Lanildut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lanildut
Lanildut et l'Aber-Ildut.
Lanildut et l'Aber-Ildut.
Image illustrative de l'article Lanildut
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Arrondissement de Brest
Canton Canton de Ploudalmézeau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Iroise
Maire
Mandat
Raymond Mellaza
2014-2020
Code postal 29840
Code commune 29112
Démographie
Gentilé Lanildutiens
Population
municipale
952 hab. (2011)
Densité 164 hab./km2
Population
aire urbaine
43 267 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 26″ N 4° 44′ 40″ O / 48.473889, -4.74444448° 28′ 26″ Nord 4° 44′ 40″ Ouest / 48.473889, -4.744444  
Altitude Min. 0 m – Max. 71 m
Superficie 5,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Lanildut

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Lanildut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lanildut

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lanildut
Liens
Site web http://pagesperso-orange.fr/lanildut/

Lanildut [lanildyt] (en breton : Lannildud) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lanildut vient de lann (ermitage en breton) et de Ildut (saint gallois du Ve siècle). Saint Ildut, né dans le comté de Glamorgan, fut le précepteur de saint David, saint Samson, saint Magloire et saint Gildas, tous compagnons d'études de saint Pol Aurélien. Pol fut le disciple d'Ildut, et ce dernier le disciple de Budoc. Ildut, abbé fondateur du monastère de Llanilltud Fawr (Glamorgan), vint en Armorique, où il aborda à la côte du Léon, au havre de l'Aber-Ildut. Saint Ildut mourut à Dol au VIe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le soubassement (environ 100 tonnes) de l'obélisque de Louksor, érigé en 1836, sur la place de la Concorde à Paris, provient des carrières de granit de l'Aber-Ildut.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Lanildut, mentionnée à partir du XVe siècle, dépendait autrefois de l'ancien évêché de Léon. Lanildut abritait le siège de la seigneurie de Gouerbian.

Au XVIe siècle, Lanildut faisait partie de la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan [1].

La commune de Lanildut s’est agrandie, en 1869, au détriment de la commune de Porspoder.

Économie[modifier | modifier le code]

Déchargement du goémon.

Avec l'apparition des engrais chimiques, la question de l'avenir des goémoniers s'est posée depuis les années 1960[2], mais Lanildut reste le premier port goémonier d’Europe, avec 35 000 tonnes d’algues déchargées sur ses quais chaque année, soit presque la moitié de la production nationale du goémon.

Le port est géré par le Syndicat intercommunal du plan d'eau et du port de l'Aber-Ildut (regroupant les 4 communes riveraines de Lampaul-Plouarzel, Plouarzel, Brélès et Lanildut) ; la Chambre de commerce et d'industrie de Brest a la concession pour les deux parties professionnelles du port, côté Lanildut et côté Porscave.

Les algues brunes de l'ordre des Fucales (dont les Fucus font partie) sont en voie de régression localement de manière préoccupante selon l'Ifremer depuis quelques décennies.[réf. nécessaire]

Le port est gérée par la CCI (Chambre de Commerce et d'Industrie de Brest) (voir port de Brest).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Ildut (1786).
  • Chapelle Saint-Gildas (reconstruite en 1840) et sa fontaine. En 1981, elle est restaurée. Chaque vendredi après-midi, pendant 3 ans, des bénévoles de Lanildut, "les Ouvriers de Paix", aidés de marins du "Du Chayla" puis du "Dupetit-Thouars" ont travaillé à cette restauration.
  • Croix de Gorréminihy (Haut Moyen Âge).
  • Croix située devant le placître de l'église de Lanildut (XVIe siècle).
  • D'autres croix ou vestiges de croix : la croix de Kerdrévor placée sur un mur de clôture, la croix de Kernéac'h (Moyen Âge), la croix de Kervrézol (Moyen Âge), la croix du cimetière de Lanildut (1892), la croix du Pontic (XXe siècle), la croix du Vern ou Toul-Douar (1944).
  • Manoir de Rumorvan (XVIIe siècle), édifié par la famille Tanguy de Kerjean-Mol et agrandi en 1820.
  • Lavoir du (XIXe siècle).
  • La maison de l'algue est ouverte de juin à septembre, au second hangar, sur le port. Elle présente une exposition sur la place des algues dans le monde vivant (identification des différentes familles d'algues, les zones de récolte…). Elle présente aussi l’épopée des goémoniers d’autrefois en découvrant leurs bateaux, leurs outils de travail, mais aussi des maquettes, des films et des photographies qui témoignent de l’âpreté de leur vie quotidienne.
  • Onze fours à goémon sont encore visibles dans la commune.
  • Le monument aux morts de 14/18.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Lanildut
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Raymond Mellaza    
2001 2008 Jean Bars    
1995 2001 Raymond Mellaza    
1977 1995 François Mazé    
1961 1977 Hervé Petton    
1947 1961 Jean Marie Mazé    
1945 1947 Joseph Dourver    
1944 1945 Cdt Joseph Dourver   Président de la délégation spéciale
1935 1944 Jean Marie Mazé    
1919 1935 Louis Le Clech    
1918 1919 Audrezet    
1908 1918 Emile de Kerros    
1900 1908 Jean Le Port    
1875 1900 Guillaume Jacob    
1875 1875 Aimable Vrignaud    
1855 1875 Yves Le Duff    
1843 1855 Hamon Kerboull    
1837 1843 Jean François Bazil    
1836 1837 René Jézéquel    
1832 1836 Jean Jacob    
1830 1832 Joseph Masson    
1816 1830 Vincent Cozien    
1813 1816 Joseph Masson    
1803 1813 Ildut Moyot    
1789 1803 Gabriel Thomas    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
430 531 430 394 409 383 400 405 400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
376 367 391 910 997 1 038 1 027 1 156 1 082
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 244 1 124 1 061 1 026 938 840 900 952 856
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
786 661 651 718 733 830 918 944 952
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Kerhervé, Anne-Françoise Pérès, Bernard Tanguy, Les biens de la Couronne dans la sénéchaussée de Brest et Saint-Renan, d'après le rentier de 1544, Institut culturel de Bretagne, 1984.
  2. Y. Colin ; Avenir du métier de goémonier ; Collection :Penn Ar Bed, n°37 ; 1964 ; Ed : Bretagne vivante (Site)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011