Faoug

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Faoug
Blason de Faoug
Héraldique
Vue de la commune de Faoug avec le lac de Morat au premier plan et les Alpes bernoises en arrière plan
Vue de la commune de Faoug avec le lac de Morat au premier plan et les Alpes bernoises en arrière plan
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
Localité(s) et Communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Faoug
Communes limitrophes :
Greng, Courgevaux, Clavaleyres, Villarepos, Avenches
Syndic Denis Moll
Code postal 1595 Faoug
N° OFS 5458
Démographie
Gentilé Faougeois
Population 825 hab. (31 décembre 2014)
Densité 239 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 59″ N 7° 04′ 59″ E / 46.8997222222, 7.0830555555646° 53′ 59″ Nord 7° 04′ 59″ Est / 46.8997222222, 7.08305555556  
Altitude 449 m
Superficie 345 ha = 3,45 km2
Divers
Langues Français (57 %), Allemand (34 %)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Faoug

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Faoug

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Faoug
Liens
Site web www.faoug.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Faoug est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. Citée dès le XIIe siècle, elle fait partie du district d'Avenches de 1803 à 2007. Faoug est peuplé de 825 habitants en 2014. Son territoire, d'une surface de 347 hectares, se situe sur la rive sud du Lac de Morat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est plusieurs fois nommé dès le XIIe siècle. On trouve le nom de Fol en 1228, Fo en 1290 et Foz en 1441. Avant la réforme marquée de l'arrivée bernoise au XVIe siècle, Faoug était un village appartenant à l'évêché de Lausanne[3].

À la fin du XVe siècle, en 1491, les villageois obtiennent la bourgeoisie de Morat qu'ils s'engagent à défendre envers et contre tout à l'exception de l'évêque de Lausanne[3].

En 1801, les habitants de la commune de Faoug, comme pour les autres communes du district d'Avenches demande à pouvoir quitter le canton de Fribourg pour celui du Léman[3], qui deviendra par la suite le canton de Vaud.

Le , Faoug fut le théâtre d'une bataille opposant troupe fédéralistes et armée helvétique (qui y subit une défaite) dans le cadre de la guerre des Bâtons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Faoug Blason Parti d'argent au paon rouant au naturel sur un mont de sinople, et de gueules au hêtre arraché de sinople[4]
Détails Les armoiries de la commune sont présentes sur un document pour la première fois en 1713. Elles sont dites parlantes car le nom de la commune en allemand est Pfauen, ce qui veut dire en français paon. Quant au hêtre, certains étymologistes font dériver une autre origine liée au mot latin fagus qui signifie hêtre[3].
Les armoiries de la commune sont adoptées définitivement et approuvées par le canton de Vaud en 1913[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Faoug au début du XXe siècle.

La surface totale de la commune de Faoug représente 347 hectares qui se décomposent en : 68 ha de surfaces d'habitats et d'infrastructures, 190 ha de surfaces agricoles, 87 ha de surfaces boisées et enfin 2 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2004, les aires industrielles et artisanales représentent 1,15 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 8,93 %, les routes et infrastructures de transport 9,22 %, les zones agricoles 48,41 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district d'Avenches. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Avenches, Villarepos, Clavaleyres, Courgevaux et Greng.

Faoug se situe sur la rive sud du lac de Morat, à 4 km au nord-est d'Avenches à mi-chemin de Morat. Le territoire de la commune s'étend des hauts, boisés par le Bois de Mottey et le Bois de Rosset, au lac et à la plaine de la Broye. La commune est délimitée par le ruisseau du Chandon au sud et à l'ouest.

Du XVIIe au XIXe siècle, la commune comporte trente poses de vignes avec au XIXe siècle un entrepôt franc prévu spécifiquement au stockage des produits issus de la viticulture[3].

En plus du village de Faoug, la commune compte également plusieurs exploitations agricoles dispersées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Faoug compte 825 habitants en 2014[1] Sa densité de population atteint 239,1 hab./km2.

En 2000, la population de Faoug est composée de 275 hommes (49,2 %) et 284 femmes (50,8 %). La langue la plus parlée est le français, avec 324 personnes (57 %). La deuxième langue est l'allemand (193 locuteurs ou 34 % de la population). Il y a aussi 18 lusophones (3,2 %). 488 habitants sont de nationalité suisse (85,9 %) et 80 personnes sont étrangères (14,1 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 287 personnes (50,5 %), suivie des catholiques (176 habitants ou 31 % de la population). 61 personnes (10,7 %) n'ont aucune appartenance religieuse[5].

La population de Faoug s'élevait à 426 habitants en 1850, puis 440 habitants en 1900. Après que le nombre d’habitants ait diminué jusqu'à 391 en 1980, un accroissement significatif de la population a été enregistré depuis lors. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Faoug entre 1850 et 2010[6] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 22,87 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 22,83 % des suffrages et le Parti libéral-radical avec 19,66 %[7].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti socialiste à 36,45 %, le Parti libéral-radical à 23,16 %, l'Union démocratique du centre à 16,72 %, le Parti bourgeois démocratique et les Vert'libéraux à 12,12 %, les Verts à 11,45 % et Vaud Libre à 0,08 %[8].

Sur le plan communal, Faoug est dirigé par une municipalité formée de 5 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal de 35 membres dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au début du XXe siècle, l'économie locale est dominée par l'agriculture. Si des essais de viticulture ont été réalisés depuis le XVIIe siècle, celle-ci a été remplacée au fil du temps par la culture céréalière et l'horticulture. Le village s'est développé dès le XIXe siècle comme centre régional pour le commerce du vin, des céréales et du cheval. Dans la première moitié du XXe siècle ce sont plusieurs petites entreprises industrielles, y compris une société de mécanique, une briqueterie et une usine de pipes, qui s'installent à Faoug. Enfin, dans les dernières décennies, le village a connu un important développement avec la création de nouvelles zones résidentielles habitées par des personnes travaillant dans les villes voisines d'Avenches et de Morat, voir jusqu'à Berne. La commune est également un lieu de résidences secondaires au bord du lac.

Monuments[modifier | modifier le code]

Le domaine Cornaz, situé dans le village de Faoug, ainsi que ses dépendances sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale[10]. Les stations littorales de Poudrechat, de la Gare, et du Port sont, quant à elles, inscrites comme biens culturels d'importance régionale dans la liste cantonale dressée en 2009[11].

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Faoug fait partie de la communauté tarifaire fribourgeoise Frimobil. Une gare des Chemins de fer fédéraux se trouve dans la commune. Elle est sur la ligne du train régional Payerne-Morat[12]. La commune est aussi desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[13]. Du printemps à l'automne, le débarcadère de Faoug est desservi par la ligne du Lac de Morat de la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat (LNM)[14]. Le débarcadère a été reconstruit en 2005 après 35 ans sans être exploité[15]. L’autoroute A1, dont les sorties les plus proches sont Avenches, à l'ouest, et Morat, à l'est, passe sur le territoire de la commune[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidante permanente au 31 décembre 2014 », sur Statistiques Vaud (consulté le 3 mars 2015)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b, c, d, e et f BAST95, p. 55
  4. [(fr) Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) (page consultée le 11 septembre 2011)]
  5. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  6. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1 octobre 2012)
  7. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  8. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Faoug », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  11. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 3 octobre 2012)
  12. « Région Fribourg-Payerne. », sur cff.ch (consulté le 1 octobre 2012)
  13. « PubliCar Avenches (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 1 octobre 2012)
  14. « Murten/Morat-Praz-Môtier-Vallamand-Faoug-Murten/Morat (Murtensee/Lac de Morat) », sur carpostal.ch (consulté le 1 octobre 2012)
  15. « Accès > Transports publics », sur faoug.ch (consulté le 1 octobre 2012)
  16. « Accès > Par la route », sur faoug.ch (consulté le 1 octobre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Bastian, Charles Kraege et et al., Les communes vaudoises et leurs armoiries, t. 3, Chapelle-sur-Moudon, Ketty & Alexandre,‎ , 165 p. (ISBN 2-88114-037-8), p. 55-56 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]