John Bost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bost.
Le temple de la fondation protestante John Bost

Jean Antoine Bost, dit John Bost né le à Moutier (canton de Berne, Suisse) et mort le à Paris, est un pasteur protestant et le fondateur des Asiles John Bost, à La Force, devenus aujourd'hui la Fondation John Bost.

Biographie[modifier | modifier le code]

John est le fils d'Ami Bost, pasteur protestant, membre du Réveil.

Il est le frère de neuf autres pasteurs protestants dont Ami Bost Junior, homme d'affaires et père d'Helen Bost[1],[2]. Il apprend le piano et devient l'élève de Franz Liszt.

En 1840, il renonce à sa carrière artistique et entre au collège protestant de Saint-Foy, puis devient pour une année, étudiant à la Faculté de théologie protestante de Montauban (1843-1844). Dès l'été 1844, il est pasteur du village de La Force, en Dordogne.

En 1846, il inaugure le nouveau temple. Il décide alors de construire un asile pour les enfants indésirés, handicapés, orphelins, pauvres, notamment.

Le 24 mai 1848, le premier asile, la Famille, est inauguré. C'est le premier des neuf asiles qu'il fera bâtir. L'ensemble porte aujourd'hui le nom de Fondation John Bost. Il participe à la création de l'Union des Églises évangéliques libres, mais dès 1877, il réintègre l'Église réformée. Il complète sa formation à la Faculté de théologie protestante de Montauban, et soutient une thèse de baccalauréat en théologie, intitulée L'Église chrétienne considérée comme asile de souffrance

En 1861, il épouse Eugénie Ponterie. Le couple a trois enfants : Leïla, Caroline et Henri.

La famille Bost[modifier | modifier le code]

  • Sa fille Leïla Bost épouse le docteur François Charon ; leur fille Suzanne Charon épouse le docteur Léopold Nègre qui met au point la technique de vaccination du BCG
  • Sa fille Caroline Bost épouse le docteur Adolphe Jalaguier, qui réalise les premières opérations d'appendicite.
  • La nièce de John Bost épouse Louis Séchan, père d'Olivier Séchan et grand-père de Renaud[3].
  • Helen Bost, une autre nièce de John Bost et fille d'Ami Bost Junior, est la mère des frères Cadier[1],[2].

Citations de John Bost[modifier | modifier le code]

« Ceux que tous repoussent, je les accueillerai au nom de mon maître. »

« Je mettrai des fleurs sur leurs chemins. »

Textes de John Bost[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alfred Cadier, La Vallée d'Aspe et le Béarn Protestant, Éditions MonHélios, 2002 et 2003
  2. a et b La famille Cadier et la location d'Izarda
  3. "Xan de l'Ours" de Marc Large, préface de Renaud, Ed. Cairn

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baubérot, « John Bost (Jean Augustin, dit 'John') », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 404-405 (ISBN 978-2846211901)
  • John Bost, le fondateur des asiles de La force, par Léon Maury (1925)
  • John Bost et sa cité prophétique, par Alexandre Westphal (1937)
  • John Bost, un homme devant la souffrance, Dieu, l'amour, des fleurs, par Philippe Rey Lescure (1959)
  • Mémoires de mes fantômes, par Charles-Marc Bost (1981) 3 tomes : Ami et ses dix fils - John - Les descendants
  • John Bost : BD réalisée par la Fondation John BOST (1990)
  • John Bost, la cité utopique, par Michel Baron (1998)
  • La Meynardie, pour l'amour de John Bost, par Geneviève Carion-Machwitz (1992) biographie de son épouse Eugénie Ponterie

Liens externes[modifier | modifier le code]