Lavigny (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lavigny
Lavigny (Vaud)
Blason de Lavigny
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Morges
Communes limitrophes Yens, Villars-sous-Yens, Étoy, Aubonne, Saint-Livres
Syndic Claude PHILIPONA
NPA 1175
No OFS 5637
Démographie
Gentilé Renaillis
Population
permanente
999 hab. (31 décembre 2018)
Densité 250 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 07″ nord, 6° 24′ 22″ est
Altitude 517 m
Superficie km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Lavigny
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Lavigny
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Lavigny
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Lavigny
Liens
Site web www.lavigny.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Lavigny est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme in Lauiniaco en 1157, il s'agit d'un composé du nom de personne latin Lavinius ou Labinius accompagné du suffixe habituel - acum.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

La commune compte sur son territoire un château du XIXe siècle[3], ainsi qu'un hôpital neurologique[4].


Château. Reconstruit vers 1753 à l'emplacement d'une ancienne maison forte, le château est un édifice classique, avec deux tourelles côté lac[5]. Cette propriété a été acquise en 1972 par l'éditeur Heinrich Maria Ledig-Rohwolt (de). Depuis la mort du propriétaire en 1992, le château est géré par la Fondation Heinrich Maria & Jane Ledig-Rowohlt qui, dès 1996, en a fait une maison d'accueil pour des écrivains[6].

Ancienne maison Tronchin Au sud du château, se trouve l'ancienne maison Tronchin, remarquable édifice néo-classique bâti en 1824 par l'architecte Jules Renevier[7].

Intérêts[modifier | modifier le code]

Hormis la réputée Institution de Lavigny, on trouve aussi un centre de traitement des déchets alimentaires et végétaux qui produit du biogaz injecté directement dans le réseau de distribution de gaz naturel ainsi que du compost qui améliore les sols. Avec une capacité de traitement de 43'000 tonnes de matière organique annuelles, Ecorecyclage SA représente le plus important site de valorisation en Suisse romande produisant 19'000'000 kWh, 17'000 m3 de compost et 10'000 tonnes d’engrais liquide de haute valeur par an. Le site de Lavigny traite 40% des déchets organiques ménagers du Canton de Vaud. A ce jour, c'est l'unique installation de Suisse et une des rares en Europe qui est équipée d'une technologie de pointe (tri optique) afin d'éliminer les matériaux indésirables (plastique) contenus dans les arrivages. Sur rendez-vous le site peut recevoir des visites.

La gouille de Lavigny, origine du sobriquet donné aux habitants 'Renaillis' (petites grenouilles), est un site de reproduction des batraciens d'importance nationale. Il abrite notamment des Rainettes vertes, espèce menacée.

Lavigny se situe entre deux réseaux écologiques importants qui relient le Jura au Lac, celui du Boiron et celui de l'Aubonne.


Bibliographie[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Château de Lavigny », sur swisscastles.ch (consulté le 14 septembre 2010)
  4. « Hôpital neurologique » (consulté le 14 septembre 2010)
  5. Hans Jenny (dir.), Kunstführer durch die Schweiz : Genf, Neuenburg, Waadt, Wallis, Tessin, vol. 2, Zurich, Société d’histoire de l’art en Suisse /Büchler Verlag, , 725 p. (ISBN 3-71-700165-5), p. 201.
  6. Quotidien 24 heures, 8 juin 1821, p. 7.
  7. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 », , lll-lll

Sur les autres projets Wikimedia :