Mehndī

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mehndī (de l'hindi ou de l'ourdou मेहन्दी, mehndī ), ou harqûs (au Maghreb) désigne habituellement l'art du dessin fait au henné sur la peau.

Mehndi ou tatouage au henné sur la main
Tatouage éphémère au henné, sur les pieds
Mehndi en cours d'apposition
Mehndi terminé sur les bras et les jambes, Gujarat, Inde.

Le mehndi est un équivalent éphémère du tatouage. Il est encore ou était populairement utilisé dans divers pays arabo-musulmans (Maghreb en particulier) et dans certaines parties de l'Asie.

Au Bangladesh, au Cachemire et au Soudan, cette forme d'art corporel est utilisée lors des mariages pour les deux jeunes mariés.

Au Rajasthan (Inde du nord-ouest), le mehndi est un art « folklorique », et il est courant que les femmes se fassent des dessins aussi raffinés que ceux des jeunes mariés.

Dans le Maghreb[1] (Maroc, Algérie, Tunisie, Mauritanie notamment), le henné faisait traditionnellement partie de l'arsenal de la séduction féminine, en compléments de tatouages définitifs (faits à l'aiguille et utilisant le bleu ergoté[1] ou des encres noires), mais outre des fonctions esthétiques, il avait aussi des fonctions magiques et protectrices[1].

Les motifs[modifier | modifier le code]

Le tatouage est dessiné en associant de nombreux signes traditionnels protecteurs, magiques ou prophylactiques [1], formant ou non des idéogrammes ou des signes pictographiques), plus ou moins symboliques, souvent appliqués par des vieilles femmes, selon une tradition familiale et d'appartenance à un groupe ethnique.

Il peut potentiellement être appliqué sur tout le corps[1] et aujourd'hui plus souvent sur les pieds et les mains (sous forme de tatouage traditionnel et de plus en plus sous forme de tatouage de fantaisie[1] plus ou moins complexes

Là où la peau est plus épaisse (plante des pieds par exemple), le pigment offre une coloration qui dure plus longtemps dans le temps.

Préparation de la pâte de henné[modifier | modifier le code]

Cette pâte de henné est effectuée par broyage des feuilles séchées de henné jusqu'à obtenir une poudre.

Selon les traditions, la poudre est mélangée avec de l'eau et avec l'indigo ou un liquide foncé (thé, café...) pour assombrir la couleur). On y ajoute aussi du jus de citron (pour libérer et fixer le colorant) et du sucre (pour l'uniformité de la pâte).

Application[modifier | modifier le code]

La pâte obtenue est appliquée en dessins souvent très fins (à l'aide d'une bâton taillé en pointe (calame) ou d'une petite poche souple que l'on presse pour en faire sortir le contenu, voire d'une seringue).

Le temps de contact avec la peau influant sur la tenue, la pâte est souvent laissée jusqu'à 6 heures avant d'être enlevée. Pour accroître la pénétration du colorant, le tatoué évite de se laver durant encore plusieurs heures si cela est possible.

Persistance du tatouage[modifier | modifier le code]

Il persistera de quelques jours à deux semaines selon le temps séchage et selon la nature de la peau (la transpiration ou la chaleur favorise la décoloration), le rouge-brun évoluant vers l'orange avant de disparaitre.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

D'un point de vue sémantique, l'expression « tatouage au henné » souvent employée semble contradictoire dans ses termes, car le mehndi de henné est éphémère alors que le tatouage au sens habituel du terme est l'insertion chirurgicale et permanente de pigments dans le derme, dans la partie profonde de la peau.

Risques pour la santé[modifier | modifier le code]

Il ne semble pas exister de risques pour la santé quand le henné est appliqué sur une peau saine, mais les dermatologues observent un nombre croissant de réactions allergiques graves induites par un produit synthétique ou partiellement synthétique utilisé en alternative aux « hennés noirs » traditionnels.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Badreddine Belhassen (1976), Le tatouage maghrébin ; Communication et langages, Vol31, n° 31pp. 56-67 (PDF)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]