Prangins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Prangins
Prangins
Vue du château de Prangins
Blason de Prangins
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Localité(s) Prangins, Promenthoux
Communes limitrophes Coinsins, Vich, Gland, Nyon, Duillier
Syndic François Bryand
NPA 1197
N° OFS 5725
Démographie
Population
permanente
4 062 hab. (31 décembre 2016)
Densité 674 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 39″ nord, 6° 14′ 56″ est
Altitude 413 m
Superficie 6,03 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Prangins
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Prangins

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Prangins

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Prangins
Liens
Site web www.prangins.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Prangins est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Coinsins
Vich
Rose des vents
Duillier N Gland
O    Prangins    E
S
Nyon Lac Léman
Maison communale de Prangins

Prangins se situe au bord du lac Léman entre Lausanne et Genève. Le village est séparé en deux par un axe ferroviaire.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le château date de la première moitié du XVIIIe siècle. Il héberge la section romande du musée national suisse depuis 1998. Il est, tout comme la villa les Bleuets, inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[3].

Le temple (1757-1761), remplace une ancienne église romane, redevenue paroissiale en 1671, mais qui n'était plus qu'un vieux petit bâtiment vis-à-vis du château, du côté sud. Le nouveau temple est implanté face à la cour d'honneur du château, au-delà du grand jardin à la française très encaissé de celui-ci. L'architecte en fut le Genevois Jean-Louis Bovet I, le père (1699-1766)[4]. Clocher reconstruit en 1860 par l'architecte Louis Wenger[5].

Sur le territoire de la commune se trouve également l'émetteur HBG ainsi qu'un monument des Vaudois (16 août 1689) commémorant le retour au Piémont.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2016 », sur Statistiques Vaud (consulté le 5 septembre 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  4. Marcel Grandjean, Les Temples vaudois. L'architecture réformée dans le Pays de Vaud, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise 89, , 667 p., p. 196-202
  5. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 », (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 590.

Sur les autres projets Wikimedia :