Essertines-sur-Rolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Essertines-sur-Rolle
Essertines-sur-Rolle
Vue du village depuis les terres agricoles.
Blason de Essertines-sur-Rolle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Localité(s) Bugnaux, Châtel-sur-Rolle
Communes limitrophes Saint-Oyens, Gimel, Pizy, Bougy-Villars, Mont-sur-Rolle, Tartegnin, Gilly, Burtigny
Syndic Samuel Dufour
NPA 1186
No OFS 5856
Démographie
Gentilé Les Essertinois
Population
permanente
726 hab. (31 décembre 2018)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 29′ 33″ nord, 6° 19′ 04″ est
Altitude 727 m
Superficie 6,95 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Essertines-sur-Rolle
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Essertines-sur-Rolle
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Essertines-sur-Rolle
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Essertines-sur-Rolle
Liens
Site web www.essertines-sur-rolle.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Essertines-sur-Rolle est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Essertines est dérivé du français et franco-provençal essart, essert, « terre défichée » (du bas-latin exsartum, « défichement, lieu défriché »). Le suffixe latin -inas exprime la petitesse. La forme composée Essertines-sur-Rolle est tardive, et sert à distinguer les différentes localités qui portent le même nom.

Premières mentions : 1000 env. in villa Essertines ; 1141 env. Ersertines ; 1180 Essertines ; 1228 Essertines[3].

Armoiries[modifier | modifier le code]

D'or à trois anneaux entrelacés de sable, au chef de sinople chargés d'un flanchis d'or.

En 1925, la commune a adopté des armoiries dont les trois anneaux entrelacés symbolisent l'union d'Essertines, Châtel et Bugnaux. Le flanchis (terme héraldique désignant une croix de saint André) perpétue le souvenir du saint patron de l'église[4].

Monuments[modifier | modifier le code]

Le temple.

Eglise Saint-André, puis temple. Une église carolingienne (VIIe-IXe siècle) a été trouvée en fouilles. Au XIIe siècle, ce lieu de culte est disputé entre l'abbaye d'Ainay (Lyon) et le prieuré Saint-Jean à Genève. Ce dernier l'emporte et conserve le patronage de l'église. Subsiste un chœur médiéval, ajouré de fenêtres vers 1412 et 1518. Reconstruction partielle de la nef en 1689 et 1692. L'ancien clocher à arcades est remplacé en 1809[5]. Classée monument historique en 1955[6].

Château de Mont-le-Vieux. La première mention du château, alors aux mains des seigneurs de Cossonay-Prangins, remonte à 1179. En été 1293, Amédée de Savoie confisque cette place forte qui, avec Nyon, Prangins et Bioley, tombe ans l'apanage de son frère, Louis de Savoie, sire de Vaud. En 1306, Louis II de Savoie crée une métralie de Mont héréditaire, à l'origine de la famille de Mestral. Le château, incendié en 1475, n'est pas restauré et la ruine sert désormais de carrière. La seigneurie, en revanche, passe en 1528 au duc Charles de Savoie et à Nicolas de Diesbach, évêque de Bâle. Enfin Jean Steiger l'acquiert en 1558 et la joint à sa baronnie de Rolle[5],[7].

Le territoire communal comprend également plusieurs maisons de maîtres et domaines viticoles, comme la maison de Favières à Bugnaux, ou encore La Romma, Beauregard, Châtaigneréaz, Les Cordelières, ou Roussillon[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Bissegger, Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII. Rolle et son district (Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse 120), Berne 2012, [ (ISBN 978-3-03797-029-4)], 486 p. (Essertines pp. 121-139)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Dictionnaire toponymique des communes suisses (Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel), Frauenfeld, Lausanne 2005, p. 338.
  4. Armorial des communes vaudoises, Lausanne 1972, p. 220.
  5. a b et c Paul Bissegger, Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII, Rolle et son district, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Monuments d’art et d’histoire de la Suisse », (ISBN 978-3-03797-029-4), p. 123-126.
  6. « Fiche de recensement 11 », sur recensementarchitectural.vd.ch.
  7. « Le château de Mont le Vieux », sur swisscastles.ch (consulté le 27 septembre 2010).


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :