Saint-Livres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Livres
Saint-Livres
Vue du village depuis le vallon de l'Aubonne.
Blason de Saint-Livres
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Morges
Communes limitrophes Yens, Bière, Lavigny, Aubonne
Syndic
Mandat
Henri Bourgeois
2016-2021
NPA 1176
No OFS 5435
Démographie
Gentilé Saint-Levris
Population
permanente
684 hab. (31 décembre 2020)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 29″ nord, 6° 23′ 13″ est
Altitude 601 m
Min. 450 m
Max. 715 m
Superficie 8,12 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Livres
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Livres
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Saint-Livres
Liens
Site web www.st-livres.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Saint-Livres est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le parc communal et le clocher de l'église.

Sise à 600 mètres d'altitude, Saint-Livres fait partie du district de Morges. Délimitée par deux rivières, l’Aubonne à l'ouest et le Boiron à l'est, la commune partage ses frontières avec les communes d'Aubonne (y compris Montherod), Bière, Yens et Lavigny. La commune est située à environ 20 km de Lausanne. Le climat est océanique avec des étés tempérés[3].

Le territoire de la commune s'étend sur environ 8,12 km2, étagés entre 450 et 715 m d’altitude, le village se situant en son centre. Dans la partie inférieure, se trouve un coteau bien exposé de 28,5 hectares de vignes. Ces vignes sont cultivées par de nombreux propriétaires, dont les récoltes sont acheminées principalement vers la cave de Morges. Quelques vignerons offrent des bouteilles habillées d'étiquettes de Saint-Livres. Les vignes de la commune permettent de constituer une réserve communale[4].

Dans la partie centrale, de 460 hectares environ, douze agriculteurs cultivent les terres tout autour du centre du village.

La partie supérieure est constituée de 295 hectares de forêts. Ces forêts appartiennent en grande partie à la commune, à l'exception de petites parcelles privées. L'État de Vaud est également propriétaire de 36 hectares divisés en deux parcelles : le bois Robert et le bois d'Etoy[4].

À l'ouest se situe le vallon de l'Aubonne, entièrement boisé, à l'exception de quelques prairies.

La glacière de Saint-Livres à Bière.

La commune possède, dans le Jura, sur le territoire de la commune de Bière, un pâturage « annexe » appelé Pré-de-St-Livres. 110 hectares ont été mis à ban et 50 hectares sont destinés à l'estivage des génisses des agriculteurs du village[5]. Le pâturage abrite une glacière, exploitée au XIXe siècle et au début du XXe siècle[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Nommé pour la première fois sous le nom de apud Sanctum Liberium en 1220, Saint-Livres doit son nom à saint Libère, pape de 352 à 366, à qui la première église fut dédiée.

Les habitants de la commune s'appellent les Saint-Levris[3]. Leur sobriquet est les Ronge-Grugnes[7].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries Significations
D'or à deux branches de sapin de sinople en sautoir, fruitée de cinq pièces de gueules.
Les deux branches de sapin de ces armoiries adoptées en 1926 rappellent simplement les grandes forêts que possède cette commune[4].

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune se nomment les Saint-Levris[8],[9].

Ils sont surnommés les Ronge-Grugnes[10] (les ronge-souches ou ronge-ceps en patois vaudois[9]).

Démographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Livres Photographié en 1949 par le photographe Werner Friedli (de).

L'origine de la commune n'est attestée que depuis le haut Moyen Age. Des sépultures de cette époque ont été retrouvées à La Vauguine.

Le village se trouvait à l'origine sur le lieu-dit « Les Chapelles » et « Le vieux motier ». et était détenue par l'évêque de Lausanne depuis 1159 qui concéda le village en fief à la famille de Faucigny, puis céda ses droits à Pierre II de Savoie en 1259. La paroisse fut alors donnée au couvent du Grand Saint-Bernard[6].

Un écrit de 1416 mentionne 60 feux. Un autre texte d'archive de 1453 fait état de 35 foyers en raison des épidémies de peste.

Entre 1453 et 1457, le village fut en partie emporté par l'éboulement de la colline où il était construit et les autres habitations risquaient de s'effondrer en raison des eaux de l'Aubonne qui avaient attaqué le coteau, les habitants réussirent à déplacer les maisons, l'église et le cimetière à l'emplacement actuel du village. Ces faits sont mentionnés dans un manuscrit qui évoque notamment la grande fête qui eut lieu lors de la consécration de l'église reconstruite le [11],[6].

Saint-Livres suivit alors la destinée de la seigneurie, du bailliage (entre 1701 et 1798), puis du district d'Aubonne (entre 1798 et 2006).

Économie[modifier | modifier le code]

En plus des vignes, environ 460 ha sont cultivés de céréales, panifiables et fourragères, betteraves sucrières et fourragères, colza, maïs, tournesol par une douzaine d'agriculteurs. Deux d’entre eux sont détenteurs de vaches laitières dont le lait est acheminé aux Laiteries Réunies de Genève, à la suite de la cessation d’activité de la fromagerie locale[4].

Politique[modifier | modifier le code]

La Municipalité[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Livres est dirigée par la Municipalité composée de 5 membres. La Municipalité représente l'exécutif et est chargée de l'administration de la commune, veille à l'exécution des lois et règlements et prononce les amendes pour contravention aux règlements. La Municipalité est élue, tous les cinq ans par la population, au scrutin majoritaire[12].

Liste des membres de la Municipalité et de leurs dicastères (période 2016-2021)
Identité Titre Dicastères
Henri Bourgeois Syndic Administration générale

Armée

Assurances

Routes

Police

Cimetière

Gaz

Jocelyne Rivier Forney Municipale Finances

Services sociaux

Déchetterie

Pierre-André Pellet Municipal Forêts

Montagne

Eau

Épuration

Frank Nussbaum Municipal Domaines

Bâtiments

Protection civile

Service de défense incendie (SDIS)

Intégration

Fabienne Lador Hertig Municipal Écoles

Police des constructions

Aménagement du territoire

Le Conseil communal[modifier | modifier le code]

Le Conseil Communal est composé de 30 membres. Il exerce des fonctions délibératives et consultatives, il vote le budget et l'arrêté d'imposition, il contrôle la gestion et les comptes et il approuve les règlements communaux.

Les Conseillers communaux sont élus, tous les cinq ans par la population, au scrutin majoritaire [12].

Liste des Conseillers communaux (période 2016-2021)
Identité
Carlos Alves
Céline Bauquis
Romain Bourgeois
Daniel Cornu
Christian Cottet
Sébastien Deglise
André Eicher
Béatrice Fleury
Cédric Frutig
Laurent Frutig
Anouck Gyger
Jean-Pierre Jotterand
Laure Leopizzi Romano
Julien Magnin
Didier Math
Stéphane Montandon
Jimmy Nussbaum
Sacha Pasquier
Jacqueline Pellaton
Denis Pellet
François Pellet
Richard Pellet
Sébastien Pellet
Stéphane Pellet
Fabienne Primault
Florian Roy
François Theintz
Jean-François Tripod
Esteban Uriarte
Alain Zbinden
Date de la dernière mise à jour :

Lieux d'intérêts[modifier | modifier le code]

Bâtiments[modifier | modifier le code]

L'église protestante de Saint-Livres.
  • L'église dédiée au pape saint Libère fut incorporée au prieuré d'Etoy, puis passa à la Réforme aux sires d'Aubonne. Inondé à plusieurs reprises par l'Aubonne, l'édifice fut déplacé au centre du village en 1447 et sa consécration eut lieu le . Après la Réforme, Yens devint annexe de la paroisse de Saint-Livres (Lavigny en fit également partie de 1846 à 1863). À l'origine il s'agissait d'un simple vaisseau rectangulaire dont l'adjonction d'un chœur polygonal et d'une chapelle fut entreprise entre 1966 et 1967. L'église possède des vitraux de 1935 et 1967 [13],[6].
  • La Cure, datant de 1717, est construite par Jean-Gaspard Martin [13].
  • L'école, datant de 1843, est imaginée par les architectes lausannois Henri Perregaux et Achille de La Harpe [14].

Sociétés locales[modifier | modifier le code]

  • Société de Jeunesse
  • Fanfare
  • Société de gymnastique Dames
  • Société de tir « Les Armes de guerre »
  • École de Musique
  • Union des sociétés locales
  • Section des Paysannes Vaudoises Yens-St-Livres-Reverolle-Villars-sous-Yens[15].

Les paroisses[modifier | modifier le code]

Paroisse protestante[modifier | modifier le code]

Église évangélique réformée du canton de Vaud, paroisse de l'Aubonne

Paroisse catholique[modifier | modifier le code]

Paroisse Aubonne-Bière-Gimel

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a et b « Saint-Livres, Morges, Vaud, Suisse - DB-City : Toutes les infos sur les Pays, Régions, Villes et Villages », sur mairie.fr (consulté le ).
  4. a b c et d « Feuille des avis officiels du canton de Vaud », sur www.faovd.ch (consulté le )
  5. http://www.morges-tourisme.ch/fr/Campagne/st_livres
  6. a b c et d « Saint-Livres », sur hls-dhs-dss.ch (consulté le )
  7. ucv.ch/net/Net_ucv.asp?NumStr=30.01&NoOFS=5435
  8. « UCV - Annuaire - Recherche et carte », sur Union des communes vaudoises (consulté le )
  9. a et b Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 84
  10. « Saint-Livres : Alphabet des communes vaudoises », sur Feuille des avis officiels du canton de Vaud (consulté le )
  11. http://liberius.net/articles/Le_village_de_Saint-Livres_et_son_eglise.pdf
  12. a et b [https://www.st-livres.ch/net/Net_st-livres.asp?NoOFS=5435&Sty=&NumStr=25 « St-Livres : Autorit�s »], sur www.st-livres.ch (consulté le )
  13. a et b Guide artistique de la Suisse, Société d'histoire de l'art en Suisse, (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 315
  14. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 », (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 337 et suiv.
  15. http://www.st-livres.ch/net/Net_st-livres.asp?NoOFS=5435&Sty=&NumStr=50.10

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :