Genolier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Genolier
Blason de Genolier
Héraldique
Image illustrative de l'article Genolier
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Communes limitrophes Arzier-Le Muids, Vich, Coinsins, Givrins
Syndic Florence Rattaz
NPA 1272
N° OFS 5718
Démographie
Population 1 930 hab. (31 décembre 2016)
Densité 396 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 06″ nord, 6° 13′ 05″ est
Altitude 556 m
Superficie 487 ha = 4,87 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Genolier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Genolier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Genolier
Liens
Site web www.genolier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Genolier est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce toponyme pourrait provenir d'un dérivé en -acum du gentilice romain Iunilius ou Genolius.

Attestations historiques: 1110, ecclesiam Genolliaci. — 1164 env. Anselmus de Genollei. — 1184, Genoliacum — 1237, dominus Genulliaci[3].

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or à trois tilleuls de sinople mouvant d'une terrasse du même. Selon la tradition, la justice se rendait à Genolier sous trois tilleuls plantés au milieu de la localité. Ces arbres, qui figurent déjà sur un drapeau de 1775, ont été repris dans les armoiries communales[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eric Caboussat, Genolier : au pays des tillots (Collection Sites et villages), Yens s./Morges : Éditions Cabédita, 1997

Transport[modifier | modifier le code]

Le village de Genolier, ainsi que la clinique, se trouvent sur la ligne ferroviaire Nyon-Saint-Cergue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2016 », sur Statistiques Vaud (consulté le 5 septembre 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Dictionnaire toponymique des communes suisses (Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel), Frauenfeld, Lausanne 2005, p. 382.
  4. Armorial des communes vaudoises, Lausanne 1972, p. 162.

Sur les autres projets Wikimedia :