Gingins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gingins
Gingins
Gingins, le temple.
Blason de Gingins
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Nyon
Communes limitrophes Saint-Cergue, Trélex, Grens, Chéserex, La Rippe, France
Syndic Claude Hibbert Pirl
NPA 1276
No OFS 5719
Démographie
Gentilé Ginginois
Population
permanente
1 252 hab. (31 décembre 2020)
Densité 100 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 32″ nord, 6° 10′ 42″ est
Altitude 543 m
Superficie 12,58 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Gingins
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Gingins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Gingins
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Gingins
Liens
Site web www.gingins.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Gingins est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Nyon.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Coupé au 1 d'argent semé de billettes de sable, au lion naissant du même, lampassé de gueules ; au 2 de gueules à deux hallebardes d'argent en sautoir.

Ce village a été le berceau de la famille noble de Gingins, qui est restée en possession de cette seigneurie durant plus de six siècles et a joué un rôle historique important dans la région. Cette famille est aujourd'hui éteinte, mais ses armes ont été reprises par la commune en 1948 dans la partie supérieure de l'écu. Dans la partie inférieure, les deux hallebardes évoquent le combat de Gingins de 1535, prélude à la conquête bernoise[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gingins (1144-1159) ; Gingins (1344). Gingins est dérivé du nom de personne latin Gim(m)ius) à l'aide du suffixe latin -anum, ce qui signifie « propriété de Gim(m)ius ». Le suffixe latin -anum forme des noms de lieux dont la première partie correspond au nom du propriétaire initial d'un domaine rural. Au nord des Alpes, ces noms de lieux en -anum sont un important indice pour l'implantation de personnes de langue latine (fonctionnaire romain, vétéran de l'armée romaine, comme à Nyon), à côté d'une population celtique en train de se romaniser[4].

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune se nomment les Ginginois[5].

Ils sont surnommés les Sèche-Chrétiens[6] : une histoire raconte qu'un vagabond fut invité à passer la nuit dans le four communal et que le fournier faillit le griller à l'intérieur le matin suivant[5],[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1862, lors du traité des Dappes, la commune perd des territoires dans l'échange effectué entre la France et la Suisse[8].

Monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte sur son territoire une église, un château du XIIe siècle-XVIe siècle[9], ainsi que le musée romand de la machine agricole.

Personnalités liées a la commune[modifier | modifier le code]

Les sœurs Ellen et Lea Sprunger, devenues athlètes, sont nées et ont grandi à Gingins[10].

Jo-Wilfried Tsonga, joueur de tennis français, réside à Gingins[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. Armorial des communes vaudoises, Lausanne 1972, p. 162.
  4. Dictionnaire toponymique des communes suisses (Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel), Frauenfeld, Lausanne 2005, p. 388.
  5. a et b Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 47
  6. « UCV - Annuaire - Recherche et carte - Gingins », sur www.ucv.ch (consulté le )
  7. Aïna Skjellaug, « Le château de Gingins, maison de famille de luxe », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  8. « Dictionnaire Historique de la Suisse ‘’’Gingins’’’ », sur hls-dhs-dss.ch.
  9. Le château
  10. « ea Sprunger: «Le plus important c’est la volonté!» », L'Illustré, (consulté le )
  11. Jo-Wilfried Tsonga sur le site de l'ATP. Consultation : septembre 2015.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]