Givrins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Givrins
Givrins
Blason de Givrins
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Communes limitrophes Arzier-Le Muids, Genolier, Duillier, Trélex, Saint-Cergue
Syndique Regula Zellweger
NPA 1271
No OFS 5720
Démographie
Gentilé Givrinois(e)
Population
permanente
1 024 hab. (31 décembre 2019)
Densité 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 45″ nord, 6° 12′ 07″ est
Altitude 564 m
Superficie 3,97 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Givrins
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Givrins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Givrins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Givrins
Liens
Site web www.givrins.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Givrins est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Givrins accueille près de 1 000 habitants.

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Les armes de cette commune sont figurées par un sapin vert qui s'élève d'une montagne à trois sommets, verte aussi. Ces armes d'après le calendrier historique vaudois de 1920, dateraient du XVIIIe siècle. Ces armes sont probablement inspirées d'un ancien sceau communal dont on trouve une trace dans un acte de reconnaissance de bourgeoisie du [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Le temple de Givrins

L’église protestante Notre-Dame (Rue du Temple 2) a été bâtie en 1964 par l’architecte Marcel Auclair 46° 22′ 51″ N, 6° 14′ 16″ E[4].

Précédemment, Givrins était rattachée à la paroisse de Vich puis dès 1834 à la paroisse de Duillier. En 1840, elle est rattachée à la paroisse de Genolier qu'elle quittera à la suite de la construction de son propre temple[5].

La fontaine au centre du village, construite en 1810, est classée comme monument historique depuis juillet 1966[6]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. Revue historique vaudoise, vol 32, 1924
  4. Université de Berne, base de données sur l'architecture religieuse moderne en Suisse (https://www.schweizerkirchenbautag.unibe.ch/moderner_kirchenbau/index_ger.html)
  5. Dictionnaire Historique Suisse
  6. Tribune de Lausanne, 27 juillet 1966

Sur les autres projets Wikimedia :