-de-Vaud sont, généralement pour des raisons historiques, utilisés conjointement avec les communautés catholiques. C'est, par exemple, le cas de l'église paritaire Saint-Germain d'Assens.

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Au niveau cantonal, l'EERV est régie par un Conseil synodal (exécutif) et un Synode (assemblée législative). Elle dispose d'un secrétariat général. Les autorités disposent de 4 offices: Ressources humaines, Chancellerie et finances, Information et communication et Église et société. Les activités cantonales sont organisées en 4 services: Formation et accompagnement, Santé et solidarité, Vie communautaire et cultuelle et Terre Nouvelle.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]