Locmaria-Plouzané

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Locmaria (homonymie).
Page d’aide sur l’homonymie Loc-Maria-Plouzané redirige ici.
Page d’aide sur l’homonymie Locmaria-Lanvénec redirige ici.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Plouzané.
Locmaria-Plouzané
La plage de Porsmilin à Locmaria-Plouzané.
La plage de Porsmilin à Locmaria-Plouzané.
Blason de Locmaria-Plouzané
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Arrondissement de Brest
Canton Canton de Saint-Renan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Viviane Godebert
2014-2020
Code postal 29280
Code commune 29130
Démographie
Gentilé Lanvénécois
Population
municipale
4 816 hab. (2011)
Densité 208 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 22′ N 4° 38′ O / 48.37, -4.6348° 22′ Nord 4° 38′ Ouest / 48.37, -4.63  
Altitude Min. 0 m – Max. 107 m
Superficie 23,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Locmaria-Plouzané
Liens
Site web http://www.locmaria-plouzane.fr

Locmaria-Plouzané [lɔkmaʁja pluzane], parfois écrit Loc-Maria-Plouzané[1] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Ses habitants sont les Lanvénécois et Lanvénécoises.

Fin 2011, des réflexions sont en cours afin de modifier le nom officiel de la commune pour le transformer en Locmaria-Lanvénec, afin d'une part d'éviter le quiproquo fréquent qui consiste à croire que Locmaria n'est qu'un quartier de la commune voisine de Plouzané, et de rendre le nom de la commune cohérent avec le gentilé. Un référendum à ce sujet pourrait se tenir fin 2012[2].

Ce changement de nom mériterait toutefois un débat préalable puis un vote en conseil municipal, ce que l'opposition réclame[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se présente sous la forme d'un trapèze, sa surface est de 2 315 hectares. Située à la sortie du goulet de Brest, elle est bordée au sud par la mer d'Iroise. Comme dans beaucoup de communes littorales, la tradition respecte deux secteurs distincts : l’arvor et l’argoat par rapport à un bourg, centre administratif et social. Leur délimitation peut être définie assez nettement par un axe routier partant à l'ouest de Pont-Rohel sur la route de Brest - Le Conquet, passant par le bourg et aboutissant à l'est au pont de Feunteun-Sané, limite avec Plouzané.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ploumoguer Ploumoguer Plouzané Rose des vents
Plougonvelin N Plouzané
O    Locmaria-Plouzané    E
S
Mer d'Iroise Mer d'Iroise Goulet de Brest

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Du XVIe siècle au XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Au XVIe siècle, Locmaria-Plouzané faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan[4]..
  • C'est en 1790 que Locmaria-Plouzané devient une commune.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La querelle des inventaires en 1906[modifier | modifier le code]

Le journal L'Ouest-Éclair décrit ainsi la querelle des inventaires à Locmaria en 1906 :

« Vingt minutes après, nous sommes à Locmaria où, après la lecture de deux protestations de l'abbé Mengant, recteur, et les sommations légales, la porte est démolie en dix minutes par les soldats du génie. Ceux-ci reçoivent de la foule, plus surexcitée qu'à Plouzané, des pierres et des morceaux de bois qui n'atteignent pas leur but. La porte de la sacristie est également forcée. Pendant l'opération de l'inventaire, des bagarres ont lieu au dehors et les soldats reçoivent des pierres, des fagots, etc. Des charges ont lieu dans le cimetière et plusieurs cavaliers sont atteints par des pierres. Le brigadier de Saint-Renan a sa pèlerine déchirée. À la sortie du percepteur, la bagarre atteint son comble. Les pierres pleuvent sur tous, soldats, commissaires, journalistes, cochers. M. Jérome est contusionné à l'oreille droite par une forte pierre. Enfin, les voitures s'éloignent au trot, sous les injures et les cris de la foule[5]. »

L'inauguration du monument aux morts en 1951[modifier | modifier le code]

  • Le sermon prononcé par le père Quinquis en 1951 à Locmaria-Plouzané lors de l'inauguration du monument aux morts de Locmaria :

Texte original : « Hirio, deiz an armistice, pebhini ac'hanomp en deuz eun dle da baea e kenver bugale Loc-Maria kouezet war tachen ar vrezel. Pebhini ac'hanomp a dle hirio pedi evito pegwir dre ho maro ho deuz soveteat ac'hanomp. 33 vloaz zo tremenet abaoe oa echu ar vrezel genta hag araok dizrein da vro ar Vorianet em oa great tro ar barrez evit sevel eur monument da vugale Loc-maria. Deuet oun da benn da zastum 4 000 lur ha gand ar 4 000 lur-ze eo bet savet ar monument kaer a zo aze dirag an iliz, kenta monument savet e breiz izel. Hirio en devize kousket ne ket 4 000 lur met tost da 400 000 lur. Bennozh doué d'an dud o doa sikouret ac'hanon hag hirio e c'houlenan diganeoc'h pedi evit or c'henvraez o deuz skuillet o goad evidomp, eur beden evito a gresko o levenez er baradoz hag o unan ankounac'hount ket ac'hanomp »

Traduction : « Aujourd'hui, jour de l'anniversaire de l'Armistice, chacun de nous a une dette envers les enfants de Locmaria tombés pendant la guerre. Nous devons donc aujourd'hui prier pour eux puisque par leur mort ils nous ont sauvés. Cela fait 32 ans que la première guerre est finie, et avant de retourner au pays de mission parmi les Noirs, j'avais fait le tour de la paroisse pour élever un monument aux enfants de Locmaria : j'ai pu recueillir 4 000 francs et avec cette somme, ce beau monument a été érigé devant l'église ; premier monument de basse Bretagne. Aujourd'hui cela coûterait non pas 4 000 francs mais près de 400 000 francs. Merci à ceux qui m'avaient aidés et aujourd'hui je vous demande de prier pour nos compatriotes qui ont versé leur sang pour nous, une prière à leur intention augmentera leur plénitude au ciel et, de même, ils ne nous oublieront jamais. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le premier maire de Locmaria fut Jean Gestin originaire de Languiforc'h sur la route de Dalbosq en 1790.

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Jean Gestin   Maire
1791 1791 Guillaume Le Coat   Maire
1791 1791 Sébastien Nedelec   Maire
1791 1793 Guillaume Le Coat   Maire
1793 1799 Laurent Labbé   Maire
1799 1801 Sébastien Inizan   Maire
1801 1803 Jean Lenard   Maire
1804 1806 Guillaume Le Coat   Maire
1806 1835 Hervé Rioual   Maire
1836 1840 Jean-Marie L'Hopital   Maire
1840 1843 Jacques Lars   Maire
1843 1846 Charles de Kerguiziau de Kervasdoué   Maire
1846 1862 Jacques Lars   Maire
1862 1892 Charles de Kerguiziau de Kervasdoué   Maire
1892 1896 Gabriel Causeur   Maire
1896 1909 Jean-Marie Le Guen   Maire
1909 1925 Nicolas Marzin   Maire
1925 1942 Hervé Leizour   Maire
1942 1964 Henri Gestin   Maire
1964 1971 Michel Lareur   Maire
1971 1983 Jean Herry   Maire
1983 1995 Yves Riou   Maire
1995 2001 Roger Abalain Gauche Maire
2001 2008 Viviane Godebert Divers droite Maire
2008 2014 Viviane Godebert Divers droite Maire
2014 2020 Viviane Godebert UDI Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 191 1 210 1 196 1 121 1 154 1 281 1 226 1 321 1 439
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 304 1 324 1 258 1 222 1 249 1 224 1 279 1 294 1 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 320 1 361 1 354 1 205 1 287 1 213 1 245 1 366 1 300
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 191 1 202 1 824 2 686 3 589 4 246 4 807 4 816 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Armoiries[modifier | modifier le code]

blason

Blason de Locmaria-Plouzané :
« De sinople à la champagne ondée d'argent, à la gerbe de trois épis de blé d'or ».
Le champ de l'écu est représenté de sinople (vert) pour symboliser le caractère agricole prédominant de la commune.
Le bas de l'écu (ou « champagne ») est ondé d'argent (blanc) pour représenter la côte et la mer, qui se trouve au sud de la commune.
Les épis de blé couleur or (jaune) symbolisent la richesse agricole de la commune ; les épis, au nombre de trois par souci d'équilibre et de symétrie, sont le symbole même de l'agriculture, même si la culture du froment n'est pas prépondérante.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 20 juin 2008. La commune a reçu le label de niveau 1 de la charte le 18 décembre 2009.

Loc-Maria Plouzané se prononce en breton « Loumaria ».

Une classe bilingue a été ouverte en 2012 à l'école Saint-Joseph.

À la rentrée 2013, 31 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 5,4% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de 1914-1918.
  • L'église Notre-Dame (achevée en 1779). Selon la tradition, elle aurait été édifiée à l’emplacement d'un sanctuaire dédié par saint Sané à Notre-Dame-de-Lanvénec (dont on trouve, à gauche du maître-hôtel, la statue écrasant des pieds un serpent). La cuve octogonale des fonts baptismaux (qui date de 1530) et la Vierge à l’extérieur sont inscrites à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
  • Le monument aux morts de 14/18 près de l'église
  • La chapelle Saint-Sébastien, (1640), érigée sur un terrain où sont enterrées les victimes d'une épidémie de peste qui fit 53 victimes. On peut y voir un groupe taillé en pierre de Kersanton représentant une scène très rare dans la statuaire religieuse : le martyre de sainte Apolline, patronne des dentistes.
  • La chapelle Saint-Laurent.
  • La croix de Keriel (XIIIe siècle).
  • La croix des Anglais (XVIe siècle).
  • La stèle de Kerhallet.
  • La croix de Keriscoualc'h.
  • Les deux stèles du bourg.
  • Le manoir de Kerscao (XVIe siècle).
  • La fontaine Notre-Dame-de-Lanvénec (XVe siècle).
  • La fontaine de la Trinité qui renferme trois sources.
  • Les stèles de Pen-ar-Ménez.
  • L'abri douanier de Déolen.
  • Les ruines de Poulpiquet, bastion de La Maison de Poulpiquet du Halgouët.

Le Bourg[modifier | modifier le code]

La Maison des Citoyens et la boucherie.
Anciens menhirs christianisés présents au bourg.

Locmaria-Plouzané abrite un bourg où se sont installés commerces et marchands, comme une boulangerie, une boucherie, la mairie, la maison paroissiale et l'église Notre-Dame de Lanvénec. Il y a aussi la maison des citoyens pour organiser divers événements pour les Lanvénécois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.locmaria-plouzane.fr/
  2. Le Télégramme du 28 décembre 2011
  3. Le Télégramme du 31 décembre 2011
  4. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  5. Journal Ouest-Éclair n°2873 du 22 novembre 1906, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6412604/f5.image.r=Roche-Maurice.langFR
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]