Villars-Tiercelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villars-Tiercelin
Villars-Tiercelin
Blason de Villars-Tiercelin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Gros-de-Vaud
Commune Jorat-Menthue
NPA 1058
N° OFS 5538
Démographie
Population
permanente
403 hab. (avant la fusion)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 00″ nord, 6° 42′ 00″ est
Altitude 815 m
Superficie 4,99 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Villars-Tiercelin
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Villars-Tiercelin
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Villars-Tiercelin
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Villars-Tiercelin est une ancienne commune et localité suisse du canton de Vaud, située sur le territoire de Jorat-Menthue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Villars-Tiercelin est mentionné sous le nom de Vilar Ticelin vers 1215. Au Moyen Âge, le village fit partie de la châtellenie de Dommartin. Le chapitre cathédral de Lausanne y possédait la dîme. De 1536 à 1798, Villars-Tiercelin dépendait du mandement de Dommartin (bailliage de Lausanne) et Berne y détenait la juridiction, le fief et la dîme. La communauté des habitants gérait les affaires communales. Le village fit partie du district d'Échallens de 1798 à 2006[3].

Ayant relevé des paroisses de Dommartin, puis de Peney-le-Jorat (1794), Villars-Tiercelin appartient à celle de la Haute-Menthue depuis 2000. Essentiellement voué à l'agriculture, qui fournissait encore 75 % des emplois en 1965, Villars-Tiercelin a vu sa structure économique se modifier considérablement (40 % des emplois dans le secteur primaire en 2005). Englobé dans l'agglomération lausannoise en 1980, le village connaît un développement résidentiel soutenu. Le territoire communal a été remanié en 1953[3].

Le , Villars-Tiercelin a fusionné avec les communes de Montaubion-Chardonney, Peney-le-Jorat, Sottens et Villars-Mendraz pour former la nouvelle commune de Jorat-Menthue.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Temple. Église réformée élevée en 1793-1795 par les maçons Pierre-François et Pierre-David Viret. Elle est une copie réduite du temple de Dommartin et a elle-même servi de modèle au temple de Maracon[4].

Syndics de Villars-Tiercelin[modifier | modifier le code]

  • 1893-1921 : Héli Dufour.

Démographie[modifier | modifier le code]

Villars-Tiercelin compte 151 habitants en 1764, 171 en 1798, 271 en 1850, 248 en 1900, 216 en 1950, 152 en 1970 et 343 en 2000[3].

FC-VT[modifier | modifier le code]

Dans ce village joue le club de football de 5e ligue, FC Villars-Tiercelin. Son terrain de foot a pu surprendre de nombreuses équipes dû à sa pente. De plus, les vestiaires ont longtemps été au centre du village, ce qui peut être problématique à cause du terrain situé à l’extérieur du village juste avant la route des Paysans. Mais, depuis la saison 2019-2020, des vestiaires provisoires ont pu être aménagés en attendant l'accord de la commune pour construire de véritables vestiaires.

Le club de foot a connu deux montées en 4e ligue durant les années 1980. Depuis, il n'est plus remonté et perdure en 5e ligue.

Les matches à domicile se jouent les dimanches à 9 h 45. Le club a bien évidemment des supporters qui sont toujours là pour voir l'équipe disputer un match.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente au 31 décembre, nouvelle définition, Vaud », sur Statistiques Vaud (consulté le 25 juillet 2019)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. a b et c Marianne Stubenvoll, « Villars-Tiercelin » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 344.

Sur les autres projets Wikimedia :