Bassins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bassins
Kirche Notre-Dame, Bassins 01.jpg
20201030-Bassins-bâtiment-3.jpg 20201030-Bassins-fontaine-2.jpg
Piscine de Bassins-1.jpg
La Cézille.jpg Gorges de Moinsel 4.jpg
De gauche à droite et de haut en bas : l'église Notre-Dame de Bassins, l'hôtel-restaurant de La Couronne, une des six fontaines du village située en haut de la rue de la Couronne, la piscine de Bassins, la localité de La Cézille et son restaurant et les gorges de Moinsel.
Blason de Bassins
Héraldique
Drapeau de Bassins
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Localité(s) La Cézille
Communes limitrophes Le Chenit, Marchissy, Le Vaud, Begnins, Vich, Arzier-Le Muids
Syndic Sonia Pittet
NPA 1269
No OFS 5703
Démographie
Gentilé Bachenard
Population
permanente
1 386 hab. (31 décembre 2019)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 47″ nord, 6° 13′ 55″ est
Altitude 752 m
Min. 515 m
Max. 1 420 m
Superficie 20,79 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Bassins
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Bassins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bassins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bassins
Liens
Site web www.bassins.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Bassins (/ba.sɛ̃/Écouter) est une commune suisse du canton de Vaud, située sur La Côte, dans le district de Nyon[3]. Le village fait partie des sites clunisiens, du district franc fédéral du Noirmont et du parc naturel régional Jura vaudois.

En 2019, elle était la 29ème plus grande commune du canton de Vaud en superficie et la 104ème plus grande en démographie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La prononciation Bassins, en arpitan vaudois : /a.baˈʃɛ̃/, remonte à 1095, sous le nom de Bassinges.

Bassinges (jusqu'en 1148)[modifier | modifier le code]

  • Le nom serait d’origine burgonde, d'un primitif Bassingos et de nom propre Basso « Chez les Basso », issu du germanique batis ou batiz « Meilleur »[4]

Bassins (depuis 1148)[modifier | modifier le code]

  • Bassins serait d'origine romaine, latinisé du nom burgonde Bassinges, en Battius, Baccius, Bassius ou Bascius, dérivé par le suffixe toponymique -ãnum[5]
Toponymie de Bassins
Années Bassins
974 Bassinges
1148 Bassiniacum
1164 Bacins
1195 Bassins

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Bassins est situé à l'ouest de la Romandie, sur le plateau suisse, dans la campagne vaudoise, à environ 30 kilomètres de Lausanne et environ 20 kilomètres de Genève, sur les contreforts du Jura, à la limite des grandes forêts, à une altitude moyenne d’environ 800 mètres et d'environ 500 mètres au-dessus du Léman. Son territoire est un site en pente qui descend depuis le massif du Jura jusqu'au hameau de La Cézille. La commune s'étend sur un dénivelé de plus de 900 mètres, du village de Vich (524 m) au Crêt de Grison (1323 m), en passant par l'église de Bassins (751 m) et la gare de Bassins (756 m).

Vue d'un pâturage des grandes forêts.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a une forme de boomerang (Sud-est ; Nord-ouest ; Nord-est) : Du nord-est au nord-ouest, on y voit la Combe des Puits, le Bois de la Bassine, puis la Forêt des Pralets et la Combe de la Valouse. Du nord-est au sud-est, on y voit le Bois de Peney, la Combe du Raffort, puis La Combe. Et enfin, du nord-ouest au sud-ouest, on y voit Le Jubillet et la Combe de Begnins[6].

Selon l'Office fédéral de la Statistique (OFS) et l'Office cantonal de la statistique, pour l'année 2016, la commune s'étend sur une superficie de 20,85 km2, ses différentes parties sont représentés sur le diagramme ci-dessous[7] :

Forêts: 12,79 kilomètres carrés (61,3 %)Champs: 7,16 kilomètres carrés (34,3 %)Bâtiments et routes: 0,88 kilomètres carrés (4,2 %)Improductif: 0,02 kilomètres carrés (0,1 %)Circle frame.svg
  •   Forêts: 12,79 kilomètres carrés (61,3 %)
  •   Champs: 7,16 kilomètres carrés (34,3 %)
  •   Bâtiments et routes: 0,88 kilomètres carrés (4,2 %)
  •   Improductif: 0,02 kilomètres carrés (0,1 %)

Sur la surface bâtie, les logements et les bâtiments représentent 2,0 % et les infrastructures de transport 1,4 % de la superficie totale. Parmi les terres forestières, 58,9 % de la superficie totale est fortement boisée et 2,4 % est couverte de vergers ou de petits groupes d'arbres et sur les terres agricoles, 8,2 % sont utilisées pour les cultures, 3,6 % pour les pâturages et 23,6 % de la superficie totale pour les alpage[8].

Localités[modifier | modifier le code]

La commune compte 1 localité :

Hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte 4 hameaux :

  • Bassins
  • Le Châtelard
  • Châtillon
  • Le Ravin

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte 35 lieux-dits :

  • Moinsel
  • La Vy Noire
  • Les Longs Champs
  • Pré des Leipes
  • Les Gilles
  • Le Crot
  • Les Frasses
  • Les Rochettes
  • Rionde Dessous
  • Le Flon
  • Bois des Leipes
  • La Vy des Gros
  • Venchellez
  • Le Molaret
  • Le Rebattiau
  • La Bassine
  • Rionde Dessus
  • Le Planet
  • Les Mouilles
  • Le Bugognet
  • En Félinge
  • La Chanelaz
  • L'Essert Chevalier
  • Les Bruets
  • La Chaumette
  • Les Baumettes
  • Le Grand Chaney
  • La Bâme
  • Les Pralets
  • La Crotte
  • Mondion
  • La Pessette
  • La Dunanche
  • Les Indévis
  • Bois au Ministre

Topographie[modifier | modifier le code]

Vue du ruisseau de la Combe asséché dans les gorges.
Vue de La Vy des Gros depuis le Mont Sâla.

Les principaux sommets situés sur la commune sont le Crêt de Grison (culminant à 1324 mètres d'altitude) et La Vy des Gros (culminant à 1319 mètres d'altitude). Les gorges de Moinsel se situent également sur la commune, à la frontière avec Arzier-Le Muids.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Vue du ruisseau de la Combe depuis la localité de La Cézille.

La village est traversé par les rivières et les ruisseaux de la Serine, du Geny et de la Combe, qui y prennent leurs sources.

Protection de la nature[modifier | modifier le code]

Le village fait partie du parc naturel régional Jura vaudois et du district franc fédéral du Noirmont (no 30). Cette zone est protégée pour ses pâturages très boisés, afin de préserver le saxifrage bouc, et l'habitat des animaux, afin de maintenir les populations de Grand Tétras et de vipères péliade[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

En décembre 2019, Bassins avait une population de 1'386 habitants[10].

La population a augmenté de plus de 1'100 personnes entre 1960 et 2020.

La répartition par âge de la population à Bassins, en 2009
Âge de la population Nombre de personnes Pourcentage sur la population totale
0-9 ans 188 16,9 %
10-19 ans 153 13,7 %
20-29 ans 81 7,3 %
30-39 ans 165 14,8 %
40-49 ans 226 20,3 %
50-59 ans 128 11,5 %
60-69 ans 104 9,3 %
70-79 ans 42 3,8 %
80-89 ans 23 2,1 %
90 et plus 5 0,4 %
La répartition par âge de la population à Bassins, en 2020
Âge de la population Nombre de personnes Pourcentage sur la population totale
0-19 ans 372 25,2 %
20-39 ans 322 21,8 %
40-64 ans 603 40,9 %
65-79 ans 137 9,3 %
80 et plus 41 2,8 %

En 2000, il y avait une moyenne de 2,4 personnes dans 330 ménages privés dans la municipalité, 99 ménages étaient composés d'une seule personne et 28 ménages comptaient cinq personnes ou plus. Sur un total de 342 ménages ayant répondu à cette question, 28,9% étaient des ménages composés d'une seule personne et il y avait 2 adultes qui vivaient avec leurs parents. Parmi les autres ménages, on comptait 101 couples mariés sans enfants, 103 couples mariés avec enfants et 21 parents isolés avec un ou plusieurs enfants. Il y avait 4 ménages qui étaient composés de personnes sans lien de parenté et 12 ménages qui étaient composés d'une sorte d'institution ou d'un autre logement[11].

En 2000, la majorité de la population parlait le français (681 ou 81,9 %), l'allemand étant la deuxième langue la plus courante (69 personnes ou 8,3 %) et l'anglais la troisième (46 ou 5,5 %). Il y avait 10 personnes qui parlaient italien[12].

En 2008, 23,5 % de la population résident à Bassins était des ressortissants étrangers[13].

Le graphique ci-dessous représente l'origine de la population, ces 7 dernières années, à Bassins :

Origine de la population de Bassins, entre 2013 et 2020
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Suisses 976 998 1009 1002 1042 1038 1066 1123
Français 61 57 58 65 84 86 107 127
Italiens 41 39 45 42 33 35 31 26
Espagnols 13 17 18 18 12 10 5 10
Portugais 48 42 43 44 41 42 43 49
Kosovars 4 4 0 0 0 - 9 11
Autres étrangers 158 161 147 140 144 136 134 129

Entre 1999 et 2009, la population a évolué à un taux de 43%, 31,3% en raison de la migration et 11,7% en raison des naissances et des décès.

Genre ou sexe de la population de Bassins, entre 2013 et 2020
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Femmes 633 652 657 650 671 668 698 742
Hommes 668 666 663 661 685 679 697 733

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bassins, entre 1940 et 2020[14] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte Dufour de 1864, montrant Bassins.

L'origine de Bassins, occupé par les Romains, puis par les Burgondes, n'est attesté que depuis le 10e siècle. Pourtant, la découverte d'un cimetière datant du haut Moyen Âge témoigne d'un peuplement précoce du territoire communal, à cette époque là.

Appartenances historiques[modifier | modifier le code]

Les différentes appartenances historiques du territoire de Bassins :

Empire romain d'Occident (395 – 4 septembre 476)

Royaume des Burgondes (4 septembre 476 – 532)

Royaume francs (532 – 800)

Empire carolingien (800 – 7 avril 924)

Royaume de Haute-Bourgogne (7 avril 924 – 933)

Royaume d'Arles (933 – 1032)

Saint-Empire romain germanique (1032-1648)

États de Savoie (1648 – 12 avril 1798)

République helvétique (12 avril 1798 – 10 mars 1803)

Première république française (10 mars 1803 – 18 mai 1804)

Premier Empire français (18 mai 1804 – 4 avril 1814)

Confédération des XIX cantons (4 avril 1814 – 7 août 1815)

Confédération des XXII cantons (7 août 1815 – 12 septembre 1848)

Confédération suisse (depuis le 12 septembre 1848)

Historique communale[modifier | modifier le code]

Le village de Bassins a fait partie de l'ordre de Cluny de 1099 à 1536.

Les traces de son ancien prieuré, actuellement l'église de Bassins, remonteraient à 1164, lorsque le nom Gerolet, prieur de Bassins, ressortit lors d'une transaction de l'évêque de Genève, Arducius de Faucigny, entre l'abbaye de Bonmont et celle de Dalmare de Divonne. Son territoire s'étendait jusque sur les sommets du Jura, entre les possessions de la chartreuse d'Oujon et celles de l'abbaye de Bonmont[15].

Bassins fit partie de la ville de Payerne, jusqu'en 1535, de 1536 à 1798, au bailliage de Nyon, sous le régime bernois et depuis 1798, au district de Nyon.

Au 19ème siècle, deux grands incendies éclatèrent, dans le vieux village. Le premier, dans le quartier de l'église le , lors duquel il fallut 673 hommes, en plus des pompiers communaux, pour venir à bout du sinistre qui brûla 10 bâtiments et le deuxième en 1899, détruisant les maisons en face de l'auberge de la Couronne[16].

La population croît de 300 à 1400 habitants entre 1960 et 2021. La commune, propriétaire de la plupart des forêts de son territoire et de dix chalets d'alpage, fut l'une des plus riches du canton de Vaud jusque dans les années 1970[note 1].

Vue du clocheton et des sirènes d'alarme de la mairie de Bassins.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blasonnement[modifier | modifier le code]

L'héraldique des armoiries municipale de Bassins[17],[18]:

Bassins-coat of arms.svg

Blasonnement :

Coupé au premier d'azur, au sapin de sinople fûté de gueules, sommé d'un oiseau d'argent, accosté à senestre d'un ours passant d'argent, lampassé et armé de gueules et, à dextre, d'un renard contourné de gueules. Au deuxième de gueules à une fontaine d'argent sur une terrasse de sinople.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende et un ancien sceau à cacheter, en argent, sur lequel la patte d'un ours dressé tient l'écusson, Bassins et Arzier-Le Muids se disputaient, dans la combe entre les deux communes, le territoire de la forêt de Fyai (nom disparu). Elles étaient représentées sur l'héraldique, l'une par l'ours et l'autre par le renard (pas d'informations sur quelle commune est quel animal). L'État, représenté par la colombe, voulant mettre d'accord les deux parties, s'attribua le sapin symbolisant la forêt. La fontaine, cependant, représente une des particularités de Bassins, qui est de posséder une multitude de sources présentent sur son territoire[18].

Activités[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Le sentier des Toblerones qui suit la ligne des Toblerones, une ligne de fortifications de la Seconde Guerre mondiale.
  • Le sentier géologique, qui est un sentier de 16 km de long, parcourant les hauteurs du village de Bassins[19],[20],[21].
  • Le sentier lithologique, qui est un sentier de 9 km de long, parcourant les crêts du village[22],[23].
  • Le sentier des alpages, un sentier de 6 km de long, situé vers les chalets d'alpage de Bassins[24],[25],[26].
  • La distillerie de Bassins, qui est une distillerie de plantes aromatiques et médicinales (visites organisées en juillet).
  • L'espace Gasser, qui est un parc naturel, ayant été aménagé dès 1964[27].
  • Le camping du Jubillet, qui est un camping ouvert toute l'année, installé en haut du village, bordant la forêt[28].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Ski nordique - Piste de ski partant du col du Marchairuz jusqu'à La Givrine, en passant par la Bassine et les crêtes du Jura.
  • Pétanque - Pistes de pétanque se situant à l'ouest du village, en face du restaurant La Couronne.
  • Football - Terrain de foot se situant à l'est du village, à côté de la forêt.
  • Beach Volley - Terrain de Beach Volley se situant au nord du village, à côté de la piscine de Bassins.

Piscine[modifier | modifier le code]

Piscine de Bassins
Image dans Infobox.
Vue globale de la piscine.
Présentation
Type
Style
Architectes
Pascal Fournier, Sandra Maccagnan
Matériau
Construction
20032004
Ouverture
Hauteur
Profondeur du bassin :
- Fond mobile = 45cm – 145cm
- Fond fix = 2,3m
Envergure
Bassin :
- Longueur = 25m
- Largeur = 11m
Surface
20 800 000 m2 ou 20 770 000 m2Voir et modifier les données sur Wikidata
Propriétaire
Commune de Bassins
Site web
Localisation
Pays
Région
Canton
Commune
Bassins
Adresse
Rue de l'ancienne Scierie 2, 1269 Bassins
Altitude
753 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Accès et transport
Stationnement
- Piscine P1
- Piscine P2
Autobus
Arrêt de bus :
Bassins, piscine
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg

La piscine de Bassins est une piscine couverte, construite avec des matériaux écoresponsables, entre 2003 et 2004[29].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de la construction d'une piscine à Bassins ressortit le 29 septembre 2000, lors du Conseil exécutif du groupement scolaire, à la suite des discussions sur les infrastructures scolaires nécessaires[30].

En mars 2001, un crédit de 40'000 francs fut voté pour la mise au concours du projet, la première évaluation du coût s'évaluait à 1,9 millions CHF[31].

En septembre 2001, après la conception du projet, développé par l'entreprise d'architecture Fournier et Maccagnan, son prix fut évalué à 2,5 millions CHF[32].

En mars 2002, après les votations, qui passèrent à 62% de oui, contre 38% de non, la piscine fut estimé à 4,2 millions CHF[33].

En février 2003, le conseil communal accorda un crédit de 2,695 millions de francs et la clinique de Genolier un crédit de 1,5 millions de francs, pour le projet s'évaluant à un coût total de 4,695 millions CHF[34].

La construction de la piscine débuta le 1er juillet 2003, avec ses 440m3, se fut le bois, le principal matériel utilisé à sa conception[35].

La réalisation de la piscine se termina en août 2004, son coût global fut, au final, de 5,324 millions de francs suisses[36].

Installations[modifier | modifier le code]

Vue de l'intérieur de la piscine.

Bassin[modifier | modifier le code]

  • 1 ligne avec un plongeoir, pour les nageurs
  • 5 lignes avec 5 plongeoirs, pour les loisirs
  • 1 toboggan mobile pour les enfants de moins de 10 ans

Alentours[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs transats sont installés tout autour du bassin central

Transports[modifier | modifier le code]

Bassins est accessible par la route, à l'Ouest en direction de Le Muids, au Sud en direction de Begnins et au Nord-Est en direction de Le Vaud. La commune est desservie par CarPostal en direction de Nyon ou de Saint-George et de Gland ainsi que par le chemin de fer Nyon-Saint-Cergue-Morez. Cependant, la gare étant passablement éloignée du village, elle est moins utilisée que les autocars[réf. nécessaire].

Lignes de transports publics[modifier | modifier le code]

Bassins est desservie par la ligne Bassins, Colonie – Bassins, gare (825), aux arrêts de bus Bassins, Colonie, Bassins, Siaux, Bassins, Piscine P1, Bassins, Tillette et Bassins, gare du réseau Rail-Bus Bassins[37]. Elle est également desservie par les lignes de CarPostal Nyon, gare – Saint-George, village (820), aux arrêts de bus Bassins, La Tillette et Bassins, piscine[38] et Gland, gare nord – Bassins, piscine (830), à l'arrêt Bassins, piscine[39]. Enfin, elle est desservie par la ligne du Chemin de fer Nyon-Saint-Cergue-Morez Nyon – Saint-Cergue – La Cure (155), à la gare de Bassins[38].

Rail-Bus Bassins (825)[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne 825 fut ouverte le , il y avait 10 courses aller-retour par journée[40]. En 2018, la ligne Bassins, Tillette – Gare de Bassins ferma, car elle n'était pas assez utilisé.

Le , la ligne Bassins, Tillette – Gare de Bassins fit rouverte, car plusieurs habitants de la commune demandèrent sa réouverture[41],[37].

Ligne[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques

825
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Rail-Bus Bassins
Bassins, Colonie Gare de Bassins
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
4,4 km
Durée
10 min
Nb. d’arrêts
5
Matériel
Renault Master
Jours de fonctionnement
LMaMeJV
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
Bassins
Desserte :
  • Village desservi : Bassins
  • Arrêts de bus desservis : Colonie, Sciaux, Piscine P1, Tillette et Gare de Bassins.
Autre :
  • Zones traversées : 93.
  • Amplitudes horaires : La ligne fonctionne durant la journée de lundi au vendredi de h 30 à h 40 le matin et de 16 h 48 à 18 h 58 l'après-midi.
  • Particularités : Les quatre départs, du matin, partent de Bassins, Colonie jusqu'à la Gare de Bassins et les quatre départs, de l'après-midi, partent de la Gare de Bassins jusqu'à Bassins, Colonie.
  • Date de dernière mise à jour : .

Politique et municipalité[modifier | modifier le code]

Les bureaux communaux de Bassins.

Lors des élections fédérales de 2007, le taux de participation était de 297 voix ou 48,6%. Le parti le plus populaire était le PS avec 21,82% des voix. Les trois autres partis les plus populaires étaient l'UDC avec 20,82%, Les Verts avec 16,28% et le FDP avec 12,69%[42].

Liste des syndics de Bassins
Période Identité Étiquette Qualité
1873 1900 Ferdinand Genevay    
1900 1910 Jules Dunand    
1910 1933 Julien Genevay    
1933 1974 Paul Genevay   Juge, Agriculteur
1974 1988 André Treboux   Agriculteur
1988 1997 Maurice Gruaz   Chauffagiste
1997 2021 Didier Lohri Vert Maître de direction générale de l'enseignement postobligatoire (DGEP), Ingénieur
2021 Syndic actuel Sonia Pittet   Conservatrice Registre Foncier, Juriste

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XXe siècle, Bassins était principalement un village agricole. Les cultures arables étaient pratiquées dans les parties basses de la commune, tandis que l'élevage bovin et la production laitière prédominaient sur les hauteurs du Jura. La sylviculture était également très importante grâce à l'abondance de la forêt et a été responsable de la prospérité de la municipalité dans les années passées. Les autres emplois sont dans le commerce et la distillerie, produisant des essences de parfum pour l'industrie de la parfumerie. Bassins est le siège de la Fédération vaudoise des crédits mutuels. Depuis environ 1980, grâce à son bel emplacement et aux bonnes liaisons de transport, une évolution rapide vers une communauté résidentielle a commencé. De nouveaux lotissements sont construits, notamment dans le quartier des Platets. La majorité des résidents travaillent en dehors du village, principalement à Nyon et à Genève.

En 2000, le nombre de travailleurs provenant de l'extérieur était de 67 alors que le nombre partant vers l'extérieur était de 329, de ces 329 travailleurs, 14,3% utilisent les transports en commun pour se rendre au travail et 67,3% utilisent une voiture. La municipalité est un exportateur net de travailleurs, avec environ 4,9 travailleurs quittant la municipalité pour chaque travailleur y entrant. Environ 23,9% de la main-d'œuvre arrivant à Bassins provient de l'étranger[43].

En 2008, le nombre total d'emplois à plein-temps était de 114. Ils étaient répartis : 28 dans le secteur primaire, 46 dans le secteur secondaire et 40 dans le secteur tertiaire. Dans ces trois secteurs, 25 emplois étaient en lien avec l'agriculture, 3 avec la foresterie, 24 avec la fabrication, 22 avec la construction, 17 avec la vente et la répartition de véhicules, 2 avec le stockage et le transport de marchandises, 7 avec l'hôtellerie et la restauration, 3 avec les professions technique et scientifique, 7 avec l'enseignement et 4 avec la santé[44].

En 2010, le taux de chômage à Bassins était de 3,2%.

Entreprises[modifier | modifier le code]

Plus de 25 entreprises sont domiciliées à Bassins, leurs activités sont :

Vue de la boulangerie "La Ferme".

Hôtel - Restaurant[modifier | modifier le code]

  • Hôtel - Restaurant de la Couronne
  • Restaurant Le Virollet
  • Buvette La Chaumette
  • Buvette - Dortoirs des Pralets[46]

Religion[modifier | modifier le code]

D'après les statistiques de 2000, 210 personnes ou 25,2% étaient catholiques romaines, tandis que 374 ou 45,0% appartenaient à l'église réformée suisse, 6 personnes ou 0,72% étaient membres d'une église orthodoxe, 59 personnes ou 7,09% appartenaient à une autre église chrétienne, 3 personnes ou 0,36% étaient juives, 2 ou 0,24% étaient islamiques, 1 personne était bouddhiste et 1 individu appartenait à une autre église. Parmi les autres, 168 ou 20,19% n'appartenaient à aucune église, étaient agnostiques ou athées et 35 individus ou 4,21% n'ont pas répondu à la question.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'école Jean de la Fontaine accueille les enfants de 1ère primaire à 6ème primaire[47].

En 2000, 5 élèves d'autres municipalités étudiaient à Bassins, tandis que 100 résidents étudiaient des écoles en dehors de la municipalité.

A Bassins, environ 286 personnes ou 34,4% de la population ont terminé l'enseignement secondaire supérieur non obligatoire (soit le gymnase, soit un apprentissage), et 179 personnes ou 21,5% ont terminé un enseignement supérieur supplémentaire (soit l'université, soit une HES). Sur les 179 personnes ayant achevé une formation supérieure, 50,3% étaient des hommes suisses, 29,1% des femmes suisses, 13,4% des hommes étrangers et 7,3% des femmes étrangères.

Pour l'année scolaire 2009/2010, le district scolaire de Bassins comptait 205 élèves au total. Dans le système scolaire cantonal vaudois, deux années de préscolarité non obligatoire sont assurées par les districts politiques. Durant l'année scolaire , le district politique a assuré l'accueil préscolaire de 1249 enfants au total, dont 563 enfants (45,1 %) ont bénéficié d'un accueil préscolaire subventionné. Le programme de l'école primaire du canton exige que les élèves la fréquentent pendant quatre ans. Le programme de l'école primaire communale comptait 125 élèves. Le programme de l'école secondaire inférieure obligatoire dure six ans et il y avait 77 élèves dans ces écoles. Il y avait également 3 élèves qui étaient scolarisés à domicile ou qui fréquentaient une autre école non traditionnelle[48].

Architecture[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame, d'un style roman et gothique, construite au Xe siècle, à côté d'un cimetière datant du Haut Moyen-Âge, est une église clunisienne, ayant une grande importance, avec son ancien monastère, dans l'histoire du village de Bassins. Elle fait partie des biens culturels Suisse d'importance nationale[49].

Vue de l'église enneigée.

Fontaines[modifier | modifier le code]

Le village compte 7 fontaines, 1 se situant à La Cézille et les 6 autres dans le vieux village. Elles ont été construites, autour du XIXe siècle, pour les besoins domestiques et le bétail[16].

Entre les années 2000 à 2015, la commune décida de rénover 3 de ses 7 fontaines.

La fontaine et l'arrêt de bus de la Tillette.

Chalets d'alpage[modifier | modifier le code]

La commune détient 12 chalets d'alpage sur l'étendu de son territoire, les voici :

Photo Nom Coordonnées Altitude Remarques
Chalet de la Dunanche.jpg
La Dunanche 46° 28′ 39″ N, 6° 11′ 40″ E 1 117 m
Chalet des Pralets.jpg
Les Pralets 46° 29′ 53″ N, 6° 10′ 05″ E 1 271 m Buvette d'alpage et dortoirs[50]
La Bassine 46° 30′ 22″ N, 6° 11′ 05″ E 1 260 m Fabrication de Gruyère d'alpage[51]
La Chaumette 46° 28′ 49″ N, 6° 12′ 20″ E 980 m Buvette d'alpage en été
Le Bugnonet.jpg
Le Bugnonet 46° 29′ 02″ N, 6° 12′ 33″ E 993 m
La Pessette 46° 28′ 54″ N, 6° 11′ 40″ E 1 169 m
Les Frasses 46° 29′ 06″ N, 6° 11′ 11″ E 1 161 m
Chalet d'alpage "Le Crot".jpg
Le Crot 46° 29′ 20″ N, 6° 11′ 47″ E 1 225 m
Mondion 46° 29′ 28″ N, 6° 10′ 49″ E 1 269 m
Le Planet.jpg
Le Planet 46° 29′ 41″ N, 6° 11′ 50″ E 1 363 m
Ferme de la Rionde-dessous - img 44824.jpg
Rionde-Dessous 46° 31′ 01″ N, 6° 12′ 01″ E 1 317 m
Rionde-Dessus 46° 31′ 13″ N, 6° 11′ 42″ E 1 327 m

Personnalités[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2008 : Souvenir d'avant 1950, quatre anciens villageois de Bassins racontent[52]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Germain Hausmann, « Bassins », sur www.hls-dhs-dss.ch (Dictionnaire historique de la Suisse en ligne), version du 06-05-2004 (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. « Communes vaudoises et districts | VD.CH », sur www.vd.ch (consulté le )
  4. « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch (consulté le )
  5. « toponymes.ch - Bassins », sur search.toponymes.ch (consulté le )
  6. Visualisation sur Swisstopo.
  7. Office fédéral de la statistique, « Statistique de la superficie standard - Communes selon 4 domaines principaux - 1979-1985, 1992-1997, 2004-2009, 2013-2018 | Tableau », sur Office fédéral de la statistique, (consulté le )
  8. (de) « Swiss Federal Statistical Office-Land Use Statistics »
  9. « Territoire et missions », sur parcjuravaudois.ch (consulté le )
  10. (de) « "Ständige und nichtständige Wohnbevölkerung nach institutionellen Gliederungen, Geburtsort und Staatsangehörigkeit" », sur bfs.admin.ch
  11. (en) « Swiss Statistics - Portraits of communes », sur web.archive.org, (consulté le )
  12. (de) « STAT-TAB Datenwürfel für Thema 40.3 - 2000 », sur web.archive.org, (consulté le )
  13. (de) « Swiss Federal Statistical Office - Superweb database - Gemeinde Statistics 1981-2008 », sur bfs.admin.ch
  14. « Démographie de Bassins, statistiques du canton de Vaud », sur cartostat.vd.ch (consulté le )
  15. Ad. Decollogny., « Nouvelle revue de Lausanne - Prieuré de Bassins », sur Va, découvre ton canton...,
  16. a et b « Présentation de Bassins | Vie locale », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  17. (en) « Bassins commune (Vaud canton, Switzerland) », sur www.crwflags.com (Drapeau du monde) (consulté le )
  18. a et b « Bassins, un territoire vaudois, un lopin clunisien - ALPHABET DES COMMUNES VAUDOISES », sur fao.ch, (consulté le )
  19. « Sentier géologique de Bassins | Activité », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  20. « Sentier géologique de Bassins — Randonature », sur www.randonature.ch (consulté le )
  21. « Sentier géologique de Bassins », sur randonature.ch, (consulté le )
  22. « Sentier lithologique de Bassins — Randonature », sur randonature.ch (consulté le )
  23. « Sentier lithologique de Bassins », sur randonature.ch, (consulté le )
  24. « Sentier des alpages, Bassins », sur parcjuravaudois.ch (consulté le )
  25. « Sentier des alpages — Randonature », sur randonature.ch (consulté le )
  26. « Sentier des Alpages de Bassins », sur randonature.ch, (consulté le )
  27. « Espace GASSER | Activité », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  28. « Camping du Jubillet | Hébergement », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  29. Raphaël Ebinger, « https://www.24heures.ch/vaud-regions/la-cote/bassins-externalise-exploitation-piscine/story/28111288 », 24 Heures (Suisse),‎ (lire en ligne)
  30. Laurence Arthur, « Bassins nage dans le bonheur », sur 24heures.ch, (consulté le )
  31. Laurence Arthur, « Bassins mise sur une piscine », sur 24heures.ch, (consulté le )
  32. Laurence Arthur, « Le village aura sa piscine », sur 24heures.ch, (consulté le )
  33. Y. Ti., « Votation, oui à la piscine », sur 24heures.ch, (consulté le )
  34. L. Aur, « Projet de piscine accepté », sur 24heures.ch, (consulté le )
  35. Patrick Testuz, « Bassins a bientôt sa piscine en bois », sur 24heures.ch, (consulté le )
  36. C. P., « Piscine de Bassins », sur Batir, (consulté le )
  37. a et b « Rail-Bus de Bassins », sur Bassins.ch (consulté le )
  38. a et b « Ligne de transports publics du canton de Vaud », sur citrap-vaud.ch (consulté le )
  39. « CarPostal : ligne 830 », sur www.postauto.ch (consulté le )
  40. « Une nouvelle ligne de transports publics ouvre à Bassins », sur BassInfos.ch, (consulté le )
  41. « Pour aller à sa gare, Bassins remet son Rail-Bus en route », sur lacote.ch, (consulté le )
  42. (de) « Statistik Schweiz - Beteiligung, Parteistärken, Mandate », sur web.archive.org, (consulté le )
  43. (de) « Swiss Federal Statistical Office - Statweb », sur archive.is, (consulté le )
  44. (de) « Swiss Federal Statistical Office STAT-TAB Betriebszählung: Arbeitsstätten nach Gemeinde und NOGA 2008 (Abschnitte), Sektoren 1-3 », sur web.archive.org, (consulté le )
  45. « entreprises locales | Vie locale », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  46. « Hôtel et restaurants | Hôtel et restaurants », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  47. « École primaire à Bassins | Etablissements scolaires », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  48. « Canton of Vaud Statistical Office - Scol. obligatoire/filières de transition », sur vd.ch
  49. « Eglise de Bassins | Eglise et religion », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )
  50. « Les Pralets »
  51. « Alpage de La Bassine - Production de fromage AOP », sur lacote-tourisme.ch
  52. « Film : souvenirs d'avant 1950 | Vie locale », sur Commune de Bassins (Vaud | Suisse) (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]