Syncope (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Syncope.
Syncope
Classification et ressources externes
Pietro Longhi 027.jpg
CIM-10 R55
CIM-9 780.2
DiseasesDB 27303
eMedicine med/3385  ped/2188 emerg/876
MeSH D013575
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

En médecine, une syncope (ou accident d'Adams-Stokes) est une perte de connaissance brève, dite à l'emporte-pièce, liée à une baisse transitoire de la perfusion cérébrale. Elle est habituellement brutale et par définition spontanément réversible, de durée courte. Elle peut ou ne pas être précédée de prodromes (symptômes qui annoncent sa survenue). Les causes des syncopes sont cardiaques ou vasculaires.

On en rapproche la lipothymie qui équivaut à une syncope avec prodromes mais sans perte de connaissance, et à laquelle on attribue une signification équivalente mineur.

Définition[modifier | modifier le code]

La définition de la syncope comme une perte de conscience brève en rapport avec une baisse de perfusion cérébrale est attestée par plusieurs documents, dont les recommandations de la Société européenne de cardiologie et de la Haute Autorité de santé[1],[2],[3],[4]. Cependant, dans d'autres publications, la définition de la syncope n'est pas mentionnée ou peut être différente, parfois englobant l'ensemble des pertes de connaissance brèves, incluant par exemple la crise d'épilepsie[1],[5].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un symptôme très fréquent avec une incidence annuelle d'un peu plus de 6 pour 1 000, la cause la plus fréquente étant la syncope vagale et plus d'un tiers de ces pertes de connaissance n'ayant pas de cause retrouvée[6]. Cette incidence croît très sensiblement avec l'âge mais avec un premier pic vers l'âge de 20 ans[7]. La prévalence peut atteindre un tiers sur une vie[8].

Causes[modifier | modifier le code]

Parmi les pertes de connaissance brèves, 20% sont d'origine vagale, 10 % sont d'origine cardiaque et 10 % sont secondaire à une hypotension orthostatique. Plus d'un tiers des pertes de connaissances brèves n'ont pas d'origine identifiée[6].

Vasculaires[modifier | modifier le code]

Cardiaques[modifier | modifier le code]

Chez le sujet jeune[modifier | modifier le code]

La cause vagale reste la plus fréquente.

La survenue d'une syncope chez un sujet jeune surtout au cours d'un effort doit faire penser aux maladies génétiques suivantes appartenant aux groupes des canalopathies :

Il faut également rechercher un syndrome de Wolff-Parkinson-White qui peut indirectement causer une syncope si la voie accessoire est très perméable (période réfractaire courte) en cas de passage en fibrillation auriculaire.

Il faudra aussi envisager la possibilité de la naissance anormale de la coronaire gauche au niveau du sinus coronaire droit. Cette distribution anormale oblige la coronaire de passer entre l'aorte et l'artère pulmonaire qui en se dilatant au cours des efforts peuvent comprimer le vaisseau coronarien.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : perte de connaissance brève.

Le diagnostic différentiel se pose avec les autres causes de perte de connaissance brève vraie ou supposée.

Autres pertes de connaissances[modifier | modifier le code]

Une crise d'épilepsie de type grand mal se traduit, outre les mouvements convulsifs, par une perte de connaissance. Plus rarement, un accident vasculaire cérébral transitoire peut se manifester par une perte de connaissance.

Un traumatisme crânien peut avoir pour conséquence une perte de connaissance transitoire mais il n'est pas toujours facile de savoir si la perte de connaissance est cause ou conséquence du choc.

L'hypoxie brutale (apnée mal maîtrisée) peut être cause de perte de connaissance.

Certains troubles métaboliques peuvent causer une perte de connaissance et il faut rechercher systématiquement une hypoglycémie.

Situations analogues[modifier | modifier le code]

La distinction entre une syncope et une simple chute, dite mécanique (ou par maladresse) est parfois délicate.

Il existe également des pseudo-syncopes hystériques.

Pronostic[modifier | modifier le code]

Le risque de récidive existe, avec un risque de chute et de traumatisme.

Les syncopes vagales ont un bon pronostic vital global[6]. Les syncopes cardiaques augmentent le risque de mortalité[6].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

La société européenne de cardiologie a publié des recommandations sur la prise en charge des syncopes, dont la dernière version date de 2009[1]. L’American Heart Association a publié les siennes en 2006[9]. La Haute autorité de santé en a publié en 2008 sur la base des recommandations européennes de 2004[2],[10].

Interrogatoire[modifier | modifier le code]

L'interrogatoire du patient ou de son entourage permet d'obtenir très souvent des éléments d'orientation : circonstance du malaise (pouvant faire évoquer une origine vagale), aspect brutal ou présence de signes avant-coureurs (prodromes), résolution rapide et complète ou non (« phase post-critique »), caractère isolé ou répétitif.

La présence d'antécédents familiaux (pouvant évoquer un trouble rythmique), la prise de médiaments ou de toxiques doivent être recherchés.

Examen clinique[modifier | modifier le code]

L'intérêt est évident s'il peut être fait au moment même de la syncope : ainsi une fréquence cardiaque et une pression artérielle normale permet de quasiment éliminer une origine cardiaque ou vasculaire.

Le plus souvent, l'examen est fait à distance de l'épisode et recherche une anomalie cardiaque (présence d'un souffle cardiaque pouvant orienter vers une maladie valvulaire en particulier), neurologique ou pulmonaire. La recherche d'une baisse de la pression artérielle en position debout peut orienter vers une hypotension orthostatique. le massage de la région carotidienne, si elle provoque un ralentissement important de la fréquence cardiaque ou une pause, peut orienter vers une hypersensibilité sino-carotidienne

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

L'électrocardiogramme reste l'élément de base, à faire de manière systématique, permettant de dépister un certain nombre d'anomalies cardiaques, même si le rendement diagnostic est faible[11].

Selon l'orientation donnée par l'interrogatoire et l'examen clinique, il peut être proposé des :

En cas de normalité de tous ces examens et de syncope répétées, on peut être amené à mettre en place un holter implantable, posé de manière chirurgicale sous la peau et permettant d'analyser l'électrocardiogramme du patient durant plusieurs années.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Moya A, Sutton R, Ammirati F, Blanc JJ, Brignole M, Dahm JB et al. « Guidelines for the diagnosis and management of syncope (version 2009): the task force for the diagnosis and management of syncope of the European Society of Cardiology (ESC) » Eur Heart J. 2009;30:2631-71.
  2. a et b Haute Autorité de santé, [PDF]Pertes de connaissance brèves de l'adulte : prise en charge diagnostique et thérapeutique des syncopes, 2008
  3. Définition selon le Dictionnaire illustré des termes de médecine Garnier-Delamare, édition 2004 : « Perte de connaissance brutale et complète liée à une soudaine anoxie cérébrale »
  4. Définition selon le centre national de ressources textuelles et lexicales : « Perte de connaissance brutale et complète, généralement brève, avec état de mort apparente, due à la cessation momentanée des fonctions cérébrales par interruption de l'arrivée du sang artériel au cerveau »
  5. Thijs RD, Benditt DG, Mathias CJ, Schondorf R, Sutton R, Wieling W, van Dijk JG. Unconscious confusion—a literature search for definitions of syncope and related disorders. Clin Auton Res 2005;15:35–39
  6. a, b, c et d (en) Soteriades ES, Evans JC, Larson MG et al. « Incidence and prognosis of syncope » N Engl J Med. 2002;347:878–85
  7. (en) Ruwald MH, Hansen ML, Lamberts M et al. « The relation between age, sex, comorbidity, and pharmacotherapy and the risk of syncope: a Danish nationwide study » Europace 2012;14:1506–1514.
  8. (en) Ganzeboom KS, Mairuhu G, Reitsma JB et al. « Lifetime cumulative incidence of syncope in the general population: a study of 549 Dutch subjects aged 35–60 years » J Cardiovasc Electrophysiol. 2006;17:1172–6
  9. (en) Strickberger SA, Benson DW, Biaggioni I et al. « AHA/ACCF Scientific Statement on the evaluation of syncope: from the American Heart Association Councils on Clinical Cardiology, Cardiovascular Nursing, Cardiovascular Disease in the Young, and Stroke, and the Quality of Care and Outcomes Research Interdisciplinary Working Group; and the American College of Cardiology Foundation: in collaboration with the Heart Rhythm Society: endorsed by the American Autonomic Society » Circulation 2006;113:316-27. PMID 16418451
  10. (en) Brignole M, Alboni P, Benditt DG et al. « Guidelines on management (diagnosis and treatment) of syncope—update 2004 » Europace 2004;6:467–537.
  11. (en) Saklani P, Krahn A, Klein G. « Syncope » Circulation 2013;127:1330-1339,