Leysin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Leysin
Blason de Leysin
Héraldique
Leysin vu depuis le Chamossaire.
Leysin vu depuis le Chamossaire.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Aigle
Localité(s) Crettaz, Veyges
Communes limitrophes Ormont-Dessous, Aigle, Yvorne, Corbeyrier
Syndic Jean-Marc Udriot
NPA 1854
N° OFS 5407
Démographie
Gentilé Leysenouds
Population 4 172 hab. (31 décembre 2016)
Densité 225 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 00″ nord, 7° 01′ 01″ est
Altitude 1 260 m
Superficie 1 857 ha = 18,57 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Leysin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Leysin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Leysin
Liens
Site web www.leysin.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Leysin est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district d'Aigle. Commune de montagne, elle se trouve dans les Préalpes vaudoises, situées dans le massif des Alpes bernoises.

La station, dont le village est inscrit sur l'Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse, est reliée par la route ainsi que par le train depuis Aigle. Elle accueille divers événements sportifs tels que Champs Open, la plus ancienne compétition de snowboard d’Europe, ou GiantX Tour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Leysin à la fin du XIXe siècle.

Depuis l'âge de bronze (1200 - 800 avant JC)[modifier | modifier le code]

Une civilisation dite du Bronze final ou aussi "des champs d'urnes" en raison des modes d'ensevelissement, se développe dans le pays de Vaud. A cette époque ces hommes se sont déjà mis à conquérir les Alpes. Des haches ont été retrouvées à Leysin mais aussi au col des Mosses, à Château-d'Oex et à Rougemont. Ces trouvailles sont autant d'indices de migrations en altitude [3].

Attesté dès 1231 sous le nom de « Leissins » puis « Leisins » dès 1352, le village n'est peuplé que par quelques centaines d'âmes jusqu'à la fin du XIXe siècle (61 feux en 1313, 415 habitants en 1850 puis 1065 au tournant de 1900). Sous le régime bernois de 1475 à 1798, Leysin reçoit une certaine autonomie dès 1520 par l'autorisation qui lui est faite d'élire un conseil général (exécutif), avant de passer à la Réforme en 1528. Fidèles aux tuteurs bernois, les Leysenouds obtiennent l'occupation du village par les troupes du canton souverain alors que les soldats napoléoniens prennent le bourg d'Aigle avant que les Bernois ne se retirent à la suite des combats à Ormont-Dessus[4].

Reconnu pour son climat sain, Leysin accueille au XIXe siècle des malades atteints de rachitisme, de crétinisme et, dès 1873, de phtisie. La route entre le Sépey et Leysin est inaugurée en 1875, le chemin de fer à crémaillère Aigle-Leysin en 1897. Arrivant en 1903 dans le petit village encore agricole de Leysin, le Dr Auguste Rollier y établit le premier sanatorium destiné à héberger des enfants tuberculeux, le « Chalet ». Les malades profitaient de l'ensoleillement favorable de la station. Son succès va faire de Leysin une destination de cure emblématique puisque ce ne sont pas moins de 18 sanatoriums, accueillant plus de 1 500 curistes du monde entier, que Rollier dirige en 1940[5], sans compter les nombreux établissements de cure indépendants qui sont bâtis dans la station, principalement pendant l'entre-deux guerres. En 1946, la station compte en effet 3 500 malades dans 80 sanatoriums.

Premiers sanatoriums, sur les hauteurs du village.

Alors qu'un traitement antibiotique efficace est découvert pour lutter contre la tuberculose, les cliniques ferment petit à petit dans les années 1950-1960. Face à la nécessité économique de prendre une nouvelle dynamique, Leysin se convertit en station de tourisme d'hiver et d'été avec la réalisation de télécabines en 1956 et de divers centres sportifs. Les anciens sanatoriums sont transformés en établissements hôteliers et en écoles internationales qui participent à la réputation internationale du village.

Le chanteur français Claude François y a fait son dernier enregistrement télévisé les 9 et 10 mars 1978. Rentré à Paris, il décède le 11 mars de la même année.

De 1987 à 1993, Leysin accueille 350 000 spectateurs en 7 éditions du Leysin Rock festival[6]. Des conditions météorologiques souvent mauvaises, dues au cadre de ce festival au sommet des montagnes, ont contribué à sa fin.

Familles[modifier | modifier le code]

Trois anciennes familles originaires de Leysin, attestées avant 1420, sont encore présentes dans la commune. Il s'agit des familles Dufresne, Maricot et Vaudroz.[7] Cette dernière famille est encore très présente dans la commune alors que les représentants des deux premières sont moins nombreux.

Géographie[modifier | modifier le code]

Leysin sur les pentes sud du chaînon Aï-Mayen-Famelon en 1919.

Leysin est située à 1 253 m d'altitude, à 4 km à vol d'oiseau au nord-est d'Aigle. Le village se situe sur une large terrasse dominant la vallée des Ormonts sur le versant sud de la Tour d'Aï - avec 2 331 mètres, le sommet le plus élevé de la commune.

Les sommets avoisinants sont notamment la Berneuse (2 045 m), la Tour de Mayen (2 326 m) et la Tour de Famelon (2 138 m).

Feydey (1 398 m) au-dessus du village, et Les Esserts (1 340 m) au nord-est, sont des hameau aujourd'hui intégré au village de Leysin. La commune compte aussi des hameaux, En Crettaz (1 225 m) sur la terrasse, et Veyges (1 113 m) au sud-ouest du village. Les alpages d'Aï (1 892 m) au lac d'Aï et de Mayen (1 842 m) au lac de Mayen compte également un certain nombre de chalets.

Les communes voisines sont Aigle, Yvorne, Corbeyrier et Ormont-Dessous.

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue du centre historique de Leysin, avec le clocher du temple.
  • Leysin-Village

Centre historique de la commune, structuré autour de la rue de la gare et du temple, le village est composé de chalets auxquels s'ajoutent quelques anciens bâtiments à toit plat, anciens sanatoriums. On y trouve, entre autres, le collège, la maison de commune et des restaurants traditionnels.

  • Leysin-Feydey

Le haut du village est constitué de bâtiments datant de la période d'expansion démographique dite du Leysin médical. Outre un hôpital et de nombreux hôtels, ce quartier abrite également des écoles internationales (Kumon Academy Leysin, Swiss Hotel Management School, Leysin American School).

Vue des Esserts
  • Les Esserts

Quartier résidentiel situé au nord-est du village, les Esserts témoignent de la reconversion de la commune en station de tourisme et de villégiature.

  • En Crettaz

Crettaz est un hameau de Leysin, il compte près de 110 habitants et 50 maisons. Toutes les années paires en début juillet, il y a une fête appelée « Fête en Crette ». Les années impaires, elle a lieu à Veyges.

Vue depuis Leysin (village de Huémoz)
  • Veyges

Second hameau de la commune, Veyges, situé sur un balcon dominant la ville d'Aigle, est composé d'une trentaine de maisons et abrite le stand de tir communal. Le cimetière de Leysin, auquel s'ajoute un cimetière militaire[8], se trouve également aux abords du hameau.

Population[modifier | modifier le code]

Avec 3 949 habitants au 31 décembre 2012, Leysin fait partie des communes de taille moyenne du canton de Vaud. Elle comptait 1 065 habitants en 1900, puis la population augmenta continuellement pendant le XXe siècle, pour atteindre 2 752 habitants en 1970. Dans les années 1970, la population diminua fortement ; la hausse repartit depuis.

Avec 61,7 %, Leysin est la commune qui possède le plus fort taux de résidents étrangers de Suisse. En 2000, 56,1 % des habitants étaient francophones, 11,9 % anglophones et 3,5 % germanophones. Toujours en 2000, 18,0 % de la population était née et vivait à Leysin, 14,1 % était né dans le même canton, 12,0 % en Suisse, et 50,9 % dans un autre pays.

En 2000, la commune comptait 2 345 appartements, dont 885 (37,1 %) étaient occupés en permanence, 1 095 (46,7 %) de manière saisonnière, et 365 (15,6 %) étaient vides. En 2009, le taux de construction de nouveaux bâtiments était de 3,5 unités par 1 000 habitants. Le taux de vacance de la commune était de 2,51 %.

En 2000, 206 employés vivaient dans une autre commune et venaient travailler à Leysin, alors que 234 employés vivant à Leysin allaient travailler dans une autre commune.

Politique[modifier | modifier le code]

Vie politique[modifier | modifier le code]

Le Syndic, Jean-Marc Udriot (PLR) dirige le conseil municipal composé de 5 membres (3 PLR, 1 PS, 1 Leysin pour tous (parti local)). Également à majorité de droite, le conseil communal est composé de 45 conseillers[9] :

Fusion de communes[modifier | modifier le code]

La commune de Leysin a mené en 2010 un projet de fusion[10] avec les communes voisines d'Aigle et d'Yvorne. Le projet, bien qu'accepté par les habitants d'Yvorne et de Leysin, a été refusé par les Aiglons par 43 voix de différence en votation populaire le [11] :

Commune Oui Non Abstentions
Aigle 1168 (49 %) 1211 (51 %) 42
Leysin 455 (53 %) 403 (47 %) 13
Yvorne 252 (52 %) 232 (48 %) 8

La nouvelle commune d'Aigle aurait rassemblé les 13 100 habitants des trois communes initiales[12], sur un territoire de 47,09 km2. La municipalité aurait été portée à 9 membres et le conseil communal à 100 conseillers. Des arrondissements électoraux auraient alors été mis en place pour garantir la représentation des minorités au sein des conseils.

Économie[modifier | modifier le code]

Le Feydey enneigé et ses sanatoriums à la fin du XIXe siècle.

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, Leysin était un village dépendant principalement de l'agriculture. L'amélioration des infrastructures de transport (route et rail) vers 1870 permit un développement rapide de la commune en une station climatique (particulièrement pour le traitement de la tuberculose). Les raisons sont liées au fort ensoleillement lié à son exposition sud, à sa faible exposition au vent et au fait que les nuages de la vallée du Rhône ne montaient que rarement à cette altitude. Plusieurs sanatoriums - pendant l'apogée Leysin en compta jusque 80 - et de nombreux hôtels furent construits. La destination prit aussi de l'importance pour les sports d'hiver. La découverte d'antibiotiques efficaces contre les maladies pulmonaires entraîna un déclin économique de la destination après la Seconde Guerre mondiale, et la fermeture de la plupart des sanatoriums, qui furent alors transformés en hôtels et résidences de vacances. Désormais, Leysin est un centre touristique important tant en hiver qu'en été. De nombreuses remontées mécaniques ont été installées sur les pentes environnantes, et les trois lacs de montagne vers la Tour d'Aï, la Tour de Mayen et la Tour de Famelon en font une destination appréciée pour la randonnée.

Actuellement, l'élevage et la production de lait représentent une faible partie de la structure des emplois de la commune. Les emplois sont principalement dans le secteur des services, surtout en lien avec le tourisme. Leysin accueille le siège de l'American College of Switzerland (ACS – partie de la Schiller International University) et un des établissements de la renommée Leysin American School (LAS), mais aussi de la Kumon Leysin Academy of Switzerland (KLAS). Leysin abrite encore une école hôtelière et plusieurs écoles de langue. De 1956 à 2002, la commune abrite aussi jusqu'à quatre établissements du Club Méditerranée.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Leysin-Village.

La commune est située à l'écart des grands axes de circulation. La route cantonale secondaire à fort trafic (RC 709) la relie, depuis Le Sépey, à la route principale 11 Aigle-Col des Mosses. La ligne de CarPostal 171 Le Sépey - Leysin la parcourt. Depuis le 6 novembre 1900, un train à crémaillère, le chemin de fer Aigle-Leysin, relie Leysin depuis la gare d'Aigle, avec 6 arrêts sur la commune de Leysin (Rennaz, La Roulaz) dont quatre arrêts dans le village (Leysin-Village, Vermont, Leysin-Feydey, Grand-Hôtel).

Un projet est actuellement à l'étude en vue de prolonger la ligne Aigle-Leysin des TPC de la gare Leysin-Fedey au départ de la télécabine pour la Berneuse. Au-delà du domaine skiable, cette nouvelle gare située plus proche du centre du village permettrait une meilleure attractivité du rail (actuellement 27 min) par rapport à la route (30 min avec des conditions de circulation optimale).

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Leysin
Vue aérienne de la station.
Restaurant tournant du Kuklos à la Berneuse
Administration
Pays Suisse
Site web www.tele-leysin-lesmosses.ch
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 50″ nord, 7° 01′ 03″ est
Massif Préalpes vaudoises
Altitude 1 260 m
Altitude maximum 2 198 m
Altitude minimum 1 328 m
Ski alpin
Lié à Les Mosses-La Lécherette
Remontées
Nombre de remontées 13
Télécabines 1
Télésièges 7
Téléskis 0
Fils neige 5
Débit 9 900 (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 21
     Noires 4
     Rouges 3
     Bleues 14
Total des pistes 60 km
Installations
Nouvelles glisses
1 snowpark
Ski de fond
Nombre de pistes 1
Neige artificielle
Canons Partie du domaine

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Leysin
Vue depuis la Berneuse sur le télésiège Aï-Berneuse, le boardercross, le snowpark, et le télésiège Aï-Chaux-de-Mont.

Une station de sports d'hiver de taille moyenne a été aménagée sur les pentes de la montagne.

La télécabine 6 places de la Berneuse (Städeli), construite en 1992, part directement du centre de la station, et rejoint les hauteurs du domaine skiable (2 048 m) au niveau du restaurant tournant du Kuklos. Ce restaurant emblématique de la station est doté d'une architecture particulièrement moderne avec une majorité de surfaces vitrées. Une vue particulièrement dégagée sur la vallée du Rhône, le lac Léman et sur les montagnes voisines est permise depuis ce sommet. Un télésiège 4-places débrayable, construit en 2001, part quant à lui aussi du village et rejoint en deux tronçons le secteur principal au niveau de la Tête d'Aï (1 912 m). Le bas des pistes de retour en vallée ont été tracées en majorité en forêt. Le vaste snowpark de Leysin, qui accueille régulièrement des épreuves de niveau international, est quant à lui situé sur la piste de Chaux-de-Mont sur les hauteurs du domaine. Il accueille l'unique half-pipe des Alpes Vaudoises, un autre était fait au Glacier 3000. Il est desservi par un télésiège 2-places en deux parties, qui relie le sommet du domaine skiable à 2 198 m et dessert une piste noire à réserver aux skieurs confirmés. Il arrive que ce télésiège soit parfois non opéré quand les conditions météorologiques ne le permettent pas. Le dénivelé maximal du domaine - 705 m - est obtenu au départ de la Berneuse sur le retour en station.

Le domaine des Fers, moins central, est très orienté au soleil et constitué de pistes de niveau bleu - en partie d'étroites routes forestières enneigées - desservies par trois télésièges 2-places de conception ancienne. Elles servent également de liaison avec la partie excentrée du domaine, à Solepraz. Un dernier télésiège 2-places y complète l'offre, lequel dessert des pistes techniquement un peu plus ambitieuses. Le départ de cette remontée mécanique constitue le point le plus bas du domaine et l'arrêt de la navette pour les Mosses.

Avec les stations voisines des Mosses - La Lécherette, auxquelles elle est reliée uniquement par la route, Leysin forme un domaine skiable de près de 85 kilomètres de pistes. Une navette skibus relie Les Mosses en 9 minutes toutes les demi-heures, depuis la station de départ du télésiège de Solepraz.

La saison hivernale se termine généralement à la mi-avril.

Chaque année est organisée la Montée Nocturne de la Berneuse, une course de ski de randonnée pratiquée aussi en raquettes à neige.

Un parking payant de 300 places est situé à proximité immédiate du départ de la télécabine. Un vaste parking gratuit est situé au niveau de la patinoire, et relié par skibus gratuit au départ du domaine skiable.

Situé en bas de la station, le Centre sportif de la Patinoire permet d'y pratiquer le patin à glace, le curling, l'escalade et divers autres sports. La station propose également en hiver à proximité de ce centre le Tobogganing Park, un domaine de snowtubing (luge sur bouées) comptant au total huit parcours différents.

Évolution du domaine[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, Leysin s'agrandit avec la création du domaine des Fers à l'est du domaine existant. Quatre télésièges 4 places sont construits entre 1981 et 1982 : Brion-Mayen, Brion-Les Fers, Choulet-Le Fer et Solepraz-Les Ars. En 1990 est mis en service le télésiège fixe 4 places Berneuse qui remplace un télésiège au tracé légèrement différent. En 1996, sur le versant orienté sud "Chaux de 'Ai", un télésiège fixe 2 places (Garaventa) a remplacé un téléski à enrouleurs 2 places sur un tracé différent. En 2001, un télésiège débrayable 4 places Leysin-Mayen (Garaventa) avec station intermédiaire est construit. Il remplace une télécabine 4 places Leysin-Mayen (Müller) dont le tracé direct menait à Mayen contrairement au télésiège 4 places dont la station supérieure est construite à Tête d'Ai. Le télésiège occupe l'ancienne station inférieure se trouvant dans le même bâtiment que le départ du télécabine Leysin-Berneuse. Le télésiège fixe 2 places reliant le bas de Mayen à Tête d'Ai est également démonté.

Dans le cadre du projet Alpes vaudoises 2020, il est prochainement prévu de remplacer trois télésièges 2 places. A la place du télésiège 2 places Choulet - Le Fer construit par Städeli et mise en service en 1982 prendra place un télésiège débrayable 4 places qui comptera 50 sièges pour un rendement de 1600 passagers par heure. Le télésiège 2 places Brion-Mayen et le télésiège de liaison 2 places Brion-Le Fer construits par Städeli et mise en service en 1981 et 1982 seront remplacés par un télésiège débrayable 4 places et sera prolongé jusqu'à la Tête d'Aï portant sa longueur à 1,8 km. Il comptera 98 véhicules et aura également un débit de 1600 passagers par heure. Ces nouvelles installations permanenteront une meilleure connexion de tout le domaine[13].

Un projet est actuellement à l'étude en vue de prolonger la ligne Aigle-Leysin des TPC de la gare Leysin-Fedey au départ de la télécabine pour la Berneuse. Au-delà du domaine skiable, cette nouvelle gare située plus proche du centre du village permettrait une meilleure attractivité du rail par rapport à la route.

Sport[modifier | modifier le code]

Lucien Koch au 20ème Champs Open en 2011.

Leysin a accueilli des étapes de coupes du monde dans plusieurs sports: la coupe du monde de VTT 2000, la coupe du monde de VTT 2001, la coupe du monde de ski de vitesse 2004, la coupe du monde de snowboard en 2008.

En 2014, Leysin organise la 23ème édition du Leysin Champs Open, la plus ancienne compétition de snowboard d’Europe[14].

Leysin fut à l'arrivée de la 4e étape du tour de Romandie 2017 à l'issue d'un parcours de 163,5 km depuis Domdidier, et la montée finale fut classée en première catégorie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adèle Kamm (1885-1911), écrivain suisse y est née.
  • Max Blecher (1909-1938), écrivain roumain, a vécu (probablement de 1931 à 1933) à Leysin pour se soigner.
  • John Harlin II (1935-1966), alpiniste américain, y a vécu.
  • Michel Simon, (1895 - 1975) a fait soigner sa tuberculose à Leysin après la première guerre mondiale

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2016 », sur Statistiques Vaud (consulté le 5 septembre 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Bertil Galland, Encyclopédie du pays de Vaud - Histoire vaudoise, Lausanne, Editions 24 Heures, , 235 p., p. 15
  4. « Leysin » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  5. « Auguste Rollier » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  6. Leysin Rock Festival http://www.jokka.ch/crbst_16.html
  7. Encyclopédie illustrée du pays de Vaud, La vie quotidienne 1, Editions 24 Heures, , 255 p., Page 130
  8. De nombreux soldats français et belges, internés pendant les guerres mondiales dans la station y sont en effet enterrés.
  9. Résultats des élections communales 2011 à Leysin
  10. Site internet du projet de fusion http://www.projet-fusion.ch/
  11. Résultat de la votation sur le site de la commune d'Aigle http://www.aigle.ch/fr/N2658/la-fusion-echoue-de-peu.html
  12. Communiqué de presse de la municipalité d'Aigle http://www.aigle.ch/fr/N2296/yvorne-leysin-et-aigle-revotent-la-fusion.html
  13. Flavienne Wahli Di Matteo, Deux téléskis propulsent Leysin vers 2020, 8 octobre 2015, 24 Heures.
  14. Le 22e Champs Open de Leysin en photos, 24 Heures, 9 mars 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]