Charles Barrois (géologue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Barrois (réalisateur) et Barrois (homonymie).

Charles Barrois

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Buste de Charles Barrois au muséum d'histoire naturelle de Lille

Naissance 21 avril 1851
Lille (France)
Décès 5 novembre 1939 (à 88 ans)
Sainte-Geneviève-en-Caux (France)
Nationalité Drapeau : France Français
Champs Géologie
Institutions Faculté des sciences de Lille
Distinctions Médaille Bigsby, médaille Wollaston

Charles Barrois, né à Lille le 21 avril 1851 et mort à Sainte-Geneviève-en-Caux le 5 novembre 1939, est un géologue français. Il est issu d'une famille de grands industriels du Nord de la France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de la fosse Barrois.

Charles Barrois étudie la géologie dans sa ville natale avec le professeur Jules Gosselet. Ses premiers travaux détaillés, Recherches sur le terrain Crétacé supérieur de l'Angleterre et de l'Irlande, paraissent dans les Mémoires de la société géologique du Nord en 1876. Les régions géologiques du Chalk de Grande-Bretagne y sont pour la première fois situées avec précision. Ces résultats sont la base de travaux postérieurs qui confirment les principales caractéristiques mises en évidence par Barrois. En 1876, il collabore au levé géologique de France et en 1877 il est nommé professeur de géologie à l'Université de Lille.

Dans d'autres mémoires, entre autres sur les roches du Crétacé des Ardennes et du bassin d'Oviedo en Espagne, les calcaires d'Erbray du Dévonien, les roches Paléozoïque de Grande-Bretagne et du nord de l'Espagne et les roches granitiques et métamorphiques des Îles britanniques, Barrois montre qu'il est un pétrologue accompli autant qu'un paléontologue et géologue de terrain.

Maîtrisant plusieurs langues et bénéficiant d'une aisance matérielle par le biais de sa famille, il effectue plusieurs séjours à l'étranger dans des universités en Grande-Bretagne, États-Unis et Allemagne.

Les travaux de Barrois couvrent une grande partie du champ de la géologie. Sa renommée s'étend en dehors du territoire français, il commence à être reconnu en Grande-Bretagne avant de l'être en France. En 1881, il est récompensé par la médaille Bigsby et en 1901 par la médaille Wollaston. Il devient membre de l'Académie des sciences en 1904. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1888 puis commandeur en 1923. Son frère est le zoologiste Jules Henri Barrois (1852-1943).

En 1931, la Compagnie des mines d'Aniche met en service la fosse Barrois à Pecquencourt, qui, après la Nationalisation, est devenu un des sièges de concentration les plus modernes du Bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Un restaurant universitaire de l'Université Lille 1 à Villeneuve-d'Ascq porte son nom ainsi que l'ancienne Carrière du Barrois située entre les villes de L'Hôpital (Moselle) et Freyming-Merlebach.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoires de la Société géologique du Nord. Tome 01-1, Société géologique du Nord (Lille), 1876, texte en ligne disponible sur IRIS
  • Mémoires de la Société géologique du Nord. Tome 02, Société géologique du Nord (Lille), 1882, texte en ligne disponible sur IRIS
  • Mémoires de la Société géologique du Nord. Tome 03, Société géologique du Nord (Lille), 1889, texte en ligne disponible sur IRIS
  • L'origine des roches détritiques du terrain houiller du Nord, 1909, texte disponible en ligne sur IRIS

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
Références bibliographiques

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • BARROIS Ch., BERTRAND P. et PRUVOST P. (1924). Nouvelle carte paléontologique du bassin du Nord. Revue de l’Industrie Minérale, 86 (1ère partie, Mémoires) : 353-361.

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.