Ifrane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ifrane Atlas Saghir

Ifrane (en tifinagh : ⵉⴼⵔⴰⵏ, arabe إفران ou يفرن, prononcé Ifrān ou Yefrān) (surnommée la petite Suisse) est une ville du Maroc, comptant 30 000 habitants et située dans le Moyen Atlas, à 1 713 mètres d'altitude.Elle est le chef-lieu de la province d'Ifrane, dans la région administrative de Meknès-Tafilalet.

Toponymie et étymologie[modifier | modifier le code]

En Tamazight, Ifrane signifie cachettes ou grottes (au singulier : ifri). La région est en effet connue pour ses grottes naturelles creusées dans la couche carbonatée jurassique sous forme de karts, et qui s'étendent jusqu'aux régions d'El Hajeb et de Sefrou. Ce sont elles qui ont donné leur nom à la ville. Par méconnaissance, on a associé à Ifrane le nom d’Oufrane, alors que ce dernier désigne une ville située dans l'Anti-Atlas marocain. Historiquement l'ancien nom d'Ifrane est Tourtite, qui en Tamazight signifie jardin [1]. Le développement d'Ifrane et de sa région doit beaucoup aux potentialités naturelles, notamment au cèdre, et ce, depuis la colonisation du Maroc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine dans la région remonte au Néolithique comme en témoignent des grottes telles que celles de Tizguite ainsi que des vestiges archéologiques remontant à la Préhistoire, il y a 50 000 ans, la découverte de campements Atérien (culture caractéristique du paléolithique du Maghreb) par le groupe de chercheurs de l'Institut des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP) à Michlifen près d'Azrou à Ain Leuh (grotte d'ifri Ouberid), Zerouka, Ghabt, Al Bahr et Itto et à El Hajeb et les vestiges trouvés (ossements, objets...).

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Ifrane1.jpg

Ifrane sera habitée plus tard par une population issue des deux grandes tribus amazighs parlant le tamazight du Maroc, les Aït M’guild et les Aït M’tir et une partie des Aït Seghrouchen, tribus nomades qui se déplacent entre les pâturages verdoyants de Timahdite et Azrou jusqu'aux confins du pays Zayanes.

Vu sa situation géographique comparable aux paysages de l'Europe, la création d'Ifrane est l'œuvre du secrétaire général du protectorat au Maroc, Eirik Labonne, en 1928. Trois dates à retenir :

  • Centre d'estivage pour les colons français : arrêté viziriel du 16 septembre 1929.
  • Puis municipalité : le 14 janvier 1947.
  • Enfin province.

Le choix des colons s'inscrit dans trois cadres :

  • Contrôle des ressources naturelles.
  • Compenser le dépaysement de la communauté française établie au Maroc par le site d'Ifrane à vocation estivale : Maurice de Gandillac en est témoin[1].
  • La garnison de Timahdit constitue un atout stratégique militaire qui sert de liaison entre Taza et Tadla dont le but de faciliter les interventions militaires et cerner les tribus amazighes hostiles à la présence coloniale notamment la tribu des Zayanes sous la conduite de Mouha ou Hammou Zayani, Mouha ou Said d'Elkssiba et d'autres foyers insurrectionnels dans le Moyen et le Haut Atlas réputés par leur hostilité envers les Iroumines (les chrétiens) et leur qualité de guerriers nourrie par leur attachement à la terre, surtout après la défaite de la France le 13 novembre en 1914 à Khénifra dans la bataille d'Elhri.

L'université Al Akhawayn d'Ifrane a été fondée par décret royal en 1993 et officiellement inaugurée par l'ancien roi Hassan II du Maroc, le 16 janvier 1995.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ifrane, ville du Moyen Atlas marocain, est caractérisée par son urbanisme européen. C'est le chef-lieu de la province d'Ifrane, dont la superficie est de 3 573km² et qui est administrativement composée de deux municipalités (Ifrane et Azrou), cinq caïdats (Tizguit, Dait Aoua, Ain Leuh, Timahdit et Irklaouen) et huit communes rurales (Tizguite, Dait Aoua, Ain Leuh, Sidi El Mekhfi ou Sidi Addi, Timahdite, Ben Smim, Oued Ifrane et Tigrigra. Selon le nouveau découpage administratif, la province fait partie de la région Meknès-Tafilalet.

Climat[modifier | modifier le code]

Ifrane bénéficie d'un climat très humide et tempéré avec une pluviométrie annuelle de 1498 mm et une température moyenne annuelle de 11,32 °C. Le versant nord des montagnes du Moyen-Atlas est en effet la région la plus arrosée du Maroc après la chaîne de montagnes du Rif. Les précipitations ont lieu essentiellement en hiver. Les montagnes du Moyen-Atlas se trouvent alors sur le trajet des perturbations en provenance de l'Atlantique. En hiver il neige beaucoup sur la ville.

Relevé météorologique d'Ifrane-altitude:1650 m (période 1961-1990)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,8 −2,1 1,4 3,6 6,1 10,4 12,2 12,1 11,1 6,9 2,2 −2,7 4,9
Température moyenne (°C) 1,9 3,9 6,7 9,2 12,6 17,9 21,3 20,8 18,1 13,2 7,2 3 11,32
Température maximale moyenne (°C) 7,6 9,9 12 14,8 19,1 26,6 30,4 29,6 25,5 19,5 12,2 8,7 17,9
Record de froid (°C) −24,4 −16,8 −10,4 −6,3 −3,6 −0,1 5,3 4,2 1,6 −3,5 −10,9 −19,7 −24,4
Record de chaleur (°C) 15,6 14,5 25,9 29,4 33,8 36,1 40,2 38,5 32,7 25,3 23,4 18,6 39,6
Précipitations (mm) 204 186 152 146 92 58 47 53 62 118 168 212 1 498
Source : Le climat à Ifrane (en °C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com


Biodiversité[modifier | modifier le code]

Ifrane
إفران
ⵉⴼⵔⴰⵏ
Ifrane au cachet européen
Ifrane au cachet européen
Administration
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Meknès-Tafilalet
Province Ifrane
Maire Abdesslam Boulahbib (Parti du Progrès et du Socialisme (PPS)) (2009)
Code postal 53000
Démographie
Population 30 000 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 33° 32′ N 5° 06′ O / 33.533, -5.133° 32′ Nord 5° 06′ Ouest / 33.533, -5.1  
Altitude 1 713 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte administrative du Maroc
City locator 14.svg
Ifrane

Géolocalisation sur la carte : Maroc

Voir la carte topographique du Maroc
City locator 14.svg
Ifrane

La région d'Ifrane constitue une aire géographique riche par sa biodiversité faunique et floristique, mais ses S.I.B(Sites d'intérêt biologique et écologique) et son parc national subissent une forte pression due à la dégradation de la forêt, au surpâturage et aux visiteurs non avertis qualifiés de pollueurs potentiels.

Parc national d'Ifrane[modifier | modifier le code]

Le Parc national d'Ifrane abrite notamment la plus grande forêt de cèdres du monde. Il englobe un ensemble de gîtes à caractère biodiversitaire (parc de Tizguite : Val d'Ifrane : les sources Vittel, Dait Aoua, Dait Hachlaf, Dait Ifrah et Afourgah)[2].

Sites touristiques[modifier | modifier le code]

Sculpture d'un lion dans un parc de la ville
  • Centre-ville
  • Source Vitel
  • Cascade refuge
  • Source Bensamim
  • Aguelmame
  • Oued Tizgit
  • Arzgoro (cèdre Gouraud)
  • Ougmes
  • Le petit train touristique d'Ifrane
Petit train d'Ifrane

Les Daïats[modifier | modifier le code]

Les lacs de la province d'Ifrane[modifier | modifier le code]

Les plans d'eau[modifier | modifier le code]

  • Plan d’eau Zerrouka : site apprécié des pêcheurs sportifs situé à 1 km d’Ifrane, alimente la ville d'Ifrane en eau potable.
  • Plan d’eau d’Ain Mersa : pièce d’eau aux alentours immédiats de la ville d’Ifrane (7 km).
  • Plan d’eau de Sidi Mimoun : étape privilégiée sur le circuit des lacs (à 22 km d’Ifrane).
  • Plan d’eau d’Amghass : situé à 26 km d’Azrou, deux parmi le chapelet de plans d’eau aménagés sur cet oued, pour le plaisir des pêcheurs de salmonidés.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • IFRANE la perle du moyen atlas: première édition 2004: Larbi AISSA (1953-2005)
  • The Aith Ndhir of Morocco : A Study of the Social Transformation of a Berber Tribe : Museum of Anthropology, University of Michigan.
  • Prelude to Protectorate in Morocco : Precolonial Protest and Resistance, 1860–1912 : Chicago : University of Chicago Press, 1976