Saint-Renan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Renan
Deux des plus vieilles bâtisses du centre-ville de Saint-Renan, en 2010
Deux des plus vieilles bâtisses du centre-ville de Saint-Renan, en 2010
Blason de Saint-Renan
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Saint-Renan (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Gilles Mounier
2014-2020
Code postal 29290
Code commune 29260
Démographie
Gentilé Renanais
Population
municipale
7 612 hab. (2011)
Densité 572 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 54″ N 4° 37′ 14″ O / 48.431667, -4.62055648° 25′ 54″ Nord 4° 37′ 14″ Ouest / 48.431667, -4.620556  
Altitude Min. 27 m – Max. 95 m
Superficie 13,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Renan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Renan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Renan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Renan
Liens
Site web Site officiel de la ville de Saint-Renan

Saint-Renan [sɛ̃ʁnɑ̃] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France, située à une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de Brest.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Renan
Brélès Lanrivoaré Milizac
Plouarzel Saint-Renan Guilers
Ploumoguer Plouzané Brest

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est Lokournan.

Saint-Renan tient son nom d'un ermite irlandais, saint Ronan venu évangéliser la région au Ve siècle. Alors que Brest n'est encore qu'un petit village, la ville de Saint-Renan va se développer tout au long du Moyen Âge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1276 le duc de Bretagne y établit une cour de justice sous la dénomination de barre ducale de Saint-Renan et Brest[1].

Du XVe au XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Après le rattachement de la Bretagne à la France, Saint-Renan devient un chef-lieu de sénéchaussée, dont l'administration civile et militaire, qui est assurée par un sénéchal, s'étend sur 37 paroisses environnantes.

En 1681, Louis XIV transfère la cour de justice à Brest, ce qui entraîne une régression économique de la ville.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La congrégation des Filles de la Croix avait implanté une école pour filles à Saint-Renan[2]. En 1903, l'établissement de Saint-Renan comptait 155 élèves dont 13 chambrières, 4 demi-pensionnaires et 6 pensionnaires[3] lors de sa fermeture en vertu de la loi sur les congrégations.

Au cours des années 1960, grâce à la découverte d'importants gisements de minerai dans les marais qui bordent la rivière l'Ildut, Saint-Renan devient la capitale européenne de l'étain.

Les trous creusés pour l'exploitation de l'étain seront ensuite remplis par l'eau de la rivière, créant six lacs, dénommés, d'amont en aval : lac de Pontavennec, lac de Ty Colo, lac de la Comiren (du nom de la Compagnie minière de Saint-Renan), lac de Tréoualen ou de la Laverie, lac de Poulinoc et lac de Lannéon[4].

Par décret du 25 mai 1955[5], des portions de territoire dépendant des communes de Plouzané, Plouarzel et Milizac sont rattachées à la commune de Saint-Renan :
« Art 1er : Les villages[6] de :
1° Quillimerrien, Trévisquin-Bian, Trévisquin-Bras, Kérastang, Kernévézic, Kérarguen, le Poteau, Mespaul, Kéravel et Pontavennec, dépendant actuellement de la commune de Plouzané (canton de Saint-Renan, arrondissement de Brest, département du Finistère) ;
2° Penhoat, Kéradraon, Kergozan, Douric, Kéravel, Kerborzoc, Manoir-de-Kerborzoc, Lanven, Bout-du-Pont et Kerzu-Vian, dépendant actuellement de la commune de Milizac (canton de Plabennec, mêmes arrondissement et département) ;
3° Pont-du-Château, dépendant actuellement de la commune de Plouarzel (canton de Saint-Renan, mêmes arrondissement et département),
tels qu'ils sont représentés par les lignes continues roses, jaunes et vertes sur le plan annexé au présent décret, sont rattachés à la commune de Saint-Renan (canton de Saint-Renan, mêmes arrondissement et département). »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Bernard Foricher Divers droite  
mars 2008 2014 Bernard Foricher Divers droite  
mars 2014 en cours Gilles Mounier Divers droite  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Saint-Renan compte 7 292 habitants (soit une augmentation de 7 % par rapport à 1999). La commune occupe le 1 314e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 344e en 1999, et le 19e au niveau départemental sur 283 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Renan depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 2007 avec 7 292 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
886 908 841 1 043 1 074 1 094 1 027 1 010 1 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 246 1 241 1 277 1 307 1 497 1 569 1 758 1 806 1 815
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 954 2 087 2 218 2 172 2 158 2 099 2 188 2 860 2 682
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 077 3 488 4 550 5 542 6 576 6 818 7 243 7 341 7 612
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (24,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 19,2 %, plus de 60 ans = 22,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Renan en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
4,8 
75 à 89 ans
8,4 
12,4 
60 à 74 ans
13,3 
21,0 
45 à 59 ans
19,2 
21,2 
30 à 44 ans
20,5 
18,9 
15 à 29 ans
17,6 
21,5 
0 à 14 ans
19,8 
Pyramide des âges du département du Finistère en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,2 
6,7 
75 à 89 ans
11,6 
13,6 
60 à 74 ans
15,3 
21,4 
45 à 59 ans
20,2 
20,8 
30 à 44 ans
18,9 
18,4 
15 à 29 ans
16,1 
18,7 
0 à 14 ans
16,7 

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2013, 158 élèves étaient scolarisés à l’école Diwan et dans les filières bilingues catholiques (soit 13% des enfants de la commune inscrits dans le primaire) [11].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les maisons anciennes du XVe et XVIe siècles, situées sur la place du vieux marché, offrent des attraits historiques et architecturaux à la ville.

Son marché du samedi est l'occasion de déguster les produits locaux, comme la tome aux algues de Molène.

Les plans d'eau de la commune représentent un potentiel non négligeable mais sont à ce jour faiblement exploités pour le tourisme et les loisirs. Néanmoins, en mai 2011, un téléski nautique a été installé sur le lac de Ty-Colo, à l'entrée Est de la ville[12].

Par la construction de nombreux lotissements, la ville a doublé sa population en quarante ans. Elle est aujourd'hui une commune "péri-urbaine" de Brest. Cette petite ville rurale et commerçante est devenue en quelques décennies une commune pavillonnaire. Par sa situation géographique (à 20 minutes du centre ville de Brest, et à 1/4 d'heure des plages) ainsi que ses équipements publics (scolaires, sportifs et administratifs) et commerciaux, elle attire de nombreux actifs travaillant sur Brest.

Monuments[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • Tous les deux ans s'y déroule une grande fête médiévale. Le centre historique de Saint-Renan se pare alors de magnifiques oriflammes et autres écussons afin d'accueillir la grande fête médiévale et ses 30 000 spectateurs. Jusqu'à 2007, cette grande fête était organisée pour la 10e année consécutive. La 13e édition « L'imaginaire » a eu lieu les 20 et 21 juillet 2013.
  • Le marché de la ville est un des plus réputés du Finistère. Il se déroule tous les samedis à partir de 8 h du matin.
  • Les vendredis durant la période estivale se déroule un concert gratuit sur la place du marché organisé par l'association Les Vendredis branchés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  2. Cette congrégation possédait deux autres établissements dans le Finistère à Quimper et à Lambézellec
  3. Bulletin des Congrégations, 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5756350v/f10.image.r=Lamb%C3%A9zellec.langFR
  4. Le lac de Pontavennec est à cheval sur les communes de Saint-Renan et de Guilers ; celui de Poulinoc à cheval sur les communes de Saint-Renan et de Plouarzel et celui de Lannéon à cheval sur les communes de Plouarzel et de Lanrivoaré.
  5. Journal officiel du 2 juin 1955, page 5603
  6. Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  9. « Évolution et structure de la population à Saint-Renan en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  10. « Résultats du recensement de la population du Finistère en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010)
  11. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  12. « Un téleski nautique sur le lac de Ty Colo à Saint-Renan », Ouest France,‎ 24 mars 2011 (consulté le 24 mars 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :