Pendaison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La pendaison est le fait de suspendre une personne, au moyen généralement d'une corde, mais aussi parfois de chaînes, par le cou ou par d'autres parties du corps, soit à des fins de torture, soit en guise de peine de mort (en pendant le supplicié à une potence avec l'aide d'un « nœud de pendu » ou d'un « nœud coulant »), soit dans un but de suicide ou de jeu. Elle entraîne une rupture du cou ou une suffocation, une impossibilité de respirer et enfin la mort. La pendaison peut également être accidentelle : parachutiste tombant dans un arbre, personne faisant une chute et s'entortillant dans un lien, accident de fil de pêche etc.

En tant que moyen homicide, celui-ci est attesté dans la plupart des civilisations, car il entraîne une mort rapide, facile (il suffit d'avoir une corde et un poteau ou un arbre) et sans aucune effusion de sang. Dans le cas des condamnations à mort, la pendaison a un aspect exemplaire car elle se pratique souvent en public et le corps reste sur le lieu de la pendaison plusieurs jours accroché à son gibet.

De nos jours, la pendaison est encore utilisée très souvent, surtout dans le cas de suicide, de peine capitale (notamment au Royaume-Uni, jusqu'à son abolition, ainsi qu'au Japon et dans la cité-état de Singapour ) et plus rarement, de meurtre (dans la plupart des cas, quand le ou les meurtriers veulent faire passer un homicide pour un suicide).

Traumatologie[modifier | modifier le code]

Exécution d'un criminel de guerre en Allemagne en 1946. Il s'agit d'une pendaison de type « long drop ». Les autorités d'occupation considéraient que les nazis ne méritaient pas l'honneur du peloton d'exécution.

Pendaison par le cou[modifier | modifier le code]

Deux mécanismes peuvent intervenir en cas de pendaison par le cou :

  • pendaison avec chute (technique du Long drop) : l'arrêt net de la chute par la corde provoque une rupture des vertèbres cervicales ; l'arrachement de l'extrémité supérieure de la moelle épinière (le tronc cérébral) provoque une atteinte des centres nerveux qui commandent la respiration et certaines fonctions cardiaques, entraînant l'arrêt brutal de leur fonctionnement d'où une perte de conscience quasi instantanée ; le cœur peut en revanche continuer de battre un moment.
  • pendaison sans chute (ou de faible hauteur) : le mécanisme de la pendaison est la strangulation, la compression du cou entraînant selon le niveau de pression exercé :
    • la compression des veines jugulaires, empêchant le retour du sang depuis la tête vers le cœur, d'où un œdème et une cyanose visibles au niveau de la face et de la langue, et un œdème cérébral entraînant une perte de connaissance assez lente suivie d'un décès assez tardif.
    • la compression des artères carotides entraîne une ischémie cérébrale qui se traduit par une perte de connaissance rapide. Un cas particulier est la compression sur ces artères de capteurs de pression (les « glomi ») qui entraîne un ralentissement extrême et immédiat du cœur jusqu'à la syncope et l'arrêt cardiaque.
    • La compression des voies aériennes nécessite une très forte pression, et l'écrasement de la trachée est une éventualité rare, cette dernière étant protégée par des anneaux de cartilage. Plus fréquemment, c'est la base de la langue, repoussée par le lien, qui vient obstruer le carrefour des voies aériennes et digestives. S'ensuit une asphyxie du sujet.

On distingue

  • les pendaisons complètes : les pieds sont au-dessus du sol ;
  • les pendaisons incomplètes : les pieds touchent le sol.
Une pendaison incomplète est toujours une « pendaison lente », durant laquelle la mort ne survient qu'au bout de longues minutes, parfois plus de dix, et le condamné est secoué de spasmes, ses jambes cherchant désespérément un appui. Appelé « Gigoter au bout de la corde » ou encore « danse des pendus », ce spectacle réjouissait les nombreux spectateurs des pendaisons publiques. D'autre part, au Moyen Âge, les condamnés étaient exécutés nus, et l'on voyait le membre viril entrer en érection et éjaculer, pendant que le pubis des femmes gonflait et bleuissait par accumulation de sang. Le signe de la Croix viendrait de cet état des suppliciés. Les muscles se décontractaient et la vessie ainsi que l'intestin pouvaient se vider. Lors de la montée du puritanisme, en certains lieux il fut décidé d'émasculer les condamnés et de faire porter une jupe aux condamnées

[réf. nécessaire]

Premiers secours[modifier | modifier le code]

Pour sauver une personne qui vient de se pendre, il convient dans l'idéal d'utiliser la méthode suivante :

  • une personne soutient la victime sous les bras et la soulève pour relâcher la pression de la corde ;
  • une autre personne desserre la corde ou la coupe ;
  • la victime est allongée au sol en essayant de maintenir la tête dans l'axe du dos, par exemple la personne qui a desserré la corde maintient la tête durant la manœuvre.

Il convient de faire attention au risque de chute de la victime, qui peut provoquer des traumatismes secondaires et à la mobilisation du cou en cas de traumatisme cervical.

Histoire[modifier | modifier le code]

Photo du lynchage de Lige Daniels, jeune garçon noir de 16 ans, accusé d'avoir tué une vieille femme blanche à Center, au Texas le 3 août 1920

Avant le XIXe siècle, ce type de peine capitale consistait surtout à obtenir le trépas du condamné par strangulation dû au poids de son propre corps, donc « jusqu'à ce que mort s'ensuive ».
Pour obtenir ce résultat, plusieurs procédés s'offraient aux bourreaux :

  • Le supplicié était très souvent amené à gravir une échelle en compagnie de son bourreau qui lui passait la corde au cou, puis le faisait basculer dans le vide.
  • Une autre technique consistait à tout simplement hisser le condamné dans les airs (la corde était souvent placée dans une poulie), cette méthode est utilisée de nos jours en Iran.
  • Enfin, une dernière méthode faisait placer l'individu sur un support mobile que l'on faisait dérober sous ses pieds (une chute de 1,20 m à 1,80 m, technique baptisée Short drop (« petite chute ») ou Standard drop (« chute standard ») par les anglo-saxons : une trappe qui s'ouvre (procédé utilisé dès 1783 en Angleterre), un cheval qu'on lançait au galop, une chaise que l'on faisait tomber (ces deux dernières méthodes, très rudimentaires, furent notamment utilisées lors des lynchages des hors-la-loi durant la « Conquête de l'Ouest » aux États-Unis).
  • Notons également que les soldats nazis avaient même élaboré, pendant la Seconde Guerre mondiale, une technique de pendaison incomplète qui consistait à attacher l'une des jambes du supplicié afin qu'elle ne touche pas le sol, laissant à l'autre le soin de supporter à elle seule le poids du corps. La fatigue aidant, le condamné finissait par se pendre lui-même, après de longues heures de tourments.

Depuis l'invention de la technique du Long drop, terme se traduisant par « longue chute » (mise au point vers 1872 par, selon les sources : soit le bourreau anglais William Marwood, soit des exécuteurs irlandais), la pendaison consiste à laisser tomber le corps depuis une hauteur d'environ un à trois mètres, dans une trappe afin de fournir une force de 1260 lbf (5600 newtons ou 572 kg) destinée à provoquer une brutale rupture des vertèbres cervicales (les 1re, 2e, 3e, 4e ou 5e vertèbres) : la mort est dans ce cas instantanée. Mais on a relaté certaines exécutions durant lesquelles cette technique n'eut pas le résultat escompté : soit le condamné eut la tête arrachée à cause d'une trop grande énergie cinétique accumulée lors de la chute (corde trop longue), soit celui-ci fut tout simplement étranglé par le fait que cette énergie cinétique était trop faible (corde trop courte). Pour ces raisons, la longueur de la corde était donc limitée en fonction du poids du supplicié (des « tables de correspondance » avaient d'ailleurs été établies à cet effet par plusieurs bourreaux).
Longtemps, des cordes de chanvre (souvent de mauvaise qualité) furent utilisées pour constituer le nœud coulant (certains bourreaux, comme l’américain Georges Modelon, qui officia de 1874 à 1894, faisait fabriquer ses cordes sur mesure, utilisant du chanvre du Kentucky, qu’il faisait filer à Saint-Louis, tresser à Fort Smith et badigeonnait d’une mixture d’huile végétale pour la rendre plus glissante dans le nœud et moins élastique. Mais dans les années 1870, le britannique William Marwood, remplaça le nœud coulant par un anneau de cuivre (permettant à la corde de glisser encore plus facilement), fixé sur une corde de chanvre particulièrement lisse et de grande qualité qu’il faisait venir d’Italie.
À la prison de Wandsworth de Londres, un des principaux endroits où eurent lieu les pendaisons au Royaume-Uni, la salle d’exécution était en fait établie sur trois niveaux : à l’étage supérieur, la corde était attachée à une chaine elle-même fixée à une immense poutre en chêne. À l’étage intermédiaire, se tenait le bourreau qui y réceptionnait le condamné. Enfin, l’étage inférieur (appelé aussi « fosse ») vers lequel le supplicié tombait dès que l’exécuteur avait actionné la trappe (le décès y était également constaté par le médecin de la prison).
Au Royaume-Uni, la corde (et par conséquent l’ensemble du matériel utilisé par le bourreau) restait propriété de l’administration pénitentiaire et était placée sous scellés entre les exécutions de manière à ce qu’elle ne fasse pas l’objet d’un commerce macabre, lié notamment aux superstitions sur les pendus.

La pendaison a été pratiquée à toutes époques. Néanmoins, elle fut plus utilisée à certaines époques qu'à d'autres.

  • Au Moyen Âge : on pendait surtout les voleurs. Parfois, la mort par bûcher était précédée de la pendaison afin d'éviter trop de douleurs à la victime (pratique dite du retentum) ;
  • Lors de la « Conquête de l'Ouest » aux États-Unis : on pendait énormément de gens, surtout les voleurs, les tricheurs aux jeux, et autres hors-la-loi ;
  • Lors de la Seconde Guerre mondiale : les nazis ont pendu énormément de personnes, c'était le moyen le plus utilisé après la fusillade. Ce type de meurtre était souvent public afin de faire régner la terreur au sein des populations civiles ou dans les camps de concentration, pour montrer l'« exemple ». La guerre finie, de nombreux traîtres, beaucoup d'officiers allemands et de nazis, ont été condamnés à mort par pendaison (avec ou sans procès officiel selon les cas) ;
  • Actuellement : la pendaison reste un des premiers moyens utilisés pour se suicider (notamment en prison, voir suicide par pendaison), surtout chez les hommes, avec les suicides par arme à feu.

Imaginaire populaire[modifier | modifier le code]

On a appelé longtemps échafauds les échafaudages de construction. Ils furent appelés « chafauds » (du latin « catafalcum ») ou « échafauds » , terme de sinistre mémoire, « échafaud » désignant aussi l'estrade où étaient placée la potence ou la guillotine dans les exécutions capitales. L'usage du terme échafaudage s'est généralisé au XIXe siècle à cause de l'association pernicieuse que faisait naître le mot échafaud dans les esprits ou pour oublier le désagréable souvenir des échafauds révolutionnaire[1].

L'échafaud — comme, plus tard, la guillotine — fut surnommé « l’Abbaye de Monte-à-Regret ». Cette expression date du XVIIe siècle. Nous la comprenons aujourd'hui avec son terme « regret » (on va rarement volontiers à une exécution quand on en est le principal acteur), mais elle vient plus probablement de « à regrès », qui voulait dire « à reculons », car on faisait monter le condamné à l'envers vers la potence avant de lui passer la cravate de chanvre autour du cou[2].

Pendant la Révolution française, mettre à la lanterne, s'est dit populairement pour pendre aux cordes d'un réverbère ceux que désignait la fureur populaire, sorte d'assassinat dont on cite de nombreux exemples dans les émeutes de 1789 à 1793. La populace en réclamant ces exécutions avait l'habitude de crier : À la lanterne[3],[4]!

« On criait : L'abbé Maury à la lanterne ! - Eh bien, répondit-il, quand vous m'aurez mis à la lanterne, y verrez-vous plus clair ? »[3]

Pendaison par pays[modifier | modifier le code]

La pendaison est toujours un mode légal d'application de la peine de mort dans des pays de droit tels que l'Inde, la Malaisie, l'Égypte, Singapour et le Japon, de même que dans des pays islamiques suivant la charia, tels que l'Iran, le Soudan, et l'Arabie saoudite.

Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan[modifier | modifier le code]

Sous les talibans, des pendaisons publiques eurent lieu en utilisant des barres de cages de football.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

Dans les pays occupés par l'Allemagne nazie entre 1939 et 1945, la pendaison lente fut la méthode d'exécution publique la plus employée. Elle s'appliquait de préférence aux partisans et trafiquants du marché noir. Les corps pendaient en général plusieurs jours au gibet à la vue de tous.

Pendant l'occupation alliée de l'Allemagne, la pendaison fut appliquée à dix des douze condamnés à mort (Martin Bormann fut condamné par contumace et Hermann Göring s'est suicidé la veille de l'exécution) du procès de Nuremberg, ainsi qu'aux nombreux criminels de guerre retrouvés et jugés par les tribunaux internationaux. Après la signature de la capitulation, les criminels allemands furent exécutés par les méthodes propres aux forces d'occupation : les Anglais pratiquèrent la pendaison ; les Français, la décapitation par guillotine ; les Américains, le peloton d'exécution, tout comme les Soviétiques, qui pratiquaient également la pendaison pour les criminels de guerre.

Drapeau de l'Australie Australie[modifier | modifier le code]

Le dernier homme exécuté par pendaison en Australie fut Ronald Ryan, le 3 février 1967.

Drapeau de l'Autriche Autriche[modifier | modifier le code]

La potence autrichienne (ou pendaison autrichienne) était spéciale et s'assimilait plus en réalité à une strangulation qu'à une pendaison. Il s'agissait d'un poteau avec un escalier pour faciliter l'accès du bourreau. Le délinquant devait se mettre dos au poteau, le bourreau en chef lui mettait une corde autour du cou, fixée au sommet du poteau et la resserrait, pendant que deux assistants tiraient le supplicié par les jambes. Ainsi, aucun condamné n'avait à souffrir longtemps (ce mode d'exécution eut également cours en Italie jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, où certains fascistes furent exécutés par cette méthode).
La peine de mort fut abolie en 1918, réinstaurée en 1934 et réabolie en 1968.

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

Le Brésil appliqua la peine de mort par pendaison jusqu'en 1855. Des héros nationaux, tels que Tiradentes (en 1792) subirent ce châtiment. Le dernier condamné à mort fut Manoel da Motta Conqueiro, exécuté en 1855, bien qu'il fût innocent. Après cela, la peine capitale fut abolie dans ce pays.

Drapeau de la Bulgarie Bulgarie[modifier | modifier le code]

Vasil Levski, héros national bulgare, fut exécuté par la cour ottomane à Sofia le 19 février 1873. Depuis la libération de la Bulgarie, des commémorations à la date anniversaire rassemblent des milliers de personnes au pied du monument marquant l'emplacement du gibet.

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

Exécution de Stanislas Lacroix, le 21 mars 1902 à Hull, au Québec.

La pendaison fut la seule méthode d’exécution au Canada, jusqu’à l'abolition de la peine de mort en 1976. La dernière pendaison publique, celle de Stanislas Lacroix, eut lieu le 21 mars 1902 à 7 heures 50 minutes[5] dans la ville de Hull, au Québec. La toute dernière pendaison eut lieu le 11 décembre 1962 [6].

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort aux États-Unis.

Actuellement, seul l'État de Washington peut procéder à des exécutions par pendaison, si le condamné le demande.

Après le rétablissement de la peine de mort en 1977, seuls trois condamnés, les deux premiers dans l'État de Washington ont été pendus sur l'ensemble du territoire américain. Au Delaware, la loi a changé en 1986, imposant l'injection létale, mais gardant la possibilité de pendaison pour les condamnés à mort par pendaison avant cette date. Ces derniers avaient alors le choix entre pendaison et injection létale. Billy Bailey, soumis à ce choix en 1996, opta pour la pendaison. Depuis, aucun condamné n'entre dans la catégorie au Delaware et la potence a été démontée.

Le New Hampshire conserve également la pendaison dans ses textes au cas où l'injection létale serait impraticable ou anticonstitutionnelle.

D'une manière générale, pour les États pratiquant la peine de mort, la pendaison a été largement remplacée par d'autres méthodes, telles que la chaise électrique et l'injection létale.

La dernière pendaison publique légalement menée aux États-Unis (qui fut également la dernière exécution publique du pays) fut celle de Rainey Bethea, le 14 août 1936 à Owensboro, dans l'État du Kentucky.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort en France.

La pendaison est abolie après la Révolution française de 1789 qui n'autorise que la guillotine et le peloton d'exécution (pour les tribunaux militaires) comme mode d'exécution. Auparavant, cette méthode d’exécution était utilisée principalement pour les voleurs.

Drapeau de la Hongrie Hongrie[modifier | modifier le code]

En répression de l'insurrection de Budapest de 1956, le premier ministre Imre Nagy fut jugé et pendu en secret. Son corps fut incinéré sans cérémonie par le gouvernement hongrois soutenu par Moscou. Nagy fut réhabilité par la suite.

Drapeau de l'Inde Inde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort en Inde.

La Cour suprême de l'Inde a circonscrit la peine de mort aux cas d'une extrême rareté. Depuis 2004, seuls Ajmal Kasab (seul survivant du commando pakistanais responsable des attentats de Bombay en 2008 qui avait fait 72 victimes) a été pendu. Les quatre accusés du viol collectif de New Delhi majeurs au moment des faits ont été condamnés à mort et mais n'ont pas été pendus.

Drapeau de l'Iran Iran[modifier | modifier le code]

Plusieurs formes d'exécution cohabitent en Iran. En ce qui concerne la pendaison, elle est appliquée au moyen d'une grue mobile télescopique, soulevant le corps des condamnés.

L'application de la peine de mort en Iran, parfois infligée pour des affaires de mœurs, suscite souvent l'indignation, notamment en occident.

Drapeau de l'Irak Irak[modifier | modifier le code]

  • La pendaison était un mode d'exécution fréquent sous Saddam Hussein.
  • Le 9 mars 2006, un officiel du Conseil judiciaire suprême d'Irak a confirmé l'exécution par les autorités irakiennes de treize insurgés par pendaison, les premières exécutions officielles du pays depuis la restauration de la peine de mort en 2004.
  • Le 5 novembre 2006, Saddam Hussein a été condamné à la peine de mort par pendaison pour crime contre l'humanité, puis exécuté le 30 décembre 2006 à l'aube.

Drapeau d’Israël Israël[modifier | modifier le code]

Il y a eu deux exécutions de condamné à mort en Israël :

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort au Japon.

La pendaison est le seul mode d'exécution employé au Japon. On y compte actuellement prés de 130 personnes dans le couloir de la mort qui ont vu leur sentence confirmée. En juillet 2010, après des exécutions, les médias ont été autorisés à diffuser des images de la salle d'exécution de la prison de Tokyo. Les dernières exécutions datent du 26 avril 2012. Deux meurtriers ont été pendus le même jour, prévenus de leurs executions que 30 minutes avant d'aller à la potence.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort au Royaume-Uni.

La peine capitale par pendaison remonte au règne des Saxons, vers l'an 400. La liste des bourreaux débute avec le nom de Thomas de Warblynton (années 1360). Cette liste devient complète à partir des années 1500 et se termine avec les noms de Robert Leslie Stewart et Harry Allen, qui menèrent les dernières exécutions en 1964.

La peine de mort pour meurtre est abolie par le Parlement britannique en 1965, et, grâce à l'introduction de la loi sur les Droits de l'Homme en 1998, la peine de mort fut abolie pour tous les crimes, civils et militaires.

La dernière femme exécutée par pendaison est Ruth Ellis, le 13 juillet 1955, par Albert Pierrepoint, célèbre bourreau anglais du XXe siècle.

Drapeau de Singapour Singapour[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort à Singapour.

À Singapour, la pendaison se fait selon la méthode du long-drop en condamnation de crimes tels que le trafic de drogue, les enlèvements ou la possession illégale d'armes à feu. Les exécutions ont généralement lieu le vendredi matin. Parmi les cas les plus récents :

  • Nguyen Tuong Van, un jeune australien de 25 ans, a été pendu le 2 décembre 2005 pour trafic de drogue en 2002. Les nombreux soutiens (gouvernement australien, Amnesty International) n'ont pas suffi à infléchir la décision des autorités singapouriennes.
  • Un jeune Malaisien de 24 ans, Took Leng Hown, a été pendu pour meurtre le 2 novembre 2006.

Drapeau de l’URSS Union soviétique[modifier | modifier le code]

En Union soviétique, les derniers condamnés à mort par pendaison furent Andreï Vlassov et onze autres officiers de son armée, le 1er août 1946. Ce mode d'exécution étant réservé dans ce pays aux crimes de guerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Adam. La Construction romaine. Matériaux et techniques. Sixième édition. Grands manuels picards. 2011
  2. http://www.expressio.fr/expressions/l-abbaye-de-monte-a-regret.php
  3. a et b Émile Littré: Dictionnaire de la langue française (1872-77)
  4. Dictionnaire de l'Académie française, 8th Édition (1932-5)
  5. Les dernières heures d’un condamné à mort au Québec sur Histoire-Généalogie. Consulté le 30 août 2008.
  6. Gatineau sur Mémoire du Québec. Consulté le 30 août 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]