John Bost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bost.

Jean Antoine Bost, dit John Bost, est un pasteur calviniste et revivaliste du XIXe siècle, pionnier de l'action sociale. Natif de Moutier, dans le canton suisse de Berne, devenu en 1844 pasteur à La Force, dans le Périgord, il est le fondateur des Asiles de Laforce, « utopie prophétique » destinée aux orphelins, aux personnes porteuses de handicaps et aux vieillards, devenue aujourd'hui une fondation : la Fondation John BOST. L'institution est reconnue d'utilité publique[1]. Elle a une vocation sanitaire[2] et médicosociale. Elle gère plus de trente établissements.

« Ceux que tous repoussent, je les accueillerai au nom de mon Maître, sans murs ni clôtures, et je mettrai des fleurs sur leur chemin. »

— Devise de la Fondation, inspirée par les paroles du pasteur John Bost.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vocation familiale (1817-1843)[modifier | modifier le code]

Jean est le fils du pasteur Ami Bost, figure du Réveil protestant, qui est un mouvement évangélique genevois, et de Jeanne Françoise Pattey. Six de ses neuf frères deviendront eux aussi pasteurs, dont Ami Bost Junior, homme d'affaires et père d'Helen Bost[3],[4].

Il reçoit une formation de relieur, métier manuel que ses parents jugent adapté à sa mauvaise santé, mais, pianiste émérite, il envisage de faire de ce don sa profession. En 1839, il reçoit des leçons et des encouragements de Franz Liszt de passage au Conservatoire de Genève puis, se rend à Paris pour suivre sa formation, tout en donnant lui-même des leçons de piano.

Après avoir entendu ces paroles du Domino noir - "au châtiment sévère rien ne peut me soustraire, je n'ai plus qu'à mourir" - et passé une nuit d'angoisse, il est dégouté par la vanité de la vie à laquelle il se prépare, si éloignée de celle de son enfance et de celles de ces personnes dans la souffrance et le besoin, qu'il visite régulièrement avec le pasteur Louis Meyer. En juin 1840, il a vingt trois ans et renonce à sa carrière artistique. Il part travailler un an comme précepteur en Irlande. À la rentrée 1841, il s'inscrit au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande.

À l'automne 1843, il entre à la Faculté de théologie protestante de Montauban. Dans ses loisirs, John Bost est moniteur d'enfants dans une école du dimanche dirigée par le professeur Prosper-Frédéric Jalaguier. Il découvre la misère des enfants des rues et des orphelines qui ne pouvaient être placées dans les institutions existantes, ainsi que l'absence de solutions pour les cas d'urgence sociale.

Pasteur en dissidence (1844-1850)[modifier | modifier le code]

Le Temple de Bergerac, dont dépendaient les paroissiens de La Force jusqu'à la venue du pasteur Bost.

« Détachez cet ânon et amenez-le moi (...) Le Seigneur en a besoin. »

— Marc 11:2-3, thème du sermon de la nouvelle ordination du pasteur Bost.

John Bost n'étudiera qu'une année à la Faculté de théologie protestante. En août 1844, il est en effet appelé par les paroissiens du village de La Force, dans le département de la Dordogne. Ces protestants ont refusé de suivre le pasteur désigné par le Consistoire de Bergerac, car pour eux, il n'était pas "évangélique". John Bost est ordonné pasteur le 26 septembre 1844 à Orléans.

La communauté n'a plus accès au temple de la Force et décide de construire un autre temple. L'édifice est inauguré à la sortie est du village le 15 décembre 1846 par Ami Bost, le père de John. Il est complété quelques années plus tard par une aile abritant les premières pensionnaires. Suivront la construction d'un presbytère et d'une école.

« Je formai le vœu, lorsque je serais devenu pasteur, fixé dans une Église, de travailler au relèvement de l'humanité en ouvrant une maison destinée aux orphelines de tout âge, et aux jeunes filles exposées à vivre dans un mauvais entourage.(...) Je fus appelé à Laforce comme pasteur. Peu après mon installation, je songeai sérieusement à réaliser mon vœu et à fonder cet asile tant désiré » John Bost[5].

Le 24 mai 1848, grâce aux recommandations des professeurs de la Faculté protestante de Montauban et aux souscriptions recueillies à Paris et à l'étranger, un orphelinat pour jeunes filles appelé La Famille évangélique, est inauguré. Suivront huit autres pavillons.

John Bost n’a pas été délibérément pasteur d’une église indépendante, il espérait que cette communauté serait entendue par le Consistoire. En 1849, lors du Synode national des Églises évangéliques libres de France en cours de constitution, John Bost est membre de la commission chargée de préparer le projet de Constitution. Il signera ce texte une fois adopté, avant même que son église le fasse. Cependant, il a toujours cultivé les liens avec les autres Églises, les autres institutions et des pasteurs de toutes tendances théologiques.[6]

Fondateur inspiré (1851-1860)[modifier | modifier le code]

Son action ne résulte pas d’une vocation ou d’un charisme personnel mais s’inscrit dans la mission globale et communautaire de l’Église, comme le précise le titre de sa thèse soutenue en 1880 : l’Église chrétienne considérée comme asile de la souffrance[7].

L’ouverture de La Famille s’inscrit dans un mouvement de fond des œuvres charitables du XIXe siècle mais John Bost va apporter une originalité, celle d’accueillir un public qui n’est pas reçu dans les autres institutions : des enfants et des adultes étant en situation de handicap.

En 1855, les sommes récoltées (plus de quarante mille francs) en France avec le soutien d'Adolphe Monod et d'Henriette André-Walther, en Angleterre et en Écosse[8], lui permettent d'acquérir un domaine et d'y installer Bethseda, asile pour jeunes filles aveugles, infirmes ou handicapées mentales. Trois ans plus tard, c'est Siloé, le pendant pour garçons.

Les asiles créés par John Bost sont des lieux de vie communautaire. Le temps des asiles s’accorde avec le rythme des saisons, des journées, des rencontres et des activités. John Bost l’emploie pour structurer la vie des pensionnaires. Il est convaincu que l’instruction et l’éducation, la lecture de la Bible et les cantiques peuvent permettre aux pensionnaires des Asiles de se développer et de guérir. De même il sera demandé à chacun(e) de participer aux tâches domestiques et de travailler pour que vive la communauté mais également parce qu’il est important que tous aient une activité. John Bost consacre beaucoup de  son temps à voyager pour collecter des dons. Seul dépositaire de l'argent récolté, il imposera ses conceptions, ses organigrammes et ses règlements.

La prise en charge du polyhandicap (1861-1876)[modifier | modifier le code]

Détail de la Transfiguration de Raphaël illustrant selon le pasteur Bost le rôle de sa fondation soutenant l'enfance souffrante, la souffrance, les disciples du Christ étant appelés à soulager les souffrances.

À quarante-quatre ans, le 1er juillet 1861, John Bost épouse Eugénie Meynardie Ponterie Escot, la fille de grands propriétaires terriens du bergeracois. Le couple aura quatre enfants, Leila (1862), Caroline (1864), Henriette (1866), Henri (1867).

Le pasteur poursuit son œuvre en se consacrant à la prise en charge la plus difficile et la plus négligée, celle des personnes atteintes du haut mal : l'« épilepsie ». Celles-ci n'ont aucun lieu pour être accueillies et sont parfois récusés.

A l’issue d’une réunion publique  présidée par le banquier François Delessert, une nouvelle collecte permet d'ouvrir en 1862 Eben-Hezer, réservé aux filles, et en 1867[Lien à corriger] Bethel, pour les garçons.

En 1867, un nouveau temple est inauguré. Des galeries latérales y ont été aménagées pour les épileptiques. En cas de crise, des grilles se ferment et des rideaux s’abaissent ; cela permet d’évacuer la personne.

En 1875 et 1876, le pasteur Bost inaugure deux maisons de retraite, Le Repos pour des institutrices, des dames veuves ou célibataires, malades, infirmes ou sans appui et La Retraite pour des femmes de condition plus modeste[9], célibataires, veuves et servantes âgées. Pour le pasteur Bost en effet, si les différences sociales, et la misère, disparaitront à la fin des temps, elles ne doivent être niées ni combattues en ce monde mais reçues comme une épreuve envoyée par Dieu à ceux qui souffrent comme à ceux qui soulagent[9].

L’histoire des Asiles créés par John Bost n’est pas un projet en soi mais la réponse, jour après jour, à des besoins. Besoin de protéger la jeune fille en danger moral, besoin d’accueillir « l’idiote » et celle qui présente un handicap, besoin de recueillir l’épileptique, besoin d’offrir un dernier toit aux Dames et aux servantes, et de prodiguer les mêmes soins à l’attention des hommes et des garçons.

La reconnaissance (1877-1881)[modifier | modifier le code]

Par delà l’ancrage religieux et théologique de la communauté protestante dans laquelle ils naissent, les Asiles se retrouvent au cœur de multiples réseaux qu’a réussi à patiemment tisser et entretenir John Bost[10].

En 1877, le pasteur libriste abandonne l'UEEL et, non sans heurter les plus radicaux de ses paroissiens, réintègre l'Église réformée, qui s'est rapprochée du librisme en 1872 en adoptant la confession, c'est-à-dire l'engagement public de chacun pour sa foi.

Les Asiles de Laforce sont reconnus d'utilité publique cette même année par la IIIe République. Cette reconnaissance leur confère une personnalité juridique, leur impose des statuts définis par la loi et un conseil d'administration, qui les fait échapper au mode de fonctionnement jusqu'alors imposé par l'unique propriétaire. Mais surtout, elle assure la pérennité de l’œuvre.

John Bost retrouve le chemin de la doctrine officielle et de la Faculté de théologie protestante de Montauban, où il complète et achève sa formation universitaire en présentant en 1880 une thèse de baccalauréat en théologie, bref mélange de sermon et d'anecdotes, intitulée L'Église chrétienne considérée comme asile de souffrance.

Les Asiles de Laforce se complètent de deux autres établissements grâce à de nouveaux dons. La Miséricorde à partir de 1878 et La Compassion à partir de 1881 accueillent toutes sortes de cas de handicap mental ou physique, de sénilité, d' « épilepsie ». Ces bâtiments sont équipés de salles d'hydrothérapie.

Avant de mourir, John Bost lègue aux Asiles les terrains et les immeubles qu'ils utilisent. Après le décès de leur fondateur, leur direction est attribué au pasteur Ernest Rayroux. Les Asiles de Laforce deviendront en 1882 les Asiles John Bost et en 1969 La Fondation John BOST.

La direction médicale sera attribuée de 1883 à 1896 au docteur Ernest Paul Louis Rolland[11], médecin des asiles[12] influencé par les travaux de Charcot et son école de la Salpêtrière[13].

La famille Bost[modifier | modifier le code]

Quelques descendants[modifier | modifier le code]

  • Sa fille Leïla Bost épouse le docteur François Charon ; leur fille Suzanne Charon épouse le docteur Léopold Nègre qui met au point la technique de vaccination du BCG
  • Sa fille Caroline Bost épouse le docteur Adolphe Jalaguier, qui réalise les premières opérations d'appendicite.
  • La nièce de John Bost, Isabelle, fille de Élisée Bost, épouse Louis Séchan, père d'Olivier Séchan et grand-père de Renaud[14].
  • Helen Bost, une autre nièce de John Bost et fille d'Ami Bost Junior, est la mère des frères Cadier[3],[4]
  • Pierre Bost[15], petit-fils d’Élisée Bost est un écrivain et scénariste français. Il utilise jusqu'en 1945 le pseudonyme de Vivarais. Il est le frère de Jacques-Laurent Bost.
  • Jacques-Laurent Bost[16], petit-fils d'Élisée Bost est un écrivain, scénariste, dialoguiste, traducteur et journaliste français.

Fondation John Bost[17][modifier | modifier le code]

Le temple de la fondation protestante John Bost

Objet[modifier | modifier le code]

Créée en 1848 par le pasteur John Bost, la Fondation John BOST est une institution sanitaire et médico-sociale protestante à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1877. La Fondation John BOST a une vocation sanitaire (Établissement de santé privé d’intérêt collectif ESPIC) et médico-sociale et se situe dans le cadre des prises en charge de moyenne et longue durée.

La Fondation accueille, soigne et accompagne des personnes (enfants, adolescents, adultes et seniors) souffrant de troubles psychiques et de handicap physique et/ou mental, ainsi que des personnes âgées dépendantes, dont l’état nécessite une vie sociale adaptée.

Elle dispose d’environ 1 600 places, réparties dans 34 établissements ou services sanitaires et médico-sociaux. Les personnes accueillies vivent dans un environnement ouvert, paisible, « sans murs ni clôtures ». Actuellement, plus de 2000 professionnels constituent des équipes interdisciplinaires de formations diverses : médicale, paramédicale, éducative, technique et administrative.

Au vu des nombreuses demandes d’admission reçues, les services médicaux privilégient l’hospitalisation d’adultes et d’enfants des deux sexes, présentant des pathologies psychiatriques déficitaires, neuro-psychiatriques sévères ou des polyhandicaps graves.

La Fondation est implantée historiquement dans la vallée de la Dordogne en Aquitaine, elle s’est développée à présent dans 4 régions de France (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Ile-de-France, Normandie).

L’Institution a développé un projet original d’accompagnement de ces personnes, sous la forme d’un projet thérapeutique qui inclut une approche globale de la personne, des démarches médicales et psychothérapeutiques, pédagogiques et éducatives, sociales, culturelles et spirituelles. La Fondation est un lieu de Soin, lieu de Vie, lieu de Sens.

La Fondation John BOST dispose d’un centre de formation, le CEF[18] qui chaque année forme six cents professionnels.

Moyens[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de CPOM, le financement des établissements dépend de l’assurance maladie et des Conseils départementaux.

La Fondation bénéficie du soutien important de donateurs qui permettent de mettre en œuvre des missions non conventionnées ou de financer de nouveaux projets.

Orientation[modifier | modifier le code]

La Fondation John BOST propose ses références, ses repères autour de l’éthique de situation et de responsabilité, et son savoir-faire dans le soin et l’accompagnement de la santé mentale. Pour répondre aux besoins des familles et des personnes qui lui font confiance, la Fondation se doit de se rapprocher des zones urbaines et de venir au plus près des populations qui n’ont pas de solution. Au travers des actions des fondations individualisées, elle pourra mettre à disposition des travaux réalisés (autour de la vulnérabilité, des troubles autistiques, de l’épilepsie …), acquérir de nouvelles compétences et savoir-faire.

La Fondation se veut non seulement le partenaire des pouvoirs publics et des collectivités territoriales mais elle est également celui des œuvres protestantes avec lesquelles elle collabore sur des bases géographiques ou thématiques.

La Fondation adhère à la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne (FEHAP) et travaille en étroite association avec les établissements pour polyhandicapés de l'APHP d'une part, et des établissements du département du Lot et Garonne (Association Après 47) d'autre part. Elle est soutenue par la Fondation du protestantisme et est guidée par la charte de la Fédération de l’entraide protestante (FEP). Elle participe aux groupes d'intérêts Aide européenne aux personnes handicapées mentales (EAPH) et Handicap et églises.

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • La Famille Évangélique, institution de jeunes filles, à Laforce (Dordogne) - Premier Rapport 1848-49, Imprimerie de Madame Smith, Paris, 1849, 15 p
  • La Famille Évangélique - Deuxième Rapport 1850-1851, Faisandier impr., Bergerac, 1851, 14 p
  • La Famille Évangélique - 5e Rapport 1854-1855, Ch. Meyrueis et Cie impr., Paris, 1856, 31 p
  • Asile de Bethesda, Ch. Meyrueis et Cie impr., Paris, 1856, 36 p
  • Asile de Bethesda, Meyrueis et Cie., Paris, 1857, 37 p
  • La Famille Évangélique - 7e Rapport 1857, Meyrueis et Cie, Paris, 1858, 24 p
  • Les Œuvres de Laforce - La Famille Évangélique (8e rapport du 1er janvier 1858 au 31 décembre 1859), Bethesda (3 e rapport du 1er avril 1858 au 31 mars 1860), Siloé (1er rapport du 1er août 1858 au 31 mars 1860), Meyrueis et Cie, Paris, 1860, 99 p
  • Les Œuvres de Laforce - La Famille Évangélique (9 e rapport du 1er janvier 1860 au 30 juin 1864), Bethesda (4 e rapport du 1er mai 1860 au 30 juin 1864), Siloé (2 e rapport du 1er avril 1860 au 30 juin 1864), Eben-Hezer (1er rapport du 1er avril 1862 au 30 juin 1864), Bethel (1er rapport du 1er janvier 1863 au 30 juin 1864), Meyrueis et Cie, Paris, 1864, 103 p
  • Les Œuvres de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Siloé, Eben-Hezer, Bethel, Faisandier impr., Bergerac, 1967, 131 p
  • Les Œuvres de Laforce, Faisandier impr., Bergerac, 1968, 47 p
  • Les Œuvres de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Siloé, Bethel, Eben-Hezer, Faisandier impr., Bergerac, 1969, 46 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Faisandier impr., Bergerac, 1970, 63 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, Faisandier impr., Bergerac, 1973, 79 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, Faisandier impr., Bergerac, 1974, 51 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, Faisandier impr., Bergerac, 1975, 98 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, La Miséricorde, Faisandier impr., Bergerac, 1976, 88 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, La Miséricorde, Faisandier impr., Bergerac, 1977, 88 p
  • Les Asiles de Laforce - La Famille Évangélique, Bethesda, Eben-Hezer, Siloé, Bethel, Le Repos, La Miséricorde, Faisandier impr., Bergerac, 1978, 78 p
  • Les Asiles de Laforce - Reconnus par l'état comme établissement d'utilité publique le 7 septembre 1877, orphelines - infirmes - incurables - aveugles malades - idiots - imbéciles - épileptiques - institutrices malades - veuves infirmes - servantes âgées ou incurables, Librairies protestantes, Paris, 1879, 86 p
  • Bulletin des Asiles de Laforce - octobre 1879, Ch. Noblet impr., Paris, 1879, 16 p
  • Les Asiles de Laforce - Reconnus par l'état comme établissement d'utilité publique le 7 septembre 1877, orphelines - infirmes - incurables - aveugles malades - idiots - imbéciles - épileptiques - institutrices malades - veuves infirmes - servantes âgées ou incurables, Librairies protestantes, Paris, 1880, 60 p
  • Les Asiles de Laforce - Reconnus par l'état comme établissement d'utilité publique le 7 septembre 1877, orphelines - infirmes - incurables - aveugles malades - idiots - imbéciles - épileptiques - institutrices malades - veuves infirmes - servantes âgées ou incurables, Librairies protestantes, Paris, 1880, 30 p
  • Bulletin des Asiles de Laforce - novembre 1880, Ch. Noblet impr., Paris, 1880, 30 p
  • L'Église chrétienne considérée comme Asile de la souffrance, Thèse présentée à la faculté de théologie de Montauban en février 1880 pour obtenir le grade de bachelier en Théologie par Jean-Antoine (John) BOST, directeur des asiles de Laforce, né à Moutiers-Grand-Val (Suisse) le 4 mars 1817
  • Les Asiles de Laforce - Reconnus par l'état comme établissement d'utilité publique le 7 septembre 1877, orphelines - infirmes - incurables - aveugles malades - idiots - imbéciles - épileptiques - institutrices malades - veuves infirmes - servantes âgées ou incurables, Librairies protestantes, Paris, 1881, 52 p
  • Bulletin des Asiles de Laforce – avril 1881, Ch. Noblet impr., Paris, 1881, 16 p

Distinctions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Maury, John Bost, le fondateur des asiles de Laforce, La Cause, Paris, 1925.
  • Alexandre Westphal, John Bost et sa cité prophétique, Asiles John Bost, La Force,1937. Nouvelle édition
  • Philippe Rey Lescure, John Bost, un homme devant la souffrance, Dieu, l'amour, des fleurs, 1959.
  • Collectif, Le Handicapé mental et la communicabilité, Fondation John Bost, La Force, 1974, 121 p.
  • Charles-Marc Bost, Mémoires de mes fantômes, 1981,
    • t. I "Ami et ses dix fils",
    • t. II "John"
    • t. III "Les descendants".
  • Vincent Henry (scénario) et Bruno Loth (dessinateur), John Bost, un précurseur, Fondation John Bost, La Force, 2017 (bande dessinée), édition la Boîte à Bulles.
  • Geneviève Carion-Machwitz, La Meynardie, pour l'amour de John Bost, 1992 (biographie de son épouse Eugénie Ponterie).
  • Michel Baron, John Bost, la cité utopique, La Cause, 1998.
  • Jean Baubérot, « John Bost (Jean Antoine, dit 'John') », in dir. Patrick Cabanel & André Encrevé, Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, t. 1 A-C, p. 404-405, Éditions de Paris, Paris, 2015 (ISBN 978-2846211901).
  • Patrick Cabanel et Laurent Gervereau, La Saga Bost, Labor et Fides, 2017[19]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté du 13 octobre 2008 approuvant des modifications apportées au titre et aux statuts d'une fondation reconnue d'utilité publique | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 7 septembre 2016)
  2. sanitaire et social, « Personnes Handicapées Fondation John Bost - Site de la Vallée de la Dordogne La Force (Aquitaine) », sur www.sanitaire-social.com (consulté le 7 septembre 2016)
  3. a et b Alfred Cadier, La Vallée d'Aspe et le Béarn Protestant, Éditions MonHélios, 2002 et 2003
  4. a et b La famille Cadier et la location d'Izarda
  5. John Bost, Asiles de Laforce - Notices Historiques, La Force, p 5
  6. Olivier Pigeaud, La Saga Bost, Paris, Labor et Fides, , 356 p. (ISBN 978-2-8309-1619-5), p138 à 148
  7. John Bost, L’Église chrétienne considérée comme asile de la souffrance.,
  8. John Bost, Asile de Bethesda, Paris,
  9. a et b J. Bost, L'église chrétienne considérée comme asile de la souffrance, Faculté de théologie, Montauban, février 1880.
  10. Nicolas Champ, La Saga Bost, Paris, Labor et Fides, , 356 p. (ISBN 978-2-8309-1619-5), p 96 à 133
  11. Rolland (lire en ligne)
  12. E. P. L. Rolland, Les asiles John Bost à Laforce (Dordogne), Aux librairies protestantes, Paris, 1884, 92 p.
  13. E. P. L. Rolland, Un cas de sclérose en plaques avec localisation bulbo-protubérantielle, et disparition complète de la plupart des symptômes après un sommeil prolongé d'au moins deux heures., G. Gounouilhou, 1889, 19 p.
  14. "Xan de l'Ours" de Marc Large, préface de Renaud, Ed. Cairn
  15. François Ouelett, La Saga Bost, Labor et Fides, , 356 p. (ISBN 978-2-8309-1619-5), p 222 à 271
  16. Annie Cohen-Solal, La Saga Bost, Labor et Fides, , p 272 à 285
  17. « Fondation John BOST - 24130 La Force - 24 Dordogne - organismes Handicap- National - Personnes Handicapées », sur Annuaire Sanitaire et Social (consulté le 21 novembre 2019)
  18. « CEF - Centre de Formation au Travail Sanitaire et Social - 24112 Bergerac - 24 Dordogne - Formations Sanitaires et Sociales », sur Annuaire Sanitaire et Social (consulté le 21 novembre 2019)
  19. Patrick Cabanel et Laurent Gervereau, La saga Bost : une famille protestante, XVIIe-XXIe siècle, Labor et fides, (ISBN 978-2-8309-1619-5, lire en ligne)

Textes de John Bost[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe : Jacques Reclus (1796-1882).